Table of Contents Table of Contents
Previous Page  18-19 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 18-19 / 32 Next Page
Page Background

Leçons 1-B, 9 et 10

Ces trois leçons

ont été respective-

ment confiées aux

Révérends

Pères

Martial BONI, Claude-

Michel GOUA et

Patrice SAVADOGO.

L’encyclique Cari-

tas in Veritate a été

lue et commentée

dans les moindres

détails, pour aider les

participants à com-

prendre que le Crédit

Social traduit en actes

concrets, les orientations données par les Papes

afin de mettre l’économie au service de l’homme.

Différents aspects de la vie de l’homme liés à sa

survie, à la préservation de l’environnement par

l’arrêt du gaspillage des ressources naturelles ont

été abordés, et fortement discutés par une assem-

blée, qui en avait véritablement mare du comble

des excès des financiers.

Selon les exposants des leçons 9 et 10, la Doc-

trine sociale de l’Église est un ensemble de discours

portant sur les questions d’ordre social énoncées

par les Papes, et balisées par l’éthique ou la morale

fondamentale chrétienne qui, par souci légitime

pose comme exigence, le respect des droits fonda-

mentaux de la personne humaine.

L’Eglise, selon eux, demande la réforme des sys-

tèmes économiques et financiers et présente les

principes moraux au nombre de quatre:

la dignité de la personne humaine dans le

sens du bien, du bon, du juste et du vrai;

le res-

pect du bien commun; — la subsidiarité; — la soli-

darité.

Les êtres humains sont et doivent demeurer le

but et le fondement de la vie sociale, c’est-à-dire

l’homme, élément intérieur doit être au début, au

centre et à la fin de la vie sociale et de ce fait, tout

système doit tenir compte de lui.

Le Père Patrice SAVADOGO, après avoir résumé

de façon extraordinaire toute la semaine d’études,

a insisté pour dire deux choses importantes: — la

subsidiarité signifie tout simplement que le supé-

rieur ne doit pas faire, ce que son sujet peut et doit

faire; — le Crédit Social est une solution catholique

aux problèmes de l’humanité et vise à éduquer le

peuple pour le sortir de la grande ignorance sur la

question de l’argent.

Invitation spéciale

Gens de Montréal et de Laval

Vous êtes invités à la réunion

Du 2e dimanche de chaque mois

12 février. 11 mars

1.30 hre p.m.: heure d’adoration

2.30 heures p.m.: Réunion

Église St-Bernardin

7979 8e Avenue, Ville Saint-Michel

Pour informations:

tél. 514-856-

5714

Conclusion

Cette session d’études a été une grande décou-

verte pour de nombreux participants. De l’avis

général, cette session d’études a été d’une grande

utilité pour la compréhension des événements qui

se déroulent dans le monde. Tous souhaiteraient

l’organisation de plusieurs sessions d’études pour

éveiller la conscience collective sur les dangers

qui guettent l’humanité entière.

Vincent DJOUAMPOH, expert en insertion profes-

sionnelle, au 4ème jour de la formation, a déclaré ne

rien comprendre de la sottise humaine qui consiste

à s’embourber volontairement alors que la porte du

salut, représentée par le Crédit Social est grande

ouverte. Il dit avoir appris en peu de temps, des

choses essentielles qu’il n’aurait jamais découvertes

si la Providence ne l’avait pas orienté vers Adzopé.

Pour une participante, il est inutile de s’en pren-

dre aux Blancs comme étant responsables de la

misère dans les pays pauvres. Tous nous sommes

victimes des mêmes pratiques mais cependant

chacun doit se préoccuper de son propre sort. C’est

pourquoi nous devons nous entendre pour éviter

que les Blancs viennent chercher nos richesses,

comme cadeau de Noël aux tenants du système

financier.

Louis FAHE

, Chef de délégation

Émile Toussaint KETTE

, Président du comité de

suivi et rapporteur de la session d’études.

u

«La télévision peut se comparer facilement

à l’usage des drogues: elle crée un état de

dépendance et d’accoutumance hypnotiques.»

Rév. Patrice SAVADOGO

Par Son Exc. Mgr Jean ZERBO

Mgr Jean Zerbo, Archevêque de Bamako, a

assisté à notre congrès de Rougemont du mois de

septembre 2011, précédé d’une semaine d’étude. Il

nous écrit:

…Debout pour le combat,

pour la libération des pauvres

par le Crédit Social, pour une

vraie fraternité unie, solidaire.

La Providence m’a permis de

vivre avec vous une expérience

exceptionnelle: connaître et

approfondir ce qu’est le Crédit

Social, ce qu’il peut nous apporter.

C’est tant au niveau individuel

qu’au niveau des groupes, une

lumière sur les ténèbres de l’égo-

ïsme et de la cupidité, la mala-

die d’avoir, d’avoir toujours plus,

d’accumuler, d’accumuler toujours plus. L’amour

de l’argent est la source, la racine de tous les maux

dont souffrent les humains sous tous les cieux et

de tous les temps.

On ne peut changer aucun système sans

changer le cœur de l’homme. Quand le cœur

s’attache à l’avoir qui est, en fait, son dieu, il faut

du temps pour le guérir. Il faut, comme dit Jésus,

chasser ce démon par le jeûne et la prière, par

le partage, la solidarité. Il faut ouvrir son cœur à

d’autres valeurs, corriger la tendance de faire de

l’avoir le chef qui commande l’être, faire de l’être le

cavalier et non l’avoir. ‘

Homme dis-moi où est ton

cœur, je te dirai qui est ton dieu

’; Dieu ou l’argent,

on ne peut servir deux maîtres.

Le Crédit Social, une lumière

Telle est la lumière que le Crédit Social jette sur

nos ténèbres. Je l’apprécie et j’y adhère du fait qu’il

repose sur trois fondements solides, fondements

qui ne sont pas des idéologies ou des théories

humaines. Fondements qui nous viennent de Dieu.

Premier fondement:

la Parole de Dieu qui

dénonce pour tous les temps et tous les lieux la

cupidité, l’avarice, la maladie d’amasser, et de tou-

jours amasser, la déviation la plus grave: faire de

l’argent de l’avarice, son dieu, l’argent ou rien ! ‘

Nul

ne peut servir deux maîtres, vous ne pouvez servir

Dieu et l’argent !

’ Parole de Dieu: celle des sages,

celle des prophètes, celle du Christ.

Second fondement

: les Pères de l’Eglise,

fidèles à la tradition des sages, des prophètes

et du Christ, condamnent l’amour de l’ar-

gent, le prêt à gage. Ils les dénoncent comme

sources des maux dont souffrent les humains.

Troisième fondement

: le Magis-

tère, l’enseignement social de l’Eglise.

Tels sont les trois éléments de

la crédibilité du Crédit Social, fon-

dement sur le roc et non sur le

sable mouvant ! En lui, nous avons

le secret d’un nouvel ordre écono-

mique et social, le remède pour

combler le faussé sans cesse gran-

dissant entre riches et pauvres,

pour redonner aux humains, à tra-

vers le monde, leur dignité d’en-

fants de Dieu.

Résolutions à prendre

Les résolutions que l’on peut prendre:

— Continuer à approfondir la connaissance du

Crédit Social. — Approfondir notre connaissance

du mécanisme du prêt à gage, des systèmes

bancaires actuels. — Chercher par les moyens

pacifiques à réduire la trop grande marge entre les

intérêts concédés, suivant qu’il s’agit de dépôts ou

de prêts. — Prier et jeûner pour chasser du cœur

des humains, le démon du profit, de l’avarice, de

l’amour de l’argent. — Faire connaître, à tous les

niveaux, la théorie du Crédit Social.

Pour soigner efficacement une maladie, il faut

bien en connaître l’origine. Il faut aussi beaucoup

de détermination et d’amour, corriger sans fureur

ni violence, mais corriger par conviction et avec

persévérance.

« Ave Maria debout pour le combat ». Je suis

sûr que Marie notre Mère et l’Archange Michel

nous soutiendront dans ce combat pour un

monde, dont la transfiguration est déjà appa-

rente à travers les foyers de Bérets Blancs qui

brillent à travers le monde.

Le grand orfèvre, l’Esprit-Saint

Un trésor pour le monde qu’est le Crédit

Social, trésor qu’il nous faut chercher à présen-

ter à toutes et à tous et partout dans des vases

sans cesse purifiés au creuset du grand orfèvre,

l’Esprit Saint. …

Debout pour libérer les pauvres par le Crédit Social

18

VERS DEMAIN janvier-février 2012

VERS DEMAIN janvier-février 2012

www.versdemain.org www.versdemain.org

19