Table of Contents Table of Contents
Previous Page  28-29 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 28-29 / 48 Next Page
Page Background

par

Dom Antoine-Marie, o.s.b.

«Jeunes, n’ayez pas peur d’être des saints ! Volez

à haute altitude ! » Cet appel lancé par le bienheureux

Jean-Paul II en août 1989, aux Journées Mondiales de

la Jeunesse de Saint-Jacques-de-Compostelle, reten-

tissait dans le cœur de Chiara, une jeune italienne de

dix-huit ans. De sa chambre de malade, elle suivait

l’événement à la télévision et offrait ses souffrances

pour les jeunes. Vingt et un an plus tard, le 3 octo-

bre 2010, depuis la Sicile, le pape Benoît XVI la leur

donnait en exemple: «Samedi dernier, à Rome, a été

béatifiée Chiara Badano… qui, à cause d’une maladie

incurable, est morte en 1990. Dix-neuf années plei-

nes de vie, d’amour et de foi. Deux ans, les derniers,

pleins de douleur aussi, mais toujours dans l’amour

et la lumière, une lumière qui irradiait autour d’elle et

qui venait de l’intérieur, de son cœur plein de Dieu!

Comment est-ce possible? Comment une jeune fille

de 17-18 ans peut-elle vivre une telle souffrance, hu-

mainement sans espoir, en répandant l’amour, la paix,

la sérénité, la foi ?»

Le 29 octobre 1971, après onze ans de mariage,

Ruggero et Maria Teresa Badano voient enfin se réali-

ser leur vœu le plus cher, avec l’arrivée de leur premier

et unique enfant: Chiara, née à Sassello, petite ville de

Ligurie, au-dessus du golfe de Gênes. «Quand elle est

arrivée, témoignera son père, cela nous a tout de suite

paru être un don. Je l’avais demandé à la Vierge dans

un sanctuaire de notre diocèse. Cette enfant complé-

tait notre union.» Sa mère ajoutera: «Elle grandissait

bien, sainement, et nous donnait beaucoup de joie.

Mais nous ressentions qu’elle n’était pas seulement

notre fille. Elle était avant tout enfant de Dieu, et nous

devions l’éduquer ainsi, en respectant sa liberté.» Tan-

dis que Ruggero sillonne l’Italie au volant de son ca-

mion, Maria Teresa quitte son emploi pour se consa-

crer à l’éducation de leur fille: «J’ai compris, dira-t-elle,

l’importance de rester constamment auprès de ses

enfants, pas tellement en parlant, mais en étant mère,

c’est-à-dire en aimant, et en leur apprenant à aimer.»

«Non! Ils sont à moi !»

Dès sa tendre enfance, Chiara est invitée à écouter

dans son cœur “une petite voie”; on lui explique que

c’est la voix de Jésus, et on lui fait comprendre qu’il

est important de l’écouter pour pouvoir agir selon le

bien. C’est une enfant ordinaire, joyeuse et sociable,

mais dotée d’un fort caractère: quand on lui deman-

de un service ou un effort, bien souvent la première

réponse est un “non” catégorique, comme ce jour où

sa mère lui propose de donner quelques jouets pour

les pauvres: «Non ! Ils sont à moi ! » Peu après, dans le

silence, on perçoit une petite voix qui répète, en triant

ses jouets: «Celui-ci oui, celui-là non…» Elle explique

à sa mère les raisons de son choix: «Je ne peux tout

de même pas donner des jouets cassés à des enfants

qui n’en ont pas ! » À une autre occasion, Chiara mani-

feste sa joie de comprendre la parabole évangélique

du père qui demande à ses deux fils d’aller travailler

à sa vigne (Mt 21, 28-30); et elle avoue se reconnaî-

tre dans le premier qui, après avoir refusé, décide de

faire la volonté de son père. Ses parents privilégient le

dialogue et l’affection; mais ils savent aussi demander

des renoncements, de peur que la petite ne devienne

capricieuse: «Nous étions conscients de ce risque,

dira sa mère, aussi avons-nous voulu dès les premiè-

res années mettre les choses au clair. Nous ne per-

dions aucune occasion pour lui rappeler qu’elle avait

au Ciel un Papa plus grand que nous deux.» Ruggero

se réserve un rôle ferme dans l’éducation de leur fille:

«Il me semblait que pour l’éduquer correctement je

devais exiger quelque chose de sa part; mais je le fai-

sais toujours par amour, jamais par dépit, par fatigue

ou pour une autre raison.»

S’adressant aux familles et aux jeunes de Sicile,

le Pape Benoît XVI soulignait  les époux Badano «ont

été les premiers à allumer dans l’âme de leur fille la

petite flamme de la foi, et ils ont aidé Chiara à la garder

toujours allumée, même dans les moments difficiles

de sa croissance et surtout dans la grande et longue

épreuve de la souffrance… La relation entre parents et

enfants est fondamentale; mais pas seulement en rai-

son d’une bonne tradition. Il y a quelque chose de plus

que Jésus lui-même nous a enseigné: c’est la flamme

de la foi qui se transmet de génération en génération,

cette flamme qui est présente également dans le rite

du baptême, lorsque le prêtre dit: “Recevez la lumière

du Christ… C’est à

vous que cette lu-

mière est confiée.

Veillez à l’entre-

tenir”. La famille

est fondamentale

parce que c’est

en son sein que

germe, dans l’âme

humaine, la pre-

mière perception

du sens de la vie.

Elle germe dans

la relation avec la

mère et avec le

père, qui ne sont

pas les maîtres de

la vie des enfants,

mais les premiers

collaborateurs de

Dieu pour la trans-

mission de la vie

et de la foi. C’est

ce qui s’est passé

de manière exem-

plaire dans la famille de

la bienheureuse Chiara

Badano» (3 octobre 2010).

Peu après sa première

Communion, Chiara parti-

cipe à une rencontre d’en-

fants organisée par les

Focolari, en septembre

1980. Ce Mouvement, ap-

pelé aussi “Œuvre de Ma-

rie”, a été fondé en 1944

par Chiara Lubich (1920-

2008), une jeune institu-

trice originaire de Trente.

Chiara Badano y découvre une manière de vivre et de

penser qui répond à sa soif de Dieu. La spiritualité des

Focolari repose sur Dieu-Amour  «C’est cette foi dans

l’amour que Dieu a pour nous, écrit la fondatrice, qui

nous a poussées à chercher tous les moyens pour y

répondre par notre propre amour. Faire la volonté de

Dieu: voilà la meilleure façon d’aimer Dieu.» Les autres

piliers de cette spiritualité sont: la présence de Jésus

au milieu de ses disciples (cf. Mt 18, 20), la quête de

l’unité, qui est le but particulier du Mouvement né en

vue de “l’unité des hommes avec Dieu et entre eux”, la

Passion de Jésus, la Parole de Dieu, l’Eucharistie et la

dévotion envers Marie, Mère du Mouvement.

Jésus abandonné

La vie de Chiara change: elle devient très pieuse,

participe à la Messe presque chaque jour, médite,

récite le chapelet, et met Dieu à la première place.

Ses parents adhèrent à leur tour à cet idéal. L’enfant

découvre aussi ce que Chiara Lubich appelle le mys-

tère de “Jésus abandonné” sur la Croix. En 1983, elle

participe à un congrès du Mouvement près de Rome.

Quelques mois après, alors qu’elle vient d’avoir douze

ans, elle écrit à la fondatrice: «J’ai découvert que Jé-

sus abandonné est la clé de l’unité avec Dieu, je veux

le choisir comme mon premier Époux et me préparer

à sa venue. Le préférer! J’ai compris que je peux Le

trouver dans ceux qui sont loin, dans les athées, et

que je dois les aimer d’une manière toute spéciale,

sans rien attendre un retour.» Chiara offre ses peti-

tes croix quotidiennes en union avec celle de Jésus,

et compatit activement à celles de ses proches. Elle

prend ainsi l’initiative de passer beaucoup de temps

avec une voisine âgée et esseulée, ou de veiller toute

une nuit ses grands-parents malades. Un de ses cou-

sins témoignera: «Elle avait une relation tellement bel-

le avec nos grands-parents. Elle s’entretenait longue-

ment et affectueusement avec eux. Elle les a assistés

de manière remarquable pour son âge.» Chiara consi-

dère aussi l’Évangile comme son plus cher trésor; elle

le médite et souhaite le connaître à fond: «J’ai compris

que je n’étais pas une chrétienne authentique, écrit-

elle en 1984, parce que je ne le vivais pas jusqu’au

bout. Maintenant, je veux faire de ce livre magnifique

le seul but de ma vie. Je ne peux pas rester analpha-

Le sourire de Dieu

LA

BIENHEUREUSE

CHIARA LUCE

BADANO

La jeune Chiara avec ses parents

Sa première Communion

u

28

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2012

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2012

www.versdemain.org www.versdemain.org

29