Table of Contents Table of Contents
Previous Page  6-7 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 6-7 / 32 Next Page
Page Background

u

Le Concile, selon le Pape

Jean XXIII, a voulu «transmet-

tre la doctrine dans sa pureté et

dans son intégrité, sans atténua-

tions ni altérations», s’efforçant

afin que «cette doctrine certaine

et immuable, qui doit être res-

pectée fidèlement, soit appro-

fondie et présentée de la façon

qui répond aux exigences de

notre époque». À cet égard, l’im-

portance du début de la Consti-

tution

Lumen gentium

reste dé-

cisive: «Le Christ est la lumière

des peuples; réuni dans l’Esprit

Saint, le saint Concile souhaite

donc ardemment, en annonçant

à toutes les créatures la bonne

nouvelle de l’Évangile répandre

sur tous les hommes la clarté du

Christ qui resplendit sur le visage

de l’Église (cf. Mc 16, 15)». À par-

tir de la lumière du Christ, qui pu-

rifie, illumine et sanctifie dans la

célébration de la liturgie sacrée

(cf. Constitution Sacrosanctum

Concilium) et avec sa parole divine (cf. Constitution

dogmatique

Dei Verbum

), le Concile a voulu approfon-

dir la nature intime de l’Église (cf. Constitution dogma-

tique

Lumen gentium

) et son rapport avec le monde

contemporain (cf. Constitution pastorale

Gaudium et

spes

). Autour de ses quatre Constitutions, véritables

piliers du Concile, se regroupent les Déclarations et les

Décrets, qui affrontent quelques-unes des questions

majeures de l’époque.

Après le Concile, l’Église s’est engagée dans la

réception et dans l’application de son riche enseigne-

ment, en continuité avec toute la Tradition, sous la

direction sûre du Magistère. Pour favoriser la récep-

tion correcte du Concile, les Souverains Pontifes ont

convoqué à plusieurs reprises le Synode des évêques,

institué par le Serviteur de Dieu Paul VI en 1965, pro-

posant à l’Église des orientations claires par le biais

des diverses Exhortations apostoliques post-synoda-

les. La prochaine Assemblée générale du Synode des

évêques, au mois d’octobre 2012, aura pour thème:

La nouvelle évangélisation pour la transmission de la

foi chrétienne.

Depuis le début de son pontificat, le Pape Benoît

XVI s’est engagé fermement en faveur d’une juste

compréhension du Concile, repoussant comme erro-

née la dénommée «herméneutique de la discontinuité

et de la rupture» et promouvant celle qu’il a lui-même

appelée «l’herméneutique de la réforme», du renou-

veau dans la continuité de l’unique sujet-Église, que

le Seigneur nous a donné; c’est un sujet qui grandit

dans le temps et qui se développe, restant cependant

toujours le même, l’unique sujet du Peuple de Dieu en

marche».

Le

Catéchisme de l’Église catholique

, se plaçant

dans cette perspective, est d’une part un «fruit authen-

tique du Concile Vatican II», et, d’autre part, entend en

favoriser la réception. Le Synode extraordinaire des

évêques en 1985, convoqué à l’occasion du vingtiè-

me anniversaire de la clôture du Concile Vatican II et

pour effectuer un bilan de sa réception, a suggéré de

préparer ce Catéchisme afin d’offrir au peuple de Dieu

un compendium de toute la doctrine catholique et un

texte de référence sûr pour les catéchismes locaux. Le

Pape Jean-Paul II a accueilli cette proposition comme

un désir «répondant pleinement à un vrai besoin de

l’Église universelle et des Églises particulières. Rédi-

gé en collaboration avec l’épiscopat entier de l’Église

catholique, ce Catéchisme «exprime véritablement ce

qu’on peut appeler la «symphonie» de la foi».

Le

Catéchisme

comprend «du neuf et de l’ancien

(cf. Mt 13, 52), la foi étant toujours la même et source

de lumières toujours nouvelles. Pour répondre à cette

double exigence, le

Catéchisme de l’Église catholi-

que

, d’une part reprend l’ordre «ancien», tradition-

nel et déjà suivi par le Catéchisme de saint Pie V, en

articulant le contenu en quatre parties: le Credo; la

sainte liturgie, avec les sacrements en premier plan;

l’agir chrétien, exposé à partir des commandements;

et enfin la prière chrétienne. Mais, en même temps, le

contenu est souvent exprimé d’une façon «nouvelle»,

afin de répondre aux interrogations de notre époque».

Ce Catéchisme est «un instrument valable et autorisé

au service de la communion ecclésiale» et «une norme

sûre pour l’enseignement de la foi». Les contenus de

la foi trouvent en lui «leur synthèse systématique et

organique. Ici, en effet, émerge la richesse d’enseigne-

ment que l’Église a accueilli, gardé et offert au cours

de ses deux mille ans d’histoire. De la sainte Écriture

aux Pères de l’Église, des Maîtres de théologie aux

Saints qui ont traversé les siècles, le Catéchisme offre

une mémoire permanente des nombreuses façons

dans lesquelles l’Église a médité sur la foi et produit

un progrès dans la doctrine pour donner certitude aux

croyants dans leur vie de foi».

L’Année de la foi veut contribuer à une conversion

renouvelée au Seigneur Jésus et à la redécouverte de

la foi, afin que tous les membres de l’Église soient des

témoins crédibles et joyeux du Seigneur ressuscité

dans le monde d’aujourd’hui, capables d’indiquer aux

nombreuses personnes en recherche la «porte de la

foi». Cette «porte» ouvre grand le regard de l’homme

sur Jésus-Christ, présent au milieu de nous «tous les

jours, jusqu’à la fin du monde» (Mt 28, 20). Il nous

montre comment «l’art de vivre» s’apprend «dans

un rapport intense avec Lui». «Par son amour, Jésus-

Christ attire à lui les hommes de toutes générations:

en tous temps il convoque l’Église lui confiant l’an-

nonce de l’Évangile, avec un mandat qui est toujours

nouveau. C’est pourquoi aujourd’hui aussi un enga-

gement ecclésial plus convaincu en faveur d’une nou-

velle évangélisation pour redécouvrir la joie de croire

et retrouver l’enthousiasme de communiquer la foi est

nécessaire».

Puis la Congrégation suggère quelques indica-

tions pour vivre ce temps de grâce:

Au cours de cette Année, il sera utile d’inviter les

fidèles à s’adresser avec une particulière dévotion à

Marie, figure de l’Église, qui «rassemble et reflète en

elle-même d’une certaine façon les requêtes suprê-

mes de la foi». Il faut donc encourager toute initiative

aidant les fidèles à reconnaître le rôle particulier de

Marie dans le mystère du salut, à l’aimer filialement

et à en suivre la foi et les vertus. À cet effet, il sera

très opportun d’organiser des pèlerinages, des célé-

brations et des rencontres auprès des sanctuaires les

plus importants.

À tous les croyants, l’Année de la foi offrira une

occasion propice pour approfondir la connaissance

des principaux Documents du Concile Vatican II et

l’étude du

Catéchisme de l’Église catholique

. Ceci

vaut en particulier pour les candidats au sacerdoce,

surtout au cours de l’année propédeutique ou des

premières années d’études théologiques, pour les

novices des Instituts de vie consacrée et des Sociétés

de vie apostolique, ainsi que pour ceux qui vivent un

temps d’essai en vue de rejoindre une Association ou

un Mouvement ecclésial.

Cette Année sera une occasion propice pour un

accueil plus attentif des homélies, des catéchèses, des

discours et des autres interventions du Saint-Père. Les

Pasteurs, les personnes consacrées et les fidèles laïcs

seront invités à un engagement renouvelé pour une

adhésion effective et cordiale à l’enseignement du

Successeur de Pierre.

Avec l’aide de théologiens et d’auteurs compé-

tents, il sera utile de préparer des instruments de tra-

vail de caractère apologétique (cf. 1 P 3, 15). Chaque fi-

dèle pourra ainsi mieux répondre aux questions qui se

posent dans les différents milieux culturels, en rapport

au défi des sectes, aux problèmes liés à la sécularisa-

tion et au relativisme, aux «interrogations qui provien-

nent d’une mentalité changée qui, particulièrement

aujourd’hui, réduit le domaine des certitudes ration-

nelles à celui des conquêtes scientifiques et technolo-

giques», tout comme à d’autres difficultés spécifiques.

On invite les évêques à organiser, surtout pendant

le Carême, des célébrations pénitentielles pour de-

mander pardon à Dieu, en particulier pour les péchés

contre la foi. Cette Année sera aussi un temps favora-

ble pour s’approcher avec plus de foi et plus souvent

du sacrement de pénitence.

On espère assister, dans les paroisses, à un effort

nouveau de diffusion et de distribution du

Catéchisme

de l’Église catholique

ou d’autres instruments de tra-

vail adaptés aux familles, véritables églises domesti-

ques et premiers lieux de transmission de la foi, par

exemple dans le cadre des bénédictions de maisons,

des baptêmes d’adultes, des confirmations et des

mariages. Cela pourra contribuer à la confession et à

l’approfondissement de la doctrine catholique «dans

nos maisons et auprès de nos familles, pour que cha-

cun ressente avec force l’exigence de mieux connaî-

tre et de transmettre aux générations futures la foi de

toujours».

Il sera opportun de promouvoir des missions po-

pulaires et d’autres initiatives, dans les paroisses et sur

les lieux de travail, pour aider les fidèles à redécouvrir

le don de la foi baptismale et la responsabilité de son

témoignage, dans la conscience que la vocation chré-

tienne «est aussi par nature vocation à l’apostolat».

À gauche: le Christ «Pantocrator» (Christ

en gloire) de la cathédrale de Cefalu, ville

italienne située dans la province de Palerme

en Sicile. Une petite image du Christ de

Cafalu accompagnera les pèlerins et les

croyants des différentes régions du monde.

Au dos se trouvera la Profession de foi.

Changement d’adresse

Veuillez nous faire parvenir votre nouvelle

adresse lorsque vous déménagez. Les bureaux

de poste ne nous donnent pas les nouvelles

adresses. Nous devons acquitter des frais d’un

dollar pour chaque adresse qui nous est re-

tournée. Envoyez donc votre nouvelle adresse

au bureau de Vers Demain.

6

VERS DEMAIN août-septembre 2012

VERS DEMAIN août-septembre 2012

www.versdemain.org www.versdemain.org

7