Table of Contents Table of Contents
Previous Page  4-5 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 4-5 / 32 Next Page
Page Background

L’encyclique

Lumen Fidei

sur la foi

Écrite par deux Papes, François et Benoît XVI

«La foi naît de la rencontre avec le Dieu vivant,

qui nous appelle et nous révèle son amour»

Le 5 juillet 2013, le Vatican

rendait publique la première

encyclique du Pape François,

intitulée «Lumen Fidei» (La

lumière de la foi), datée du 29

juin, solennité des saints Apô-

tres Pierre et Paul. Ce qui est

tout à fait unique avec cette

encyclique, c’est la première

écrite par deux Papes, ou se-

lon l’expression du Pape Fran-

çois, «écrite à quatre mains»:

les deux mains du Pape émé-

rite Benoît XVI, et les deux

mains du Pape régnant, Fran-

çois. Providentiellement, les

deux papes apparaissaient

ensemble le même jour dans

les jardins du Vatican pour la

bénédiction d’une statue de

saint Michel Archange (voir

page 31). Et on peut même

ajouter que ce 5 juillet pour-

rait être considéré comme la

«journée des quatre papes»,

puisque ce même jour était

annoncée la canonisation pro-

chaine des bienheureux Jean

XXIII et Jean-Paul II.

Il existe trois vertus théo-

logales: la foi, l’espérance et la

charité. Benoît XVI avait déjà écrit en 2005 une encycli-

que sur la charité (Deus Caritas Est, Dieu est amour) et

en 2007 sur l’espérance (Spe Salvi, Sauvés dans l’es-

pérance), et avait annoncé en 2012 qu’il était en train

d’écrire une encyclique sur la foi, devant justement

être publiée durant l’été 2013, dans le cadre de l’Année

de la foi. Lors de sa renonciation au pontificat en février

2013, cette encyclique était presque terminée.

Benoît XVI a ensuite remis ce texte au nouveau

Pape Francois qui, selon ses propres paroles, n’y a

ajouté que quelques retouches. Il déclarait par exem-

ple le 13 juin dernier, en parlant de cette lettre ency-

clique: «C’est lui (Benoît XVI) qui l’a faite et moi je l’ai

menée à son terme». Ainsi, en faisant sien ce texte

de son prédécesseur, le Pape François nous a permis

de bénéficier du dernier texte de

Benoît XVI qui complète la trilo-

gie des vertus théologales, et qui

autrement n’aurait jamais été pu-

blié.

Le pape François a même pris

la peine de mentionner cette col-

laboration de Benoît XVI dans la

nouvelle encyclique. On peut lire

au paragraphe 7 de Lumen Fidei:

«Ces considérations sur la foi

— en continuité avec tout ce que

le Magistère de l’Église a énoncé

au sujet de cette vertu théolo-

gale — entendent s’ajouter à tout

ce que Benoît XVI a écrit dans

les encycliques sur la charité et

sur l’espérance. Il avait déjà pra-

tiquement achevé une première

rédaction d’une Lettre encyclique

sur la foi. Je lui en suis profondé-

ment reconnaissant et, dans la

fraternité du Christ, j’assume son

précieux travail, ajoutant au texte

quelques contributions ultérieu-

res. Le Successeur de Pierre, hier,

aujourd’hui et demain, est en effet

toujours appelé à «confirmer les

frères» dans cet incommensura-

ble trésor de la foi que Dieu donne

comme lumière sur la route de

chaque homme.»

On peut donc à juste titre parler d’une encyclique

écrite «à quatrer mains»: le gros du travail a été fait

par Benoît XVI, mais on peut aussi dire que toute l’en-

cyclique est du Pape François, puisqu’il fait siennes

les pensées de Benoît XVI. Le Pape François avait dé-

claré au téléphone à son ami argentin Jorge Milia, en

parlant de Benoît XVI (tel que rapporté par l’agence

d’information catholique

zenit.org

dans une dépêche

du 12 juillet 2013):

«Tu n’imagines pas l’humilité et la sagesse de cet

homme». «Alors, garde-le près de toi… », lui a répon-

du Milia. «Je ne peux même pas m’imaginer renon-

cer au conseil d’une personne comme cela, ce serait

«Ta parole est une lampe

sur mes pas, une lumière

sur ma route» (Ps 119, 105)

4

VERS DEMAIN août-septembre 2013

www.versdemain.org

stupide de ma part ! », a répliqué le Pape François.

Remercions Dieu pour cette collaboratiom fructueuse

entre le Pape émérite et le Pape régnant, et deman-

dons-Lui de les protéger et de les garder encore avec

nous longtemps !

Lors d’une conférence de presse pour la présen-

tation de la nouvelle encyclique, le cardinal Marc

Ouellet, préfet de la Congrégation pour les évêques,

déclarait:

«Il manquait un pilier à la trilogie de Benoît XVI

sur les vertus théologales. La Providence a voulu que

le pilier manquant soit un cadeau du Pape émérite à

son successeur et en même temps un symbole d’uni-

té, car en assumant et complétant l’œuvre entrepri-

se par son prédécesseur, le Pape François témoigne

avec lui de l’unité de la foi.»

Voici maintenant de larges extraits de cette pre-

mière lettre encyclique du Pape François, qui méritent

d’être médités en cette Année de la foi. (Les numéros

devant les paragraphes sont ceux de l’encyclique,

pour ceux qui désirent se référer au texte complet.)

A. Pilote

1. La lumière de la foi (

Lumen Fidei

): Par cette

expression, la tradition de l’Église a désigné le grand

don apporté par Jésus, qui, dans l’Évangile de Jean,

se présente ainsi: «Moi, lumière, je suis venu dans le

monde, pour que quiconque croit en moi ne demeure

pas dans les ténèbres» (Jn 12, 46)...

Une lumière à redécouvrir

2. Cependant, en parlant de cette lumière de la

foi, nous pouvons entendre l’objection de tant de

nos contemporains. À l’époque moderne on a pensé

qu’une telle lumière était suffisante pour les sociétés

anciennes, mais qu’elle ne servirait pas pour les temps

nouveaux, pour l’homme devenu adulte, fier de sa rai-

son, désireux d’explorer l’avenir de façon nouvelle...

3. Peu à peu, cependant, on a vu que la lumière de

la raison autonome ne réussissait pas à éclairer assez

l’avenir ; elle reste en fin de compte dans son obscu-

rité et laisse l’homme dans la peur de l’inconnu. Ainsi

l’homme a-t-il renoncé à la recherche d’une grande

lumière, d’une grande vérité, pour se contenter des

petites lumières qui éclairent l’immédiat, mais qui sont

incapables de montrer la route. Quand manque la lu-

mière, tout devient confus, il est impossible de distin-

Le même jour où la nouvelle encyclique était rendue publique, ses deux «co-auteurs», le Pape François

et le Pape émérite Benoît XVI, apparaissaient ensemble dans les jardins du Vatican pour la bénédiction

d’une statue de saint Michel Archange (voir page 31).

u

VERS DEMAIN août-septembre 2013

www.versdemain.org

5