Table of Contents Table of Contents
Previous Page  24-25 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 24-25 / 48 Next Page
Page Background

magistères depuis le Pape Pie XI, Pie XII, Jean XXIII,

Paul VI, je dirais même aujourd’hui jusqu’à Jean-Paul

II, jusqu’à Benoît XVI. De manière anticipée, je le pro-

clame même

PROPHÈTE DE LA JUSTICE DISTRIBU-

TIVE. I

l a bien compris et il s’est fait prophète et en-

voyé de l’Église universelle et il a mené le combat que

Dieu a voulu dès la création, depuis la création, depuis

les origines. Quelle vision spirituelle! Il dénonçait ce

système capitaliste d’exploi-

tation, d’injustice institution-

nalisée. Et il s’est engagé à

livrer ce combat d’avant-gar-

de pour que les biens de la

terre profitent et procurent le

bonheur à tout homme.

Le bonheur, c’est le com-

bat du Crédit Social qui à mes

yeux est d’inspiration divine.

Ne nous fatiguons pas, nous

sommes porteurs de cet

évangile de la justice distri-

butive. Comme Louis Even, il

faut travailler avec foi et dé-

termination dans la réhabilita-

tion des droits de la personne

afin que chaque personne

ne vive pas dans l’indigence.

Comme j’aimerais voir ce

rêve se réaliser ! Quelqu’un

assis dans sa case en Afrique

doit se dire: «J’ai bien mangé, j’ai bien dormi.» Cela

ne doit plus être un rêve mais doit devenir une réalité.

Voilà pourquoi depuis cette nuit, je me suis dit: «Cet

homme est pour moi

PROPHÈTE DE LA JUSTICE DIS-

TRIBUTIVE

», distribuer les biens de la terre. Les biens

que Dieu a créés sont pour chaque personne et non au

profit de quelques personnes.

Généralement on croit résoudre les questions

sociales par l’augmentation des salaires mais cela n’a

jamais rien résolu. Et en France, les Français sont dans

les rues chaque mois ! Cela signifie que quelque part,

il y a un mensonge institutionnalisé, organisé par les

banquiers, par les institutions financières. Mais le jour

où nous comprendrons que le problème n’est pas de

demander des augmentations de salaires mais de dé-

faire ce système qui nous tient en esclavage, alors le

monde changera. Il faut dire aux responsables politi-

ques que le droit de tous aux biens de la terre est une

loi divine et fondamentale. «J’y ai droit ! Je n’ai pas à

réclamer ! ». Si le législateur ne le reconnaît pas, il est

dans le péché. Nos dirigeants sont dans le péché d’in-

justice du point de vue de la distribution équitable des

biens de la terre dont nous peuple, qui sommes des

souverains primaires qui leur mandatent ce pouvoir.

Et s’il ne le reconnaît pas il pèche doublement car il

pèche contre le peuple et contre Dieu et c’est la chose

à leur faire savoir et connaître.

J’ai pu lire depuis ce matin, au-dessus de l’estrade

de la salle de conférence de la Maison de l’Immaculée:

«La Reine du Monde fera de grands miracles, ban-

quiers et communistes descendront de leur trônes»

Voilà ! Et nous allons les faire descendre ! Le Christ de-

viendra Roi de tous les pays, et il l’est déjà. Nous allons

les faire descendre non pas avec nos moyens humains,

mais avec nos moyens spirituels et nous savons que

celui en qui nous croyons est plus fort que quicon-

que ! Et la puissance de

la Mère du Désarmement,

puisque nous l’implorons,

agira en faveur de ce peu-

ple qui souffre. Elle écou-

tera nos humbles prières

et toute prière jaculatoire

qui sortira de ce sanc-

tuaire atteindra chaque

personne là où elle est et

le Seigneur nous exauce-

ra. Nous prions pour que

cesse dans le monde ces

personnes qui s’emparent

des biens de la terre pour

eux seuls. Il y a là une

injustice que Louis Even

a décrite et dénoncée et

que nous continuerons à

dénoncer et à prêcher.

Il ne suffit pas seule-

ment pour nous de prê-

cher la charité mais nous devons agir. Le temps est à

l’action... Il ne nous suffit pas toujours de prier mais il

nous faut agir. Pourquoi ? Parce que nous sommes des

Pèlerins, nos pieds doivent fouler le sol et le pavé, de

chaque amphithéâtre, le sol de chaque pays en étant

porteurs et porteuses de ce message. Mais un chrétien

n’a pas droit de se résigner à la pauvreté et au désor-

dre et ça nous le comprenons bien. Malheureusement,

dans mon pays, dans nos pays (d’Afrique) nous tom-

bons dans la résignation, cause de l’envahissement

des sectes chrétiennes financées par le pouvoir!! Voilà

encore une autre mafia ! ! ! On nous saoule, on nous

saoule d’endoctrinement soi-disant chrétien pour dire

aux Congolais, pour nous dire: «Croisez les bras, Dieu

viendra travailler à votre place. Dieu agira». C’est le dis-

cours que tiennent les sectaires. « Ne dénoncez rien,

ne combattez pas, Dieu agira». On peut voir, partout,

dans chaque maison un groupe de prière répétant ces

slogans, au lieu de dire «Levons-nous, révoltons-nous,

dénonçons ce dont nous sommes victimes».

Non, ça ne se fait pas. Pourquoi ? Parce que tous

ces pasteurs de sectes reçoivent l’argent du pouvoir

pour maintenir la population dans l’ignorance

.

Chez

moi, chez nous, c’est une réalité, une terrible réalité.

Ce qui fait que finalement, quand le papa n’arrive pas

à trouver de l’emploi, on ne doit pas chercher la rai-

son telle que nous la décortiquons ici, mais on attribue

cela à la sorcellerie. On dira : «Si Papa ne travaille pas

u

Le coltan (abré-

viation de deux miné-

raux, la colombite et

la tantalite), est un

minérai très rare in-

diospensable pour

le développement

des téléphones mo-

biles, GPS, ordina-

teurs portables et

autres

appareils

électroniques. Des

milliers d’enfants

sont employés dans les mines de coltan,

car leur petite taille favorise l’avancée dans

les tunnels en rampant... En moyenne,

l’extraction d’un kilogramme de coltan cause

la mort de deux enfants.

24

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2013

www.versdemain.org

c’est que dans la famille il y a un enfant sorcier». Et cet

enfant, une fois désigné par le pasteur, est chassé de

la maison. Et il y eut un temps où ils étaient brulés vifs

ou tués. Maintenant on les retrouve dans la rue. Dans

toutes les rues de Kinshasa on retrouve plein d’enfants

chassés de la maison parce qu’ils sont accusés de sor-

cellerie. Et qui fait ce travail ? Toujours les «Églises de

réveil», pour empêcher la population de revendiquer

ses droits, de pouvoir bénéficier des biens de la terre,

de pouvoir bénéficier des richesses du pays.

Il y a un fossé grave entre la pauvreté observée

dans mon pays et les riches dans ma campagne, à Bin-

sa, qui vivent dans des palais dans l’opulence. C’est ce

contraste qui fait mal. L’argent il y en a, mais il y a un

système qui fait que l’argent qui provient des minerais

du Congo est partagé entre les sociétés multinationales

et une poignée de politiciens, de dirigeants; eux vivent

dans l’opulence et la population continue de croupir

dans la misère. Je disais à Marcel Lefebve que main-

tenant ils ont sorti de nouveaux billets de 5000 francs

et de 10000 francs. Mais ces billets, le pauvre paysan

ne les voit pas alors qu’ils circulent dans les poches du

plus riche. Nous avons du travail, nous avons une mis-

sion de combattre cette économie irréelle et de revenir

à une économie plus réelle. L’argent est bon serviteur

dit-on mais aussi mauvais maître, même s’il passe le

plus souvent comme mauvais maître. Et celui qui a la

main tendue en dessous est aux dépends de celui qui a

la main au-dessus. Et qui a la main au-dessus de nous?

Ce sont ces banquiers-là, ce sont les institutions finan-

cières.

Regardez ce qui se passe dans l’Union Euro-

péenne, l’Euro, on dit que c’est l’Allemagne qui mène.

Mais l’Allemagne obéit aux ordres de qui ? Quand

Angela Merkel donne son point de vue et que tout le

monde tremble… Est-ce elle qui parle? Ou elle n’est

que le porte-parole de gens qui sont derrière elle? Le

système de la finance, nous devons le dénoncer.

Le Pape Pie XI dit cette belle phrase:

«La richesse

économique d’un peuple ne mesure pas dans l’abon-

dance des biens de la terre mais dans le développe-

ment humain de ses membres. Si une telle distribu-

tion des biens n’est pas réalisée et qu’elle n’est pas

accomplie c’est que le but n’est pas atteint.»

Et le

constat c’est que le but n’est pas encore atteint car

la réalisation de la distribution des biens de la terre

est faite imparfaitement et aussi imparfaitement assu-

rée. Et tant que les biens ne seront pas distribués de

manière équitable le peuple sera TOUJOURS pauvre.

Voilà mes frères, mes sœurs ce que je voulais vous

communiquer aujourd’hui de la pauvreté en Afrique et

en République Démocratique du Congo. Nous avons

bien compris que sans cette solidarité mondiale entre

les pays, jamais nous n’arriverons à rendre réel le

rêve de notre cher prophète, Louis Even. Je voudrais

rendre un hommage pieux à cette œuvre, un hom-

mage aussi vibrant à tous les pèlerins et pèlerines de

cette œuvre et encourager les jeunes à donner leur vie

pour cette œuvre. Et ma prière est celle-ci «Que le Sei-

gneur touche le cœur des jeunes afin que quand nous

reviendrons ici dans les années prochaines, nous en

trouvions plusieurs».

Que les âmes de Louis Even, de la cofondatrice,

Mme Gilberte Côté-Mercier, et de tous ceux et celles

qui ont été ensevelis sur cette terre comme semence

du combat de la justice distributive, reposent dans la

Paix du Christ. Amen.

Abbé Joseph Lukelu

Photo de groupe des participants à notre session d’étude de mai 2013 à Rougemont.

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2013

www.versdemain.org

25