Table of Contents Table of Contents
Previous Page  5 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 5 / 48 Next Page
Page Background

de vérité, celui-ci, au fond, n’est même pas

capable de distinguer entre le bien et le

mal. Les grandes et merveilleuses connais-

sances de la science deviennent alors am-

biguës: elles peuvent ouvrir des perspecti-

ves importantes pour le bien, pour le salut

de l’homme, mais également – et nous le

voyons – devenir une menace terrible, la

destruction de l’homme et du monde.

Nous avons besoin de la vérité. Mais,

certainement en raison de notre histoire,

nous avons peur que la foi dans la vérité

ne conduise à l’intolérance. Si cette peur,

qui a ses bonnes raisons historiques, nous

assaille, il est temps de tourner notre re-

gard vers Jésus comme nous le voyons ici

au Sanctuaire de Mariazell. Nous le voyons

sous deux aspects: comme un enfant dans

les bras de sa Mère et, au-dessus de l’autel

principal de la Basilique, comme le cruci-

fié. Ces deux images de la basilique nous

disent: la vérité ne s’affirme pas à travers

un pouvoir extérieur, mais elle est humble

et ne se donne à l’homme qu’à travers le

pouvoir intérieur du fait qu’elle est vraie...

Dieu s’est fait petit pour nous. Dieu ne

vient pas avec la force extérieure, mais il

vient dans l’impuissance de son amour, qui

constitue sa force. Il se donne entre nos

mains. Il nous demande notre amour. Il nous

invite à devenir nous aussi petits, à descen-

dre de nos trônes élevés et à apprendre à

être des enfants devant Dieu. Il nous offre le

«Toi». Il nous demande d’avoir confiance en

Lui et d’apprendre ainsi à vivre dans la véri-

té et dans l’amour. L’Enfant Jésus nous rap-

pelle naturellement aussi tous les enfants

du monde, à travers lesquels il veut venir à

notre rencontre. Les enfants qui vivent dans

la pauvreté; qui sont exploités comme sol-

dats; qui n’ont jamais pu faire l’expérience

de l’amour de leurs parents; les enfants ma-

lades et qui souffrent, mais aussi ceux qui

sont joyeux et sains. L’Europe est devenue

pauvre en enfants: nous voulons tout pour

nous-mêmes, et peut-être n’avons-nous pas

tellement confiance en l’avenir. Mais la terre

ne sera privée d’avenir que lorsque s’étein-

dront les forces du cœur humain et de la rai-

son illuminée par le cœur - quand le visage

de Dieu ne resplendira plus sur la terre.

où se trouve Dieu, là se trouve l’avenir.

u

Visite pastorale du Pape

Benoît XVI en Allemagne

du 22 au 25 septembre 2011

tôt comme un obstacle, et

donne au contraire la prio-

rité aux considérations uti-

litaristes.

Il est pourtant nécessai-

re d’avoir une base contrai-

gnante pour notre cohabi-

tation, autrement chacun ne

vit plus que pour son

individualisme. La reli-

gion est un de ces fon-

dements pour un être

ensemble réussi. «De

même que la religion

a besoin de la liberté,

de même la liberté a

besoin de la religion».

Ces paroles du grand

évêque et réformateur

social Wilhelm von Ketteler, dont le deuxième cen-

tenaire de la naissance est célébré cette année, sont

encore actuelles.

La liberté a besoin d’un lien qui s’origine dans une

instance supérieure. Le fait qu’il existe des valeurs qui

ne sont pas manipulables par rien ni par personne, est

la vraie garantie de notre liberté. L’homme qui se sent

obligé au vrai et au bien, sera aussitôt d’accord avec

ceci: la liberté se développe seulement dans la res-

ponsabilité pour un bien supérieur. Un tel bien existe

seulement pour tous ensemble; je dois donc m’inté-

resser aussi à mes proches. La liberté ne peut être

vécue en l’absence de relation.

Dans le vivre ensemble humain la liberté n’est pas

possible sans la solidarité. Ce que je fais au détriment

des autres n’est pas liberté mais une action répréhen-

sible qui nuit aux autres et aussi à moi-même. Je peux

me réaliser vraiment comme personne libre, seu-

lement si j’utilise mes forces aussi pour le bien des

VERS DEMAIN octobre-novembre-décembre 2011

www.versdemain.org

5