Table of Contents Table of Contents
Previous Page  30-31 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 30-31 / 32 Next Page
Page Background

Nous recommandons à vos prières cette chère

Pèlerine de saint Michel, Mme Marie-Jacqueline Potvin

décédée le 5 mars dernier, à l’âge de 89 ans.

Mme Potvin était l’ainée des filles de la grande

famille de 19 enfants de M. et Mme Pierre Bouchard

d’Arvida qui ont été parmi les disciples de la première

heure de l’Oeuvre de Louis Even pour enseigner le Cré-

dit Social au Canada français. Ils ont été de grands pro-

pagandistes de Vers Demain, au Saguenay.

Mme Potvin (Marie-Jacqueline)

portait le Béret Blanc avec fierté, et

pour cause, car c’est son père Pierre

qui en a eu l’inspiration et qui l’a fait

fabriquer. Pour le congrès de 1949,

nos fondateurs avaient demandé

aux créditistes d’inventer un moyen

de propagande à porter sur soi, afin

que les gens en nous voyant sachent

que nous sommes créditistes. Cer-

tains sont arrivés au congrès à Abes-

tos avec une mante, un brassard.

Pierre Bouchard lui, est arrivé avec

son groupe du Saguenay, tous coif-

fés d’un beau béret aux couleurs de

notre drapeau «blanc, rouge et or».

C’est lui qui a obtenu la palme. Nous

portons ce béret comme identification. Encore au-

jourd’hui, c’est notre uniforme.

Notre chère compagne défunte était la mère de M.

Yves Potvin, un ardent créditiste actif de la région de

Toronto. Mme Potvin était la sœur de Mme Monique

Simard, de Mme Marie-Pierre Truchon et de la regret-

tée Mme Raymonde Bonenfant, des grandes Pèle-

rines de leur région. Les pressions de nos apôtres et

l’éducation du peuple par notre journal Vers Demain

ont contribué à obtenir la loi fédérale de l’universalité

des pensions de vieillesse qui a été décrétée en 1952.

Mme Potvin, apôtre au porte en porte, aimait dire aux

gens: «Moi-même, à 18 ans, j’ai fait signer des pétitions

pour obtenir une pension aux personnes âgées qui, en

grande partie, à l’époque, ne recevaient rien».

Bien sûr, le combat auquel a participé généreuse-

ment Mme Potvin, a toujours été accompagné de mil-

liers d’Ave Maria semés par les apôtres de Vers Demain

sur les routes et dans les familles d’�����������������

Halifax à Vancou-

ver. Notre zélée Pèlerine a été assidue à la Croisade du

Rosaire de porte en porte. Elle a participé à de nom-

breuses tournées d’apostolat au Nouveau-Brunswick,

en Ontario et à la grandeur de la province de Québec.

Personnellement, moi-même, Yvette Poirier j’ai eu le

grand privilège d’être accompagnée par elle pour aller

tenir des réunions dans différents territoires et dans

mes nombreuses tournées d’apostolat de porte en

porte en Gaspésie, au Lac Saint-Jean, en Abitibi, dans

le Témiscaminque de Québec et d’Ontario, et ailleurs.

Quand nous allions en équipe, quatre ou six personnes

dans des régions, Mme Potvin était notre conductrice.

Nous quêtions nos couchers et nos repas. Mme Potvin

ne reculait jamais devant les sacrifices. Elle aimait ren-

contrer les familles pour réciter avec elles une dizaine

de chapelet et les abonner à Vers Demain. Elle s’est

dépensée à l’apostolat jusqu’à ce

que ses forces le lui ont permis. Elle

a visité les familles de porte en porte

jusqu’au-delà de 80 ans.

Notre dévouée Pèlerine de saint

Michel venait aussi fréquemment

nous offrir ses services bénévoles de

couturière de renommée à la Maison

Saint-Michel de Rougemont. Elle a

confectionné des vêtements pour nos

demoiselles et garçons à plein temps,

de la lingerie pour les chambres. Elle

avait des doigts de fée, elle excellait

dans les oeuvres d’art. Elle a fabriqué

des voiles de tabernacle, des orne-

ments sacerdotaux, des nappes d’au-

tel, des robes d’Enfant Jésus etc.

Nous sommes assurés que tout le dévouement et

les actes de charité de Mme Marie-Jacqueline Potvin

ont contribué à enrichir son trône dans la céleste Patrie.

Comme nous avons une dette de reconnaissance en-

vers elle, nous nous appliquerons à offrir nos messes

et nos prières pour le repos de son âme. A l’assemblée

mensuelle des Pèlerins de saint Michel, dimanche le

22 mars, à la Maison de l’Immaculée, la Messe a été

célébrée pour cette grande apôtre de l’Œuvre de Vers

Demain.

Yvette Poirier et Thérèse Tardif

Mme Marie-Jacqueline Potvin

nous a quittés pour la céleste Patrie

Assemblées mensuelles

Maison de l’Immaculée, Rougemont

Chaque mois aux dates suivantes:

24 mai, 28 juin, 26 juillet

Semaine d’étude: 20 avril au 2 mai

Siège de Jéricho: 3 au 9 mai

10 heures a.m.: Ouverture. Chapelet

5.00 hres p.m. Sainte Messe à la chapelle

de la Maison de l’Immaculée

Après cinquante neuf ans et demi de mariage,

entouré de son épouse Lina Vielfaure et de ses sept

enfants, Jean-Baptiste Grégoire, de Lorette Manitoba,

est décédé paisiblement, le 29 mars 2015. Il était âgé

de 91 ans. Il a eu de belles funérailles catholiques avec

messe dans sa belle église Notre-Dame de Lorette,

église de son baptême, église qu’il a fréquentée toute

sa longue vie. Et il fut inhumé dans le cimetière où ses

enfants pourront encore se regrouper

autour de son tombeau pour prier pour

lui et avec lui, car son âme est toujours

vivante.

Témoignage de sa fille Bernadette:

«Papa était un fermier passionné et

bon jardinier. Il avait toujours un bon

sens de l’humour et aimait taquiner.

Homme de grande générosité, tous

se sentaient accueillis chez lui. Il a su

transmettre sa foi profonde à ceux et

celles qu’il rencontrait. «Papa, tu as

bien mérité ton repos et nous te gar-

derons toujours dans nos cœurs.

(De

ses petits-enfants)

Pépère nous ne

t’oublierons jamais.»

Jean-Baptiste Grégoire était aussi un fervent cré-

ditiste de Louis Even, depuis plus de 50 ans. Comme

nous le voyons il était catholique et charitable, c’est

pourquoi il a accueilli de tout son coeur la belle lumière

du Crédit Social et avec son épouse et ses enfants, ils

recevaient chaleureusement tous les Pèlerins de saint

Michel de passage au Manitoba, repas et coucher pour

tout le temps qu’ils étaient dans la région. Lui et ses

garçons accompagnaient nos Plein-Temps au porte en

porte. Réjean Lefebvre, notre Pèlerin depuis 50 ans, a

eu le plaisir d’être accompagné par M. Jean-Baptiste

Grégoire lors de ses tournées au Manitoba. Ils obte-

naient des résultats phénoménaux. Presque toutes les

familles visitées s’abonnaient au fameux journal Vers

Demain, c’est que la mentalité était déjà bien préparée

par ce pilier de l’Oeuvre de Louis Even de Notre-Dame

de Lorette. En plus des abonnements à Vers Demain

qu’il prenait, M. Grégoire fournissait à l’oeuvre une

bonne contribution financière sans manquer une seu-

le année.

Après avoir lu le témoignage de

Bernadette et sachant que son cher

Papa était profondément créditiste, il

m’est venu à l’esprit cette parole du

Père Thomas Landry, Dominicain, paro-

le prononcée dans son homélie devant

un groupe de créditistes en pèlerinage

à l’Oratoire St-Joseph, en la fête de

saint Thomas d’Aquin, le 7 mars 1938:

«Qu’il fait bon être catholique quand

on est créditiste; Qu’il fait bon être

créditiste quand on est catholique.»

La sainte Messe sera célébrée pour

le repos de l’âme de M. Jean-Baptiste

Grégoire, samedi le 18 avril 2015 à la

Chapelle de la Maison de l’Immaculée, à Rougemont

recommandée par les Pèlerins de saint Michel.

Thérèse Tardif

Feu Jean-Baptiste Grégoire du Manitoba

Catholique et créditiste convaincu

Assemblée mensuelle à Montréal

Église St-Vincent Ferrier

près du métro Jarry

Entrée sur la rue Henri-Julien

au numéro 8145

12 avril, 14 juin, 12 juillet

1.30 hre p.m.: heure d’adoration

2.30 heures p.m.: Réunion

Pour informations: 514-856-5714

Envoyez-nous votre e-mail

pour recevoir de nos nouvelles

Tous nos abonnés qui le

désirent peuvent recevoir,

en plus de la version papier

de la revue Vers Demain,

la version électronique (en

format pdf), ainsi que notre

lettre mensuelle qui fait part

des grands développements

de notre œuvre dans le monde entier et de toute

autre nouvelle intéressante et importante.

Pour cela, il ne vous suffit que d’avoir accès

à l’internet, et de nous envoyer votre adresse e-

mail (courriel), ainsi que votre nom et adresse

tel qu’ils apparaissent sur l’étiquette à l’endos

de la revue. Vous pourrez ainsi lire la revue sur

votre ordinateur au moins deux semaines avant

de recevoir la version papier par la poste. Il vous

est même permis d’envoyer ce fichier pdf à vos

contacts, pour qu’eux aussi puissent connaître

notre revue.

30

VERS DEMAIN mars-avril 2015

VERS DEMAIN mars-avril 2015

www.versdemain.org www.versdemain.org

31