Table of Contents Table of Contents
Previous Page  30-31 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 30-31 / 48 Next Page
Page Background

Voici une lettre d’un père et d’une mère de famille

Nous sommes atterrés de voir notre gouver-

nement québécois implanter les cours d’éducation

sexuelle «obligatoires» pour tous les enfants de la ma-

ternelle au secondaire V. Dans un journal de Québec,

cette semaine, on présentait le programme prévu par

le ministre Blais. Il note qu’aucune exemption de cours

ne sera tolérée.

En Ontario, des parents se sont opposés à une

loi semblable. Nous notons que ce sont surtout des

musulmans qui protestent tandis que nos catholiques

y sont en moindre nombre. Où sont tous ces chrétiens

pour protester contre ces lois ignobles? Où est notre

Clergé héritier de la foi vive de Mgr De Laval et des

Saints Martyrs Canadiens?

Prions et surtout agissons pour sauver, malgré

elles, les familles québécoises, ontariennes et même

universelles.

Les termes utilisés dans le programme du minis-

tère de l’Éducation ne seraient applicables que dans

des «bordels».

Cette semaine, en faisant du rangement dans un

placard, je suis tombée sur une peinture du Pape Pie

X et j’eus l’impression qu’il me scrutait de son beau vi-

sage empreint de noblesse et de sainteté. Quand nous

avons appris les intentions diaboliques du ministère

de l’éducation pour pervertir nos tout-petits (mater-

nelle), la conviction de confier ce problème de taille à

Saint Pie X nous est venue. Saint Jean-Paul II quant à

lui va s’occuper de la jeunesse qu’il aimait tant.

Le synode de la famille prend fin et je crois qu’il est

essentiel et primordial de faire tout, à n’importe quel

prix, pour sauver nos enfants des griffes du Malin,

sinon que pouvons-nous espérer pour nos familles

dans un avenir prochain?

Jocelyne et Jean-Marie Gagnon

En 2016, cours d’éducation sexuelle obligatoire pour tous les enfants

Des parents catholiques protestent contre cette loi infâme

Ce que l’Église catholique enseigne à ce sujet

Familiaris consortio

Jean-Paul II, exhortation apostolique Familiaris

consortio, sur les tâches de la famille chrétienne dans

le monde d'aujourd'hui, 22 novembre 1981, n. 37:

L’éducation de l’amour comme don

de soi constitue encore les prémices

indispensables pour les parents appe-

lés à donner à leurs enfants une éduca-

tion sexuelle claire et délicate. Devant la

culture qui «banalise» en grande partie

la sexualité humaine, en l’interprétant et

en la vivant de façon réductrice et appau-

vrie, en la reliant uniquement au corps et

au plaisir égoïste, le service éducatif des

parents visera fermement une culture

sexuelle vraiment et pleinement axée sur

la personne : la sexualité, en effet, est

une richesse de la personne toute entière

– corps, sentiments et âme – et manifeste sa significa-

tion intime en la portant au don de soi dans l’amour.

L’éducation sexuelle – droit et devoir fondamen-

taux des parents – doit toujours se réaliser sous leur

conduite attentive, tant à la maison que dans les cen-

tres d’éducation choisis et contrôlés par eux. L’Église

rappelle ainsi la loi de subsidiarité, que l’école est tenue

d’observer lorsqu’elle coopère à l’éducation sexuelle,

en se plaçant dans l’esprit qui anime les parents.

Dans ce contexte, il n’est absolument pas ques-

tion de renoncer à l’éducation de la chasteté, vertu

qui développe la maturité authentique de la person-

ne, en la rendant capable de respecter et de promou-

voir la «signification nuptiale» du corps.

Bien plus, les

parents chrétiens réserveront une attention et un soin

particuliers à discerner les signes de l’appel de Dieu

pour l’éducation de la virginité comme

forme suprême du don de soi qui consti-

tue le sens même de la sexualité humai-

ne.

En raison des liens étroits qui relient

la dimension sexuelle de la personne

aux valeurs éthiques, le rôle de l’édu-

cation est de conduire les enfants à la

connaissance et à l’estime des normes

morales comme garantie nécessaire et

précieuse d’une croissance personnelle

responsable dans la sexualité humaine.

C’est pour cela que l’Église s’op-

pose fermement à une certaine forme

d’information sexuelle ne tenant aucun compte des

principes moraux et si souvent diffusée aujourd’hui,

qui ne serait rien d’autre qu’une introduction à l’ex-

périence du plaisir et pousserait le jeune, parfois

même à l’âge de l’innocence, à perdre la sérénité, en

ouvrant la voie au vice.

Charte des Droits de la Famille

Charte des Droits de la Famille, 22 octobre 1983,

Article 5c:

Les parents ont le doit d’obtenir que leurs

enfants ne soient pas contraints de suivre des ensei-

gnements qui ne sont pas en accord avec leurs pro-

pres convictions morales et religieuses. En particulier

l’éducation sexuelle – qui est un droit fondamental des

parents – doit toujours être menée sous leur conduite

attentive, que ce soit au foyer ou dans les centres édu-

catifs choisis et contrôlés par eux.

Orientations éducatives sur l’amour humain

Orientations éducatives sur l'amour humain, Sa-

crée congrégation pour l'éducation catholique, 1er

novembre 1983, n. 48-49:

L'éducation revient d'abord à la famille qui «est

l'école d'humanité la plus riche». Pour assurer une édu-

cation graduelle de la vie sexuelle, la famille est le mi-

lieu le mieux adapté. Elle possède une charge affective

capable de faire accepter sans traumatisme les réalités

les plus délicates et de les intégrer harmonieusement

dans une personnalité équilibrée et riche.

L'affection et la confiance réciproques qui se vivent

dans la famille aident au développement harmonieux

de l'enfant depuis sa naissance. Pour que les liens

affectifs naturels qui unissent les parents aux enfants

soient pleinement positifs, les parents doivent instau-

rer une relation de confiance et de dialogue avec leurs

enfants, adaptée à leur âge et à leur développement.

Vérité et signification de la sexualité humaine

Vérité et signification de la sexualité humaine,

Conseil pontifical pour la Famille, 8 décembre 1995:

4. Dans l'optique de la rédemption et du parcours

formatif des adolescents et des jeunes, la vertu de la

chasteté se développe dans le cadre de la tempéran-

ce — vertu cardinale qui, au baptême, est élevée et

perfectionnée par la grâce. Elle ne doit pas être per-

çue comme une attitude de répression. Elle est au

contraire comme l'expression pure, transparente, d'un

don reçu, précieux et riche, celui de l'amour, en même

temps que ce qui protège et ce qui garde ce don, en

vue de l'offrande de soi qui se réalise dans la vocation

spécifique de chacun. La chasteté est donc l'«éner-

gie spirituelle sachant défendre l'amour des périls de

l'égoïsme et de l'agressivité, en le conduisant vers sa

pleine réalisation».

Le

Catéchisme de l'Église Catholique

décrit et, en

un certain sens, définit ainsi la chasteté: «La chasteté

signifie l'intégration réussie de la sexualité dans la per-

sonne et par là l'unité intérieure de l'homme dans son

être corporel et spirituel».

5. L'éducation à la chasteté, dans le cadre de l'édu-

cation des jeunes à la réalisation et au don de soi,

implique la collaboration prioritaire des parents. Cette

collaboration se fait indirectement au travers de la for-

mation de l'enfant à d'autres vertus, comme la tempé-

rance, la force, la prudence. La chasteté, en tant que

vertu, ne peut exister sans une capacité de base au

renoncement de soi, au sacrifice, à l'attente. (...)

Reprenant le Concile Vatican II, le Catéchisme de

l'Église Catholique rappelle qu'«il faut instruire à temps

les jeunes, et de manière appropriée, de préférence au

sein de la famille, sur la dignité de l'amour conjugal, sa

fonction et son exercice».

65. Tout enfant est une personne unique et qui

ne peut être répétée. Elle doit recevoir une formation

adaptée. Parce que les parents connaissent, com-

prennent et aiment chacun de leurs enfants dans sa

singularité, ils sont à la meilleure place pour décider

du moment opportun de leur donner les différentes

informations nécessaires, en fonction de leur niveau

de croissance physique et spirituelle. Personne ne

peut retirer aux parents consciencieux cette capacité

de discernement.

68. La dimension morale doit faire partie des

explications données. Les parents doivent mettre

en relief le fait que les chrétiens sont appelés à vivre

le don de la sexualité selon le plan de Dieu qui est

Amour, dans le cadre du mariage ou de la virginité

consacrée ou encore du célibat. Il faut insister sur la

valeur positive de la chasteté, et sur ses possibilités

de générer un amour vrai vis-à-vis des personnes:

ceci est l'aspect moral radical et le plus important de

la chasteté. Seul celui qui sait être chaste sait aimer

dans le mariage ou dans la virginité.

126. Aucun matériel de nature érotique ne doit être

présenté aux enfants ou aux jeunes à quelqu'âge qu'ils

soient, individuellement ou en groupe. Ce principe de

la décence doit sauvegarder la vertu de la chasteté

chrétienne. Dans la transmission d'information sexuel-

le dans le contexte de l'éducation à l'amour, l'instruc-

tion devra donc toujours être «positive et prudente»

et «claire et délicate». Ces quatre adjectifs, utilisés par

l'Église Catholique, excluent toute forme de contenu

inacceptable de l'éducation sexuelle.

135. Aujourd'hui, les parents doivent faire atten-

tion à la façon dont diverses méthodes promues par

des groupes aux positions et aux intérêts contraires

à la morale chrétienne peuvent transmettre à leurs

enfants une éducation immorale. Il n'est pas possible

ici d'indiquer toutes les méthodes inacceptables ; on

se contentera de présenter certains des types les plus

répandus qui menacent les droits des parents et la vie

morale de leurs enfants.

136. En premier lieu, les parents doivent s'opposer

à l'éducation sexuelle sécularisée et antinataliste, qui

met Dieu en marge de la vie et considère la naissance

d'un enfant comme une menace. Cette éducation est

répandue par les grands organismes et les associa-

tions internationales qui promeuvent l'avortement, la

stérilisation et la contraception. (...)

139. Un autre type d'abus se rencontre lorsque

l'éducation sexuelle est donnée aux enfants en leur

enseignant, y compris par méthode graphique, tous

les détails intimes des rapports sexuels. (...) Les pa-

rents doivent insister sur le fait que la seule éducation

vraie et sûre à donner aujourd'hui aux enfants pour

prévenir cette contagion (le SIDA) est une éducation

à la continence en-dehors du mariage et à la fidélité

dans le mariage.

30

VERS DEMAIN octobre-novembre-décembre 2015

VERS DEMAIN octobre-novembre-décembre 2015

www.versdemain.org www.versdemain.org

31