Table of Contents Table of Contents
Previous Page  18-19 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 18-19 / 48 Next Page
Page Background

u

Procession avec le Saint Sacrement dans les rues de Rougemont après la messe du dimanche, 2 septembre

même les formes les plus humanitaires qui soient !

On nous dit par exemple que l’ONU est au Congo

pour sauver le peuple, pour empêcher la guerre ! Mais,

mon Dieu, ce sont des millions qui sont inscrits chaque

jour dans le compte du Congo comme dette pour payer

la présence de l’ONU au Congo, et pourtant, quand les

gens se battent, les soldats de l’ONU n’interviennent

pas, ils n’empêchent pas. Ce sont les mêmes qui ac-

ceptent que d’autres soldats, s’en prennent au peuple,

à la population congolaise de la manière la plus cruelle

qui soit. Faire violer les femmes, c’est déjà grave, c’est

quelque chose d’inadmissible, d’intolérable; mais pire

que ça, ils recherchent des soldats atteints du sida avec

comme mission de violer systématiquement le plus de

femmes possible: ça signifie que c’est le peuple lui-mê-

me dans son avenir qui est visé, qui est atteint.

Vous voyez avec quel cynisme on peut prétendre

faire le bien, et pourtant, ce n’est pas vrai, c’est une cha-

rité fausse. C’est faire le pharisaïsme, c’est être agent

de mort; tous ceux-là sont des agents de mort...

Nous aussi nous sommes des pharisiens des temps

nouveaux, dans chacun de nous, il y a un pharisien qui

sommeille. En chacun de nous il y a un orfèvre (en ré-

férence au texte de Louis Even qui explique comment

l’orfèvre est devenu banquier). Nous devons y regarder

de plus près, les actes que nous posons, soit disant des

vérités, est-ce que ce sont des actes que nous posons

en toute charité, ou bien y a-t-il un intérêt quelque part

que nous recherchons.

Quand nous y regardons de plus près, chacun de

nous, nous constaterons que nous ne sommes pas si loin

des pharisiens, parce qu’après tout, les pharisiens d’une

part, les gros financiers, les banquiers, n’agissent pas

seuls, ils agissent avec nous. Ils agissent avec la complici-

té des politiciens, avec la complicité même du peuple qui

n’est pas informé. Ce peuple qui accepte que ses enfants

s’engagent dans la guerre, parce qu’on lui a fait croire que

c’est une bonne chose pour libérer son peuple.

Nous devons prendre garde à cette complicité.

Chacun de nous, de l’une ou l’autre manière, regardons

nos appareils, regardons nos ordinateurs: nous por-

tons le sang des victimes de la guerre au Congo (RDC).

Nous portons le sang de toutes ces femmes qui sont

violées et meurent, et de tous ceux qui meurent après,

du sida. N’oubliez pas, vous le savez très bien que c’est

le coltan, dont on se sert dans les instruments, dans les

appareils aujourd’hui, qui est un des véritables motifs

de la guerre au Congo, pour qu’on continue à exploi-

ter ce peuple, qu’on le balkanise, qu’on le fragilise, et il

n’existe plus comme État.

Mes chers frères, nous allons prier pour que le

Seigneur nous aide, que le crédit social arrive à triom-

pher. Mais là aussi nous devons prendre garde: le cré-

dit social n’est pas une potion magique, n’est pas un

médicament miracle; le crédit social, c’est l’homme qui

doit l’appliquer. Et cet homme qui doit l’appliquer, doit

l’appliquer en vérité. S’il ne le fait pas en vérité, à ce

moment-là, c’est fini, ça va se détériorer.

Nous allons prier pour les Pèlerins de saint Michel;

que le Seigneur leur donne de continuer leur combat,

et qu’ils soient un instrument précieux qui sera le fer de

lance de la bataille que l’Église engage pour la justice,

pour la vérité, pour l’amour.

Nous allons prier pour tous ceux qui sont victimes

des banquiers, autant ici en Occident que chez nous en

Afrique.

Nous allons prier pour nos enfants qui vont rece-

voir le sacrement de confirmation. Que ce sacrement

les confirme comme chrétiens, qu’ils continuent à être

éduqués dans un milieu chrétien, qu’ils se développent

comme chrétiens, et que plus tard qu’ils puissent être

eux aussi des véritables combattants de la justice, des

véritables combattants de l’avènement du règne de

Dieu parmi nous. Amen.

Abonnés à Vers Demain de tous les pays,

Dans cet appel exceptionnel, nous voulons mobi-

liser toute personne de bonne volonté. Depuis long-

temps déjà vous recevez le journal Vers Demain et vous

le lisez avec avidité. Vous avez compris qu’une énorme

supercherie domine le monde: c’est le système d’ar-

gent-dette. Le monde entier est pris dans les griffes de

Mammon, le démon de l’argent. Mammon s’est subs-

titué à Dieu et règne sur tous les peuples. Nous

voyons de nos yeux, les multiples catastro-

phes causées par ce système diabolique.

Des millions de personnes humaines

n’ont rien pour se nourrir et meurent

de faim. La crise économique em-

pire la situation de tout le monde.

Combien de personnes ont perdu

leur emploi ? Combien de pro-

priétaires ont perdu leur mai-

son? Combien d’entreprises

ont été vouées à la faillite? etc.

Votre très belle revue Vers

Demain vous a appris que le

remède à tous ces maux exis-

te: un système d’argent hon-

nête au service de l’homme,

de tous les hommes, femmes

et enfants, détrônera Mam-

mon. L’Évangile nous dit: «Nul

ne peut servir deux maîtres, Dieu

ou l’argent». Le Christ-Roi régnera

sur toutes les nations. Il établira un

règne de justice et de paix. Mais il

nous demande notre collaboration.

Dieu nous a choisis pour délivrer

le monde entier de l’emprise de la dicta-

ture financière qui tient en esclavage, tous les

pays. Quelle belle mission Dieu nous a confiée, à

vous et à nous ! Joignez le combat, chers Pèlerins de

saint Michel, créditistes, chers fidèles abonnés à Vers

Demain du monde entier. Venez vous-mêmes vous of-

frir pour nous aider, et amenez-nous vos enfants. Nous

voulons faire de nos maisons, des maisons de forma-

tion pour la Doctrine Sociale de l’Église, en impliquant

le Crédit Social qui, par son dividende, permettrait

à tous les pauvres de la terre de manger à leur faim.

C’est une priorité de l’Évangile, il me semble.

Et nous voulons participer à fond de train dans l’an-

née de la Foi et de la Nouvelle Évangélisation. Nous me-

nons le combat, non pas avec des armes meurtrières,

mais avec le chapelet et l’épée tranchante de la Vérité

propagée par Vers Demain. Le chapelet fera taire les

armes meurtrières pour établir la paix et la prospérité

dans le monde entier. Nous faisons appel à chacun de

vous, chers amis de Vers Demain. Questionnez-vous

sur ce que vous pourriez faire vous-mêmes pour épau-

ler ce combat décisif et libérateur pour l’humanité. Bien

sûr, que vous réciterez le Saint Rosaire tous les jours,

cette arme puissante qui nous a été donnée par notre

Mère, la Vierge Marie, à Fatima, en 1917. Notre Saint-

Père le Pape Benoît XVI nous l’a rappelé au synode

des évêques tenu à Rome du 7 au 28 octobre 2012. Il

a fait appel à tous les évêques et prêtres, mais

aussi à tous les catholiques.

Vous êtes célibataires, filles ou gar-

çons, vous êtes sans emploi ou vous

pourriez vous libérer facilement de

votre emploi actuel, vous brûlez du

désir de vaincre le fléau de la faim

dans le monde; venez joindre les

rangs des Pèlerins de saint Michel

à plein temps, à Rougemont, au

Canada, de quelque pays que

vous soyez, venez vous former

à Rougemont, pour devenir

un apôtre de feu, illuminé par

la vérité, capable d’enflammer

les autres par votre zèle. Vous

êtes un couple avec enfants,

vous pouvez faire énormément

d’apostolat dans votre milieu.

Venez vous aussi prendre une

formation à Rougemont.

Envoyez-nous vos coordon-

nées, date de naissance, votre pays

de naissance, votre adresse email

et votre curriculum vitae. Nous vous

enverrons une lettre d’invitation pour la

formation du 8 au 18 mai 2013, et pour la

semaine de prière jour et nuit, que nous orga-

niserons, du 19 au 26 mai.

J’ai l’impression que la petite graine de sénevé,

plantée à St-Michel de Rougemont, produira un grand

arbre, dont les branches couvriront tous les pays du

monde. Ça ne se peut pas qu’une telle lumière, comme

le Crédit Social, si importante pour l’humanité, demeure

encore sous le boisseau. Quand les apôtres avaient pas-

sé la nuit à pêcher, sans prendre de poissons, Jésus leur

a dit: «Allez au large» et ce fut le miracle. Nous suivons

ce conseil du Seigneur, et nous allons au large, et le

miracle se produit. Je n’ai jamais été aussi enthousiaste,

aussi confiante de ma vie. Le Saint Esprit est à l’oeuvre,

le Crédit Social s’en vient. Allez annoncer la bonne nou-

velle aux pauvres. Les affamés seront rassasiés. Crions

sur tous les toits: vive le Christ-Roi, à bas Mammon !

Thérèse Tardif

Directrice

Appel à tous les abonnés à Vers Demain

Pour libérer tous les peuples de Mammon, le démon de l’argent

VERS DEMAIN octobre-novembre-décembre 2012

www.versdemain.org

19