Table of Contents Table of Contents
Previous Page  42-43 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 42-43 / 48 Next Page
Page Background

Le Ciel s’ouvre

Le 20 avril 1668, elle est prise d’un crachement de

sang. Elle est saisie d’une fièvre et d’une grande dou-

leur à la poitrine. Sa maladie dure 18 jours. Le 7 mai,

elle reçoit les derniers sacrements. On prie pour sa gué-

rison. Dans la nuit, vers 3 heures, ses douleurs la quit-

tent. Elle se croit guérie. De sa belle voix, elle entonne

le Te Deum. Puis elle demande un bouillon de soupe,

et elle s’endort paisiblement. Une demi-heure s’écoule,

une infirmière met la main sur sa bouche et constate

qu’elle ne respire plus. Elle s’éteint le 8 mai 1668, fête

de saint Michel Archange au Mont

Gargan. La belle âme de sœur Marie-

Catherine s’envole au Ciel, à l’Hôtel-

Dieu de Québec à l’âge de 36 ans. Le

corps de la sainte hospitalière est ex-

posé dans la chapelle de l’Hôtel-Dieu.

«Son visage, dit la

Relation des Jésui-

tes

, resta comme celui d’une per-

sonne qui serait en contemplation.»

Toute la ville de Québec qui visite le

corps de la sainte est témoin de cette

merveille.

Pour avoir offert sa vie pour l’Égli-

se et le salut de la Nouvelle-France,

Marie-Catherine de Saint-Augus-

tin est considérée cofondatrice de

l’Église du Canada. Reconnue «Véné-

rable» par Rome le 9 mars 1984, le

Saint-Père Jean Paul II l’a proclamée

«Bienheureuse» le 23 avril 1989.

Notre patrie a été fondée par le

sang des martyrs, l’holocauste des

saints, la sueur de nos colons. Ceux

qui en ont pris possession l’ont fait

au nom du Christ. Comme le procla-

mait le Cardinal Pie pour la France, on peut le répéter

pour notre Nouvelle-France:

«Jésus-Christ est la pierre

angulaire de notre pays, le sommaire de notre histoire,

Jésus-Christ, c’est tout notre avenir...»

Thérèse Tardif

Renseignements tirés des écrits du Père Paul Raguenau,

Supérieur de l’Hôtel-Dieu, directeur spirituel de Marie Cathe-

rine de Saint-Augustin.

Neuvaine à la Bienheureuse

Catherine de Saint-Augustin pour obtenir

la guérison d’une jeune Malgache

Harimino Razafimahatratra, de Madagascar, est la

sœur de Dina de Madagascar. Toutes les deux sont

venues donner du temps à la Maison Saint-Michel,

à Rougemont. Harimino est très malade. Âgée de 23

ans, elle est à son deuxième accident cérébral vascu-

laire (ACV). Son médecin lui a dit qu’elle doit se faire

opérer pour guérir; on n’a pas la technologie pour le

faire à Madagascar. Il faut qu’elle aille dans un pays qui

pourra l’opérer. Ce qui coûterait très cher. La pauvre pe-

En 1652, sœur Marie-Catherine est assaillie par

deux tentations: l’une d’impureté et l’autre de retour-

ner en France. Elle combat vaillamment la première,

par la prière et les mortifications qu’elle s’impose

.

A la

tentation de quitter le Canada, elle répond par un vœu

de perpétuelle stabilité dans sa patrie d’adoption.

Soeur Marie-Catherine est gratifiée de quantité

d’extases et de visions, visions de la Vierge dans son

Assomption, vision merveilleuse de la Cité mariale

dans le Paradis, visions fréquentes de Notre-Seigneur,

visions de saint Michel, de saint Joseph, de plusieurs

autres saints du Paradis, dont le Père de Brébeuf que

Dieu Lui-même lui donne comme directeur spirituel;

visions d’âmes du purgatoire sauvées par elle; visions

des consciences; visions de personnes décédées en

France dont elle annonce la mort au Canada, avant

que la nouvelle en arrive par les bateaux.

Monseigneur de Laval

Monseigneur François de Laval, nommé le 24 juin

(fête de saint Jean-Baptiste) 1658, vicaire apostolique

au Canada, sacré évêque le 8 décembre (fête de l’Im-

maculée Conception), arrive à Québec le 9 juin 1659.

Le 15 août de la même

année, fête de l’Assomption,

soeur Marie-Catherine doit

être confirmée avec d’autres

jeunes sœurs de sa commu-

nauté, mais Mgr de Laval est

dans l’obligation de remet-

tre la célébration. Ce jour-là

même, 15 août, sœur Marie-

Catherine voit alors mysti-

quement par anticipation,

sa confirmation dans le Ciel.

Lorsqu’elle est confirmée

avec 100 Amérindiens, par Mgr de Laval, le 24 août,

la même grâce se renouvelle, elle voit de nouveau sa

confirmation se dérouler dans le Ciel. Ce qui lui donne

le courage de s’enfoncer toujours plus profondément

dans l’accomplissement de la Volonté de Dieu sur elle.

Mgr de Laval connaît déjà le trésor de sainteté que

possède l’Hôtel-Dieu dans la personne de sœur Marie-

Catherine. Il la consulte très souvent et recommande à

ses prières les affaires les plus importantes du diocèse.

Voici ce que Mgr de Laval  écrivait lui-même à la

supérieure des hospitalières de Bayeux. Nous gardons

le texte tel quel

: «Ma chère Mère, il y a grand sujet

de bénir Dieu de la conduite qu’il a tenuë sur nôtre

Sœur Catherine de saint Augustin. C

’étoit

une âme

qu’il s’

étoit

choisie pour luy communiquer des grâces

très-grandes et très-particulières: sa sainteté sera

mieux connuë dans le Ciel qu’en cette vie; car asseu-

rément elle est extraordinaire. Elle a beaucoup fait

et beaucoup souffert avec une fidélité inviolable, et

un courage qui

étoit

au dessus du commun. Sa cha-

rité pour le prochain

étoit

capable de tout embrasser

pour difficile qu’il fût. Je n’ay pas besoin des choses

extraordinaires qui se sont passées en elle pour être

convaincu de sa sainteté; ses véritables vertus me la

font parfaitement

connoître

.

»

En 1660, on confie une possédée du démon aux

bons soins de sœur Marie-Catherine. Les démons

enragés contre la sainte religieuse lui font subir dif-

férents tourments allant jusqu’à lui donner une aver-

sion effroyable de la communion. Et quand elle prie

pour les pécheurs, Dieu permet qu’elle soit comme

une prison où les démons, contraints d’y demeurer,

sont empêchés de poursuivre, chez les autres, leurs

actions maléfiques.

Tremblement de terre

Le commerce de l’eau-de-vie éclate comme un

fléau sur la Nouvelle-France. Mgr de Laval décide de

repasser en France pour recourir à l’autorité du Roi.

Soeur Marie-Catherine voit Notre-Seigneur extrê-

mement irrité. Elle le prie de convertir les coupables

et s’accable de pénitence. Le 5 février 1663, débute le

prodigieux tremblement de terre par tout le Canada les

secousses s’étendent sur 7 longs mois.

Dieu favorise sœur Marie-Catherine de la vision du

tremblement de terre au Canada avant qu’il ait lieu,

afin de l’engager à prier pour la conversion du peu-

ple. Pendant le séisme, elle s’offre en holocauste, afin

que Dieu se laisse toucher et permet que le peuple se

convertisse, et, malgré les secousses violentes, il n’y a

aucune perte de vie.

Notre-Seigneur flagellé

Soeur Marie-Catherine voit

Notre-Seigneur fraîchement fla-

gellé, tout couvert de sang. La

haine que les démons lui inspi-

rent contre Dieu se change en un

amour si fort et si tendre qu’elle

en est entièrement transformée

et elle conçoit une horreur très

forte du péché.

Le Père de Brébeuf annonce, dans une vision à

sœur Marie-Catherine, que les démons ont obtenu de

Dieu qu’elle n’éprouve plus aucun secours extraordi-

naire surnaturel. Et, au même moment, entre en elle

une troupe de démons pour la tourmenter. Elle offre

aussi ses souffrances pour les âmes du purgatoire.

Elle en délivre plusieurs.

Soeur Marie-Catherine obtient par ses prières et

ses souffrances la conversion du gouverneur de la

Nouvelle-France, M. de Mésy qui laissait libre cours

au commerce de l’eau-de-vie.

Le salut des âmes

Modèle de l’hospitalière au chevet des malades,

sœur Marie-Catherine

leur prodigue tous les soins du

corps, elle est mille fois plus préoccupée du salut de

leur âme. Elle demande à Dieu et obtient la faveur que

personne, de son hôpital, ne meure sans être en état

de grâce.

tite n’a pas d’argent, sa famille non plus. Elle demande

notre secours. Nous avons décidé de nous adresser au

Médecin du Ciel par l’intercession de la Bienheureuse

Marie-Catherine de Saint-Augustin, infirmière de sa pro-

fession, petite Française qui a quitté la France, à l’âge

de 16 ans, pour venir se dévouer au soin des malades

au début de la fondation de Québec. Elle fut parmi les

cinq premières infirmières au début de la fondation de

l’Hôtel-Dieu de Québec. Pour être canonisée elle doit

faire un miracle. Si telle est la Volonté de Dieu, nous

l’implorons de guérir Harimino. Notre petite malade

sera mieux guérie que par l’opération

et elle n’aura pas de séquelles et elle

n’aura rien à payer. Nous demandons

à tous ceux qui reçoivent et lisent ce

message, d’avoir la bonté de faire

cette neuvaine au moment où cela

leur conviendra le mieux, par charité

pour cette bonne petite amie de Vers

Demain. —

Thérèse Tardif

Prière de la neuvaine

Seigneur Jésus, pour votre gloire

et le bien des âmes, daignez glorifier

votre humble épouse, la fidèle ser-

vante des pauvres et des malades,

la Bienheureuse Marie-Catherine de

Saint-Augustin, que vous avez asso-

ciée à vos souffrances pour le salut

de la patrie canadienne, et donnez-

lui de nous secourir en nous obte-

nant la grâce de la guérison de Hari-

mino que nous demandons par son

intercession. Amen

( Avec l’autorisa-

tion de l’Ordinaire: Mgr Gaétan Proulx,

O.S.M., Evêque aux V.G., 21 mai 2013.)

On peut obtenir des images, des mé-

dailles et des reliques ayant touché aux os de la bienheureuse

Marie-Catherine, en s’adressant à:

Sœur Carmelle Bisson A.M.J. Directrice du

Centre Ca-

therine St-Augustin, 75, des Remparts, Québec Qc. G1T

3R9 Téléphone 1 418 692-2492 - courriel directrice@

centrecatherine.ca.

Pour plus d’informations vous pou-

vez consulter le site:

www.centrecatherine.ca

Reliquaire de la Bienheureuse

Marie-Catherine de Saint-Augustin

Saint François de Laval

Catherine de Saint-Augustin par

l’abbé Pommier (1668). Centre

Catherine-de-Saint-Augustin

42

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2015

www.versdemain.org