Table of Contents Table of Contents
Previous Page  20-21 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 20-21 / 48 Next Page
Page Background

u

Du 19 au 28 septembre 2015, le Pape François a

effectué un voyage apostolique à Cuba et aux États-

Unis. Le but principal de sa visite était la 8e Rencon-

tre mondiale des familles à Philadelphie, ou le Pape

a participé à une vigile de prières, le samedi soir 26

septembre, et à une messe le lendemain. Ayant laissé

de côté le texte qu’il avait préparé, voici le discours

que le Saint-Père a improvisé à cette veillée de prière:

Chers frères et sœurs, chères familles,

Merci à ceux qui ont donné un témoignage. Merci

à ceux qui nous ont réjouis par l’art, par la beauté,

qui est le chemin pour rejoindre Dieu. La beauté nous

conduit à Dieu. Et un témoignage vrai nous conduit à

Dieu, parce que Dieu est aussi la vérité. Il est la beauté

et il est la vérité. Et un témoigna-

ge donné pour servir est bon, il

nous rend bons, car Dieu est bon-

té. Il nous conduit à Dieu. Tout ce

qui est bon, tout ce qui est vrai et

tout ce qui est beau nous conduit

à Dieu. Car Dieu est bon, Dieu est

beau, Dieu est vérité.

Merci à vous tous. A ceux qui

ont livré un message ici et merci

pour votre présence, qui est aussi

un témoignage. Un vrai témoi-

gnage que la vie en famille vaut

la peine. Qu’une société devient

forte, croît dans la beauté et croît

dans la vérité si elle s’édifie sur la

base de la famille.

Un jour, un jeune m’a deman-

dé – vous savez que les jeunes

posent des questions difficiles – il

m’a demandé: «Père, que faisait

Dieu avant de créer le monde?».

Je vous assure qu’il a été difficile

pour moi de répondre. Et je lui ai

dit ce que je vous dis maintenant:

avant de créer le monde, Dieu

aimait, parce que Dieu est amour, mais l’amour qu’il

avait en lui-même était tel, cet amour entre le Père et

le Fils, dans l’Esprit-Saint, était si grand, si débordant

– je ne sais pas si c’est très théologique, mais vous le

comprendrez – cet amour était si grand qu’il ne pou-

vait pas être égoïste. Il devait sortir de lui-même pour

avoir quelqu’un à aimer hors de lui-même.

Et là, Dieu a créé le monde. Là, Dieu a créé cette

merveille dans laquelle nous vivons. Et que, comme

nous sommes un peu étourdis, nous sommes en train

de la détruire. Mais la plus belle chose que Dieu ait

faite – a dit la Bible – a été la famille. Il a créé l’homme

et la femme. Et il leur a tout confié. Il leur a confié le

monde: «Croissez et multipliez-vous, cultivez la terre,

faites-la fructifier, faites-la croître». Tout l’amour qu’il

a mis dans cette Création merveilleuse, il l’a confié à

une famille.

Retournons un peu en arrière. Tout l’amour que

Dieu a en lui-même, toute la beauté que Dieu a en lui-

même, toute la vérité que Dieu a en lui-même, il donne

tout cela à la famille. Et une famille est vraiment famille

lorsqu’elle est capable d’ouvrir les bras et de recevoir

tout cet amour. Évidemment, le paradis terrestre n’est

plus ici, il y a les problèmes de la vie, les hommes – par

l’astuce du démon – ont appris à se diviser. Et tout cet

amour que Dieu nous a donné, se perd presque. Et en

peu de temps, le premier crime,

le premier fratricide. Un frère tue

son frère: la guerre. L’amour, la

beauté et la vérité de Dieu, et

la destruction de la guerre. Et

entre ces deux positions, nous

marchons aujourd’hui. Il nous

revient de choisir, il nous revient

de décider du chemin à suivre.

Mais, retournons en arrière.

Quand l’homme et son épouse se

sont trompés et se sont éloignés

de Dieu, Dieu ne les pas aban-

donnés. Un amour si grand! Un

amour si grand que Dieu a com-

mencé à cheminer avec l’huma-

nité, il a commencé à cheminer

avec son peuple, jusqu’à ce

qu’arrive le moment approprié et

il lui a donné la preuve d’amour

plus grande: Son Fils.

Et Son Fils, où l’a-t-il en-

voyé? Dans un palais, dans une

ville, pour créer une entreprise?

Il l’a envoyé à une famille. Dieu

est entré dans le monde par une

famille. Et il a pu le faire parce que cette famille était

une famille qui avait le cœur ouvert à l’amour, qui avait

les portes ouvertes. Pensons à Marie, jeune fille ! Elle

ne pouvait le croire: «Comment cela peut-il arriver ?»

Et quand on le lui a expliqué, elle a obéi.

Pensons à Joseph, rêvant de former un foyer, et

il se trouve devant cette surprise qu’il ne comprend

pas. Il accepte, il obéit. Et dans l’obéissance par amour

de cette femme, Marie, et de cet homme, Joseph, se

forme une famille dans laquelle Dieu vient. Dieu frap-

pe toujours aux portes des cœurs. Il aime à le faire.

Cela lui vient du cœur. Mais savez-vous ce qu’il aime

le plus? Frapper aux portes des familles. Et trouver les

familles unies, trouver les familles qui s’aiment, trou-

ver les familles qui aident leurs enfants à grandir et les

éduquent, et qui les font progresser, et qui créent une

société de bonté, de vérité et de beauté.

Nous sommes à la fête des familles. La famille a

droit de cité divin. Est-ce clair ? Le droit de cité que

possède la famille, Dieu le lui a donné pour qu’en

son sein croissent toujours plus la vérité, l’amour et

la beauté. Bien sûr, certains d’entre vous peuvent me

dire: «Père, vous parlez ainsi parce que vous êtes céli-

bataire». Dans la famille, il y a des difficultés. Dans les

familles, nous discutons. Dans les familles, parfois il y

a de la bagarre. Dans les familles, les enfants provo-

quent des maux de tête. Je ne parlerai pas des belles-

mères. Mais dans les familles, toujours, toujours, il y a

la croix. Toujours. Car, l’amour de Dieu, le Fils de Dieu

nous ont ouvert aussi ce chemin. Mais dans les fa-

milles, après la croix, il y a aussi la résurrection, car le

Fils de Dieu nous a ouvert ce chemin. C’est pourquoi,

la famille est – excusez le mot – une usine d’espéran-

ce, d’espérance de vie et de résurrection, car Dieu a

été celui qui a ouvert ce chemin. Et les enfants. Les

enfants donnent du travail. En tant qu’enfants, nous

donnons du travail. Parfois, à la maison, je vois cer-

tains de mes collaborateurs qui viennent au travail, les

yeux cernés. Ils ont un bébé d’un mois, de deux mois.

Et je leur demande: «N’as-tu pas dormi ?» Et: «Non,

il a pleuré toute la nuit». En famille, il y a des difficul-

tés, mais ces difficultés se surmontent par l’amour. La

haine ne surmonte aucune difficulté. La division des

cœurs ne surmonte aucune difficulté. Seul l’amour est

capable de surmonter la difficulté. L’amour est fête,

l’amour est joie, l’amour, c’est aller de l’avant.

Et je ne veux pas continuer de parler, car cela de-

vient trop long, mais je voudrais souligner deux petits

points de la famille auxquels je voudrais que vous

consacriez une attention spéciale. Je ne voudrais pas

seulement. Nous devons y faire spécialement atten-

tion. Les enfants et les grands-parents. Les enfants et

les jeunes sont l’avenir, ils constituent la force, ceux

qui font progresser. C’est en eux que nous mettons

notre espérance. Les grands-parents sont la mémoire

de la famille. Ce sont eux qui nous ont donné la foi,

nous ont transmis la foi.

Prendre soin des grands-parents et prendre soin

des enfants sont preuve d’amour, je ne sais si (c’est

une preuve) plus grande, mais – je dirais – plus pro-

metteuse de la famille, car elle promet l’avenir. Un

peuple qui ne sait pas prendre soin des enfants et un

peuple qui ne sait pas protéger les grands-parents est

un peuple sans avenir, car il n’a ni la force ni la mé-

moire qui font progresser. Et bon, la famille est belle,

mais elle a un prix, elle comporte des problèmes. En

famille, parfois, il y a des inimitiés. Le mari se querelle

avec la femme, ou bien ils ne sont pas en bons termes

entre eux ni les enfants avec leur père. Je vous donne

un conseil: ne terminez jamais une journée sans faire

la paix en famille. En famille, on ne peut terminer la

journée en guerre.

Que Dieu vous bénisse ! Que Dieu vous donne la

force ! Que Dieu vous encourage à aller de l’avant !

Protégeons la famille ! Défendons la famille, car là se

joue notre avenir. Merci ! Que Dieu vous bénisse et

priez pour moi, s’il vous plaît !

L’immense estrade préparée pour la rencontre du Pape avec les familles à Philadelphie.

«La plus belle chose que Dieu ait faite est la famille»

Discours du Pape à la la veillée de prière avec les familles à Philadelphie

20

VERS DEMAIN octobre-novembre-décembre 2015

VERS DEMAIN octobre-novembre-décembre 2015

www.versdemain.org www.versdemain.org

21