Table of Contents Table of Contents
Previous Page  18 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 18 / 32 Next Page
Page Background

Comme l’a fait remarquer Mgr Lacroix, on estime

qu’il existe actuellement 18 millions de personnes en

Amérique du Nord qui peuvent dire que leurs ancê-

tres ont été baptisés ou se sont mariés à la paroisse

Notre-Dame de Québec. C’est donc une occasion de

célébrer non seulement pour les catholiques de la

ville de Québec mais pour tous ceux d’Amérique du

Nord, donc du Canada et des États-Unis.

Quel sens faut-il donner à cette porte sainte?

Comme l’a expliqué Mgr Lacroix dans une interview:

«Jésus est la porte (“Je suis le chemin, la vérité, la

vie”, Jean 14, 16). Une porte, c’est fait pour accueillir,

et l’Église, ainsi que tous ses membres, doivent être

accueillants comme le Christ. Quand nous franchis-

sons cette porte, nous devons le faire en esprit de

pèlerinage parce que Jésus a toujours quelque chose

à nous donner, pour vivre un renouveau de notre foi.

Durant ce jubilé, il s’agit de célébrer non seulement le

passé, mais s’inspirer de nos fondateurs pour l’ave-

nir. Et ces fondateurs sont véritablement des saints et

des saintes qui sont venus, de France surtout, pour

évangéliser; ils ont été officiellement déclarés saints

et bienheureux par l’Église, ils ont donné leur vie

même dans le martyre pour l’Évangile.» (Le Canada

compte officiellement 12 saints et 13 bienheureux,

la grande majorité étant justement venus de France

pour fonder l’Église au Canada.)

Photo: Lors de l’ouverture solennelle de la Porte

Sainte, Mgr Lacroix embrasse les plaies du Christ.

Jean-Paul II à Québec en 1984

Pourquoi nos ancêtres sont-ils venus de France

jusqu’au Canada? Pour y implanter la foi catholique.

Par exemple, le premier geste de Jacques Cartier,

lors de son arrivée en terre d’Amérique, fut de planter

la croix à Gaspé. On a ainsi pu parler d’une «épopée

mystique» des fondateurs du Canada, qu’on appelait

alors «Nouvelle-France». Ce sont les mots mêmes

que Jean-Paul II prononçaient lors du premier jour

de sa visite au Canada, le 9 septembre 1984, visite

qui débutait naturellement par la ville de Québec,

berceau de la foi en Amérique du Nord. Lors de son

homélie devant plus de 275 000 pèlerins réunis sur

les terrains de l’université Laval à Québec, Jean-Paul II

s’exprimait ainsi:

«Il est donné à l’évêque de Rome de fouler pour

la première fois cette terre, dans la ville de Québec.

Ici, débuta l’évangélisation du Canada. Ici, l’Église fut

fondée. Ce fut ici le premier diocèse de toute l’Amé-

rique du Nord. Ici par le grain semé en terre com-

mença une immense croissance... Nous sommes ici

au premier foyer de l’Église du Christ en Amérique du

Nord. Partis de France, les Jacques Cartier, les Cham-

plain et tant d’autres, en apportant sur ce continent

leur culture et leur langue, contribuaient à implanter

la foi au Christ Sauveur.

Jean-Paul II célébrant la messe à Québec

«De nombreux serviteurs et servantes de Dieu

sont venus, dès le début de la colonisation, pour

construire l’édifice de l’Église sur votre terre. Les Pè-

res Récollets, les Jésuites, les Sulpiciens, les Ursulines

avec Marie de l’Incarnation rayonnant son incompara-

ble expérience spirituelle, les Hospitalières de Dieppe

entraînées par l’inépuisable charité de Catherine de

u

18

VERS DEMAIN janvier-février 2014

www.versdemain.org