Table of Contents Table of Contents
Previous Page  5 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 5 / 32 Next Page
Page Background

cesse. Il n’y a pas de motif pour lequel quelqu’un

puisse penser que cette invitation n’est pas pour

lui, parce que « personne n’est exclus de la joie que

nous apporte le Seigneur ».[1] Celui qui risque, le

Seigneur ne le déçoit pas, et quand quelqu’un fait

un petit pas vers Jésus, il découvre que celui-ci at-

tendait déjà sa venue à bras ouverts. (...)

Le Pape François explique ensuite que tous doi-

vent être missionnaires, et que même si des façons

nouvelles de transmettre l’Évangile du Christ doi-

vent être trouvées pour rejoindre les mentalités

actuelles, le contenu de l’Évangile, lui, demeurera

toujours le même et ne peut être dilué; les paro-

les du Christ demeureront toujours exigeantes, peu

importe à quelle génération elles s’adressent; si

nous voulons être disciples du Christ, nous devons

porter notre croix, renoncer à nos penchants mau-

vais, et être attentifs aux besoins des autres:

41. Les énormes et rapides changements cultu-

rels demandent que nous prêtions une constante

attention pour chercher à exprimer la vérité de tou-

jours dans un langage qui permette de reconnaître

sa permanente nouveauté. Car, dans le dépôt de

la doctrine chrétienne «une chose est la substance

[…] et une autre la manière de formuler son expres-

sion». (

Jean XXIII, Discours lors de l’ouverture so-

lennelle du Concile Vatican II, 11 octobre 1962.

)

42. Ceci a une grande importance dans l’an-

nonce de l’Évangile, si nous avons vraiment à cœur

de faire mieux percevoir sa beauté et de la faire

accueillir par tous. De toute façon, nous ne pour-

rons jamais rendre les enseignements de l’Église

comme quelque chose de facilement compréhen-

sible et d’heureusement apprécié par tous. La foi

conserve toujours un aspect de croix, elle conserve

quelque obscurité qui n’enlève pas la fermeté à son

adhésion. Il y a des choses qui se comprennent et

s’apprécient seulement à partir de cette adhésion

qui est sœur de l’amour, au-delà de la clarté avec

laquelle on peut en saisir les raisons et les argu-

ments. C’est pourquoi il faut rappeler que tout en-

seignement de la doctrine doit se situer dans l’atti-

tude évangélisatrice qui éveille l’adhésion du cœur

avec la proximité, l’amour et le témoignage.

Non à une économie de l’exclusion

Parmi les défis du monde actuel qui peuvent

arrêter ou affaiblir le renouveau missionnaire de

l’Église, le Pape François mentionne en premier

lieu les structures économiques dans lesquelles

nous vivons, que le Saint-Père qualifie d’injustes:

53. De même que le commandement de «ne

pas tuer» pose une limite claire pour assurer la va-

leur de la vie humaine, aujourd’hui, nous devons

dire «non à une économie de l’exclusion et de la

disparité sociale». Une telle économie tue. Il n’est

pas possible que le fait qu’une personne âgée ré-

duite à vivre dans la rue, meure de froid ne soit pas

une nouvelle, tandis que la baisse de deux points

en bourse en soit une. Voilà l’exclusion. On ne peut

plus tolérer le fait que la nourriture se jette, quand

il y a des personnes qui souffrent de la faim. C’est

la disparité sociale. Aujourd’hui, tout entre dans le

jeu de la compétitivité et de la loi du plus fort, où le

puissant mange le plus faible.

« L’adoration de l’antique veau d’or

a trouvé un visage nouveau et impi-

toyable dans le fétichisme de l’ar-

gent, et dans la dictature de l’éco-

nomie sans visage. » – Pape François

«Non à une économie de l’ex-

clusion... Il n’est pas possible que

le fait qu’une personne âgée ré-

duite à vivre dans la rue, meure

de froid ne soit pas une nouvel-

le, tandis que la baisse de deux

points en bourse en soit une.»

VERS DEMAIN janvier-février 2014

www.versdemain.org

5