Table of Contents Table of Contents
Previous Page  28-29 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 28-29 / 32 Next Page
Page Background

Les représentants de Mgr l’Archevêque ont porté

une attention particulière à l’œuvre, en posant une

série de questions auxquelles nous avons répondu

avec un plaisir évident, avant de présenter l’invitation

de Vers Demain qui a été acceptée ! Nous avons eu de

belles conférences, avec une mobilisation extraordi-

naire et un grand intérêt, au regard des échanges qui

ont suivis. Beaucoup de participants ont souhaité que

nous puissions rester plus longtemps, afin de mieux

implanter l’œuvre au Rwanda.

A son tour, l’Abbé Deo Gracias nous accueille chez

lui à NIANZA, dans le diocèse de BUTARE, à la parois-

se Christ-Roi qui fut autrefois, le siège de la royauté

rwandaise. L’Abbé Deo Gracias qui est le directeur du

Collège Catholique Christ-Roi de NIANZA, et avait déjà

une invitation pour Rougemont, s’est décidé à entre-

prendre les démarches, après avoir appris les informa-

tions contenues dans notre enseignement.

La «main du Seigneur»

Pour notre entrée au BURUNDI, le Père Evode BIGI-

RIMANA, recteur du sanctuaire du Mont SION et prê-

tre de la communauté des SCHOENSTATT, est venu

comme la main tendue du Seigneur Jésus CHRIST,

nous chercher à NIANZA. Après 7 heures de route

et quelques fois de frayeurs, nous sommes arrivés à

BUJUMBURA la capitale de la république du Burundi,

où nous avons pris notre QG à l’OASIS. Le lendemain

déjà, nous avons commencé une série de rencontres

planifiées, d’abord avec le Père président de Justice et

Paix, puis avec le Vicaire Général, avant même de pré-

parer et faire les conférences. Ici aussi, il a fallu informer

officiellement Mgr Evariste NGOYAGOYE; archevêque

de Bujumbura, avant d’entreprendre quoique ce soit.

Puis par la grâce de Dieu, la bonne nouvelle est

tombée ! Mgr l’archevêque Evariste NGOYAGOYE qui

a reçu le message de M. Marcel Lefebvre de nous ac-

cueillir a, par la voix de son Vicaire Général Mgr Anatole

RUBERINYANGE, donné son accord pour la tenue de

nos activités au BURUNDI. Nous avons commencé par

diffuser l’information dans les universités publiques et

privées de Bujumbura, et dans les média catholiques et

privés.

KANANGA, au centre de la terre !

Je suis arrivé le jeudi 29 mai au soir, par un vol FO-

KKER 50 à KANANGA, après quelques jours passés à

KINSHASA. Depuis le RWANDA, les contacts avec Mme

Delphine BILOWA, directrice de CARITAS-KANANGA,

grâce à la diligence de Jean-Pierre Richard, ont abouti

à une planification rigoureuse de mon calendrier de tra-

vail.

Ainsi à ma descente d’avion, j’ai été conduit au cen-

tre d’accueil missionnaire CIPANDA, puis s’en est sui-

vie une séance de travail de 45 mn, pour valider mon

programme dont une copie m’a été remise sur place.

Mon premier rendez-vous était donc le Colloque Inter-

national sur le thème: «Développement durable en Afri-

que, portée et limites», tenu les 30 et 31 mai 2014, à

l’Université Catholique du KASAÏ à KANANGA.

Nous étions quatre conférenciers à intervenir. Mes

illustres devanciers, très en verve, ont montré leur talent

académique! Ils se sont évertués à définir le concept de

développement en des termes bien accessibles à tous.

Quand arriva cependant notre tour de passage, nous

avions compris que là se présentait à nous, une des for-

midables occasions de cette mission dans cette région

située au centre du globe terrestre.

Après avoir fait les civilités, j’ai présenté en une di-

zaine de minutes l’œuvre des Pèlerins de Saint Michel

et son illustre fondateur M. Louis EVEN, et le pourquoi

du combat d’information du journal Vers Demain (de

toutes les façons, un débat était prévu à la suite de nos

interventions). Je leur ai expliqué que le système finan-

cier qui régente le monde en ce moment ne permettra

jamais la mise en œuvre d’aucune politique de dévelop-

pement véritable, parce qu’il est sorti de son rôle... Et

alors, l’auditoire ahuri et choqué, a commencé à scan-

der «plus de temps, pour lui!»

Puis le modérateur accepte de se plier à la volonté

de l’assemblée en nous accordant de prendre tout notre

temps pour étancher la soif populaire sur ces questions

délicates, c’est alors que nous parlons du véritable but

de l’économie, de la dictature bancaire planétaire qui

détruit tous les projets des nations, du système d’ar-

gent-dettes cause de la pauvreté et des guerres, etc...

Mon expérience personnelle montre que cette mis-

sion a été très bien planifiée par la Maison Saint Michel,

qui lui a accordé toute l’attention nécessaire, en plus des

dispositions pratiques qui ont été prises sur le terrain en

vue du succès final. Ici, nous voulons saluer entre autres

qualités, l’homme de communication qu’est M. Marcel

LEFEBVRE, ainsi que son sens élevé du service !

La mission a été tout aussi bien organisée avec

beaucoup de rigueur et d’intérêt, par les organisations

de la société civile et les personnes qui nous ont accom-

pagnés, aussi bien sur le terrain que de loin. En général,

nous pouvons le dire, la main de Dieu a conduit cette

mission.

Louis Fahé

quatre mois déjà ! Une formidable session d’études a eu

lieu dans les normes, avec la remise de brevets de par-

ticipation. Mgr Dieudonné URINGI du diocèse de BUNIA

nous a rendu les choses faciles, avec la désignation de

Sœur Marcelle, Supérieure régionale des Sœurs de Ma-

rie pour nous accompagner, durant la semaine d’études.

Ailleurs, nous avons bénéficié de la très précieuse

collaboration de prêtres, de religieuses, et de laïcs...

Ainsi, nous avons fait plusieurs conférences, émissions

radiodiffusées et télévisées, sessions de formation et

accordé d’importantes audiences à des consacrés et

autres personnalités civiles des localités visitées. L’ex-

périence dans la province orientale a été très bonne

sur le plan des enseignements à tirer, car les activités

étaient plus ou moins planifiées, et pourtant la mobilisa-

tion et l’engouement malgré tout, était réels !

Le Rwanda s’ouvre au crédit social !

Notre entrée dans le pays des mille collines (il y en

a certainement trois fois plus) s’est faite sans trompet-

te ni tambour, mais… discrètement, à pieds. La ville

de GISEYNI qui nous ouvre les portes du Rwanda, est

jumelle de GOMA en République Démocratique du

Congo, et située à seulement un mètre, derrière une

barrière virtuelle, qu’aucune volonté politique ou autre,

ne souhaite renforcer.

Après six heures de route à travers monts et colli-

nes, nous voici aux bons soins de Mademoiselle Bea-

tha UWAMWIZA, et du bouillant Abbé Ildephonse UWI-

MANA, vicaire à la paroisse Sainte-Famille de KIGALI.

Ce jeune prêtre a bravé tous les obstacles et «autres

interdits», pour nous concocter un programme d’acti-

vités réaliste.

Malgré des conditions routières difficiles dans cette région de la RDC, l’accueil à Bunia a été

extraordinaire, fruit d’une activité planifiée, bien préparée et d’une organisation exceptionnelle.

Depuis 2014, l’auditorium de

l’Université Panafricaine du Congo

(UPAC) à Kinshasa s’appelle «Audi-

torium Louis Even», en l’honneur du

fondateur de Vers Demain et en appré-

ciation de son message de libération

économique.

u

M. Fahé de retour à Bunia en RDC en mars 2015 pour d’autres sessions d’étude.

Changement d’adresse

Veuillez nous faire parvenir votre nouvelle

adresse lorsque vous déménagez. Les bureaux

de poste ne nous donnent pas les nouvelles

adresses. Nous devons acquitter des frais d’un

dollar pour chaque adresse qui nous est retour-

née. Envoyez donc votre nouvelle adresse au

bureau de Vers Demain.

28

VERS DEMAIN mars-avril 2015

VERS DEMAIN mars-avril 2015

www.versdemain.org www.versdemain.org

29