Table of Contents Table of Contents
Previous Page  32-33 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 32-33 / 48 Next Page
Page Background

Ce sont des situations sociales ou des institutions

contraires à la loi divine; elles sont la manifestation et

le résultat de péchés personnels.

De par notre nature humaine, nous sommes tous

pécheurs, et avons tous besoin du pardon et de la mi-

séricorde de Dieu, qui peuvent être obtenus dans le

sacrement du Pardon:

LE SACREMENT DE PÉNITENCE

ET DE RÉCONCILIATION

296. Comment est appelé ce sacrement ?

Il est appelé sacrement de Pénitence, de Réconci-

liation, du Pardon, de la Confession, de la Conversion.

297. Pourquoi y a-

t-il un sacrement de la

Réconciliation après le

Baptême?

Parce que la vie nou-

velle de la grâce, reçue au

Baptême, n’a pas suppri-

mé la faiblesse de la natu-

re humaine, ni l’inclination

au péché (c’est-à-dire la

concupiscence), le Christ

a institué ce sacrement

pour la conversion des

baptisés qui se sont éloi-

gnés de lui par le péché.

298. Quand ce sacre-

ment fut-il institué?

Le Christ ressuscité

a institué ce sacrement

quand il est apparu à

ses Apôtres, le soir de

Pâques, et qu’il leur a dit:

«Recevez l’Esprit Saint;

tout homme à qui vous

remettrez ses péchés,

ils lui seront remis; tout

homme à qui vous maintiendrez ses péchés, ils lui

seront maintenus» (Jn 20,22-23).

299. Les baptisés ont-ils besoin de se convertir ?

L’appel du Christ à la conversion retentit en per-

manence dans la vie des baptisés. La conversion est

un combat continuel de toute l’Église, qui est sainte,

mais qui, en son sein, comprend des pécheurs.

300. Qu’est-ce que la pénitence intérieure?

C’est l’élan du «cœur brisé» (Ps 50[51],19), poussé

par la grâce divine à répondre à l’amour miséricor-

dieux de Dieu. La pénitence implique douleur et aver-

sion vis-à-vis des péchés commis, ferme propos de ne

plus pécher à l’avenir et confiance dans le secours de

Dieu. Elle se nourrit de l’espérance en la miséricorde

divine.

301. Sous quelles formes s’exprime la pénitence

dans la vie chrétienne?

La pénitence s’exprime sous des formes très va-

riées, en particulier par le jeûne, la prière, l’aumône.

Ces formes de pénitence, et d’autres encore, peuvent

être pratiquées par le chrétien dans sa vie quotidien-

ne, notamment pendant le temps du Carême et le ven-

dredi, qui est jour de pénitence.

302. Quels sont les éléments essentiels du sacre-

ment de la Réconciliation?

Ils sont au nombre de deux: les actes accomplis

par l’homme qui se convertit sous l’action de l’Esprit

Saint et l’absolution du prêtre qui, au nom de Christ,

accorde le pardon et précise les modalités de la satis-

faction.

303. Quels sont les

actes du pénitent ?

Il faut: un sérieux exa-

men de conscience; la

contrition (ou repentir),

qui est parfaite quand elle

est motivée par l’amour

envers Dieu, et imparfaite

quand elle est fondée sur

d’autres motifs et qu’elle

inclut le propos de ne

plus pécher; la confes-

sion, qui consiste dans

l’aveu des péchés devant

le prêtre; la satisfaction, à

savoir l’accomplissement

de certains actes de péni-

tence que le confesseur

impose au pénitent, afin

de réparer le dommage

causé par le péché.

304. Quels péchés

faut-il confesser ?

On doit confesser

tous les péchés graves

qui n’ont pas encore été

confessés et dont on se souvient après un sérieux exa-

men de conscience. La confession des péchés graves

est l’unique moyen ordinaire pour obtenir le pardon.

305. Quand faut-il confesser les péchés graves?

Tout fidèle ayant atteint l’âge de raison est tenu à

l’obligation de confesser ses péchés graves au moins

une fois dans l’année et, de toute façon, avant de rece-

voir la Communion.

306. Pourquoi les péchés véniels sont-il aussi ob-

jet de la confession sacramentelle?

Bien que la confession des péchés véniels ne soit

pas nécessaire au sens strict, elle est vivement recom-

mandée par l’Église, parce qu’elle contribue à former

la conscience droite et à lutter contre les inclinations

mauvaises, pour se laisser guérir par le Christ et pro-

gresser dans la vie de l’Esprit.

307. Qui est le ministre du sacrement ?

Le Christ a confié le ministère de la Réconciliation

à ses Apôtres, aux Évêques, leurs successeurs, et aux

prêtres, leurs collaborateurs, qui deviennent ainsi les

instruments de la miséricorde et de la justice de Dieu.

Ils exercent le pouvoir de pardonner les péchés au

nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.

308. À qui est réservée l’absolution de certains

péchés?

L’absolution de certains

péchés particulièrement graves

(comme ceux qui sont punis

d’excommunication) est réser-

vée au Siège apostolique ou à

l’Évêque du lieu ou aux prêtres

autorisés par eux, bien que tout

prêtre puisse absoudre de tout

péché et de toute excommuni-

cation quiconque est en danger

de mort.

309. Le confesseur est-il

tenu au secret ?

Étant donné la délicatesse

et la grandeur de ce ministère

et le respect dû aux person-

nes, tout confesseur est tenu,

sans exception aucune et sous

peine de sanctions très sévères,

de garder le sceau sacramen-

tel, c’est-à-dire l’absolu secret

au sujet des péchés dont il a

connaissance par la confession.

310. Quels sont les effets

de ce sacrement ?

Les effets du sacrement de

la Pénitence sont: la réconcilia-

tion avec Dieu, et donc le par-

don des péchés; la réconcilia-

tion avec l’Église; le retour dans

l’état de grâce s’il avait été per-

du; la rémission de la peine éter-

nelle méritée à cause des péchés

mortels et celle, au moins en

partie, des peines temporelles qui sont les conséquen-

ces du péché; la paix et la sérénité de la conscience,

ainsi que la consolation spirituelle; l’accroissement des

forces spirituelles pour le combat chrétien.

311. En certaines circonstances, peut-on célébrer

ce sacrement par une confession générale et l’abso-

lution collective?

Dans les cas de grave nécessité (comme le danger

imminent de mort), on peut recourir à la célébration

communautaire de la Réconciliation avec confession

générale et absolution collective, dans le respect des

normes de l’Église et avec le propos de confesser indi-

viduellement les péchés graves, en temps voulu.

312. Qu’est-ce que les indulgences?

Les indulgences sont la rémission devant Dieu de

la peine temporelle due pour les péchés dont la faute

est déjà pardonnée. À certaines conditions, le fidèle

acquiert cette rémission, pour lui-même ou pour les

défunts, par le ministère de l’Église qui, en tant que

dispensatrice de la rédemption, distribue le trésor des

mérites du Christ et des saints.

Pour avoir la force de rester fidèle au Christ, il faut

manger son Corps et son Sang

en recevant la Sainte Commu-

nion à la Messe, mais de façon

digne:

89. Quand l’Église fait-elle

obligation de participer à la

Messe?

L’Église fait obligation aux

fidèles de participer à la Messe

tous les dimanches et aux fêtes

de précepte, et elle recomman-

de d’y participer aussi les autres

jours.

290. Quand doit-on com-

munier ?

L’Église recommande aux

fidèles qui prennent part à la

Messe de recevoir aussi, avec

les dispositions voulues, la

Communion, en en prescrivant

l’obligation au moins à Pâques.

291. Qu’est-il exigé pour

recevoir la Communion?

Pour recevoir la Commu-

nion, il faut être pleinement in-

corporé à l’Église catholique et

être en état de grâce, c’est-à-di-

re sans conscience d’avoir com-

mis de péché mortel. Celui qui

est conscient d’avoir commis

un péché grave doit recevoir le

sacrement de la Réconciliation

avant d’accéder à la Commu-

nion. Il importe aussi d’avoir

un esprit de recueillement et de prière, d’observer le

jeûne prescrit par l’Église et d’avoir des attitudes cor-

porelles dignes (gestes, vêtements), comme marques

de respect envers le Christ.

292. Quels sont les fruits de la Communion?

La Communion fait grandir notre union au Christ

et avec son Église. Elle maintient et renouvelle la vie

de grâce reçue au Baptême et à la Confirmation, et elle

accroît l’amour envers le prochain. En nous fortifiant

dans la charité, elle efface les péchés véniels et nous

préserve, pour l’avenir, des péchés mortels.

Pour demeurer en état de grâce, il faut aussi prier.

La prière du chapelet est recommandée, ainsi que le

port du scapulaire de Notre-Dame du Mont-Carmel.

Jésus miséricordieux,

j’ai confiance en toi

u

32

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2014

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2014

www.versdemain.org www.versdemain.org

33