Table of Contents Table of Contents
Previous Page  14-15 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 14-15 / 48 Next Page
Page Background

A

u cours des dernières décennies, les papes ont rappelé aux catholiques du monde entier que nous

devons accorder plus d’attention à l’environnement. Dans son message pour la Journée mondiale

de la Paix, le pape Jean-Paul II constatait « une plus vive conscience des menaces qui pèsent sur la

paix mondiale, non seulement à cause de la course aux armements, des conflits régionaux et des injustices

qui existent toujours dans les peuples et entre les nations, mais encore à cause des atteintes au respect dû à

la nature, de l’exploitation désordonnée de ses ressources et de la détérioration progressive dans la qualité

de la vie… Face à la dégradation générale de l’environnement, l’humanité se rend compte désormais que

l’on ne peut continuer à utiliser les biens de la terre comme par le passé

1

. » Vingt ans plus tard, le pape

Benoît profitait de la même occasion pour attirer l’attention sur « les menaces engendrées par le manque

d’attention – voire même par les abus – vis-à-vis de la terre et des biens naturels, qui sont un don de

Dieu

2

» et pour reprendre l’appel qu’il avait lancé en 2008 afin que l’humanité renouvelle et renforce

« l’alliance entre l’être humain et l’environnement, qui doit être le miroir de l’amour créateur de Dieu,

de qui nous venons et vers qui nous allons

3

».

À l’heure qu’il est, nombre de catholiques s’inquiètent à juste titre de l’état de notre environnement

naturel. Afin de les aider, la Commission épiscopale pour la justice et la paix propose ici un

modeste aperçu de huit grands thèmes traités récemment dans l’enseignement de l’Église sur

l’environnement. On trouvera ici une brève description de chacun des thèmes ainsi que

quelques citations exemplaires tirées des derniers textes pontificaux. Ces extraits

montrent comment, du point de vue catholique, les problèmes économiques,

sociaux et environnementaux sont nécessairement reliés les uns aux autres. Pour

être bien comprise, cette interrelation doit s’entendre dans un cadre biblique

fondé sur notre interprétation de l’œuvre créatrice et rédemptrice de Dieu,

sur l’anthropologie chrétienne et sur le rôle que Dieu demande aux êtres

humains de jouer dans l’ordre créé. La Commission espère que ces thèmes

pourront orienter la discussion, la réflexion et la prise de décision sur les

problèmes environnementaux éminemment concrets auxquels nous devons

faire face aujourd’hui.

Bâtir une nouvelle culture :

Commission épiscopale pour la justice et la paix

de la Conférence des évêques catholiques du Canada

1

Jean-Paul II, Message pour la Journée mondiale de la paix (1

er

janvier1990), 1.

2

Benoît XVI, Message pour la Journée mondiale de la paix (1

er

janvier 2010), 1.

3

Benoît XVI, Message pour la Journée mondiale de la paix (1

er

janvier 2008), 7.

Thèmes centraux dans l’enseignement

récent de l’Église sur l’environnement

1

Le G8 (pour «Groupe

des huit») est un groupe

de discussion et de parte-

nariat économique de huit

pays parmi les plus puis-

sants du monde: États-

Unis, Japon, Allemagne,

France, Royaume-Uni, Ita-

lie, Canada et Russie. Les

chefs d’État de ces huit

pays se réunissent en sommet une fois par année.

En 2013, c’est le Royaume-Uni, dirigé par le pre-

mier ministre David Cameron, qui reçoit ce som-

met, qui se tient plus exactement dans la ville de

Lough Erne, en Irlande du Nord, du 17 au 18 juin.

À cette occasion, le Pape François a écrit une

lettre au Premier Ministre Cameron, où il rappelle

les principes de base de l’enseignement social

de l’Église, expliquant quelles sont les fins et les

moyens, et insistant sur l’allocation «à chaque être

humain d’un minimum de biens pour vivre dans la

dignité et la liberté». Nos lecteurs réguliers savent

très bien que le dividende social proposé par Vers

Demain répondrait parfaitement à cette demande

du Pape. Voici de larges extraits de cette lettre:

Comme l’a précisé mon prédécesseur, Benoît

XVI, la crise mondiale actuelle montre que l’éthi-

que n’est pas quelque chose d’extérieur à l’écono-

mie, mais un élément essentiel et incontournable

de la pensée et de l’action économiques.

Les mesures à long terme qui visent à assurer

un cadre juridique adéquat pour toutes les actions

économiques, ainsi que celles, urgentes, qui y

sont associées pour résoudre la crise économi-

que mondiale, doivent être guidées par l’éthique

de la vérité. Cela inclut, d’abord et avant tout, le

respect de la vérité de l’homme, qui n’est pas seu-

lement un facteur économique supplémentaire,

ou un bien jetable, mais qui est doté d’une nature

et d’une dignité qui ne peuvent être réduites à un

simple calcul économique. Par conséquent la pré-

occupation pour le bien-être matériel et spirituel

fondamental de chaque personne humaine est le

point de départ de toute solution politique et éco-

nomique et la mesure ultime de son efficacité et de

sa validité éthique.

Par ailleurs,

l’objectif de l’é-

conomie et de

la politique est

de servir l’huma-

nité, à commen-

cer par les plus

pauvres et les

plus vulnérables,

où qu’ils soient,

même dans le

ventre de leurs

mères. Toute thé-

orie ou action

économique et

politique

doit

commencer par fournir à chaque habitant de la

planète les ressources minimum pour vivre dans

la dignité et la liberté, ainsi que la possibilité de

subvenir aux besoins d’une famille et à l’éduca-

tion des enfants, de louer Dieu et de développer

son potentiel humain. C’est le principal ; en l’ab-

sence d’une telle vision, l’activité économique n’a

pas de sens.

En ce sens, les différents défis économiques et

politiques graves auxquels est confronté le monde

d’aujourd’hui exigent un changement d’attitude

courageux qui redonne leur juste place à la fin

(la personne humaine) et aux moyens (économi-

ques et politiques). L’argent et les autres moyens

politiques et économiques doivent servir, et non

gouverner, en gardant à l’esprit que, de manière

apparemment paradoxale, la solidarité gratuite et

désintéressée est la clé d’un bon fonctionnement

de l’économie mondiale.

Je voulais partager ces réflexions avec vous,

Monsieur le Premier ministre, afin de souligner

ce qui est implicite dans tous les choix politiques,

mais qui peut parfois être oublié : l’importance

primordiale de mettre l’humanité, chaque homme

et chaque femme, au centre de toute activité poli-

tique et économique, à la fois nationale et inter-

nationale, parce que l’homme est la ressource la

plus vraie et la plus profonde de la politique et de

l’économie, ainsi que leur fin ultime.

Pape François

La personne humaine est la fin

L’économie et la politique sont les moyens

Lettre du Pape François pour le sommet du G8

14

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2013

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2013

www.versdemain.org www.versdemain.org

15