Table of Contents Table of Contents
Previous Page  16-17 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 16-17 / 32 Next Page
Page Background

plation de l’horizon sont offusqués par l’épaisseur de

nuages du matérialisme éblouissant qui largue, par les

mirages de la rapidité, à une vitesse quasi supersoni-

que, des solutions qui n’en sont pas.

L’ouie est alors abasourdie en même temps que

piégée par des langages subliminaux qui véhiculent

l’évangile de l’ennemi, des ennemis que vous connais-

sez. L’odorat est caressé par le parfum, non pas du

saint-chrême, mais par celui du papier-monnaie, arri-

vant quelquefois caché sous les vestes d’un christia-

nisme opposé à l’Église catholique.

Les amis, le

goût ou le goûter,

avec une suavité qui

rapidement ou len-

tement, c’est-à-dire

un goût plaisant qui

tôt ou tard se chan-

ge en amertume,

voire en pleurs et

en grincements de

dents. Vous avez

donc compris : c’est

la suavité du péché

qui flatte l’orgueil,

et par conséquent

excite la volonté de

puissance, le désir

de conquête et de

domination.

Eureka ! Ah oui,

j’ai compris ! Ce n’est

pas à vous qu’ils s’en

prennent, c’est au Christ qu’ils s’en prennent. C’est à

Dieu qu’ils s’en prennent. Comprenons donc que c’est

à la vie divine qui est en nous, c’est à notre dignité d’en-

fants de Dieu qu’ils s’en prennent.

Ainsi, comme prêtre, en tant que baptisé — et le

prêtre, c’est celui qui sacrifie à Dieu — ils veulent que

nous sacrifions au monde. Comme prophète, celui

qui dit la volonté de Dieu, on voudrait que l’on dise

la volonté de l’homme. Et le christianisme n’a même

plus droit de parole, parce que ce qui est chrétien est

méprisé, décrié, sinon combattu; c’est ce qui n’est

pas chrétien qu’il faut proclamer: la liberté aux autres,

oui, mais aux chrétiens, non! Comme roi, c’est-à-dire

comme celui qui règne en vue du Royaume, mais en

cultivant réellement la terre, on demande de régner

pour Mammon.

Voilà pourquoi, à cause de notre dignité d’enfants

de Dieu, on veut nous vicier, et nous sommes enviés

parce que nous avons tout: et le Ciel, et la terre. On

nous combat parce que nous sommes forts, de la for-

ce de Dieu et de la force de ce que Dieu nous donne.

Nous sommes décriés parce que nous avons le secret

pour aller au Ciel. Et pour terminer, nous sommes en-

dettés, donc braqués (volés), parce que venir prendre

des choses en faisant miroiter autre chose, c’est un

braquage (vol) organisé.

Dans ce contexte, les pauvres, qui ont besoin de

puiser aux eaux vives du salut, sont contraints de

s’abreuver, malgré eux, et pas toujours de bon gré,

aux sources de la finance internationale… avec ses

dérivés, qui s’appelleront dette, redressement structu-

rel ou économique, course à l’armement, suppression

de la vie, promotion de la mode et de modes de vie

radicalement opposés à l’Évangile.

Alors, les amis, ouvrons nos oreilles et devenons

créditistes

.

Ouvrons

nos

oreilles au Christ et

devenons

créditis-

tes

.

Ouvrons

nos

oreilles au magis-

tère de l’Église une,

sainte, catholique et

apostolique, et de-

venons

créditistes

.

Ouvrons

nos

oreilles à l’intuition

de Clifford Hugh

Douglas et deve-

nons

créditistes

.

Ouvrons

nos

oreilles au message

de Louis Even et de-

venons

créditistes

.

Ouvrons

nos

oreilles à la misère

de nos frères et sœurs — tous, attention, sans exclusi-

ve, c’est-à-dire même ceux qui nous haïssent et nous

méprisent, et devenons

créditistes

.

Informés ici, imitons les bons exemples — je dis

bien les bons, parce qu’eux aussi, ils vont bien se

confesser, bon — donc, imitons les bons exemples

des Pèlerins de saint Michel et devenons

créditistes

.

Copions — ici, Africains, ouvrez bien les oreilles —

copions le courage de ces pèlerins qui sont proches

du feu, car avant de nous brûler, ce feu les a déjà brû-

lés et continue à les brûler — et devenons

créditistes

.

Ouvrons nos oreilles aux suggestions de l’Esprit

Saint pour assumer notre part d’implication, d’enga-

gement, bref, de témoignage, et devenons

créditistes

.

Ouvrons nos yeux, regardons bien, évaluons, pro-

jetons, produisons et partageons: devenons

créditis-

tes

.

Attention! Importance à la prière ! Jésus, Fils de

Dieu, bien souvent se retira pour prier, et Il choisit ses

disciples après une nuit de prières. Et comme vous

êtes devenus créditistes, attention! Notre directeur

spirituel nous parlait d’un prêtre, à l’avènement d’une

idéologie que je ne veux pas citer pour en faire sa

publicité, qui disait: «Mes frères, pourquoi la prière

le matin alors que les pauvres nous attendent ! » Les

confrères lui disaient: «Mon ami, prions d’abord, et

puis on part.» «Mais non ! » répondait l’autre, etc. Et

le directeur spirituel de commenter: «Il était tellement

mangé par les pauvres que la foi fut mangée et il quit-

ta le sacerdoce, alors que les autres priaient et conti-

nuaient à servir les pauvres». C’est pour vous dire:

prière, prière, prière, et engageons-nous.

On vous a dit ici: «N’ayez pas peur ! » Alors pour

que vous n’ayez pas peur, vous connaissez tous un son,

on va leur faire ensemble: COCORICO! COCORICO!

Retenez bien la leçon: moi, en

bon villageois, j’ai assisté à la dé-

capitation des coqs. Et bien sûr,

quand on décapite un coq, si on

le jette, la tête vous l’avez entre

les mains, mais le coq (sans tête)

continue à s’agiter dans tous les

sens. Donc au moment où le coq

s’agite, on pourrait le croire en

vie, et je vous assure, comme il y

a aussi un peu de sang qui sort,

les gens qui voient que la tête du

coq est dans la main de celui qui

a coupé, ils fuient le coq qui ges-

ticule encore…

Satan a été vaincu au Golgo-

tha, mais il s’agite encore pour

nous embêter… de quoi avez-

vous peur ? La tête a déjà été

coupée ! C’est ce qu’on appelle un spasme: le corps

continue à bouger quand bien même il n’y a plus rien.

Je suis de Port-Gentil, où il y a du poisson. Un pois-

son à peine sorti de l’eau, si vous lui couper la tête

rapidement, il va continuer à bouger alors même

qu’il n’a plus de tête. De même l’ennemi vaincu par

la Croix, il croit encore s’agiter pour faire peur à qui ?

À Jésus? Écoutez, vous comprenez…

Mes amis, nul n’est besoin de revenir sur tout ce

que les Excellences vous ont dit, je vais simplement

vous dire qu’il me plait d’être ici, et nous serions ten-

tés de dire, comme Pierre: «Élevons trois tentes ici,

une pour toi Jésus, et une pour Moïse et une pour

Élie» , mais Jésus dit: «Non, il faut descendre.»

Donc, nous devons néces-

sairement retourner chez nous.

Et il y a une chanson que j’avais

apprise quand j’étais petit, qui

s’intitule

«Qu’as-tu appris à

l’école mon fils?»

La voici,

adaptée pour l’occasion (

voir

encadré plus bas

):

Alors les amis, le crédit,

c’est la confiance renouvelée

en Dieu immortel toujours.

Dieu ne mourra plus ! Donc

vous avez le crédit: Dieu est

IMMORTEL ! Et renouveler la

confiance en Dieu immortel

toujours, ça s’appelle CRÉDIT!

Je vous remercie !

Diligere Deum ut Diligatur.

Aimer Dieu pour qu‘Il soit aimé.

+ Mgr Mathieu M. L.

évêque de Port-Gentil

u

Mgr Mathieu reçoit une bannière de saint Michel de la part de

notre directrice-générale, Mlle Thérèse Tardif, et de l’un des direc-

teurs-adjoints, Marcel Lefebvre.

Mgr Mathieu chante: «Qu’as-tu

appris à Rougemont, Mathieu...»

Qu’as-tu appris à Rougemont, Mathieu?

Qu’as-tu appris à Rougemont ?

Qu’as-tu appris à Rougemont, Mathieu?

Qu’as-tu appris à Rougemont ?

Que le forgeron devint banquier,

Et de banquier il se fit usurier;

Ainsi la dette il institua,

Et la confiance il destitua.

C’est çà que j’appris à Rougemont, Gabon

C’est çà que j’appris à Rougemont.

Qu’as-tu appris à Rougemont, Mathieu?

Qu’as-tu appris à Rougemont ? (bis)

Qu’il y a des séminaristes et des congressistes

Qui ne sont plus du tout pessimistes;

Tous ne veulent plus être défaitistes

Car ils sont devenus créditistes.

C’est çà que j’appris à Rougemont, Gabon

C’est çà que j’appris à Rougemont.

Qu’as-tu appris à Rougemont, Mathieu?

Qu’as-tu appris à Rougemont ? (bis)

Que les laïcs seront créditistes,

dans le conseil paroissial;

Consacrés et prêtres seront créditistes

du conseil épiscopal;

Et les évêques le deviendront tous,

pour le conseil régional;

Les conseils régionaux des créditistes

seront un conseil papal.

C’est çà que j’appris à Rougemont, Gabon

C’est çà que j’appris à Rougemont.

Qu’as-tu appris à Rougemont, Mathieu?

Qu’as-tu appris à Rougemont ? (bis)

Que tout le Gabon sera créditiste;

L’Afrique entière sera créditiste;

L’Occident comme l’Orient sera créditiste;

L’humanité entière sera créditiste.

Ce n’est qu’une question de temps;

Dieu seul est le maître du temps;

Et toutes les personnes seront créditistes.

C’est çà que j’appris à Rougemont, Gabon

C’est çà que j’appris à Rougemont.

«Qu’as-tu appris à Rougemont, Mathieu?»

16

VERS DEMAIN août-septembre 2012

VERS DEMAIN août-septembre 2012

www.versdemain.org www.versdemain.org

17