Table of Contents Table of Contents
Previous Page  28-29 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 28-29 / 32 Next Page
Page Background

par Yves et Anne-Marie Jacques

En mai-juin 2011, Yves a eu le grand privilège d’ac-

compagner Christian Burgeaud, pèlerin de saint Michel

à plein-temps, pour une tournée d’apostolat en France.

Ensemble, ils ont tenu plusieurs assemblées pour pré-

senter l’oeuvre de Vers Demain, répétant en même

temps l’importance de réciter le chapelet en famille. Du-

rant leur tournée, ils sont passés par le village de L’Ile-

Bouchard, situé dans le diocèse de Tours, où se trouve

un beau sanctuaire dédié à la Mère de Dieu, Notre-Dame

de la Prière. Du 8 au 14 décembre 1947, la Sainte Vierge

est apparue à quatre petites filles, leur demandant de

prier. Ensemble, ils récitaient le chapelet, le Magnifi-

cat, et d’autres prières mariales. Notre-Dame leur a dit

qu’elle aimait surtout entendre le «Je vous salue Marie»

chanté, et elle le chantait avec les enfants, en français.

Son message principal était:

«Dites aux petits enfants

de prier pour la France... car elle en a grand besoin.»

En tant que parents de sept enfants, nous avons pu

réaliser le pouvoir de leurs prières innocentes. Si nous

avions un problème important à régler ou une faveur

spéciale à demander, nous demandions à nos enfants de

prier, et plus souvent qu’autrement, Dieu exauçait leurs

prières. Lorsque Yves était absent du foyer pour l’apos-

tolat missionnaire, nous faisions les enfants prier pour

lui. Nous croyons sincèrement que de cette façon notre

famille a joué un rôle actif et significatif dans l’apostolat

d’Yves, ce qui, en retour, lui a permis de connaître du

succès dans son apostolat. Cela ne nous surprend donc

pas du tout que la Sainte Vierge choisisse des petits

enfants pour faire connaître son message au monde.

Elle reconnaît la valeur de leurs prières innocentes, et

à travers les enfants de l’Ile-Bouchard, c’est à tous les

enfants du monde entier qu’elle souhaite apprendre à

prier.

Notre-Dame de la Prière

L

es événements qui se sont déroulés à l’Ile-Bou-

chard eurent lieu l’année suivant la fin de la deuxième

guerre mondiale. Plusieurs pays d’Europe essayaient de

se rétablir des effets de la guerre. L’Europe centrale et

de l’est étaient sous la menace de l’empire soviétique

dirigé par Joseph Staline, qui influençait jusqu’aux gau-

chistes de France, qui eux-mêmes étaient la cause de

nombreux actes de sabotage — déraillements de trains,

pénuries de vivres, et des appels à la grève générale qui

affaiblissaient grandement l’économie de la France. Le

pays était dans le chaos total, et malgré les efforts des

autorités, les communistes semblaient sur le point de

s’emparer du pays; tout le monde s’attendait au pire.

Pendant ce temps, dans le village of Châteauneuf-

de-Galaure, dans la Drône, au sud-est de la France, vit

une âme victime qui prie pour son pays. C’est Marthe

u

La prière des

petits enfants

Notre-Dame de la Prière

L’Ile-Bouchard, France

«Laissez les petits

enfants et ne les em-

pêchez pas de venir à

moi; car c’est à leurs

pareils qu’appartient le

Royaume des Cieux.»

Mt 19, 14

M. et Mme Yves Jacques, les champions

de l’abonnement parmi nos apôtres locaux.

Robin, fondatrice des Foyers de Charité, et dont la cau-

se de béatification est ouverte. Alitée pendant plus de

30 ans en raison d’une paralysie complète, elle souf-

fre les stigmates et la Passion de Notre-Seigneur, ne

buvant et mangeant absolument rien, sauf l’Eucharistie

qu’elle recevait une fois par semaine. C’est le 8 décem-

bre 1947 au matin, fête de l’Immaculée Conception

de la Vierge Marie. Son confesseur, le Père Georges

Finet, monte chez elle et lui dit: « Marthe, la France est

foutue (sic). Nous allons avoir la guerre civile». «Non,

mon Père, répond Marthe. La Vierge Marie va sauver la

France à la prière des petits enfants».

Ce même jour, dans un petit village au coeur de

la France, quatre petites filles — Jacqueline Aubry, 12

ans, Jeanne Aubry sa soeur, 7 ans, leur cousine Nicole

Robin, 10 ans, et leur voisine Laura Croizon, 8 ans, sont

allées prier à l’église sur le chemin de l’école, un peu

avant 13 heures, la classe reprenant à 13h30. Pour cette

fête de l’Immaculée Conception, les religieuses qui font

la classe avaient recommandé aux enfants de prier tout

spécialement la Sainte Vierge, pour protéger la France

qui était en terrible danger. Les fillettes sont entrées

dans l’église paroissiale de Saint-Gilles, à l’Ile-Bouchard,

et dans la nef du bas-côté gauche elles ont dit un «Je

vous salue Marie» devant la statue de sainte Thérèse

de l’Enfant Jésus. Elles sont ensuite allées s’agenouiller

devant l’autel de la Sainte Vierge et elles ont commencé

à prier une dizaine de chapelet. C’est là qu’elles ont vu

la Sainte Vierge et un ange qui la contemplait, un genou

en terre. Les enfants se sont précipitées dehors pour

tout raconter à l’école.

Interrogées séparément par le chanoine Ségelle,

curé de la paroisse, et soeur Saint-Léon, directrice de

l’école, les fillettes donnent un récit identique. Jacque-

line a raconté:

«J’ai vu une Belle Dame, vêtue d’une

robe blanche, ceinture bleue, voile blanc légèrement

brodé autour. Le voile reposait sur le front. Les pieds de

la Dame étaient nus et apparents et reposaient sur une

large pierre rectangulaire formant le bas de la grotte

dans laquelle elle nous est apparue. A son bras droit

était passé un chapelet aux grains blancs montés sur

une chaîne d’or. Les cheveux étaient blonds et longs et

retombaient sur le devant, de chaque côté, en formant

deux anglaises. La ceinture bleue était un large ruban

et les manches de la robe étaient vagues. A ses pieds,

cinq roses, roses, lumineuses, formaient une guirlan-

de en forme de demi-cercle qui se terminait par deux

feuilles vertes reposant sur les deux extrémités de la

pierre. Sous les pieds, on lisait l’invocation: “O Marie

conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours

à vous”. (

La même invocation transmise par la Sain-

te Vierge à sainte Catherine Labouré à Paris en 1830).

L’ange se tenait sur une pierre plate de même couleur

que la grotte mais en dehors d’elle, le genou droit à

terre, à peu de distance de la Dame, et à sa droite. Il

était vêtu d’une robe blanche et avait des ailes blan-

ches aux bords dorés. Il tenait à la main droite un lys

blanc et l’autre main reposait sur sa poitrine. Les che-

veux étaient blonds en forme d’anglaises.»

Les quatre fillettes retournent à l’église et retrouvent

la Belle Dame qui les atten-

dait. Cette fois, son regard

était triste, et elle dit aux

fillettes:

«

Dites aux petits

enfants de prier pour la

France... car elle en a grand

besoin»

.

N’étant pas certain

de l’identité de la Dame,

Jeannette, la plus jeune des

quatre, lui demande: «Ma-

dame, est-ce que vous êtes

notre Maman du Ciel?»

«Oui,

a-t-elle répondu en

souriant,

je suis votre Ma-

man du Ciel».

Jacqueline

demande: «Quel est l’ange

qui vous accompagne?»

L’ange a répondu:

«Je suis

l’ange Gabriel».

(Les en-

fants avaient devant eux la scène de l’Annonciation.) La

Vierge a ensuite donné rendez-vous aux enfants le soir

et le lendemain:

«Donnez-moi votre main à embrasser.

Revenez ce soir à 5 heures et demain à 1 heure».

Les

enfants raconteront plus tard que les lèvres de Marie

étaient douces et chaudes sur leurs mains.

Le soir, et les jours suivants, les enfants retournè-

rent à l’église. Une foule de personnes se mirent à les

accompagner, et la Dame leur demanda de prier son

Rosaire et de chanter le «Je vous salue Marie»,

«le can-

tique que j’aime tant»

, dit-elle. Elle donne des instruc-

tions au curé pour construire une grotte avec une statue

d’elle et de l’ange. Jacqueline demande à la Dame d’ac-

complir un miracle pour que les gens croient. (Jacque-

line, qui louchait depuis sa naissance,

portait des ver-

res

très épais, et souffrait d’infections chroniques aux

yeux.) La Dame lui répondit: «

Je ne suis pas venue ici

pour accomplir des miracles, mais pour vous dire de

prier pour la France. Cependant, demain vous verrez

u

Les quatre voyants: Jeannette, Jacqueline, Nicole et Laura.

28

VERS DEMAIN mars-avril 2012

VERS DEMAIN mars-avril 2012

www.versdemain.org www.versdemain.org

29