Table of Contents Table of Contents
Previous Page  24-25 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 24-25 / 32 Next Page
Page Background

L

ors de notre Siège de Jéricho en mars 2011,

à la Maison de l’Immaculée, à Rougemont,

nous avons eu l’honneur d’accueillir M.

l’Abbé Hubert KEDOWIDE, originaire du Bénin,

vicaire de la paroisse St-Alexandre, à Thetford

Mines. Voici des extraits de sa conférence:

par

M. l’Abbé Hubert KEDOWIDE

Je voudrais faire avec vous une relecture de

Marie par la Bible. En fait, comment Marie est au

cœur de notre foi. C’est par Marie que nous pou-

vons aller à Dieu, parce qu’il est évident que Dieu

a passé par Marie pour venir jusqu’à nous. Nous

devons nous aussi passer par Marie pour aller au

Seigneur. Et pourquoi ? C’est très simple, il suffira

pour nous d’aller à la Genèse de l’humanité. Qu’est-

ce que Dieu a fait ?

Émerveillement devant la création

Quand Dieu a créé

le Ciel et la terre, il a

trouvé que cela était

très beau. L’homme

que Dieu a créé ne

sentait pas encore cet

émerveillement que

Dieu avait pour cette

humanité. Il manquait

quelque chose et Dieu

a vu cela. Il va créer

la femme pour qu’au

contact de la femme,

l’homme puisse entrer dans l’émerveillement de

Dieu. “Voici la chair de ma chair, l’os de mes os”, dit

Adam. Grâce à cette rencontre, Dieu a créé l’émer-

veillement. Ça veut dire que notre vie n’a de sens

que dans la rencontre, que dans la fraternité, que

dans le passage que vous êtes en train de défen-

dre, vous qui êtes les Pèlerins de saint Michel. Vous

êtes en train de travailler pour le partage équitable.

Et c’est cette équité que l’homme reconnut dans

la femme. Il dit en voyant la femme: «

C’est la chair

de ma chair

», c’est-à-dire moi-même. Et vous aurez

constaté lorsque le péché a fait irruption dans la

vie, «Dieu dit à Adam: “

Tu as donc mangé de l’ar-

bre dont je t’avais défendu de manger !”

L’homme

répondit: “

C’est la femme que tu as mise auprès

de moi qui m’a donné de l’arbre, et j’ai mangé !”»

(Genèse 3, versets 11, 12). Le péché a opéré la rup-

ture entre l’homme et la femme. Le péché est un

La Sainte Vierge Marie n’a vécu que de la Parole de Dieu

Marie, terre vierge et fertile

Marie

s’est

donnée entièrement,

elle s’est donnée

totalement. Elle s’est

consacrée au Sei-

gneur pour que le

Seigneur puisse rem-

plir sa vie et la fécon-

der afin qu’elle puisse

nous enfanter le Sau-

veur.

Co n t r a i r eme n t

à la parole qui fait

irruption pour nous

briser, Marie a été cette terre extraordinaire qui a

accueilli la parole dans sa totalité, même si elle se

posait des questions, même si elle se demandait

comment cela va-t-il se faire. Vous avez entendu

la réponse de l’ange, la réponse n’était pas une

réponse cartésienne, ce n’était pas une réponse

d’explications: “L’Esprit-Saint descendra sur toi

et la puissance du Très-Haut te prendra sous son

ombre.“ — “Fiat, je suis la servante du Seigneur

que tout se fasse pour moi selon ta parole”, répon-

dit la Sainte Vierge.

Et alors Marie va être fécondée de la parole. La

parole que l’ange a reçue, est accueillie par Marie.

C’est cette Parole que Marie va féconder pour nous

l’enfanter, la Parole qui était auprès de Dieu, la

Parole qui s’est fait chair et nous avons vu sa gloire,

la gloire qui habite parmi nous. Il est venu parmi

les siens et les siens ne l’ont pas reconnu. Deman-

dons à Marie, à sa suite, à son école, d’accueillir sa

Parole comme elle l’a fait.

Visitation de Marie à Elizabeth

Lorsque Marie a accueilli la parole, qu’est-ce

qu’elle va faire? Marie va se lever rapidement, dit

le texte de la Visitation, pour aller voir sa cousine.

Imaginez-vous: partir de Nazareth pour aller à la

porte de Jérusalem parce que la maison de Zacha-

rie qui est l’ancienne maison de David, est à l’entrée

de Jérusalem. Marie va marcher environ 150 kilo-

mètres à pied. La Parole qui a donné vie à Marie,

va la faire lever. Elle est entièrement fécondée et la

fécondité doit nous faire bouger.

Ça veut dire que Marie est la première à faire la

route qui mène de Galilée à Jérusalem, c’est-à-dire

qu’elle est la première à faire la route du chemin

de la croix. Voici que nous montons à Jérusalem,

Marie, portant son Fils en elle, est la première à

parcourir le chemin qui mène jusqu’à Jérusalem,

comme pour initier le Fils, initier la Parole, une

Parole qui sera

entièrement livrée sur la croix, une

Parole que la mort ne pourra même pas arrêter,

une Parole qui ira jusqu’à la mort pour briser les

portes du tombeau et pour faire éclater la parole de

vérité, la parole de lumière.

C’est beau de contempler Marie en train d’entre-

prendre, en train d’être comme précurseur de ce

cheminement extraordinaire du don jusqu’à livrai-

son, jusqu’au Golgotha. Lorsqu’elle entre dans

cette maison de Zacharie, à six kilomètres de Jéru-

salem, à la porte de Jérusalem, qu’est-ce qu’elle

va faire? Comme la Parole de salutation lui a été

adressée, cette Parole qui l’a fécondée et qui a fait

qu’elle est devenue bénie entre toutes les femmes,

Marie va donner déjà la Parole.

Avant que la Parole se fasse chair pour être

enfantée, Marie va commencer à donner cette

même Parole à sa cousine qui va la saluer. Lorsque

cette cousine va recevoir la salutation, elle sera

remplie de l’Esprit-Saint. Comme nous sommes

porteurs ou porteuses de la Parole de Dieu, comme

Marie, nos salutations font que ceux et celles qui

auront la joie de nous rencontrer ou de vivre avec

nous seront remplis de l’Esprit-Saint.

Jubilation de saint Jean Baptiste

À la parole et à la salutation de Marie, qui était

cet enfant ? La voix qui crie, la voix en gestation,

saint Jean-Baptiste. Il va jubiler au-dedans de

sa mère pour répondre à cette Parole attendue

depuis longtemps avant les siècles, cette Parole

qui viendra nous visiter. Jean-Baptiste du fond des

entrailles de sa mère va commencer cette jubila-

tion que donne toute bonne parole. Toute bonne

parole apporte l’Esprit-Saint, toute bonne parole

apporte la joie, toute bonne parole apporte l’action

de grâces.

La cousine Elisabeth dira: «Heureuse celle qui a

cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent

dites.»

A l’accomplissement des paroles… Nous,

dans Adam et Ève, on n’a pas hésité à douter de

la parole. C’est pour cela que la parole du serpent

nous a mal menés. Mais Marie c’est elle qui a cru

à l’accomplissement de la Parole, de la Parole de

Dieu. Elle a cru sans détour, elle n’a pas biaisé, (elle

a persévéré). Et la route qu’elle venait de parcourir,

ne l’a pas fatiguée ni distraite, elle est demeurée

dans la parole et c’est en cela qu’elle a des mérites.

Je voudrais vous montrer un peu pourquoi

Marie a accueilli entièrement la Parole de Dieu et

pourquoi elle n’a pas laissé de place pour sa propre

parole. Je voudrais vous rappeler la belle prière

semeur de division.

Je voudrais vous inviter à voir ce que Dieu a

dit à l’humanité. Dieu

a adressé la parole à

l’homme et à la femme.

... Nous ne sommes pas

les premiers à parler,

c’est Dieu qui a parlé.

C’est Dieu qui doit

nous donner la parole.

C’est Dieu qui a dit à

Adam et Ève: ‘

Voilà le

jardin, mangez’

. — La

première

invitation

à l’humanité, c’est

l’Eucharistie. — Dieu a dit à l’homme et à la femme:

Mangez tous les fruits mais pas celui qui est au

centre’

. C’est simple, mangez tous les fruits en réfé-

rence à Celui qui gouverne tous les fruits, à Celui

qui doit être au centre de votre vie, à Celui qui doit

être le pivot de votre vie, à Celui qui doit être la

référence de votre vie.

Le diable, trafiquant de la Parole de Dieu

Et le péché a contribué justement à nous donner

nous-mêmes notre propre référence. Quand le ser-

pent est venu, il n’a pas commencé par adresser

la parole. Il a commencé par abuser de la parole.

Il a abusé de la parole du Seigneur parce qu’il a

trafiqué sa parole. Il a dit à Ève: ‘

Dieu vous a dit de

ne pas manger’

. La femme a rectifié: ‘

Il a dit vous

pouvez manger sauf ...’

Donc, le diable c’est un tra-

fiquant de la parole.

Comme aujourd’hui, nous sommes dans

un monde de manipulation de la parole. Nous

sommes dans un monde où la parole de la vérité

est souvent trafiquée pour nous amener à la chute,

pour nous amener à la déchéance, pour nous

amener au péché et le démon va réussir. Grâce à

la manipulation de la parole, il a amené Adam et

Ève à être le centre de leur propre vie. Quand on

est au centre, on se retrouve nu, dépouillé, com-

plètement anéanti. On a tout perdu parce que

Dieu n’est plus le centre de la vie. Mais, dans son

amour infini, dès le départ, Dieu va dire (à nos

premiers parents) que la femme va écraser la tête

du serpent. La tête est importante, c’est la vie.

C’est une femme qui va nous relever, qui va nous

aider à sortir de cette déchéance. Et ce sera Marie.

u

24

VERS DEMAIN janvier-février 2012

VERS DEMAIN janvier-février 2012

www.versdemain.org www.versdemain.org

25