Table of Contents Table of Contents
Previous Page  46-47 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 46-47 / 48 Next Page
Page Background

Normand Dubé

, de

Jonquière (Saguenay), est

décédé le 1er septembre

2014, à l’âge de 84 ans et

11 mois. Il était l’époux de

Thérèse Gagné, elle-même

décédée en 2002.

M. Dubé a reçu la lu-

mière du Crédit Social de

feu Albert Nadeau, notre

sculpteur créditiste de St-

Jean Port-Joli. M. et Mme Normand Dubé furent des

ardents Pèlerins de saint Michel dans leur région, de-

puis les années ‘60. Ils étaient fortement convaincus

de la grandeur et de l’importance de l’Oeuvre de Vers

Demain qui lutte sans relâche pour faire disparaître

le scandale de la pauvreté au sein d’un monde qui

surabonde de richesses et de produits.

Ils se sont dévoués en allant visiter les familles

de porte en porte pour leur offrir l’abonnement au

fameux journal Vers Demain, devenu aujourd’hui

une très attrayante revue tout en étant toujours une

grande lumière qui dénonce l’escroquerie du systê-

me d’argent-dette. M. et Mme Dubé couvraient aussi

leur région de circulaires pour éclairer la population

sur les injustices du système. Leur foyer servait de

salle pour les assemblées régionales. La porte de leur

maison était toujours ouverte pour offrir un gîte et

recevoir à leur table les Pèlerins de passage. Et tout

cela fait avec une charité débordante.

C’est dans ce foyer chaleureux qu’en 2003, Elie-

Ange Fortin, notre Pèlerin à plein-temps, s’écroula,

en implorant Marie notre bonne Mère. M. Dubé ac-

courut à son secours et M. Fortin mourut quelques

heures après à l’hôpital. Cet acte de grande charité

devait être inscrit avec toutes les bonnes actions

dans le grand livre du Bon Dieu et M. Dubé reçoit le

centuple en récompense.

Normand Dubé avait une grande dévotion envers

saint Michel archange. Sans doute qu’il était là pour

lui ouvrir la porte du Ciel. Lise, la fille du cher défunt,

nous fait le témoignage suivant concernant la mort

de son père:

«Le décès de mon père me prouve très bien que

saint Michel accompagne vraiment l’âme de ceux qui

lui sont dévots. Lors d’un feu, le stress a fait monter la

pression de mon père et il a fait une hémorragie céré-

brale. «Il était intubé et dans un profond coma. Ma

fille Mélanie et mon époux étaient présents. Lorsque

le prêtre, un moine du Monastère du Cœur de Jésus,

lui a fait l’onction du dernier Sacrement, il a invoqué

saint Michel de venir à son aide, il ne savait pas du

tout que mon père était un dévot de l’Archange. Moi

j’ai prié saint Michel avec le prêtre demandant de

l’éclairer de sa lumière, de le protéger de ses ailes, et

de le défendre de son épée. Mon père a eu un regain

de vie, il a bougé de tout son corps. Le prêtre est parti

et le médecin est entré dans la chambre en disant:

“Ce n’est pas possible dans son état, il respire par lui-

même, je ne comprends rien, et son cœur s’est mis

a battre a 80.” Le médecin ne comprenait rien mais

les appareils le confirmaient. Mon père a respiré de

lui-même presque pendant une heure. Il m’a serré la

main. Je suis vraiment convaincue de l’action de saint

Michel dans notre vie. Et si j’ai la foi aujourd’hui c’est

grâce à vous autres, chers Pèlerins de saint Michel.»

Monsieur l’abbé Gabriel Dubé,

prêtre retiré des

Trois-Rivières, est décédé le 23 février 2014 à l’ âge

de 91 ans. C’était un bienfaiteur de l’Oeuvre de Vers

Demain. Il recevait toujours avec joie notre Plein-

temps Marcel Lefebvre et M. Henri Bussières, Pèlerin

de saint Michel de la région, qui allaient le réabonner

et il leur remettait toujours cent ou deux cents dol-

lars pour l’Oeuvre. Il recevait 4 copies du journal pour

faire connaître à d’autres l’oeuvre magnifique de Vers

Demain qui combat le scandale de la pauvreté à sa

source même. Prions pour le repos de l’âme de ce

bon ami.

Mme Germain (Noëlla) Bertrand

, de Québec

est décédée le 4 août 2014

à l’âge de 99 ans. Elle fut

une ardente propagandiste

de Vers Demain, pendant

plusieurs années. Accompa-

gnée de Jeannine Tardif, elle

visitait les familles tous les

samedis pour les abonner

au journal Vers Demain. Elle

recevait généreusement les

Pèlerins de saint Michel à sa

table et les hébergeait pour

la nuit. Elle assistait aux assemblées et aux congrès.

Sa photo a été prise au congrès de Thetford en 1965

tenant son livret de coupons d’abonnement à Vers

Demain, prête à abonner quelqu’un. Dieu se souvient

de tous ses sacrifices et de son bel apostolat. Elle en

reçoit maintenant la récompense au centuple.

Thérèse Tardif

Prions pour nos défunts

Changement d’adresse

Veuillez nous faire parvenir votre nouvelle

adresse lorsque vous déménagez. Les bureaux

de poste ne nous donnent pas les nouvelles

adresses. Nous devons acquitter des frais d’un

dollar pour chaque adresse qui nous est retour-

née. Envoyez donc votre nouvelle adresse au

bureau de Vers Demain.

En ce 2 octobre 2014, fête des Saints Anges

Gardiens, le Pape François est revenu sur ce

«compagnon que Dieu a mis à nos côtés sur no-

tre chemin de vie ». Au cours de son homélie à la

chapelle de la Maison Sainte-Marthe, il a expliqué

que ce n’était pas «une doctrine fantaisiste»:

Les textes d’aujourd’hui font intervenir deux

personnes: l’ange et l’enfant. Dans la première

lecture, tirée du livre de l’Exode (Ex 23, 20-23a),

le Seigneur déclare: «Je vais envoyer un ange

devant toi pour te garder en

chemin». «Si l’un de nous

pensait pouvoir cheminer

seul, il se tromperait tel-

lement», a affirmé le Pape

François. Il tomberait «dans

ce piège si laid qu’est l’or-

gueil», a-t-il continué.

Jésus, dans l’Evangile,

apprend aux apôtres à être

comme des enfants. «Les

disciples se disputaient

pour savoir lequel d’entre

eux était le plus grand: il y

avait une dispute dans le

groupe… eh, c’est le car-

riérisme, hein?», a lancé le

Pape. «Eux qui sont les pre-

miers évêques, étaient ten-

tés par le carriérisme: ‘Moi,

je veux devenir plus grand

que toi…’. Le fait que les

premiers évêques aient fait

cela n’est pas un bel exem-

ple, mais c’est la réalité», a

reconnu le Pape François.

«Et Jésus leur montre la vé-

ritable attitude» à adopter, celle des enfants: «la

docilité, le besoin de conseils, le besoin d’aide,

parce que l’enfant est le vrai signe du besoin

d’aide et de docilité pour aller de l’avant… C’est

cela la route à suivre». Ainsi l’on est «plus pro-

ches de la contemplation du Père», selon le Pape.

Les enfants écoutent avec un cœur ouvert et do-

cile leur ange gardien:

«Chacun de nous, selon la tradition de

l’Église, a expliqué le Pape François, a un ange

avec soi, qui nous garde, qui nous fait sentir les

choses. Combien de fois avons-nous entendu:

‘Mais… cela… tu devrais le faire comme ça…

Ça, ça ne va pas, fais attention…’: tellement de

fois ! C’est la voix de notre compagnon de voya-

ge. Soyons assurés qu’il nous accompagnera

jusqu’à la fin de notre vie avec ses conseils, et par

conséquent ouvrons l’oreille à sa voix, ne nous

rebellons pas… Car la rébellion, l’envie d’être in-

dépendant, c’est une chose que nous avons tous

en nous; c’est l’orgueil, ce qu’a connu notre père

Adam au Paradis terrestre: la même chose. Ne

te rebelle pas: suis ses conseils», a indiqué le

Pape François.

«Personne ne marche

tout seul et aucun d’entre

nous ne peut penser qu’il

est tout seul», a-t-il pour-

suivi, parce qu’il y a tou-

jours «ce compagnon». Et

«quand nous ne voulons

pas écouter ses conseils,

écouter sa voix, c’est com-

me lui dire: ‘Mais, enfin,

va-t’en ! ’. Chasser ainsi son

compagnon de route est

dangereux, parce qu’aucun

homme, aucune femme,

ne peut se conseiller soi-

même. Je peux conseiller

quelqu’un d’autre, mais

pas me conseiller moi-

même. Il y a l’Esprit Saint

qui me conseille, il y a

l’ange qui me conseille.

C’est pour cela qu’on en

a besoin. Ce n’est pas une

doctrine un peu fantaisiste

sur les anges: non, c’est la

réalité», a insisté le Pape.

Puis, en conclusion, le Pape a proposé à

l’assemblée: «Moi, aujourd’hui, je me poserais

cette question: quel rapport j’entretiens avec

mon ange gardien? Est-ce que je l’écoute? Est-

ce que je lui dis bonjour le matin? Est-ce que

je lui dis: ‘Protège-moi pendant mon sommeil ? ’

Est-ce que je parle avec lui ? Je lui demande

des conseils? Il est à mes côtés. Cette question,

chacun de nous peut y répondre aujourd’hui:

comment est ma relation avec cet ange que le

Seigneur a envoyé pour me garder et m’accom-

pagner en chemin, et qui voit toujours le visage

du Père qui est aux cieux».

(Source: Radio Vati-

can)

«Notre ange gardien existe, écoutons ses conseils»

Photo: © L’Osservatore Romano 2014

46

VERS DEMAIN octobre-novembre-décembre 2014

VERS DEMAIN octobre-novembre-décembre 2014

www.versdemain.org www.versdemain.org

47