Table of Contents Table of Contents
Previous Page  16-17 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 16-17 / 32 Next Page
Page Background

Le 18 mars 2015, le Pape François reconnaissait

comme authentique le miracle attribué à l’intercession

des Bienheureux Louis Martin et Zélie Guérin — les

parents de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus — signant

ainsi le décret de canonisation. Selon le cardinal An-

gelo Amato, préfet de la Congrégation pour les Cau-

ses des Saints, cette canonisation devrait avoir lieu à

Rome en octobre 2015, à l’occasion du Synode sur

la famille. Ils deviennent ainsi les premiers époux et

parents de toute l’histoire de l’Église à être canonisés.

L’un comme l’autre avaient pensé à s’engager

dans la vie religieuse avant de se marier. Ils ont donné

naissance à neuf enfants, dont quatre sont morts en

bas âge. Les cinq filles qui ont survécu sont toutes de-

venues religieuses, dont quatre au Carmel de Lisieux.

La dernière, Thérèse, a été canonisée en 1925 et pro-

clamée docteur de l’Église en 1997. Le procès en béa-

tification des quatre autres filles Martin est en cours.

Le 26 mars 1994, le pape Jean-Paul II signait les

décrets d’héroïcité des vertus de Louis et Zélie Martin

et les proclamait tous deux vénérables. Le 17 janvier

2008, la commission médicale de la Congrégation

pour les Causes des

Saints déclarait inexpli-

cable pour la science la

guérison du jeune Pietro

Schilirò, de Monza, en

Italie. Né le 25 mai 2002,

Pietro était atteint, peu

après sa naissance, de

graves problèmes res-

piratoires. La guérison

Canonisation de Louis et Zélie Martin,

parents de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus

Un modèle pour tous les couples de la terre

Louis Martin (1823-1894) et Zélie Guérin (1831-1877)

Pietro avec la photo des

bienheureux lors de sa

guérison miraculeuse.

imprévue survenue le 29 juin 2002, après

une neuvaine de prières, est attribuée à

l’intercession des vénérables Serviteurs

de Dieu Louis et Zélie Martin.

Le 3 juillet 2008, le Pape Benoît XVI

approuvait le miracle de la guérison de

Pietro, permettant leur béatification, et

déclarait le 12 juillet date de leur fête au

calendrier liturgique. (Louis et Zélie Martin

se sont mariés à minuit dans la nuit du 12

au 13 juillet 1858 à Alençon.) Louis et Zélie

Martin ont été officiellement proclamés

bienheureux, à Lisieux, le dimanche 19 oc-

tobre 2008. Dans son homélie, le Cardinal

José Saraiva Martins, précisait le motif de

leur béatification:

«Parmi les vocations auxquelles les hommes

sont appelés par la Providence, le mariage est l’une

des plus nobles et des plus élevées. Louis et Zélie

ont compris qu’ils pouvaient se sanctifier non pas

malgré le mariage mais à travers, dans et par le ma-

riage, et que leurs épousailles devaient être considé-

rées comme le point de départ d’une montée à deux.

Aujourd’hui, l’Église reconnaît dans ce couple la sain-

teté éminente de l’institution de l’amour conjugal,

telle que l’a conçue le Créateur Lui-même.»

Le miracle reconnu en mars 2015 pour la canoni-

sation concerne la guérison inexplicable d’une enfant

espagnole, Carmen, actuellement âgée de quatre ans

et habitant dans le diocèse de Valence, en Espagne.

Née prématurément et atteinte de multiples compli-

cations dont une hémorragie cérébrale très grave,

elle n’aurait pas dû pouvoir survivre. L’équipe médi-

cale qui la suivait a toutefois dû constater non seu-

lement une amélioration spectaculaire mais l’absence

totale désormais de séquelles après que ses parents –

conseillés par des amis car ils ne connaissaient pas la

vie des époux Martin – aient demandé dans la prière et

par «leur intercession», le rétablissement de leur fille.

En déclarant saints Louis et Zélie Martin, l’Église

offre à tous les couples de la terre un modèle montrant

que le mariage et la vie de famille forment un chemin

de sainteté aussi efficace que celui de la vie religieuse.

L’abbaye Saint-Joseph de Clairval (www.clairval.

com), située au diocèse de Dijon, en France, publie

chaque mois une lettre portant sur la vie de saints ou

bienheureux. En septembre 1999, elle publie la lettre

suivante sur les futurs saints, Louis et Zélie Martin (re-

produite avec permission):

par Dom Antoine-Marie, o.s.b.

Oui, la civilisation de l’amour est possible, ce n’est

pas une utopie ! Mais elle n’est possible que si l’on

se tourne constamment avec ardeur vers Dieu, Père

de notre Seigneur Jésus-Christ, de qui provient toute

paternité dans le monde (Ep 3, 14-15), de qui pro-

vient toute famille humaine» (Jean-Paul II, Lettre aux

Familles, 2 février 1994, n. 15). C’est, en effet, dans

la famille que naît et se développe la civilisation de

l’amour.

Or, «depuis quelques temps se répètent les atta-

ques contre l’institution familiale. Il s’agit d’atteintes

d’autant plus dangereuses et insidieuses qu’elles mé-

connaissent la valeur irremplaçable de la famille fon-

dée sur le mariage» (Jean-Paul II, 4 juin 1999). Mais

«il n’est pas sans importance pour les enfants de naî-

tre et d’être éduqués dans un foyer constitué par des

parents unis dans une alliance fidèle» (Id.). Le mariage

est cette alliance par laquelle «un homme et une fem-

me constituent entre eux une communauté de toute

la vie, ordonnée par son caractère naturel au bien des

conjoints ainsi qu’à la génération et à l’éducation des

enfants» (Code de Droit Canonique, c. 1055, § 1). Le

respect d’une telle union est «d’une extrême impor-

tance pour le progrès personnel et le sort éternel de

chacun des membres de la famille, pour la dignité, la

stabilité, la paix et la prospérité de la société humaine

«Le Bon Dieu

m’a donné un

père et une

mère plus

dignes du Ciel

que de la terre»

Sainte Thérèse

de l’Enfant-Jésus

Carmen et ses parents avec Mgr Jacques Habert,

évêque de Sées (diocèse dont fait partie Alençon),

à Valence, en mai 2013.

u

16

VERS DEMAIN mars-avril 2015

VERS DEMAIN mars-avril 2015

www.versdemain.org www.versdemain.org

17