Table of Contents Table of Contents
Previous Page  46-47 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 46-47 / 48 Next Page
Page Background

financiers et aux salariés. Le fait d’en reprendre à

ceux-ci, par des taxes, pour venir au secours des

déshérités ne remet pas ces déshérités dans leurs

droits; ces allocations les laissent dans leur statut

de déshérités, déshérités secourus, alors qu’ils de-

vraient être reconnus comme cohéritiers, co-capita-

listes sociaux, recevant un dividende social, non pas

comme secours à un indigent, mais comme dû à un

capitaliste. Cela serait un dividende, garantissant

ainsi à chaque membre de la société une certaine

mesure de sécurité économique, un certain niveau

de vie, aussi longtemps que continue la production

et en rapport avec le volume de cette production.

Sans pour cela supprimer la rémunération de ceux

qui, producteurs, mettent en oeuvre le capital com-

munautaire.

Cette vision ouvre les perspectives d’un système

économique et social vraiment humain, réalisant le

droit fondamental de tout homme à l’usage des biens

terrestres — droit lié au seul fait de sa nature d’être

humain — droit si réaffirmé par le grand Pape Pie XII

dans son

mémorable radio-message de Pentecôte

1941.

Le progrès technologique ne serait plus une puni-

tion en supprimant de l’emploi. Au contraire, le divi-

dende social assurant à tous un certain niveau de vie

lié à la production et non pas uniquement à l’emploi,

la mécanisation accrue, l’automation apporteraient

Assemblées mensuelles

Maison de l’Immaculée, Rougemont

Chaque mois aux dates suivantes:

23 décembre. 27 janvier. 24 février

10 heures a.m.: Ouverture. Chapelet

Rapports des apôtres revenant de mis-

sion

Midi: dîner dans le réfectoire de la

Maison de l’Immaculée, chacun apporte

ses provisions.

1.30 à 4.30 heures p.m. Conférences

3.30 hres p.m. Confessions

5.00 hres p.m. Sainte Messe à la cha-

pelle de la Maison de l’Immaculée.

6.15 hres p.m. souper avec ses provisions

Aux réunions de Vers Demain, tous

se présentent modestement vêtus. Les

dames en robe non décolletée (pas plus

d’un pouce en bas du cou), à manches

dépassant le coude et à jupe couvrant les

genoux. Messieurs et dames en shorts ne

sont pas admis.

une libération permettant de poursuivre d’autres ac-

tivités que celles de la seule fonction économique de

l’homme, au lieu de susciter des besoins matériels

nouveaux pour maintenir l’emploi comme unique

source de revenu. Le système liant le droit de vivre

à l’emploi accentue le matérialisme. Un régime de

dividende social à tous favoriserait ce qu’un philo-

sophe entrevoyait comme «au lieu d’une civilisation

de travail une civilisation de contemplation».

Louis Even

Heureux ceux qui ont faim

et soif de la justice

ils seront rassasiés

André Auger de Barraute, décédé

André Auger, de Barraute, en

Abitibi, est décédé le 21 octobre, à

l’âge 85 ans. Avec ses deux frères

Simon et Robert, il a porté fidèle-

ment le flambeau de Vers Demain

dans l’Abitibi depuis un grand nom-

bre d’années.

Ils visitaient les familles de

porte en porte pour les abonner au

fameux journal Vers Demain, avec une conviction et

une ténacité inébranlables.

En pensant à ces tout petits qui ont été illuminés

par la lumière du Crédit Social et qui s’en sont fait les

apôtres inlassables, sacrifiant leurs loisirs, renonçant

aux plaisirs légitimes, pour donner leur temps à l’apos-

tolat de porte en porte, à la distribution des circulaires,

et à toutes les autres activités de l’Oeuvre, etc., nous

sommes portés à réciter cette prière de Jésus citée

dans l’Évangile de saint Luc:

«Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre,

d’avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de

l’avoir révélé aux tout petits» (Lc 10, 21).

Le Père savait bien que c’est chez les tout petits

qu’Il trouverait la générosité, le courage et la vaillance

de s’offrir eux-mêmes pour accomplir la mission qu’Il

avait à confier; que c’est aussi chez ces tout petits qu’il

trouverait la capacité de refuser les pots-de-vin, ainsi

qu’assez d’humilité pour accepter les railleries et les

persécutions des grands.

Oui, merci Père, d’avoir donné à Vers Demain des

apôtres tels qu’André Auger. C’est avec le dévouement

des milliers d’apôtres de cette trempe que le Mouve-

ment de Vers Demain a été construit et qu’il se pro-

page maintenant à vive allure dans le monde entier.

La Messe de samedi, le 3 novembre, a été célé-

brée à la chapelle de la Maison de l’Immaculée, pour le

repos de l’âme du cher Pèlerin de saint Michel défunt.

Thérèse Tardif

Le 7 décembre 2011, le pape Benoît XVI utilisait une

tablette numérique pour «allumer» à distance le plus

grand «arbre de Noël» du monde, c’est-à-dire plusieurs

centaines d’ampoules dessinant la silhouette d’un sa-

pin à Gubbio, en Ombrie, dans le centre de l’Italie. (

Voir

photo ci-bas.

)

«L’arbre de Noël» de Gubbio est

entré dans le livre Guinness des re-

cords en 1991 avec une hauteur de

650 mètres (2130 pieds) et une largeur

à sa base de 350 mètres. Il est compo-

sé de 3000 ampoules et de 8,5 kilomè-

tres de cables électriques disposées

sur les flancs du mont Ingino; au som-

met de la colline se trouve la basilique

de Saint-Ubald, patron de la ville.

L’allumage de ce sapin de noël

géant, s’est fait à 230 km de distance

par le pape via la tablette tactile et le

réseau Internet. Assis à son bureau,

à l’intérieur du Vatican, Benoît XVI a

envoyé le signal non sans avoir aupa-

ravant exprimé trois voeux:

«Ce sapin de Noël, le plus grand du

monde, est tracé sur les pentes du mont Ingino, que

domine la basilique de saint Ubald, le patron de la vil-

le. En la regardant on se tourne naturellement vers le

ciel, vers le monde de Dieu. Puissent donc notre cœur

et notre esprit dépasser l’horizon de ce monde matériel

pour, à l’instar de cet arbre, tendre vers le ciel pour nous

adresser à Dieu. S’il ne nous oublie pas, il demande que

nous ne l’oublions pas !

«L’Évangile rapporte qu’une lumière enveloppa les

berges dans la nuit de Noël, pour leur annoncer une

grande joie, la naissance de celui qui vient apporter la

lumière, qui est la lumière éclairant les

hommes. Ce grand arbre dominant

Gubbio éclairera la nuit de sa lumière.

Mon second vœu est qu’on se sou-

vienne combien nous avons besoin de

cette lumière qui nous donne l’espé-

rance tout au long de notre vie, en par-

ticulier lorsque des épreuves et des

souffrances nous enveloppent. Quelle

est la lumière capable d’éclairer vrai-

ment nos cœurs et de nous offrir une

espérance certaine sinon l’Enfant de la

Nativité? ... Il est le Seigneur qui nous

devient proche, qui réclame notre

accueil et notre amour, qui attend que

nous lui fassions confiance...

«Mon troisième vœu est que cha-

cun de nous sache apporter un peu de

lumière l’a où il vit, en famille comme

au travail, dans son quartier, dans la

société. Nous devons être lumière pour autrui, pour

qu’il sorte de l’égoïsme qui referme souvent sur soi

même, en lui offrant un peu d’attention ou de solida-

rité. Tout geste de bonté est comme une des multiples

lumières de ce grand arbre de Gubbio qui, ensemble,

illuminent l’obscurité la plus profonde».

Les trois voeux de Benoît XVI pour Noël

Suivre la lumière de l’Enfant-Jésus

46

VERS DEMAIN octobre-novembre-décembre 2012

www.versdemain.org