Table of Contents Table of Contents
Previous Page  24-25 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 24-25 / 32 Next Page
Page Background

destie comme une vertu qui nous oblige à être dignes,

corrects, réservés dans notre façon de nous habiller,

de nous tenir, de marcher, de nous asseoir — en gé-

néral, dans la manière de nous comporter extérieure-

ment. Cette vertu de la modestie a aussi un lien avec

d'autres vertus que la chasteté, spécialement la vertu

d’humilité. Cependant, d'une manière spéciale, la vertu

de modestie est considérée comme étant la gardienne

de la pureté, dans les pensées, les paroles et les actes.

Saint Thomas d'Aquin dit que, par cette vertu,

nous réglons sagement nos vies en nous abstenant

de ce qui peut provoquer des pensées, des désirs, des

paroles et des actes contre la pureté, en nous-mêmes

ou en d’autres personnes. Il dit que si la chasteté règle

les situations difficiles, les fortes passions, les mauvais

désirs, la modestie règle des situations faciles, éloigne

ou approche les occasions et les moyens qui chassent

ou attirent ces mauvais désirs. Nous voyons ainsi que

la vertu de modestie est reliée à la vertu de tempé-

rance et de la maîtrise de soi.

C'est cette vertu de modestie, dans sa relation avec

la chasteté, qui a amené le Pape Pie XII à s'adresser

aux évêques du monde entier, par la Sacrée Congré-

gation du Concile, en leur rappelant:

«Par tous les

moyens appropriés, il est très urgent d’exhorter et de

donner des recommandations précises aux peuples

de toutes catégories, surtout aux jeunes, afin qu’ils

évitent les dangers de cette sorte de vice qui est si

contraire à la vertu civique et chrétienne, et si dange-

reux. Qu’elle est belle alors la modestie et quelle bel-

le perle précieuse parmi les vertus! Alors, protégez-

la, ne permettez pas qu’elle soit violée ou profanée

par des séductions faciles et des penchants aux vices

provoqués par la manière de s’habiller et par d’autres

actions que nous avons déjà mentionnées…»

Dans la même encyclique sur la Virginité de Marie,

le Saint Père a encore écrit ceci : «

Les éducateurs de

la jeunesse rendraient un service précieux et utile

aux jeunes gens, s’ils leur inculquaient les lois de

la pudeur chrétienne. Cette vertu n’est-elle pas la

gardienne de la virginité et la prudence de la chas-

teté? Elle devine le danger et inspire la fuite dans les

occasions où les moins prudents s’exposent. La pu-

deur n’aime pas les paroles déshonnêtes et déteste

la tenue immodeste; elle se garde d’une familiarité

suspecte avec les personnes de l’autre sexe, car elle

remplit l’âme d’un profond respect pour le corps, ce

membre du Christ, ce temple du Saint-Esprit. L’âme

vraiment pudique a horreur du moindre péché d’im-

pureté et se retire au premier éveil de la séduction.»

La modestie et les écrits

Que nous en soyons conscients ou non, nous

sommes influencés par des livres, magazines, et jour-

naux que nous lisons, qui tous laissent leur empreinte

en nous en tant qu’individus. Au 18e siècle, Samuel

Johnson exprimait la même idée lorsqu'il disait: «Les

livres ont toujours une influence secrète sur la faculté

de compréhension (l’entendement). Nous ne pouvons

pas effacer à volonté ces idées; celui qui lit des livres

de science, quoique sans aucune intention ou désir

de s'instruire davantage, il acquerra plus de connais-

sances; celui qui se distrait par des traités de religion

avancera sans s’apercevoir en bonté. Les idées qui

sont offertes à l’esprit, trouveront un moment propice

quand on sera disposé à les recevoir.»

Notre imagination est la faculté que nous avons

de former des images mentales de l’univers maté-

riel. L’imagination peut reproduire ce que nos sens

ont expérimenté… L’imagination ne peut pas former

des images de ce que nos sens ne peuvent expéri-

menter. Évidemment, la faculté de formation d’images

de l’imagination est proportionnée directement à la

stimulation des sens. Or, à cause du péché originel,

l’imagination de l’homme tend constamment à dépas-

ser les bornes. L’expérience de tous les jours nous

montre que l’imagination peut bouleverser la volonté

en faisant paraître des images pour solliciter et tenter;

on expérimente aussi l’intervention de l’imagination

dans le développement de la pensée par le moyen de

la distraction, ou en censurant ou en remplaçant ce

que la raison commande de faire.

Toutes ces observations sont vraies pour les adul-

tes, et plus encore pour les enfants et les jeunes gens,

qui sont très sensibles et influençables. Il est néces-

saire de garder dans notre esprit ces observations en

mettant en pratique les principes généraux mention-

nés dans cette lettre pastorale sur la décence, appli-

qués aussi aux imprimés et écrits illustrés.

Le problème de la littérature obscène

«La littérature reflète les temps que nous vivons.»

Une visite aux kiosques de journaux de notre milieu

nous fait comprendre qu’il n’y a pas de meilleure preu-

ve de l’urgence de retourner à la pratique de la loi de

Dieu. Nous ne nous attendons pas à une littérature par-

faite dans un monde sans péché. Le mal n’est pas quel-

que chose de nouveau dans le monde. Nous vivons

dans un monde de péché, et les lectures habituelles

des gens reflètent trop fréquemment cette situation

malheureuse. Mais nous avons le droit et le devoir

d’appeler le péché par son propre nom, et de le recon-

naître pour ce qu’il est. L’adultère n’est pas une roman-

ce, tromper en affaires n'est pas du succès. L’amour est

plus que les relations charnelles, et la religion est plus

qu’une sensation de plaisir. La civilisation et la culture

sont basées sur la dignité de l’homme et de sa vie, et

non pas sur des éléments sordides de la vie.

De nos jours, l’attaque morale et mentale faite par

la littérature actuelle est bien calculée pour promou-

voir l’avancement de l’irréligion et de l’athéisme, et de

cette façon aussi, pour encourager le communisme.

Cette littérature est un facteur qui suscite des crimes

de toutes sortes en causant des problèmes à nos lé-

gislateurs et à tout le peuple. Sous le masque d’art, de

romans, de tourisme, de science, une vaste produc-

tion de livres, de brochures, de revues et de bandes

dessinées jaillissent des imprimeries de notre nation

pour devenir, selon les paroles d’une enquête gouver-

nementale, «les médias pour propager de façon rusée

des incitations à la sensualité, à l’immodestie, à l’im-

moralité, à la corruption morale, à la perversion, à la

dégénération.»

Selon ce même rapport, «l’exaltation des passions

au-dessus des principes est si grande, l’assimilation

de la luxure avec l’amour est si répandue, que le lec-

teur occasionnel d’une littérature du genre peut facile-

ment conclure que les personnes mariées sont habi-

tuellement adultères et que tous les adolescents n'ont

aucune inhibition sexuelle» (U.S. Cong. Committee,

Union Calendar, No. 797, House Report No. 2510, P.3).

Ainsi les mœurs de notre nation sont sabotées et la

moralité de notre nation descend graduellement.

Nous en avons parlé plusieurs fois précédem-

ment, nous désirons le répéter encore ici. Dans le Ser-

mon sur la Montagne, notre divin Sauveur condamne

non seulement l’adultère, mais tout ce qui y conduit

— tous les regards, désirs, pensées et action contre la

pureté.

«Eh bien, Moi je vous dis, quiconque regarde

une femme avec convoitise, a déjà commis l’adultère

dans son cœur.»

(Mt 5, 28) A la lumière de ces paroles

précises, il est impossible de ne pas comprendre la

nature grave et scandaleuse des imprimés, du cinéma,

de la télévision qui suscitent des pensées, des désirs

et des regards lascifs. Cela signifie, donc, que d’une

manière générale ce genre de matériel corrompu est

scandaleux pour tous, et pas seulement pour les jeu-

nes. “Nous voulons vous avertir qu’il y a des livres qui

sont mauvais pour tous”, a dit le Pape Pie XII.

Scandale et coopération

À une autre occasion, Notre-Seigneur appela un

petit enfant et le plaça au milieu des Apôtres et Il dit

solennellement:

«Quiconque scandalise un de ces pe-

tits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on

lui attachât au cou une meule de moulin et qu’on le

précipitât au fond de la mer. Malheur au monde pour

ses scandales ! Le scandale est inévitable mais, mais

malheur à qui en est la cause !»

(Matthieu 18, 6-7).

Le scandale est une parole, une action ou une

omission qui en soit est mal ou a une apparence de

mal, et qui peut être l’occasion de péché pour une

autre personne. On trouve aussi lié au péché du scan-

dale le péché de coopération, qui consiste à collaborer

à l'acte coupable d'une autre personne. Cette coopéra-

tion peut avoir lieu soit en encourageant la personne

dans son intention de commettre le péché, et alors il

est appelé coopération formelle; ou soit en participant

à l’action scandaleuse, sans avoir l’intention de com-

mettre le mal, et alors il est appelé coopération maté-

rielle.

Il existe certaines choses qui, de par leur nature,

ne peuvent être utilisées que pour commettre le mal.

Dans de tels cas, quelle que soit notre intention, nous

ne pouvons pas coopérer avec un autre, même sous

des pressions morales graves, précisément parce qu’il

est impossible de nous dissocier de la nature du mal

de la chose ou de l’acte.

(…) La littérature ouvertement immorale ne peut

être diffusée sans commettre un péché grave. C’est

l’enseignement précis de notre Foi, renforcé par l’en-

seignement de l’Église qui statue que les «librairies

ne vendront pas, ne prêteront pas des livres traitant

intentionnellement d’obscénités».

Mgr Albert Gregory Meyer

Prière à Notre-Dame de la Pureté

O Notre-Dame de la Pureté, Vierge sans

tache, tabernacle du Dieu de toute pureté,

réceptacle de toutes les grâces, j’ai recours à

vous dans mes besoins, mes peines, mes ten-

tations et mes faiblesses. O Marie, merveille

de pureté, je vous consacre mes yeux, mes

oreilles, ma bouche, mon cœur, mes pensées,

mes paroles et mes actions afin que l’esprit du

mal n’ait jamais la moindre part en moi et que,

tout mon être étant conservé dans une pureté

parfaite, je serve Dieu de tout mon cœur et

arrive, sous votre maternelle protection, à la

béatitude éternelle pour jouir à jamais avec

vous de la possession de l’auguste Trinité

dans le ciel. Ainsi soit-il.. Amen.

Nihil obstat:-Paulus Lacouline, Censor

Imprimatur: + Lionellus Audet, V.G.

Quebeci, die 25 a martii 1954

u

24

VERS DEMAIN août-septembre 2015

VERS DEMAIN août-septembre 2015

www.versdemain.org www.versdemain.org

25