Table of Contents Table of Contents
Previous Page  30-31 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 30-31 / 32 Next Page
Page Background

pour accomplir des miracles, mais pour vous dire de

prier pour la France. Cependant, demain vous verrez

clair et vous n’aurez plus jamais besoin de lunettes.»

Le jour suivant, à l’étonnement de tous, Jacqueline se

réveilla complètement guérie.

Un plus grand miracle arriva durant la même se-

maine. Les communistes avaient annulé leur appel à la

grève générale en France, et toute l’hostilité à l’intérieur

du pays disparut soudainement. Le nuage de désespoir

qui avait été suspendu au-dessus de la France pendant

si longtemps avait disparu, et la paix était de retour au

pays. C’était le septième jour

après la première apparition de

la Dame aux fillettes à l’église

de l’Ile-Bouchard. Elle invita

chacune des fillettes à embras-

ser le crucifix qui était attaché à

son chapelet, disant:

«Priez et

faites des sacrifices, continuez

de prier le chapelet... J’accor-

derai le bonheur aux familles...

Avant de vous quitter j’enver-

rai un rayon de lumière.»

Deux

mille personnes étaient alors

présentes, et à la demande de

la Sainte Vierge, manifestée par

les fillettes, tous se mirent à chanter le

Magnificat.

Un

rayon de lumière pénétra alors immédiatement dans

l’église à travers l’un des vitraux. La lumière devient

de plus en plus brillante, remplissant la section nord-

ouest de l’église, exactement où se trouvaient les quatre

voyantes. C’était la dernière visite de la Vierge Marie à

L’Ile-Bouchard.

Un fait qui peut être intéressant à noter est que le 6

mars 1429, sainte Jeanne d’Arc entra dans cette même

église paroissiale de Saint-Gilles à in L’Ile-Bouchard en

route vers Chinon où le roi Charles VII lui donnerait une

armée. Jeanne se prosterna devant l’autel de la Vierge

Marie, et lui demanda son aide dans sa mission pour

libérer la France de l’envahisseur étranger. Ce n’était

qu’une enfant de 17 ans, mais c’est sa forte foi en Dieu

et sa confiance d’enfant envers sa très sainte Mère qui

valut à la France une si glorieuse victoire. C’est peut-être

ce qu’il y a de plus remarquable dans les événements

de L’Ile-Bouchard en 1947: la Mère de Dieu est venue

demander la prière des petits enfants pour sauver de

nouveau la France, et c’est elle-même, la Vierge Marie,

qui est venue pour leur montrer à prier.

Le message de Benoît XVI aux jeunes du monde à

l’occasion de la 26e Journée mondiale de la jeunesse

à Madrid, en août 2011, n’était pas différent de celui de

Notre-Dame aux enfants de L’Ile-Bouchard. Le Saint-Père

avertissait les jeunes que nous vivons dans des temps

graves:

«Il y a un fort courant “laïciste”, qui veut sup-

primer Dieu de la vie des personnes et de la société,

projetant et tentant de créer un “paradis” sans Lui. Or

l’expérience enseigne qu’un monde sans Dieu est un

“enfer” où prévalent les égoïsmes, les divisions dans les

familles, la haine entre les personnes et les peuples, le

manque d’amour, de joie et d’espérance.» Benoît XVI

demande ensuite aux jeunes du monde entier de rester

affermis dans la foi de leurs ancêtres: «Engagez-vous à

répondre de façon responsable à l’appel de Dieu, deve-

nant adultes dans la foi... Vous êtes l’avenir de la société

et de l’Église ! » Le 12 octobre 2011, lors de l’audience

générale au Vatican, Benoît XVI a parlé du rosaire com-

me étant «une prière simple mais efficace» et a deman-

dé à tous de «persister dans la récitation quotidienne du

Rosaire», que par cette prière «les familles peuvent être

unies avec Notre-Dame et coo-

pérer pleinement dans le plan

du salut que Dieu a pour elles »

Les Pèlerins de saint Mi-

chel font la Croisade du Rosai-

re comme moyen de promou-

voir la prière dans les foyers.

Allant de porte à porte, nous

demandons aux gens de réci-

ter une dizaine de chapelet, dix

«Je vous salue Marie». Pour

plusieurs, c’est leur premier

contact avec la prière. Notre

visite est l’occasion pour eux

de faire l’expérience du grand

amour de la Mère de Dieu, et par cette

prière simple

mais efficace

, la Vierge Marie accomplit des merveilles

dans leurs coeurs.

Marie est notre Mère du Ciel. Elle est celle qui gui-

de ses enfants vers son Fils Jésus. Avec l’approbation

récente par l’Église, ce message de Notre-Dame de la

Prière devient véritablement un message pour les temps

actuels. Nous faisons face actuellement à une crise éco-

nomique mondiale, et la révolte qui gronde de plus en

plus dans plusieurs pays. Notre Mère céleste invite tous

ses enfants à prier et faire des sacrifices pour la conver-

sion du monde entier. Sa demande est toute simple, il

suffit que nous redevenions un peu plus semblables à

des enfants nous-mêmes, pour obéir aux demandes de

Marie avec une confiance d’enfant. Alors nous pourrons

être sûrs que Dieu accordera la paix à notre pays et au

monde entier en raison de la prière des petits enfants.

(Pour plus de renseignements

www.ilebouchard.com

)

C’est Mgr André Vingt-Trois, alors archevêque de

Tours, et pas encore cardinal de Paris, qui a autorisé le

culte public et les pèlerinages à L’Ile-Bouchard. Le 8 dé-

cembre 2001, il émettait le décret suivant: « Depuis 1947,

de nombreux catholiques viennent en pèlerinage à l’église

paroissiale Saint-Gilles de L’Ile-Bouchard pour y vénérer

la Vierge Marie. Ces pèlerinages ont porté de nombreux

fruits de grâce. Sans jamais céder à l’attrait du sensation-

nel, ils développent un esprit de prière et contribuent à la

croissance de la foi des participants. Après avoir soigneu-

sement étudié les faits et pris conseil des personnes com-

pétentes, j’autorise ces pèlerinages et le culte public célé-

bré en l’église paroissiale Saint-Gilles de L’Ile-Bouchard

pour invoquer Notre Dame de la Prière, sous la responsa-

bilité pastorale du curé légitime de cette paroisse.»

Le chanoine Segelle et les quatre voyantes

par Melvin Sickler

La vocation des laïcs

Dieu a une mission pour chacun de nous, pour cha-

que âme qu’il crée. Certains sont appelés à la prêtrise ou

à la vie religieuse, d’autres au mariage, et d’autres enfin

au célibat. Mais peu importe l’état de vie à lequel nous

sommes appelés, tous ont le devoir de travailler pour la

justice sociale, surtout les fidèles laïcs.

On peut lire dans l’exhortation apostolique

Christi-

fideles laici

de Jean-Paul II sur la vocation et la mission

des laïcs dans l’Église et dans le monde: «Le caractè-

re propre de leur vocation est de chercher le règne de

Dieu précisément à travers la gérance des choses tem-

porelles qu’ils ordonnent selon Dieu... les fidèles laïcs,

sont appelés par Dieu à travailler comme du dedans à

la sanctification du monde, à la façon d’un ferment, en

exerçant leurs propres charges sous la conduite de l’es-

prit évangélique, et pour manifester le Christ aux autres

avant tout par le témoignage de leur vie, rayonnant de

foi, d’espérance et de charité.»

Ce que les créditistes comprennent

Aujourd’hui, on peut nourrir plusieurs fois la popu-

lation du globe grâce aux technologies modernes. Mais

à cause d’un système financier corrompu, la moitié du

monde souffre de la faim, et des milliers meurent cha-

que jour par manque de nourriture ou de soins mdé-

ciaux, parce qu’ils n’ont pas le pouvoir d’achat suffisant

pour acheter les biens de première nécessité.

L’Église enseigne que la principale raison pour la-

quelle nous devons travailler pour la justice sociale et

l’établissement d’un meilleur système économique est

que nous serons jugés sur ce que nous aurons fait pour

aider nos frères et soeurs dans le besoin. C’est Notre-

Seigneur Lui-même qui l’a dit: «En vérité je vous le dis,

dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de ces plus petits

de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait» (Mt 25,

40). Nous devons voir le Christ dans chacun de nos frè-

res et aimer notre prochain comme on aime le Christ,

En tant que créditistes, nous comprenons la fa-

çon dont le système financier corrompu fonctionne, et

comment il pourrait être corrigé selon des solutions

en accord avec l’enseignement social de l’Église. Mais

on ne peut garder cette grande lumière pour nous-mê-

mes; nous devons éduquer la population partout dans

le monde. Nous devons crier sur les toits qu’il existe une

solution, un moyen de corriger le système financier de

chaque pays tout en respectant les droits et la dignité

de chaque être humain; qu’il n’y a aucune obligation

de mourir de faim en face de montagnes de produits.

Les gens doivent comprendre qu’il existe une façon de

garantir la sécurité financière de manière à ce que tous

aient accès aux biens nécessaires à la vie.

La philosophie du Crédit Social est défintivement

une grande lumière sur notre chemin. C’est quelque

chose d’une si grande valeur qu’on ne peut même pas y

attacher de prix. Comme Pèlerins de saint Michel, nous

avons reçu la grâce de comprendre la valeur de cette

lumière, et nous avons aussi reçu les moyens de la faire

connaître aux autres.

Dans son encyclique

Populorum Progressio

sur le

développement des peuples, Paul VI écrivait

: «Plus que

quiconque, celui qui est animé d’une vraie charité est

ingénieux à découvrir les causes de la misère, à trouver

les moyens de la combattre, à la vaincre résolument.

Faiseur de paix, il poursuivra son chemin, allumant

la joie et versant la lumière et la grâce au coeur des

hommes sur toute la surface de la terre, leur faisant

découvrir, par-delà toutes les frontières, des visages

de frères, des visages d’amis.» (n.75.)

L’apostolat

Lorsque les Pèlerins de saint Michel font de l’apos-

tolat en distribuant des circulaires ou solicitant de

l’abonnement à nos revues (maintenant publiées en

quatre langues), c’est exactement ce qu’ils font. C’est

par amour du prochain qu’ils se dévouent pour évan-

géliser et présenter une solution économique saine qui

mettrait fin au système d’argent-dette actuel.

Les créditistes de Vers Demain savent que c’est

seulement avec la prière et l’éducation de la population

qu’on pourra obtenir une telle réforme monétaire. C’est

pourquoi il est si important de distribuer nos corculaires

et d’abonner les gens à nos publications, car la force

des financiers repose dans l’ignorance du peuple.

Soyez actifs dans Vers Demain

Mais… nous avons besoin de plus d’apôtres. Nous

avons besoin de plus d’hommes et de femmes qui sont

prêts à se sacrifier et travailler pour le bien commun.

Un appel spécial à tous, jeunes et moins

jeunes, à devenir Pèlerin de saint Michel

Un groupe de pèlerines à plein-temps à Vers Demain.

30

VERS DEMAIN mars-avril 2012

VERS DEMAIN mars-avril 2012

www.versdemain.org www.versdemain.org

31