Table of Contents Table of Contents
Previous Page  40-41 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 40-41 / 48 Next Page
Page Background

Cette littérature por-

nographique, qui démo-

ralise la jeunesse de notre

pays coûte des milliards

par année selon le Comité

de délinquance juvénile

du Sénat. Selon le témoi-

gnage des publicitaires de

ces magasines et images

soi-disant “artistiques”, ils

n’ont pas du tout de diffi-

culté à faire accepter aux

jeunes filles les vêtements

qu’ils leur demandent de

mettre pour prendre les

photographies. Et souvent

elle n’exigera pas d’argent

en retour.

À chaque été, … plu-

sieurs femmes et jeunes

filles se paradent publique-

ment en shorts très abré-

gés et en d’autres indécen-

ces. Quoique qu’elles ne le

réalisent pas ou ne veulent

pas le reconnaître, tout ce

déploiement impudique de

la chair suscite d’innom-

brables péchés d’impureté

en pensée, en désir et en

acte. Ce sont des consé-

quences découlant des

femmes qui ont adopté

l’idéal de la nudité et sont

devenues elles-mêmes des

occasions graves de péché.

Pour obtenir que les

femmes suivent les modes

païennes, il a fallu agir gra-

duellement pendant une

certaine période d’années.

Si on avait procédé avec

précipitation, les femmes auraient été prévenues;

plusieurs d’entre elles se seraient soulevées contre

ce plan. Mais comme tout s’est fait graduellement,

plusieurs d’entre elles n’ont pas vu ce qui arriverait

et ont accepté cela comme une nouvelle manière de

vivre. Une personne qui s’y opposerait serait consi-

dérée à l’ancienne mode.

Nous considérons que cet article peut aider à dis-

siper les «doutes honnêtes» dans les esprits de plu-

sieurs femmes et filles qui

veulent agir correctement,

mais qui sont confuses et

ne voient rien de mal dans

les modes actuelles indé-

centes.

Le plan de Dieu pour

la race humaine

Le

Dieu

tout-puis-

sant, pour continuer la

race humaine, a donné à

la femme un plus grand

attrait physique. Il n’y a rien

de mal dans cela. C’est un

don de Dieu. Seulement

le mauvais usage est un

péché.

Convenablement

utilisée, cet attrait phy-

sique est dans le plan de

Dieu pour que l’homme

et la femme vivent dans le

mariage et remplissent ses

buts: (

mettre des enfants

au monde, les former chré-

tiennement afin de four-

nir à la société d’honnêtes

citoyens, enrichir l’Église

de nouveaux chrétiens

et contribuer à former de

futurs élus pour le Ciel

).

Cet attrait physique de

la femme ne doit pas être

étalé sur la place publi-

que, comme on le fait à

une grande échelle dans

notre pays présentement;

même des femmes et les

filles catholiques s’y prê-

tent. Ces déshabillés vont

conduire notre pays à la destruction à cause des

nombreux péchés commis contre la pureté, à cause

des mauvaises pensées éveillées chez les hommes.

L’atome est un don de Dieu. Utilisée correctement,

il peut fournir de nouvelles sources de lumière, de

combustible. Ainsi c’est un bienfait pour l’huma-

nité. Il peut aussi être utilisé à la fabrication d’armes

pour détruire l’humanité. La même chose est vraie

pour l’attrait et la beauté que Dieu a donnés aux

femmes. C’est pour cette raison que nous disons

que le sort de l’Amérique repose entre leurs mains.

L’immodestie invite aux péchés

Votre éditeur est convaincu que si Dieu transfor-

mait les esprits des hommes et des femmes seule-

ment pour une journée, nous serions témoins de la

plus grande transformation rapide que le monde

n’ait jamais vue. Les hommes respecteraient les

femmes beaucoup plus qu’ils le font aujourd’hui. Ils

comprendraient mieux “le tempérament”, la sensibi-

lité et les qualités qui caractérisent les femmes.

Mais le plus grand changement serait chez les

femmes. Quand elles verraient et comprendraient

mieux cette pensée délicate et psychologique et cette

imagination que Dieu a placées dans l’homme dans

le but de la procréation, avec sa faiblesse humaine

apportée par le péché originel, les femmes n’auraient

jamais besoin de se faire dire de couvrir leurs corps.

Elles comprendraient la nécessité de la modestie, car

elles sauraient que l’immodestie éveille les passions

chez les hommes.

Elles verraient que plusieurs choses considérées

normales et inoffensives peuvent être suggestives

pour un homme, une grande tentation, une sérieuse

occasion de péché, non seulement la manière dont

la fille s’habille, mais son regard, ses paroles dépla-

cées, la manière de s’asseoir, de marcher ou d’agir.

Oui, plusieurs hommes aimeraient à respecter les

femmes. Mais comment pouvez-vous respecter une

femme quand elle ne se respecte pas elle-même et

expose son corps sur la place publique? Quand une

femme expose son corps ou attire l’attention par des

modes indécentes, elles provoquent les hommes qui

la voient et elles l’incitent à la rejoindre dans le péché

— comme Ève a fait dans le jardin du Paradis.

Si nos femmes modernes continuent d’exposer

leurs corps comme elles le font publiquement dans

les rues, au cinéma, dans les spectacles de télévision,

dans les champs variés de la vie américaine, cette

nation pourra souffrir bientôt d’un destin aussi tra-

gique qui arriva à l’humanité à cause de la chute de

nos Premiers Parents.

“Ainsi vont les femmes, ainsi

vont les nations.”

Règles de l’Église sur la modestie

Données le 23 août 1928 par la Sacrée Congréga-

tion du Concile et répétées en 1938 par S.E. le Cardi-

nal Pompili, Cardinal Vicaire de Rome:

«On ne peut considérer comme étant

décent un vêtement dont le décolletage dépasse

la largeur de deux doigts au-dessous de la nais-

sance du cou; un vêtement dont les manches

ne descendent pas au moins jusqu’aux coudes,

et qui descend à peine au-dessous des genoux.

Indécents sont également les vêtements d’étof-

fes transparentes et les bas de couleur chair qui

donnent l’illusion que les jambes ne sont pas

couvertes.»

Mai 1946. Lettre de tous les évêques du Canada.

Ils répètent l’énoncé du Cardinal Pompili et ils ajou-

tent :

“Que si l’on demande en quoi consiste un

habit modeste et décent pour une chrétienne, on

comprendra que c’est celui qui couvre la poitrine

et les bras d’étoffes non transparentes, qui des-

cend au moins à mi-jambe et dont la coupe d’une

ampleur convenable protège la pudeur en dissi-

mulant les lignes du corps.

“Que sera-ce demain, si l’on songe la vogue

croissante de ces vêtements si exigus ou tels qu’ils

semblent plutôt faits pour mettre en relief ce

qu’ils doivent voiler, comme l’observe Pie XII?

“Trop de jeunes filles acceptent facilement les rac-

courcis indécents, parfois provocateurs, les décolletés

audacieux où elles ont l’impudence de placer la croix

de Notre-Seigneur, maître de la pureté! Trop d’entre

elles s’exhibent en shorts, encore timidement dans

la rue, mais avec un sans gêne au jeu! Souvent elles

réduisent encore leur costume de plage. Immodestes

de leur nature même, ces vêtements doivent être

bannis de nos mœurs, même dans les sports.

Notons de plus que le port du pantalon sous le

moindre prétexte, ou, ce qui est pire, dans le but de

s’exhiber en public, n’est pas digne d’une vraie chré-

tienne.

“Ce qui nous paraît plus grave encore, non

certes comme provocatrices, au mal, mais plutôt

comme habitude néfaste et pouvant conduire

très loin, c’est dans le costume des fillettes, la

robe écourtée, la nudité complète des bras et des

jambes, quand cela ne va pas jusqu’à celle du torse

(NDLR : Aujourd’hui, on en est rendu à la nudité

complète). Sans le savoir, ces pauvres enfants

scandalisent ainsi, et souvent, leurs petits frères.

“L’homme n’échappe pas au goût de l’exhibi-

tion complète de sa chair : on va le torse nu en

public, on porte un pantalon ou un maillot collant

trop abrégé. On commet par là des infractions à la

vertu de modestie, quand on n’est pas occasion de

péché, en pensée ou en désir, pour le prochain.”

“Ainsi vont les femmes, ainsi vont les nations”

“La Sainte Vierge, à cause de sa

grande pureté, fut aussi appelée, par

l’Esprit-Saint, belle comme

la tour-

terelle, le lis par excellence

, et

le lis

entre les épines

, parce que sa seule

présence inspirait à tout le monde des

pensées et des désirs de pureté.”

“Saint Jérôme pense que saint Joseph garda

sa virginité à cause de la compagnie de Marie.

Saint Ambroise rapporte, dans son livre Livre

des Vierges que la grâce de la virginité était

si abondante en Marie, que non seulement

elle la remplissait de beauté, de pureté et de

sainteté, mais que sa seule vue conférait le

don de chasteté à ceux qui la visitaient.”

40

VERS DEMAIN octobre-novembre-décembre 2012

VERS DEMAIN octobre-novembre-décembre 2012

www.versdemain.org www.versdemain.org

41