Table of Contents Table of Contents
Previous Page  14-15 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 14-15 / 32 Next Page
Page Background

D

u 21 au 28 octo-

bre 2011, une ses-

sion d’études sur le

Crédit Social a été tenue à

Adzopé, en Côte d’Ivoire.

Le premier soir, ils étaient

75 personnes. Trois curés

ont épaulé et donné leurs

bénédictions à cette

semaine d’étude: les

révérends Pères Patrice

SAVADOGO,

Martial

BONI, le principal orga-

nisateur, et Claude-

Michel GOUA. Eux-

mêmes d’ailleurs ont

présenté la Doctrine

Sociale de l’Église, en établissant le

lien entre le Crédit Social et la Doctrine Sociale

de l’Église.

Le nombre de participants croissait de jour

en jour et s’est élevé à 111 personnes au dernier

jour. Tous suivaient avec assiduité les conférences.

M. Louis FAHE, de Côte d’Ivoire, formateur et chef

de délégation pour l’Oeuvre des Pèlerins de saint

Michel, dirigeait cette semaine d’étude avec la pré-

cieuse collaboration de Gabriel Kodjo KOUBANG,

de Lomé, Togo, formateur lui aussi, et de Fabrice

KOUASSI, comptable, Abidjan-Côte d’Ivoire

.

Vous allez donc lire avec intérêt de larges

extraits d’un rapport récent de Louis FAHÉ et de

Émile Toussaint KETTE au sujet de la semaine

d’étude:

Introduction

La session d’études est la toute première de

grande envergure organisée en Côte d’Ivoire depuis

l’arrivée ici, de M. Marcel LEFEBVRE dans la nuit du

10 au 11 décembre 2008, jour de sa grande rencon-

tre avec M. Louis FAHE.

Pilotée dans les règles de l’art par une équipe très

dynamique de jeunes gens au nombre desquels on

peut citer Emile-Toussaint KETTE et Paul Gomez,

tous membres du Ministère Catholique de la Sainte

Famille…, l’organisation a été l’une des plus grandes

satisfactions de cette expérience en terre d’éburnie

(Côte d’Ivoire).

Une coordination rapide entre la cellule de Dif-

fusion de Vers Demain (mise en place depuis 2009

à la demande du Père Patrice SAVADOGO) prési-

Session d’études de grande envergure en Côte d’Ivoire

dée par Louis FAHE,

et le Rév. P Patrice

SAVADOGO, ponc-

tuée d’une action

de proximité ron-

dement menée par

le Rév. Père Martial

BONI, en quelques

jours, ont permis

de mobiliser tant de

monde.

Le thème retenu

pour l’occasion était

évocateur de nos

ambitions

légiti-

mes de mettre fin

au désordre ‘géno-

cidaire’ du système

financier actuel: la Démocratie économique, un sys-

tème d’argent honnête au service de l’Homme.

Les nombreux participants à ce grand moment de

communion à la vie, ont d’emblée découvert la gran-

deur et la vision de M. Louis EVEN, notre fondateur, à

travers la présentation de ce grand dévot de la Vierge

Marie et de l’Oeuvre des Pèlerins de saint Michel,

une œuvre d’apostolat laïc pour la justice sociale.

Cela a été pour eux, l’occasion de découvrir la

spiritualité de l’homme providentiel, qui est forte-

ment marquée par une foi profonde en Dieu le Créa-

teur et un véritable amour du prochain qui le font

braver les épreuves qui n’ont pas manqué dans son

pèlerinage terrestre. Cette spiritualité nous l’avons

notée, est basée sur le respect scrupuleux de la per-

sonne humaine, de la subsidiarité, du bien commun

et de la solidarité entre les hommes qui du reste,

sont les quatre principes fondamentaux de la Doc-

trine sociale de l’Église catholique, développés dans

le Compendium.

Leçon 1: LE BUT DE L’ÉCONOMIE

Le premier choc de cette formation est venu de

la grande révélation que l’économie n’a pas pour

but de créer des emplois… L’argent n’étant pas la

richesse, c’est donc le fait de vouloir faire jouer à tout

prix à l’économie ce qui n’est nullement son rôle, qui

engendre les grands maux dont souffre l’humanité

entière. Le véritable et unique but de l’économie,

est de produire les biens qui répondent aux besoins

temporels et vitaux de l’homme.

Beaucoup d’autres aspects de la leçon ont été

abordés, tels que le Crédit Social, la politique d’une

philosophie qui est celle du bien commun, le rôle de

la morale devant accompagner et guider les actes

de l’homme, la différence à faire entre les lois que

nul ne peut changer (la nature de l’homme ou les 10

commandements de Dieu) et celles susceptibles de

modification (le système d’argent-dette actuel), le

Crédit Social (c’est) la confiance qu’on puisse vivre

ensemble en opposition au discrédit dont l’action

vise à détruire systématiquement l’élément qui fonde

la vie en société: la confiance.

Leçon 7 : L’HISTOIRE DU

CONTRÔLE BANCAIRE

AUX ÉTATS-UNIS

Selon la préférence de M. Marcel LEFEBVRE que

nous partageons du reste, la leçon 7 a été vite abor-

dée pour stigmatiser les desseins inavoués des ban-

quiers visant à réduire l’homme à un simple mendiant

en s’arrogeant de façon frauduleuse, les pouvoirs

dévolus à l’Etat.

En effet, M. Louis FAHE a qualifié de ‘’plus grand

génocide de l’histoire de l’humanité’’, le passage

de la loi sur la Réserve fédérale dans la nuit du 23

décembre 1913, expliquant avec force détails que

cette nuit-là, 60 corrompus, membres du Congrès

américain qui avaient des intérêts égoïstes et des rai-

sons particulières ont comploté contre l’état régalien

et contre le peuple, en votant sans état d’âme, une

loi qui arrachait d’autorité des mains du peuple sou-

verain, le droit de battre monnaie pour le concentrer

aux mains assassines d’une nébuleuse de 12 intérêts.

M. Louis FAHE n’a pas

voulu passer sous silence,

le rôle éminemment impor-

tant des figures emblémati-

ques de la résistance dans

ce qu’il convient d’appeler,

une bataille épique pour

le triomphe du système

d’argent sans dette. Il s’agit

principalement de Benjamin

Franklin et Abraham Lincoln.

Ce dernier a dû émettre

450 millions de green-back, véritable monnaie améri-

caine afin d’engager et de gagner la guerre de séces-

sion déclenchée par les 11 états du sud, à l’époque

où la Nouvelle Angleterre (actuels USA) ne compre-

nait que 13 états. Pour ces grands hommes, la créa-

tion et l’émission monétaires doivent demeurer une

prérogative exclusive du gouvernement.

Comme cause prin-

cipale de l’insuccès des

différentes

tentatives

de mise en œuvre de

la monnaie sans dette,

M. Louis FAHE a relevé

la grande ignorance du

peuple sur la question

de l’argent. En effet, la

loi sur la réserve fédérale

est passée à un moment

où toute l’attention du

peuple était focalisée sur

les préparatifs des fêtes

de fin d’année. De même que l’échec de la loi sur le

Crédit Social du nom de son géniteur (Bill Goldsbor-

rough) en 1932. D’où la nécessité d’éduquer et d’infor-

mer le peuple, afin d’arrêter le rouleau compresseur

des financiers dont le but ultime est d’instaurer un

gouvernement mondial, une monnaie mondiale et

une religion mondiale sans Dieu.

Suite aux explications

détaillées livrées par M.

Louis FAHE sur la ques-

tion, de très nombreux

participants ont marqué

leur indignation et sur-

tout leur étonnement de

voir qu’aucun dirigeant

actuel ne lève le moindre

doigt pour dénoncer de

telles pratiques. Le plus

insoutenable selon eux,

est de constater que bien

qu’ayant été payées plu-

sieurs fois, les dettes des pays évoluent de façon expo-

nentielle et servent de prétexte aux financiers pour

faire main basse sur les richesses naturelles des pays

pauvres à travers des guerres et des crises planifiées.

Beaucoup de voix au cours de cette leçon, se sont

élevées pour proposer que des projets de lois plus

sociales soient déposés par le peuple sur la table de

ceux qui sont leurs représentants au parlement. Une

profonde réforme du système financier actuel selon

eux, est plus que nécessaire et urgente. A ce niveau,

les participants ont mieux compris pourquoi Sa Sain-

teté le Pape Jean Paul II dit que la réforme la plus

urgente, c’est de corriger le système financier actuel

et exige sans autre forme de procès, l’effacement des

dettes.

M. Louis FAHE a démontré qu’il y a toujours une

divergence entre ce que le peuple veut et ce que les

dirigeants font.

Louis Even

Benjamin Franklin

Abraham Lincoln

Louis FAHÉ

u

14

VERS DEMAIN janvier-février 2012

VERS DEMAIN janvier-février 2012

www.versdemain.org www.versdemain.org

15