Table of Contents Table of Contents
Previous Page  28-29 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 28-29 / 48 Next Page
Page Background

par

Gilberte Côté-Mercier

La mission de la femme

S

i nos contemporains se déshabillent au lieu de

s'habiller, c'est le résultat de toute une machination

dont Satan est l'auteur. Si les femmes de notre siè-

cle ne couvrent pas convenablement leur corps, c'est

perce qu'elles obéissent, consciemment ou non, à la

volonté de Satan, et non pas à la volonté de Dieu.

C'est le règne de Satan qui arrive et non pas le règne

du Christ. De Satan, le révolté contre Dieu. Celui qui

dit «non» à Dieu. L'ennemi de Dieu, du Christ. L'enne-

mi de l'homme aussi.

Les femmes ont une mission irremplaçable à

remplir dans le monde, une mission de haute civilisa-

tion. Elles sont des formatrices d'hommes, des créa-

trices de civilisations. En conséquence, elles peuvent

être aussi destructrices de civilisations.

Les moeurs d'une époque sont profondément

marquées par l'action des femmes. Quand les fem-

mes sont bonnes et généreuses, le monde vit dans la

joie. Quand les femmes sont égoïstes, intrigantes, le

monde est malheureux.

Dignité, civilisation

Si les femmes se comportent avec dignité dans

leur vie, toute leur vie, leurs pensées, leurs intentions,

leurs désirs, leurs volontés, leur tenue, leur vêtement,

leurs relations, si les femmes rayonnent la pureté,

l'humilité, la modestie, alors la société qui les entoure

sera distinguée, noble, ordonnée, laissant les choses

à leur place et respectant les mystères de la vie. Cette

société sera bonne, belle, forte, saine et paisible.

Le point de départ: des femmes dignes. Le fruit:

une société équilibrée et heureuse.

La femme digne commande le respect. Elle com-

mande, elle règne comme une reine sur ceux qui

vivent autour d'elle. Elle a des aspirations de reine.

Mais le seul règne qui lui convienne est celui de

l'amour vrai qui oriente les coeurs vers la destinée

spirituelle, éternelle qui est la leur. La femme par-

tage avec le Christ l'honneur royal de conduire les

hommes au Père.

Pour remplir ce rôle, la femme ne doit pas atti-

rer sur elle-même par son orgueil, sa coquetterie, sa

tyrannie charnelle, l'attention des autres. Elle doit être

par sa discrétion, sa modestie et sa pureté, elle doit

être la beauté qui oriente vers Dieu et le rempart qui

endigue les passions.

La femme sera une reine généreuse et noble. Ou

bien elle sera une maîtresse voleuse et dégradante,

despote, qui broie les âmes et les corps, en attendant

dé devenir l'esclave de ses propres victimes, qui vou-

dront lui faire payer cher de les avoir entraînées dans

la chute, comme Ève a entraîné Adam. Et la femme

dégradante sera bientôt méprisée, enchaînée, tenue

prisonnière par les brutes qu'elle aura forgées. C'est

ainsi que peut descendre dans le paganisme et la sau-

vagerie notre civilisation déjà chrétienne.

Vêtement prostitué

Vous savez de quel mépris fut couverte la pros-

tituée en tous les temps. Ce n'est pas sans raison. Le

prêtre qui faillirait à sa dignité ne serait-il pas plus cou-

pable qu'un laïc qui poserait les mêmes actes? Le prê-

tre est sacré. Ses agissements mauvais portent la mar-

que du sacrilège. La femme aussi est sacrée. Si ses

actes ne sont pas empreints de la plus grande pureté,

ils s'apparentent au sacrilège.

La femme est sacrée par sa mission. Elle est sa-

crée par tout son être. N'est-elle pas comme un ciboire

qui garde en son âme et son corps les puissances de la

vie? Et la vie humaine, c'est un reflet de la vie divine.

Et la destinée de l'homme, c'est de partager pendant

toute l'éternité, l'intimité avec les trois Personnes en

Dieu. Dieu a demandé à la femme de collaborer inti-

mement avec Lui, le Créateur, dans la naissance et

l'épanouissement de. Ses élus. Et c'est Dieu Lui-mê-

me qui a donné à la femme

toutes les qualités d'âme, et

de coeur pour accomplir ce

ministère sacré.

La femme qui ne poursuit

pas cette grande vocation tra-

hit sa vie, elle la détourne de

son but, elle prostitue sa vie,

elle se prostitue elle-même.

Car la prostitution c'est le dé-

tournement des créatures vers

un but autre que celui que le

Créateur avait fixé pour elles.

Sans doute que celles

qui s'exhibent en robes-so-

leil, bikinis ou pire, seraient

insultées si on les appelait

des prostituées. Mais, c'est

incontestable, leur vêtement

est prostitué puisqu'il est

détourné de son but qui est de voiler le corps; leurs

relations sociales sont prostituées, puisqu'elles les

utilisent pour des fins de damnation. Comment leurs

intentions pourraient-elles rester pures dans de telles

circonstances? Et surtout, comment le scandale dont

elles sont causes certainement ne peut-il pas porter le

nom de prostitution? L'Évangile nous dit que l'adultère

commence dans le coeur. Celle qui offre son corps à

tous sans distinction ne provoque-t-elle pas au moins

l'adultère du coeur chez un grand nombre?

Comme Marie

Conduire les hommes à Dieu: c'est notre mission,

mesdames. Soyons-en donc fières. Et mettons tout

notre coeur et toutes nos forces à la réaliser. Ne négli-

geons rien. Et surtout, n'allons pas prendre de si gros-

ses chances de manquer le but par un vêtement indé-

cent, même simplement hasardeux.

Que Marie soit notre lumière, notre modèle en

cette matière de l'habillement. Croyez-vous que Marie,

l'Immaculée, croyez-vous qu'elle s'habillerait comme

nous en 2014? Elle ne méprise pas la' beauté, Elle qui

est Reine, Reine du ciel et de la terre, Reine des anges.

Lorsqu'Elle se montre dans ses Apparitions, Elle est

toujours si belle, si belle, dans des costumes brillants

et majestueux. Elle est Reine, Marie. Elle s'habille com-

me une reine. Elle ne s'habille pas comme les femmes

que l'on voit en plein air en été, et dans les maisons de

nos familles chrétiennes l'hiver comme l'été. Habillons-

nous donc comme Marie.

Marie est une mère. Nous, les femmes, nous som-

mes des mères aussi. C'est Marie qui peut nous ensei-

gner comment aimer nos enfants et nos frères. Notre

vêtement d'aujourd'hui ne rend pas nos enfants et nos

frères heureux. Un jeune homme disait à un prêtre: «Mon

Père, de grâce faites donc habiller nos mères et nos

soeurs ! » Ce cri de désespoir ne vous ira-t-il pas droit au

coeur, à vous les mamans qui aimez tant vos fils, à vous

les jeunes filles qui désirez avec

raison vous faire dispensatrices

de bonheur dans le monde ?

Le bonheur sur la terre

peut-il se trouver en dehors

de la pureté des moeurs? Et le

vêtement modeste est essentiel

pour garder un climat de pureté,

qui permet aux esprits de s'épa-

nouir dans le monde des idées,

de la sagesse et de la grâce. Le

vêtement immodeste excite les

instincts et cherche à procurer

aux hommes des joies charnel-

les qui les usent, ruinent leurs

forces physiques et dégradent

leur âme. Le vêtement modeste

favorise les joies intellectuelles,

spirituelles, la vie supérieure

qui est toujours rajeunissante et

prépare déjà sur terre à la vie complète de l'éternité.

Habillons-nous ! Habillons-nous ! Femmes ! Afin

de rester ce que nous aurions dû être toujours, des

semeuses de joies pures, élevées, des dispensatrices

de bonheur serein et durable, des anges gardiens qui

orientent les hommes vers Dieu.

Gilberte Côté-Mercier

Femme tu seras reine ou esclave !

L’importance de s’habiller modestement

Et les hommes?

Les hommes aussi sont tenus d'être modestes !

D'avoir un extérieur honnête qui témoigne de leur

statut d'enfant de Dieu.

Dieu a pareillement couvert l'homme et la fem-

me (voir l'étude sur la nudité dans la Bible), et tous

deux sont tenus – et pas seulement la femme – de

garder leur nudité couverte. La femme n'a pas «plus

de nudité à recouvrir» que l'homme ! Dieu a couvert

aussi bien les cuisses et le tronc de la femme, que

les cuisses et le tronc de l'homme. Ce qui n'est pas

bon pour la femme (vêtements décolletés, mou-

lants, transparents, dénudés etc) ne l'est pas non

plus pour l'homme.

Cependant, on constatera que les dangers de

l'impudeur et de l'indécence dans la mode, que

l'excès de coquetterie et le souci exagéré de l'appa-

rence, visent souvent les femmes d'avantage que

les hommes.

Peut-être le défi de l'homme dans ce domaine,

se situe plus dans le regard. L'homme doit veiller à

ce que ses critères d'appréciation soient selon Dieu

et non selon le monde. Afin de résister à l'attrait des

beautés trompeuses, en posant un regard juste et

critique sur ce qui, aux yeux de Dieu, porte le nom

de "séduction" et non de "beauté".

source:

http://lafemmemodeste.blogspot.fr/

28

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2014

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2014

www.versdemain.org www.versdemain.org

29