Table of Contents Table of Contents
Previous Page  12-13 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 12-13 / 48 Next Page
Page Background

aux effets environnementaux qu’il laissera aux pro-

chaines générations?

Dans le schéma du gain il n’y a pas de place pour

penser aux rythmes de la nature, à ses périodes de

dégradation et de régénération, ni à la complexité

des écosystèmes qui peuvent être gravement altérés

par l’intervention humaine. De plus, quand on parle

de biodiversité, on la conçoit au mieux comme une

réserve de ressources économiques qui pourrait être

exploitée, mais on ne prend pas en compte sérieuse-

ment, entre autres, la valeur réelle des choses, leur

signification pour les personnes et les cultures, les

intérêts et les nécessités des pauvres.

Redéfinir le progrès

191. Quand on pose ces ques-

tions, certains réagissent en accu-

sant les autres de prétendre arrêter

irrationnellement le progrès et le

développement humain. Mais nous

devons nous convaincre que ralentir

un rythme déterminé de production

et de consommation peut donner

lieu à d’autres formes de progrès

et de développement. Les efforts

pour une exploitation durable des

ressources naturelles ne sont pas

une dépense inutile, mais un in-

vestissement qui pourra générer

d’autres bénéfices économiques à

moyen terme. Si nous ne souffrons

pas d’étroitesse de vue, nous pou-

vons découvrir que la diversification

d’une production plus innovante, et ce avec un moin-

dre impact sur l’environnement, peut être très ren-

table. Il s’agit d’ouvrir le chemin à différentes oppor-

tunités qui n’impliquent pas d’arrêter la créativité de

l’homme et son rêve de progrès, mais d’orienter cette

énergie vers des voies nouvelles.

193... Nous savons que le comportement de ceux

qui consomment et détruisent toujours davantage

n’est pas soutenable, tandis que d’autres ne peu-

vent pas vivre conformément à leur dignité humaine.

C’est pourquoi l’heure est venue d’accepter une cer-

taine décroissance dans quelques parties du monde,

mettant à disposition des ressources pour une saine

croissance en d’autres parties. Benoît XVI affirmait

qu’«il est nécessaire que les sociétés technologi-

quement avancées soient disposées à favoriser des

comportements plus sobres, réduisant leurs propres

besoins d’énergie et améliorant les conditions de son

utilisation». (

Benoit XVI, Message pour la Journée

mondiale de la paix 2010, n. 9

.)

194. Pour que surgissent de nouveaux modè-

les de progrès nous devons «convertir le modèle de

développement global», ce qui implique de réfléchir

de manière responsable «sur le sens de l’économie

et de ses objectifs, pour en corriger les dysfonction-

nements et les déséquilibres». (Ibid, n. 5.) Il ne suffit

pas de concilier, en un juste milieu, la protection de

la nature et le profit financier, ou la préservation de

l’environnement et le progrès. Sur ces questions, les

justes milieux retardent seulement un peu l’effondre-

ment. Il s’agit simplement de redéfinir le progrès. Un

développement technologique et économique qui ne

laisse pas un monde meilleur et une qualité de vie

intégralement supérieure ne peut pas être considéré

comme un progrès.

195. Le principe de la maximalisation du gain, qui

tend à s’isoler de toute autre considération, est une

distorsion conceptuelle de l’économie: si la produc-

tion augmente, il importe peu que cela se fasse au

prix des ressources futures ou de la santé de l’envi-

ronnement; si l’exploitation d’une

forêt fait augmenter la production,

personne ne mesure dans ce calcul

la perte qu’implique la désertifica-

tion du territoire, le dommage cau-

sé à la biodiversité ou l’augmenta-

tion de la pollution.

Chapitre 6 – Éducation et

spiritualité écologiques

203. Étant donné que le marché

tend à créer un mécanisme consu-

mériste compulsif pour placer ses

produits, les personnes finissent

par être submergées, dans une spi-

rale d’achats et de dépenses inuti-

les... Ce paradigme fait croire à tous

qu’ils sont libres, tant qu’ils ont une

soi-disant liberté pour consommer, alors que ceux qui

ont en réalité la liberté, ce sont ceux qui constituent

la minorité en possession du pouvoir économique et

financier...

206. Un changement dans les styles de vie pour-

rait réussir à exercer une pression saine sur ceux

qui détiennent le pouvoir politique, économique et

social. C’est ce qui arrive quand les mouvements de

consommateurs obtiennent qu’on n’achète plus cer-

tains produits, et deviennent ainsi efficaces pour mo-

difier le comportement des entreprises, en les forçant

à considérer l’impact environnemental et les modè-

les de production. C’est un fait, quand les habitudes

de la société affectent le gain des entreprises, celles-

ci se trouvent contraintes à produire autrement. Cela

nous rappelle la responsabilité sociale des consom-

mateurs: «Acheter est non seulement un acte écono-

mique mais toujours aussi un acte moral». (

Caritas in

veritate,

n. 66.) C’est pourquoi, aujourd’hui «le thème

de la dégradation environnementale met en cause les

comportements de chacun de nous».

Conversion intérieure

217. S’il est vrai que «les déserts extérieurs se

multiplient dans notre monde, parce que les déserts

u

intérieurs sont devenus très grands», la crise écologi-

que est un appel à une profonde conversion intérieure.

Mais nous devons aussi reconnaître que certains chré-

tiens, engagés et qui prient, ont l’habitude de se mo-

quer des préoccupations pour l’environnement, avec

l’excuse du réalisme et du pragmatisme. D’autres sont

passifs, ils ne se décident pas à changer leurs habitu-

des et ils deviennent incohérents. Ils ont donc besoin

d’une conversion écologique, qui implique de laisser

jaillir toutes les conséquences de leur rencontre avec

Jésus-Christ sur les relations avec le monde qui les

entoure. Vivre la vocation de protecteurs de l’œuvre

de Dieu est une part essentielle d’une existence ver-

tueuse; cela n’est pas quelque chose d’optionnel ni un

aspect secondaire dans l’expérience chrétienne.

229. Il faut reprendre conscience que nous avons

besoin les uns des autres, que nous avons une res-

ponsabilité vis-à-vis des autres et du monde, que cela

vaut la peine d’être bons et honnêtes. Depuis trop

longtemps déjà, nous sommes dans la dégradation

morale, en nous moquant de l’éthique, de la bonté,

de la foi, de l’honnêteté. L’heure est arrivée de réaliser

que cette joyeuse superficialité nous a peu servi. Cette

destruction de tout fondement de la vie sociale finit par

nous opposer les uns aux autres, chacun cherchant à

préserver ses propres intérêts; elle provoque l’émer-

gence de nouvelles formes de violence et de cruauté,

et empêche le développement d’une vraie culture de

protection de l’environnement.

246. Après cette longue réflexion, à la fois joyeu-

se et dramatique, je propose deux prières: l’une que

nous pourrons partager, nous tous qui croyons en un

Dieu Créateur Tout-Puissant; et l’autre pour que nous,

chrétiens, nous sachions assumer les engagements

que nous propose l’Évangile de Jésus, en faveur de

la création.

Prière pour notre terre

Dieu Tout-Puissant

qui es présent dans tout l’univers

et dans la plus petite de tes créatures,

Toi qui entoures de ta tendresse tout ce qui existe,

répands sur nous la force de ton amour pour que

nous protégions la vie et la beauté.

Inonde-nous de paix, pour que nous vivions

comme frères et sœurs

sans causer de dommages à personne.

Ô Dieu des pauvres,

aide-nous à secourir les abandonnés

et les oubliés de cette terre

qui valent tant à tes yeux.

Guéris nos vies,

pour que nous soyons des protecteurs du monde

et non des prédateurs,

pour que nous semions la beauté

et non la pollution ni la destruction.

Touche les cœurs

de ceux qui cherchent seulement des profits

aux dépens de la terre et des pauvres.

Apprends-nous à découvrir

la valeur de chaque chose,

à contempler, émerveillés,

à reconnaître que nous sommes profondément unis

à toutes les créatures

sur notre chemin vers ta lumière infinie.

Merci parce que tu es avec nous tous les jours.

Soutiens-nous, nous t’en prions,

dans notre lutte pour la justice, l’amour et la paix.

Prière chrétienne avec la création

Nous te louons, Père, avec toutes tes créatures,

qui sont sorties de ta main puissante.

Elles sont tiennes, et sont remplies de ta présence

comme de ta tendresse.

Loué sois-tu.

Fils de Dieu, Jésus,

toutes choses ont été créées par toi.

Tu t’es formé dans le sein maternel de Marie,

tu as fait partie de cette terre,

et tu as regardé ce monde avec des yeux humains.

Aujourd’hui tu es vivant en chaque créature

avec ta gloire de ressuscité.

Loué sois-tu.

Esprit-Saint, qui par ta lumière

orientes ce monde vers l’amour du Père

et accompagnes le gémissement de la création,

tu vis aussi dans nos cœurs

pour nous inciter au bien.

Loué sois-tu.

Ô Dieu, Un et Trine,

communauté sublime d’amour infini,

apprends-nous à te contempler

dans la beauté de l’univers,

où tout nous parle de toi.

Éveille notre louange et notre gratitude

pour chaque être que tu as créé.

Donne-nous la grâce

de nous sentir intimement unis à tout ce qui existe.

Dieu d’amour, montre-nous

notre place dans ce monde

comme instruments de ton affection

pour tous les êtres de cette terre,

parce qu’aucun n’est oublié de toi.

Illumine les détenteurs du pouvoir et de l’argent

pour qu’ils se gardent du péché de l’indifférence,

aiment le bien commun, promeuvent les faibles,

et prennent soin de ce monde que nous habitons.

Les pauvres et la terre implorent:

Seigneur, saisis-nous

par ta puissance et ta lumière

pour protéger toute vie,

pour préparer un avenir meilleur,

pour que vienne

ton Règne de justice, de paix, d’amour et de beauté.

Loué sois-tu.

Amen.

Pape François

12

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2015

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2015

www.versdemain.org www.versdemain.org

13