Table of Contents Table of Contents
Previous Page  6-7 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 6-7 / 32 Next Page
Page Background

Jésus, Bon Pasteur, toi qui as dit à Pierre:

« Lorsque tu seras revenu, confirme tes frères »,

prépare déjà le cœur du prochain Successeur

de Pierre. Qu’il soit un homme de ta Parole,

un pasteur selon ton cœur et un évangélisateur

qui saura rejoindre toute personne,

surtout les pauvres de notre monde.

Esprit Saint, souffle ton vent de Pentecôte

sur les Pères Cardinaux qui auront à choisir

le prochain Pape. Donne-leur paix et sérénité,

discernement et courage pour désigner

celui que tu veux pour gouverner

la barque de saint Pierre.

Vierge Marie, dans ta bonté maternelle,

assiste l’Église de ton Fils à cette heure décisive.

Que nous puissions continuer notre marche

ensemble dans l’unité afin de faire

tout ce que Jésus nous dira. Amen

Depuis 1968, l’Église célèbre le 1er janvier, fête de

Marie, Mère de Dieu, la journée mondiale de la paix. Voici

des extraits du message que Benoît XVI a écrit pour 2013,

sur le thème «Heureux les artisans de paix» (Mt 5, 9):

Chaque année nouvelle porte en elle l’attente d’un

monde meilleur. Dans cette perspective, fondée sur la

foi, je prie Dieu, Père de l’humanité, de nous donner la

concorde et la paix afin que puissent se réaliser pour

tous les aspirations à une vie heureuse et prospère.

Notre temps en effet, marqué par la mondialisation,

avec ses aspects positifs et négatifs, mais aussi par des

conflits sanglants toujours en cours et par des menaces

de guerre, demande un engagement renouvelé et col-

lectif pour la recherche du bien commun, du développe-

ment de tous les hommes et de tout l’homme.

Les foyers de tension et d’opposition causés par

des inégalités croissantes entre riches et pauvres, par

la prévalence d’une mentalité égoïste et individualiste

qui s’exprime également au travers d’un capitalisme

financier sans régulation, nous inquiètent. En plus des

différentes formes de terrorisme et de criminalité inter-

nationales, les fondamentalismes et les fanatismes qui

défigurent la vraie nature de la religion, appelée qu’elle

est à favoriser la communion et la réconciliation entre

les hommes sont autant de dangers pour la paix.

Le chemin de réalisation du bien commun et de la

paix est avant tout le respect pour la vie humaine, consi-

dérée dans la variété de ses aspects, à commencer par

sa conception, dans son développement, et jusqu’à son

terme naturel. Les vrais artisans de paix sont alors ceux

qui aiment, défendent et promeuvent la vie humaine en

toutes ses dimensions: personnelle, communautaire et

transcendante. La vie en plénitude est le sommet de la

paix. Qui veut la paix ne peut tolérer des atteintes ou

des crimes contre la vie.

Ceux qui n’apprécient pas suffisamment la valeur

de la vie humaine et, par conséquent, soutiennent la li-

béralisation de l’avortement par exemple, ne se rendent

Le 14 février 2013, Benoît XVI rencontrait pour

une dernière fois les prêtres du diocèse de Rome,

réunis dans la salle Paul VI au Vatican, et a livré

pendant 50 minutes un discours improvisé sur ses

souvenirs du Concile Vatican II, parlant du «faux

Concile des médias» qui avait créé des problèmes

pour la mise en application du «vrai Concile»:

«Vatican II était le Concile

des Pères — le vrai Concile —

mais il y a eu aussi le Concile

des médias. C’était presque

un Concile par lui-même, et

le monde a perçu le Concile

à travers eux, à travers les

médias. Le Concile des jour-

nalistes ne s’est pas réalisé,

naturellement, à l’intérieur

de la foi, mais à l’intérieur

des catégories des médias

d’aujourd’hui, c’est-à-dire en

dehors de la foi, avec une her-

méneutique différente… Une

herméneutique politique.

«Pour les médias, le Concile était une lutte politi-

que, une lutte de pouvoir entre les différents courants

dans l’Eglise… Le problème était triple: le pouvoir

du Pape, ensuite déplacé au pouvoir des évêques et

au pouvoir de tous, la souveraineté populaire… Et il

en fut de même avec la liturgie: la liturgie n’intéres-

sait pas comme acte de foi, mais comme quelque

chose où les choses deviennent compréhensibles,

un type d’activité de la communauté… Ces traduc-

tions, banalisations de l’idée du Concile, ont été viru-

lentes dans la pratique de l’application de la réforme

liturgique; elles étaient nées d’une vision du Concile

en dehors de sa propre clé, celle de la foi…

«Nous savons combien ce Concile des médias

fut accessible à tous. Donc, c’était celui qui domi-

nait, le plus efficace, et il a créé tant de calamités,

tant de problèmes et réellement tant de misères:

séminaires fermés, couvents

fermés, liturgie banalisée…

et le vrai Concile a eu de la

difficulté à se concrétiser, à

se réaliser; le Concile virtuel

était plus fort que le Concile

réel. Mais la force du Concile

était présente et, peu à peu,

il se réalise de plus en plus

et devient la véritable force,

qui ensuite est aussi vraie

réforme, vrai renouvellement

de l’Eglise. Il me semble que,

50 ans après le Concile, nous

voyons comment ce Concile

virtuel se brise, se perd, et le

vrai Concile apparaît, avec toute sa force spirituelle.

«Et il est de notre devoir, en cette Année de la

Foi, à partir de cette Année de la foi, de travailler

pour que le vrai Concile, avec la force de l’Esprit

Saint, se réalise et que l’Eglise se renouvelle. Nous

espérons que le Seigneur nous aidera. Moi-même,

une fois retiré dans la prière, je serai toujours avec

vous, et, ensemble, nous irons de l’avant avec le

Seigneur, dans cette certitude: le Seigneur vainc !

Merci ! »

«Heureux les

artisans de paix»

Message de Benoît XVI

pour la Journée mondiale

de la paix, 1er janvier 2013

Le faux Concile des médias

Pour étudier la cause de la crise financière

actuelle, nous vous offrons ces livres à un

prix spécial, en incluant les frais postaux:

Démocratie économique en 10 leçons: 12.00$

Sous le Signe de l’Abondance: 25.00$

Régime de Dettes à la Prospérité: 10.00$

peut-être pas compte que de cette façon ils proposent la

recherche d’une paix illusoire. La fuite des responsabili-

tés qui avilit la personne humaine et, encore davantage,

le meurtre d’un être sans défense et innocent, ne pour-

ront jamais produire ni bonheur ni paix... Il n’est pas

juste non plus de codifier de manière sournoise de faux

droits ou des abus qui, fondés sur une vision réductrice

et relativiste de l’être humain et sur l’utilisation habile

d’expressions ambiguës destinées à favoriser un pré-

tendu droit à l’avortement et à l’euthanasie, menacent

le droit fondamental à la vie.

La structure naturelle du mariage doit être aus-

si reconnue et promue, c’est-à-dire l’union entre un

homme et une femme, face aux tentatives de la rendre

juridiquement équivalente à des formes radicalement

différentes d’union qui, en réalité, la dénaturent et con-

tribuent à la déstabiliser, éclipsant son caractère par-

ticulier et son rôle social irremplaçable...

Pour sortir de la crise financière et économique ac-

tuelle – qui a pour effet une croissance des inégalités – il

faut des personnes, des groupes, des institutions qui

promeuvent la vie en favorisant la créativité humaine

pour tirer, même de la crise, l’occasion d’un discerne-

ment et d’un nouveau modèle économique. Le modèle

prévalant des dernières décennies postulait la recher-

che de la maximalisation du profit et de la consomma-

tion, dans une optique individualiste et égoïste, tendant

à évaluer les personnes seulement par leur capacité à

répondre aux exigences de la compétitivité. Au con-

traire, dans une autre perspective, le succès véritable

et durable s’obtient par le don de soi, de ses propres

capacités intellectuelles, de son esprit d’initiative, parce

que le développement économique vivable, c’est-à-dire

authentiquement humain, a besoin du principe de gra-

tuité comme expression de fraternité et de la logique

du don.

Du Vatican, le 8 décembre 2012.

Benoît XVI

u

6

VERS DEMAIN janvier-février 2013

VERS DEMAIN janvier-février 2013

www.versdemain.org www.versdemain.org

7