Table of Contents Table of Contents
Previous Page  8-9 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 8-9 / 48 Next Page
Page Background

par Alain Pilote

Un monde meilleur

C’est en septembre 1939 que paraissait le pre-

mier numéro de «Vers Demain», fondé par Louis Even

et Gilberte Côté. Il y a donc 73 ans que les «Bérets

Blancs» parcourent les routes du Canada et du mon-

de entier pour aller porter à la population le message

de «Vers Demain».

Mais justement, quel

est le message de «Vers

Demain»? Dans quel but

ce journal a-t-il été fondé,

quels étaient les inten-

tions, les objectifs de ses

fondateurs? Ce message,

cet objectif, c’est encore le

même en 2012 qu’au tout

début, en 1939: promou-

voir le développement

d’un monde meilleur, une

société chrétienne, par

la diffusion et l’applica-

tion de l’enseignement

de l’Eglise catholique romaine — et cela dans tous

les domaines de la vie en société. La poursuite d’un

monde meilleur: c’est précisément pour cette rai-

son que les fondateurs du journal l’appelèrent «Vers

Demain»; ils voulaient travailler à bâtir un demain

meilleur qu’aujourd’hui.

Louis Even était lui-même un grand catholique, et

il était convaincu qu’un monde meilleur ne pourrait

être bâti autrement que sur les principes éternels de

l’Evangile du Christ et sur les enseignements de Son

Eglise — l’Eglise catholique romaine — avec en tête

son chef visible sur la terre, le Souverain Pontife, qui

est aujourd’hui Benoît XVI.

Les objectifs de «Vers Demain» sont d’ailleurs

clairement affichés à chaque numéro, dans la page

de la table des matières. On y lit:

«Journal de pa-

triotes catholiques, pour le règne des Coeurs de

Jésus et de Marie, dans les âmes, les familles et les

pays.»

Et ensuite:

«Pour la réforme économique du

Crédit Social, en acccord avec la doctrine sociale de

l’Egiise, par l’action vigilante des pères de famille,

et non par les partis poli-

tiques»

. (Ce qui signi-

fie, entre autres, que le

«Crédit Social» dont il est

question ici n’est pas un

parti politique, mais une

réforme économique qui

pourrait être appliquée

par n’importe quel parti

au pouvoir. Vers Demain

emploie d’ailleurs de plus

en plus l’expression «dé-

mocratie économique»

pour désigner les propo-

sitions financières de l’in-

génieur écossais Clifford

Hugh Douglas, pour éviter toute confusion avec des

partis politiques anciens ou nouveaux.)

«Vers Demain» est donc un périodique de pa-

triotes catholiques, où il est aussi question de ré-

forme économique, de «Crédit Social». Pourquoi ?

«Qu’est-ce que cela a affaire avec la religion?», di-

ront certains. Le système dit du «Crédit social» n’est

rien d’autre qu’une méthode, un moyen de mettre

en application la doctrine sociale de l’Eglise, qui fait

partie intégrante de l’enseignement de l’Eglise. En

cela, «Vers Demain» ne s’éloigne donc pas de son

but premier, qui est de «promouvoir le développe-

Le combat de

Promouvoir un monde

meilleur, une société

plus chrétienne

La réforme la plus

urgente: corriger le

système financier

Louis Even et Gilberte Côté-Mercier

u

souvent en eux la vie de la foi. Par des orphelinats, des

écoles et des hôpitaux, en se faisant amis des pauvres,

des malades, et des marginaux, et par le témoignage

convaincant qui vient du fait de marcher humblement

sur les pas du Christ, ces six personnes ont ouvert la

voie de la foi, de l’espérance et de la charité à un nom-

bre incalculable de personnes, y compris peut-être vos

propres ancêtres. »

Le 22 juin 1980, Kateri Tekakwitha a été béatifiée

comme la première amérindienne américaine par le

pape Jean-Paul ll. Sa fête est célébrée le 14 juillet aux

Etats-Unis, et le 17 avril au Canada. Le 21 octobre 2012

elle sera la première native d’Amérique du nord à être

canonisée. Elle parle aux

souffrants, aux persécu-

tés, et aux affligés. Ses

racines s’étendent des

Etats-Unis au Canada,

aux deux communautés

française et anglaise. Ka-

teri représente parfaite-

ment l‘«Ecclesia en Amé-

rique». Elle est un pont

merveilleux de guérison

et réconciliation pour no-

tre monde contemporain

et l’Eglise – un vrai sym-

bole des liens forts entre

les catholiques et nos

frères et sœurs autochto-

nes de nos terres.

En tant que modèle

de chasteté et de pureté,

Kateri est un guide sûr,

nous enseignant com-

ment vivre notre sexua-

lité avec plaisir et en res-

pectant le plan d’amour

de Dieu. L’exemple de

Kateri nous apprend que le corps est la porte d’entrée

du salut, et donc la façon dont nous le traitons importe.

Si nous ne pouvons pas dire «non» alors notre «oui»

ne signifiera rien. Plus nous acceptons la chasteté et

en faisons notre ligne de conduite, plus notre entoura-

ge sentira que l’Esprit-Saint nous habite. Lorsque nous

vivons notre sexualité de façon correcte, en accord

avec notre état de vie, les autres seront capables de

trouver Dieu en nous.

Et enfin, en tant que patronne de l’écologie et

de l’environnement, Kateri nous enseigne comment

aimer et respecter la création, et comment en prendre

soin. Sa vie terrestre était méconnue au 17ème siècle,

et pourtant son message continue à retentir à travers

les époques, nous rappelant qu’une vie chrétienne et

son message sont bons, beaux, saints, et durables. De

son vivant, Bienheureuse Kateri Tekakwitha était un

instrument de la première évangélisation. Par sa mort,

et son adhésion à la communion des saints, elle est

un modèle éternel de la nouvelle Evangélisation pour

l’Église.

Prière pour la canonisation de la

bienheureuse Kateri Tekakwitha

Dieu, qui, parmi les multiples merveilles de

ta grâce dans le nouveau monde, as fait fleurir

sur les rives de la Mohawk et du Saint-Laurent

le pur et tendre Lys, Kateri Tekakwitha, daigne

nous accorder la grâce que nous te demandons

par son intercession; afin que cette petite aman-

te de Jésus et de sa croix soit élevée au rang des

Saints par notre Mère la sainte Église et nous at-

tire plus vivement à l’imitation de son innocence

et de sa foi. Par le même Jésus-Christ Notre-Sei-

gneur. Amen.

Père Thomas Rosica, c.s.b.

Reproduit avec la permis-

sion de l’auteur. La version ori-

ginale en anglais de cet article

a paru dans l’édition en langue

anglaise du journal du Vatican,

L’Osservatore Romano, du 7

mars 2012. Le

Père Thomas

Rosica

est prêtre de la congré-

gation de saint Basile (Basi-

liens), et président directeur

général de la Fondation catholique (et réseau de télé-

vision) Sel et Lumière Média au Canada. Il est aussi

président de l’Université Assumption de Windsor, et

consulteur pour le Conseil Pontifical des communica-

tions sociales à Rome.

Un documentaire sur la vie de sainte Kateri Te-

kakwitha est en préparation par le réseau de télévision

Sel et Lumière, et sera disponible lors de la canonisa-

tion de Kateri le 21 octobre 2012. Visitez le site Internet

de Sel et Lumière:

www.seletlumieretv.org

.

La tombe de Kateri Tekakwitha se

retrouve dans l’église de la Mission

Saint-François-Xavier à Kahnawake,

sur les rives du fleuve Saint-Laurent,

au sud-ouest de Montréal.

u

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2012

www.versdemain.org

9