Table of Contents Table of Contents
Previous Page  42-43 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 42-43 / 48 Next Page
Page Background

u

L’archevêque de Mossoul en Irak, Mgr

Amel Shimoun Nona, fait partie de ces réfugiés

irakiens de confession chrétienne qui ont fui la

barbarie islamique du «cali-

fat» du groupe armé «État

islamique». Dans un article

publié le 10 août 2014 par le

journal italien C

orriere della

Sera

, il lance un avertisse-

ment aux Occidentaux:

«Notre souffrance est un

prélude à ce que vous-mê-

mes, chrétiens européens

et occidentaux, souffrirez dans un futur pro-

che», a crié l’archevêque à ses frères chrétiens

d’Occident. «S’il-vous-plaît, il faut que vous

compreniez. Vos principes libéraux et démo-

cratiques n’ont aucune valeur ici. Vous devez

reconsidérer la réalité du Moyen-Orient, car

vous accueillez un nombre croissant de mu-

sulmans. Vous aussi, vous

êtes en danger. Il vous faut

prendre des décisions cou-

rageuses et dures, y compris

en allant à l’encontre de vos

principes. Vous croyez que

tous les êtres humains sont

égaux, mais ce n’est pas

une chose certaine. L’Islam

ne dit pas que tous les êtres

humains sont égaux. Vos

valeurs ne sont pas leurs valeurs. Si vous ne

comprenez pas cela rapidement, vous tombe-

rez victimes d’un ennemi que vous aurez ac-

cueilli dans votre maison. »

Tout cela a créé des liens d’amitié et de gratitude

de ma part envers l’Église de la Province de Québec,

et spécialement envers les chers prêtres missionnai-

res avec lesquels j’ai fait non pas seulement mes étu-

des, mais dont j’ai reçu, dans le climat missionnaire

du Séminaire de Pont-Viau, l’esprit évangélisateur

que j’ai conservé, grâce au Seigneur, jusqu’à mon

cinquantième anniversaire d’ordination sacerdotale.

C’est pourquoi le Pape François, connaisseur de ma

relation spéciale à cette Église du Canada, a voulu me

désigner son délégué pour cette célébration. Dans la

lettre que le Saint-Père m’a adressée pour me confier

cet honneur, il fait une référence concrète à la mission

évangélisatrice de l’Église et me demande d’exhorter

spécialement les prêtres à la mission. C’est ce que je

fais en pensant plutôt à cette nouvelle évangélisation

que vous devez déployer en votre pays.

Le Québec, qui se trouve en Amérique et n’a pas

beaucoup plus de 350 années de vie ecclésiale, est

cependant un pays de vieille chrétienté, parce qu’il fut

fondé par des catholiques venus de la France, consi-

dérée en ce temps encore un pays catholique, car il

n’avait pas subi les grands ébranlements produits

dans d’autres régions de l’Europe par la réforme pro-

testante. L’Église du Québec fut donc établie selon

le modèle de vie ecclésiale existant en France. Mais

plus tard, quand les mouvements sociaux et la révolu-

tion ont agité la France et toute l’Europe continentale,

l’Église du Québec fut protégée des effets de ces évé-

nements, car le Canada s’était détaché de la France

avant qu’ils se produisent.

Donc, c’est le mouvement séculariste tardif du

XXe siècle qui a secoué le Canada, et très spécia-

lement le Québec, le responsable des conditions

de déchristianisation qu’on y trouve. Celles-ci sont

semblables à celles qu’on trouve dans d’autres par-

ties du monde dans des pays de vieilles chrétientés,

mais avec les particularités propres de votre his-

toire. C’est pourquoi, de façon semblable aux pays

de vieille tradition chrétienne, il faut déployer ici un

actif processus d’évangélisation. C’est cette seconde

évangélisation à laquelle le Saint Père invite toute

l’Église et très spécialement les prêtres qui doivent

être les premiers évangélisateurs.

Chers prêtres: la mission commence aujourd’hui

par les voisins du presbytère. Le Pape François em-

ploie souvent la phrase: «il faut sortir», en référence

aux prêtres et aux chrétiens qui intègrent les commu-

nautés catholiques. Oui, il faut sortir de l’église, il faut

traverser la rue, il faut aller vers les quartiers éloignés

pour rencontrer les gens, en commençant par les plus

pauvres, les personnes âgées, les malades, les mar-

ginaux, les égarés, sans oublier évidemment les jeu-

nes et les familles qui vous entourent. Quand le Pape

François nous envoie aux périphéries, il ne veut pas

dire seulement les ceintures de misère matérielle qui

entourent les grandes villes. Le Saint Père parle aussi

des périphéries culturelles, des périphéries de la foi,

de l’incroyance, de l’addiction, du péché. Ces périphé-

ries, on les découvre tout près de nous, quand nous

«sortons de nous-mêmes» pour devenir capables de

voir, avec les yeux de la foi, les hommes et les femmes

qui nous entourent. Nous comprenons alors qu’ils

nous attendent, sans même le savoir.

Chers frères et soeurs, la crise de l’Église dans le

monde actuel est une crise de foi. La foi est en même

temps don de Dieu et réponse de l’homme. Donc,

nous devons la demander humblement: «Seigneur,

je crois, mais augmente ma foi». De notre part, nous

devons nous proposer de vivre la foi, de cette foi en

Jésus Christ, qui a vaincu la mort sur la Croix glorieuse

qui se dresse devant nous en cette fête comme signe

de salut et source d’espérance. Tout près de la Croix

était la Vierge Marie et le disciple que Jésus a tant

aimé. Cette première paroisse du Québec a été mise

sous la protection de Notre-Dame, la Vierge Marie. Jé-

sus nous l’a donnée comme Mère du haut de la Croix.

Marie est l’étoile qui, dans l’aube de l’évangélisation,

précède toujours le Christ. Demandons à Notre-Da-

me d’ouvrir les chemins de l’Évangile aux disciples

qui veulent s’engager ici, dans la foi, à cette nouvelle

évangélisation, la deuxième annonce du Christ Sau-

veur que le peuple canadien attend de vous et dont

il a besoin pour rencontrer le chemin de cette pléni-

tude de vie et d’espérance qui peut venir seulement

du Christ Sauveur.

À Lui tout honneur et toute gloire, dans les siècles

des siècles.

Cardinal Jaime Ortega

Invitation aux Coeurs

généreux

à venir

mener une vie d’apostolat et

de prière intéressante et méritoire

Cette invitation s’adresse aux gens de

notre beau Québec aux racines profondé-

ment catholiques, fondé par des saints. Vous

êtes libre et vous aimeriez utiliser votre

temps bénévolement pour mener une vie

d’apostolat et de prière afin de faire quelque

chose de valeur pour Dieu, pour votre pro-

chain et pour vous-même. Les Pèlerins de

saint Michel, oeuvre de presse catholique,

vous offrent ce genre de vie. Nous vous invi-

tons chaleureusement à venir nous visiter à

Rougemont. Téléphonez-nous pour prendre

un rendez-vous. Si cela vous plaît, vous

pourrez rester pour prendre une formation

et nous aider occasionnellement ou si vous

avez les qualités requises et si vous vous

sentez bien chez-vous, vous pourrez devenir

Pèlerins de saint Michel à plein temps.

Les Directeurs

Alors qu’il était encore archevêque de Cracovie,

le cardinal Karol Wojtyla — qui allait devenir deux

ans plus tard le Pape Jean-Paul II, avait déclaré ce

qui suit au sanctuaire polonais d’Orchard Lake, au

Michigan, quelques semaines avant le Congrès

eucharistique international de Philadelphie, en août

1976:

«Nous sommes au-

jourd'hui face à la plus his-

torique confrontation que

l'humanité a traversée. Je

ne pense pas que de lar-

ges cercles de la société

américaine ou de la com-

munauté chrétienne le réa-

lisent pleinement. Nous

sommes maintenant face à

la confrontation finale en-

tre l'Église et l'anti-Église,

l'Évangile et l'anti-Évangile,

le Christ et l’anti-Christ.

Cette confrontation se

trouve dans les plans de la

Divine Providence. Il s'agit

d'une épreuve que toute

l'Eglise, et l’Église polonaise

en particulier, doit relever.»

(

Reproduit dans un éditorial

du 9 novembre 1978 du Wall

Street Journal.)

«La confrontation finale entre l'Église et l'anti-Église»

En novembre 1980, lors de son passage à Ful-

da, durant un voyage apostolique en Allemagne, un

groupe de pèlerins interrogèrent Jean-Paul II sur le

secret de Fatima. La revue allemande

Stimme des

Glaubens

d’octobre 1981 a donné ce compte-rendu

de la réponse du Pape:

«Nous devons nous

préparer à subir sous peu

de grandes épreuves qui

exigeront de nous la dispo-

sition de sacrifier jusqu’à

notre vie, et une soumission

totale au Christ et pour le

Christ. Par votre prière et la

mienne, il est encore possi-

ble de diminuer cette épreu-

ve, mais il n’est plus possi-

ble de la détourner, parce

que c’est de cette manière

seulement que l’Église peut

être effectivement rénovée.

Combien de fois la rénova-

tion de l’Église s’est opérée

dans le sang! Il n’en sera

pas autrement cette fois-

ci. Nous devons être forts,

nous préparer, nous confier

au Christ et à sa très sainte

Mère, être assidus, très as-

sidus à la prière du rosaire.»

Le cri d’avertissement de l’archevêque de Mossoul aux Européens

42

VERS DEMAIN octobre-novembre-décembre 2014

VERS DEMAIN octobre-novembre-décembre 2014

www.versdemain.org www.versdemain.org

43