Table of Contents Table of Contents
Previous Page  30-31 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 30-31 / 32 Next Page
Page Background

L’abbé André Nicaise Tehoua, du Cameroun, a par-

ticipé pour une deuxième fois à notre session d’étude

en août 2015 à Rougemont sur la démocratie écono-

mique; il avait aussi participé à celle d’août 2014, et il

est toujours aussi enthousiaste de

ce qu’il a appris. Voici ce qu’il a écrit

aux directeurs de Vers Demain en

septembre 2015 après son retour

au Cameroun:

Bonjour à Mme la Directrice et

à tous les directeurs, bonjour à tou-

te la Communauté des Pèlerins de

saint Michel à Rougemont,

C'est avec un cœur plein de joie

que je viens vous traduire une fois

de plus ma reconnaissance pour

le séjour que j'ai passé dans votre

Institut et qui m'a permis de m’im-

prégner davantage de la connais-

sance du Crédit social à travers la

lecture des œuvres de Louis Even

et la Session d'Etude. Ce temps de

grâce meublé par la prière au côté

de la Très Sainte Vierge Marie et

de nos aînés les Saints dont nous

entendions les éloquents récits de témoignages tous

les matins, ce temps, disais-je, m'a permis par ailleurs

d'opérer le passage dans une nouvelle décennie au

service de l'Eglise en tant que prêtre.

Je rends infiniment grâce à Dieu pour le signe que

chacun des membres de votre Communauté a été

pour moi. Je garde un souvenir particulier de chacun

et demande humblement au Seigneur d'entretenir lui-

même le Trésor de vie spirituelle et d'implication à la

justice que l'Esprit a mis en vos coeurs.

Par ailleurs, nous avons tous conscience des en-

jeux et des défis de notre temps en matière de justice

sociale et de dignité de la personne. La pertinence de

votre action, la conviction qui la porte ainsi que la per-

manence de vos prières à cet égard sont la garantie

certaine des résultats que nous appelons de tous nos

voeux. A chaque jour suffit son combat et chaque com-

bat mené avec le Christ participe à la victoire finale.

Les témoignages des prêtres et religieux que nous

avons écoutés pendant les séminaires à Rougemont

montrent que la vie et les enseignements reçus chez

vous nous permettent de renforcer certains aspects

essentiels de nos vies sacerdotales,

notamment au niveau de la promo-

tion de la connaissance et de la pra-

tique de la doctrine sociale de l'Egli-

se au sein des unités pastorales où

nous sommes en service.

Dès mon retour, j'ai repris le ser-

vice au sein de la paroisse. Demain

dimanche, tous les prêtres du dio-

cèse entreront en retraite spirituelle

pour une semaine avant l'ouverture

de l'année pastorale présidée par

l'évêque en fin de semaine.

Mais entre-temps. nous avons

continué de porter la lumière du

Crédit social auprès de ceux que

Dieu met sur mon chemin. Nous

aimerions avoir les contacts de la

Sr Jeanne qui fait du porte-à-porte

au Cameroun. Je l'ai demandé à

M. Lefebvre au téléphone mais la

connexion n'était pas bonne.

En moi, le souvenir de cette belle expérience reste

vivant et porteur de joie spirituelle nouvelle pour mon

humble service pastoral: l'heure d'adoration du diman-

che, les messes concélébrées, des laudes et vêpres so-

lennelles au quotidien, la fraternité et l'amour partagés

au sein de cette belle petite communauté de laïcs que

constituent les Pleins-temps, le souvenir des grands

moments de la Session d'étude et des témoignages

qui en découlent, le souvenir des classes de chants,

des messes un peu "africaines", Que Dieu soit loué.

Prions pour cette belle Oeuvre des Pèlerins de

saint Michel.

Abbé André Nicaise Tehoua

Remerciements de l’abbé André Nicaise Tehoua, du Cameroun

Assemblées mensuelles

Maison de l’Immaculée

1101 rue Principale, Rougemont

Chaque mois aux dates suivantes:

25 octobre, 22 novembre

10 heures a.m.: Chapelet, conférences

Midi: dîner. 1h30: conférences

5.00 hres p.m. Sainte Messe à la chapelle

de la Maison de l’Immaculée.

Changement d’adresse

Veuillez nous faire parvenir votre nouvelle

adresse lorsque vous déménagez. Les bureaux

de poste ne nous donnent pas les nouvelles

adresses. Nous devons acquitter des frais d’un

dollar pour chaque adresse qui nous est re-

tournée. Envoyez donc votre nouvelle adresse

au bureau de Vers Demain.

Lors de l’audience générale du mercredi 20 mai

2015, le Pape François a dénoncé les intellectuels

«critiques» qui ont «de mille manières fait taire les

parents, pour défendre les jeunes générations des

soi-disant dommages de l’éducation familiale, et a

rappelé que les parents ne doivent pas abandonner

leur rôle de premiers éductaeurs de leurs enfants.

Voici des extraits de la catéchèse du Pape:

Aujourd’hui, nous nous arrête-

rons pour réfléchir sur une caracté-

ristique essentielle de la famille, à

savoir sa vocation naturelle à édu-

quer les enfants pour qu’ils gran-

dissent dans la responsabilité vis-

à-vis d’eux-mêmes et des autres.

Ce que nous avons entendu de

l’apôtre Paul, au début, est très

beau: «Vous les enfants, obéis-

sez en toute chose à vos parents;

cela est beau dans le Seigneur. Et

vous les parents, n’exaspérez pas

vos enfants; vous risqueriez de les

décourager» (Col 3,20-21). C’est

une règle sage... c’est comme cela

qu’il faut faire pour que les enfants

grandissent dans la responsabilité

vis-à-vis d’eux-mêmes et vis-à-vis

des autres.

Comment éduquer ? Quelle

tradition avons-nous, aujourd’hui,

à transmettre à nos enfants? Des intellectuels «cri-

tiques» en tous genres ont fait taire les parents de

mille façons, pour défendre les jeunes générations

des dommages – vrais ou présumés – de l’éduca-

tion familiale. La famille a été accusée, entre autre,

d’autoritarisme, de favoritisme, de conformisme, de

répression affective générateurs de conflits.

De fait, une fracture s’est ouverte entre la famille et

la société, entre la famille et l’école; le pacte éducatif,

aujourd’hui, est rompu; et ainsi, l’alliance éducative de

la société avec la famille traverse une crise parce que

la confiance réciproque a été minée. Les symptômes

sont nombreux. Par exemple, dans l’école, cela a porté

atteinte aux relations entre les parents et les ensei-

gnants. Parfois, il y a des tensions et une méfiance réci-

proque et les conséquences retombent naturellement

sur les enfants. D’autre part, il y a une multiplication des

prétendus «experts» qui ont pris la place des parents,

même dans les aspects les plus intimes de l’éducation.

Sur la vie affective, sur la personnalité et le développe-

ment, sur les droits et les devoirs, les «experts» savent

tout: objectifs, motivations, techniques. Et les parents

doivent seulement écouter, apprendre et s’adapter. (...)

Il est évident que ce système n’est pas bon: ce

n’est pas harmonieux, ce n’est pas dialogique, et au

lieu de favoriser la collaboration entre la famille et les

autres organismes éducatifs, les écoles, les salles de

sport… cela les oppose.

Comment en sommes-nous arrivés là? Il est cer-

tain que les parents, ou mieux, certains modèles édu-

catifs du passé avaient certaines

limites, c’est indéniable. Mais il

est aussi vrai qu’il y a des erreurs

que seuls les parents sont auto-

risés à faire, parce qu’ils peuvent

les compenser d’une manière

qui est impossible à personne

d’autre. D’autre part, nous le

savons bien, la vie est devenue

avare de temps pour parler, réflé-

chir, se confronter. Beaucoup de

parents sont «séquestrés» par

leur travail – papa et maman doi-

vent travailler – et par d’autres

préoccupations,

embarrassés

devant les nouvelles exigences

de leurs enfants et par la com-

plexité de la vie actuelle – qui

est comme cela, nous devons

l’accepter telle qu’elle est – et se

trouvent comme paralysés par la

peur de se tromper.

Mais le problème n’est pas

seulement de parler. D’ailleurs, un «dialogisme» su-

perficiel ne porte pas à une vraie rencontre de l’esprit

et du cœur. Demandons-nous plutôt: cherchons-

nous à comprendre «où» en sont vraiment nos en-

fants sur leur chemin? Où est réellement leur âme,

le savons-nous? Et surtout: voulons-nous le savoir ?

Sommes-nous convaincus qu’en réalité, ils n’atten-

dent que cela? (...)

J’espère que le Seigneur donnera aux familles

chrétiennes la foi, la liberté et le courage néces-

saires pour leur mission. Si l’éducation familiale

retrouve la fierté de son rôle primordial, beaucoup

de choses changeront en mieux, pour les parents

incertains et pour les enfants déçus. Il est temps

que les pères et les mères reviennent de leur exil

– parce qu’ils se sont auto-exilés de l’éducation de

leurs enfants – et assument à nouveau pleinement

leur rôle éducatif. Nous espérons que le Seigneur

donnera aux parents cette grâce de ne pas s’auto-

exiler de l’éducation de leurs enfants. Et cela, seuls

peuvent le faire l’amour, la tendresse et la patience.

Pape François

Le Pape François demande aux parents de ne pas laisser de

«prétendus» experts usurper l’éducation de leurs enfants

Credit: Catholic News Agency

30

VERS DEMAIN août-septembre 2015

VERS DEMAIN août-septembre 2015

www.versdemain.org www.versdemain.org

31