Table of Contents Table of Contents
Previous Page  26-27 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 26-27 / 48 Next Page
Page Background

duction des biens de consommation. Deuxième élé-

ment: le crédit social libère définitivement la société

des problèmes purement financiers. Troisième sens

: le crédit social fait de chaque être des bénéficiai-

res du progrès. Derechef, chaque citoyen est ayant

droit d’une part de production de son pays, ce que

nous appelons le dividende. Bref, le crédit social ôte

le sacré à l’argent.

Maintenant que je suis

à l’école de monsieur Louis

Even, je m’engage à mener un

combat pour être son disciple

partout où je me trouverai.

Mon travail consistera d’abord

à la sensibilisation du peuple

de Dieu, au combat pour le dé-

veloppement de mon peuple

et comme je le disais, ce sont

les communautés de base qui

en auront besoin. Ces communautés de base qui sont

parsemées dans notre pays surtout dans notre diocè-

se. Ce sont des communautés vivantes qui travaillent

avec les prêtres, avec tout le monde, sans distinction

de religion. Que ces communautés de base soient

ravivées pour recevoir un enseignement où le crédit

social aura une place de choix.

Abbé François Luyeye Luboloke, de la Républi-

que Démocratique du Congo:

Comme partout où l’Évangile est annoncé, chaque

fois qu’une session de formation sur le Crédit Social a

lieu, la lumière du Christ avance, les ténèbres reculent.

Quant aux enseignements, je voudrais dire un

grand merci à notre frère monsieur Pilote, à notre

frère François (De Siebenthal), parce que votre ex-

pertise et la maîtrise de ces choses qui souvent nous

semblent compliquées, nous a permis, grâce à la

clarté de vos explications, doublées d’une pédagogie

fort attrayante, nous ont permis de saisir le drame

d’une humanité menacée par les loges maçonniques

qui utilisent l’argent, l’argent-dette des banques, pour

le retourner contre nous leurs frères et sœurs, contre

les hommes. Ainsi, au lieu d’assurer la satisfaction

de besoins, l’argent est devenu une prison, un lieu

d’appauvrissement inexorable, l’argent s’est érigé en

idole. Voilà le nouveau veau d’or qui avec d’autres

constituent le royaume chimérique que nous présen-

te le monde d’aujourd’hui.

Merci à Louis Even, merci à madame Gilberte Cô-

té-Mercier et à leur inspirateur Douglas, d’avoir mis

à jour, grâce à l’Évangile et à la doctrine sociale de

l’Église, la réalité que le concept du Crédit Social pour

une libération non violente de l’humanité. En réalité,

le combat dans le lequel nous nous engageons à la

suite de Louis Even, c’est le combat de Jésus-Christ

lui-même. N’a-t-il pas dit: «L’Esprit du Seigneur est

sur moi, afin que je puisse libérer les prisonniers,

annoncer la bonne nouvelle aux pauvres, faire voir

les aveugles et faire marcher les boiteux, car Dieu a

décidé une année de grâce pour son peuple» (Luc 4,

18-20). Oui, je fais mien le sentiment de Paul, malheur

à moi si je n’annonce la parole du Seigneur qui a pris

visage à travers le Crédit Social. N’a-t-on pas dit qu’il

était l’Évangile appliqué?

Je n’ai ni la force, ni les

moyens de vous promet-

tre de grandes choses que

je risque de ne pas réaliser.

Comptant sur la force de

l’Esprit-Saint, je voudrais

simplement lancer, de ma-

nière explicite, la conscien-

tisation de mes paroissiens

sur la réalité du Crédit So-

cial. La paroisse dont je suis

le curé, qui a 60 000 âmes, la paroisse universitaire

Notre-Dame de la Sagesse, publie chaque semaine

un bulletin paroissial. Je voudrais simplement, cha-

que semaine, y mettre quelques extraits, en français

et en lingala, de la pensée de Louis Even.

Je voudrais aussi avec ma commission paroissia-

le Justice et Paix, créer un petit noyau, d’une dizaine

de personnes, pour qu’ensemble nous réfléchissions

en profondeur sur la pensée de Louis Even. De telle

sorte que nous arrivions à nous posséder pleinement

de ce savoir, faire de ses amis des formateurs, pour

qu’à leur tour ils aillent vers d’autres paroisses assu-

rer cette même formation.

Mgr Georgio Bertin, évêque de Djibouti et admi-

nistrateur apostolique de Mogadiscio (Somalie)

En écoutant l’histoire des Pèlerins de saint Michel,

Louis Even, Gilberte Côté; son mari et les autres, j’ai

pensé à la première communauté chrétienne de Jé-

rusalem, qui avait un seul cœur et une seule âme. Ils

partageaient tout et personne ne manquait de quel-

que chose. C’est la première impression que j’ai eue

en écoutant les enseignements par Alain Pilote.

Je vais vous parler de la situation en Somalie et

au Djibouti. Notre communauté est réduite, compo-

sée de personnes de passage. Au Djibouti avec cinq

mille chrétiens, la moitie est composée de militaires

français qui ne pratiquent pas; en Somalie, avec le

désordre qui y règne, il y a cent chrétiens seulement.

Première chose à faire alors: A mon arrivée, j’aurai

à m’adresser à la minorité des catholiques qui ne vien-

dront peut-être pas. Je devrai alors m’adresser aux

habitants du lieu, c’est-à-dire des musulmans; si par

contre cette petite communauté chrétienne parvient à

m’écouter, j’organiserai à mon arrivée, une sensibili-

sation pendant les mois d’hiver; peut être que je vous

inviterai et vous viendrez nous mettre sur pied.

Deuxième chose: Correction du livre de M. Pilote

en langue italienne. Je vais aussi le traduire en langue

somalienne. Je ferai une édition réduite en langue

somalienne. Donc le livre de

Monsieur Pilote en italien et

en langue somalienne.

Un autre petit program-

me sur le crédit social que je

pense à ajouter au program-

me en langue somalienne à

Radio Vatican, qui est de 12

minutes le samedi soir et di-

manche matin.

Je vais donc reprendre

la traduction en langue ita-

lienne du livre des 10 leçons

et le corriger et le retravailler

encore, même en langue so-

malienne, je vais l’envoyer à

Rome par le biais de la non-

ciature, et il va être utile pour

toute la corne de l’Afrique.

À Djibouti existe une liberté

religieuse. Je ferai donc aussi

avec des associations musul-

manes cette sensibilisation,

car le climat est bon avec

eux.

Un exemple, c’est que

pour le jubilé de l’an 2000, on

nous avait demandé des initiatives; j’ai alors traduit

les quatre évangiles en somalien, et j’ai fait un docu-

ment que j’ai appelé «évangile des catéchumènes».

Je ferai donc sortir ce message pour qu’il soit aussi

adapté aux non chrétiens. Mais l’idée du crédit social

restera la même, car les notes, je vais les adresser à

Chers abonnés et bienfaiteurs des Pèlerins de

saint Michel, à l'occasion du 75e anniversaire de

la fondation de notre fameux journal Vers Demain,

nous voulons multiplier par deux le nom-

bre d'abonnés.

Pour tout ce que Vers Demain vous

a apporté, chacun de vous ne pourrait-

il pas nous envoyer 2 abonnements de

4 ans ou 4 abonnements de deux ans

(pour un total de 40 dollars). Pour vous

récompenser et vous remercier de votre

fidélité et de votre aide généreuse, nous

vous offrons, pour la modique somme de

25 dollars supplémentaires, un CD MP3,

audio et textes d'une durée de 80 heures

d'enseignement lumineux, en plus de dix

DVD d'une durée de plus de 30 heures, dont

un du fondateur Louis Even;

9 DVD conten-

ant les impressions de nos nombreux participants

à nos sessions d'étude: Évêques, Archevêques et

même un Cardinal, plusieurs prêtres et un grand

nombre de laïcs impliqués dans

leurs diocèses pour le développe-

ment. Il y a aussi un CD contenant

les 35 derniers numéros de Vers De-

main et de Michael (2007 à 2013).

Le tout peut occuper plus de 150

heures d'écoute, de visionnement

et de lecture.

En écoutant les CD MP3, vi-

déos, vous aurez un bel aperçu

du combat et de l'enseignement

de VERS DEMAIN depuis 75 ans.

Ceux qui en prennent connaissance,

même les enfants, comprennent et en

sont émerveillés.

Pour le 75e anniversaire de Vers Demain, offrez-lui un cadeau

ceux qui ne sont pas chrétiens. Le message du crédit

social est un message de l’évangile. Dieu nous a donné

l’intelligence, et pour faire passer certains messages, il

faut avoir la docilité des colombes et la ruse des ser-

pents. Il faudra le faire ainsi et j’ai l’intuition de sortir de

nos poches ce message comme quelqu’un l’a dit; mais

je l’adapterai aux autres qui ne sont pas chrétiens.

Mgr Bertin avec nos directeurs, Thérèse Tardif et Marcel Lefebvre

u

26

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2014

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2014

www.versdemain.org www.versdemain.org

27