Table of Contents Table of Contents
Previous Page  26-27 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 26-27 / 32 Next Page
Page Background

agressive et en pénalisant la vie catholique. [...]

“Les croyances catholiques qui irritent le plus

profondément les orthodoxies de l’Occident sont

celles qui concernent l’avortement, la sexualité, et

le mariage d’un homme et d’une femme. Ce n’est

pas un hasard. Ces croyances chrétiennes expri-

ment la vérité à propos de la fertilité, de la signifi-

cation et de la destinée de l’homme.

“Ces vérités sont subversives dans un monde

qui voudrait nous faire croire que Dieu n’est pas

nécessaire et que la vie humaine n’a pas de nature

ou de but intrinsèques. L’Église doit donc être pu-

nie parce que, en dépit de tous les péchés et de

toutes les faiblesses des gens qui la composent,

elle est encore l’épouse de Jésus-Christ; elle est

encore une source de beauté, de sens et d’espoir

qui refuse de mourir; elle est encore la plus irré-

sistible et la plus dangereuse hérétique du nouvel

ordre du monde. [...]”

“À toutes les époques, ajoute Mgr Chaput,

l’Église est tentée d’essayer de s’entendre avec

César. Et il est très vrai que l’Écriture nous dit de

respecter ceux qui nous gouvernent et de prier

pour eux. Nous devons avoir un grand amour

pour le pays que nous appelons notre patrie.

Mais nous ne pouvons jamais rendre à César ce

qui est à Dieu. En premier lieu, nous devons obéir

à Dieu; les obligations vis-à-vis du pouvoir politi-

que viennent toujours en deuxième position. [...]

Apôtres de Jésus-Christ

“Nous vivons à une époque où l’Église est

appelée à être une communauté croyante de

résistance. Nous devons appeler les choses

par leur nom. Nous devons combattre les maux

que nous voyons. Et, point très important, nous

ne devons pas nous bercer de l’illusion selon

laquelle, en nous associant aux voix du laïcisme

et de la déchristianisation, nous pourrions d’une

façon quelconque adoucir ou changer les choses.

Seule la vérité peut rendre les hommes libres.

Nous devons être des apôtres de Jésus-Christ et

de la Vérité qu’il incarne.”

Soyons donc des soldats du Christ sur la place

publique en proclamant la vérité. Seule une éducation

catholique par l’enseignement du catéchisme, seule

une évangélisation profonde, peut sortir les catholi-

ques de leur tiédeur et créer une meilleure société où

la loi de Dieu sera respectée dans la vie privée et sur

la place publique.

Yvette Poirier

(suite de la page 25)

Le christianisme a façonné l’Europe et l’Amérique

Dimanche le 21 novembre 2010, à la solen-

nité du Christ-Roi de l’Univers selon le calen-

drier liturgique, environ 15 000 pèlerins et tou-

ristes ont convergé vers la ville de Swiebodzin,

à l’ouest de la Pologne, pour l’inauguration

de la plus grande statue de Jésus au monde,

mesurant 36 mètres (118 pieds) de hauteur,

dépassant ainsi la célèbre statue du Christ Ré-

dempteur de Rio de Janeiro au Brésil. Le Père

Sylwester Zawadzki, curé de la paroisse locale

de la Miséricorde divine, eut l’idée de cette sta-

tue il y a cinq ans. La statue a en tout 58 mè-

tres (190 pieds) de haut à compter de la base, et

une envergure de 24 mètres au niveau des bras.

Comme le Christ de la Concordia en Bolivie et

le Christ de Rio de Janeiro, la statue du Christ

de Swiebodzin est toute blanche, avec la seule

différence que le Christ y porte une couronne

dorée.

La plus haute statue de Jésus au monde en Pologne

Le Père Zawadzki

devant la tête de la

statue du Christ Roi.

Chaque année, quelques jours avant Noël, le Pape

Benoît XVI rencontre les membres de la curie romaine

pour présenter ses vœux, ce qui lui donne l’occasion

de s’entretenir sur l’état actuel de l’Église et du monde.

L’année dernière, dans son discours du 20 décembre

2010, le Saint-Père a eu recours à des paroles très for-

tes pour décrire la gravité de la situation, et a comparé

les temps actuels avec le déclin de

l’Empire romain. Voici des extraits du

discours du Saint-Père :

«

Excita, Domine, potentiam tuam,

et veni !

» (Réveille ta puissance, ô

Seigneur, et viens nous sauver.).

Aujourd’hui aussi nous avons des

motifs multiples pour nous associer

à cette prière d’Avent de l’Église. Le

monde, avec toutes ses nouvelles es-

pérances et possibilités, est, en même

temps, tourmenté par l’impression que

le consensus moral est en train de se

dissoudre, un consensus sans lequel

les structures juridiques et politiques

ne fonctionnent pas; en conséquence,

les forces mobilisées pour la défense

de ces structures semblent être desti-

nées à l’échec.

Excita

– la prière rappelle le cri adressé au Seigneur,

qui dormait dans la barque des disciples battue par la

tempête et près de couler. Quand sa parole puissante

eut calmé la tempête, il réprimanda les disciples pour

leur peu de foi (cf. Mt 8, 26 et par.). Il voulait dire: en

vous-mêmes la foi a dormi. Il veut dire la même chose à

nous aussi. Si souvent en nous aussi la foi dort. Prions-

le donc de nous réveiller du sommeil d’une foi devenue

fatiguée et de redonner à la foi le pouvoir de déplacer

les montagnes – c’est-à-dire de donner l’ordre juste aux

choses du monde. (…)

L’Apocalypse de saint Jean énumère parmi les

grands péchés de Babylone – symbole des grandes

villes irréligieuses du monde – le fait d’exercer le

commerce des corps et des âmes et d’en faire une

marchandise (cf. Ap 18, 13). Dans ce contexte, se

pose aussi le problème de la drogue, qui avec une

force croissante étend ses tentacules autour de tout

le globe terrestre – expression éloquente de la dic-

tature de Mammon qui pervertit l’homme. Tout plai-

sir devient insuffisant et l’excès dans la tromperie

de l’ivresse devient une violence qui déchire des ré-

gions entières, et cela au nom d’un malentendu fatal

de la liberté, où justement la liberté de l’homme est

minée et à la fin complètement anéantie.

Pour nous opposer à ces forces nous devons jeter

un regard sur leurs fondements idéologiques. Dans les

années soixante-dix … on affirmait… que n’existerait ni

le mal en soi, ni le bien en soi… Rien

ne serait en soi-même bien ou mal. Tout

dépendrait des circonstances et de la

fin entendue. Selon les buts et les cir-

constances, tout pourrait être bien ou

aussi mal. La morale est substituée par

un calcul des conséquences et avec

cela cesse d’exister.

Les effets de ces théories sont

aujourd’hui évidentes. Contre elles le

Pape Jean-Paul II, dans son Encycli-

que

Veritatis splendor

de 1993, a indi-

qué avec une force prophétique, dans

la grande tradition rationnelle de l’ethos

chrétien, les bases essentielles et per-

manentes de l’agir moral. Ce texte doit

aujourd’hui être mis de nouveau au

centre comme parcours dans la for-

mation de la conscience. C’est notre responsabilité de

rendre de nouveau audibles et compréhensibles parmi

les hommes ces critères comme chemins de la vérita-

ble humanité, dans le contexte de la préoccupation pour

l’homme, où nous sommes plongés. (…)

Alexis de Tocqueville, en son temps, avait observé

qu’en Amérique, la démocratie était devenue possible et

avait fonctionné, parce qu’il existait un consensus moral

de base qui, allant au-delà des dénominations particu-

lières, les unissait toutes.

C’est seulement s’il existe

un tel consensus sur l’essentiel, que les constitu-

tions et le droit peuvent fonctionner. Ce consensus

de fond provenant du patrimoine chrétien est en pé-

ril là où, à sa place, à la place de la raison morale

succède la simple rationalité finaliste dont j’ai parlé

il y a peu. En réalité, c’est un aveuglement de la rai-

son pour ce qui est essentiel. Combattre cet aveu-

glement de la raison et lui conserver la capacité de

voir l’essentiel, de voir Dieu et l’homme, ce qui est

bon, et ce qui est vrai, est l’intérêt commun qui doit

unir tous les hommes de bonne volonté. L’avenir du

monde est en jeu.

Benoît XVI

«L ’avenir du monde est en jeu»

Benoît XVI compare les temps actuels au déclin de l’Empire romain

26

VERS DEMAIN mars-avril 2011

VERS DEMAIN mars-avril 2011

www.versdemain.org www.versdemain.org

27