Table of Contents Table of Contents
Previous Page  34-35 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 34-35 / 48 Next Page
Page Background

veut le Père, nous lui rendons gloire et nous construi-

sons son Royaume. Lorsque nous vivons notre sexua-

lité correctement, selon notre état de vie, d’autres

pourront trouver Dieu grâce à nous.

Vivre la chasteté aujourd’hui

La personne chaste est en mesure d’entrer en re-

lation avec les autres d’une façon vraiment humaine,

qui reflète son état de vie: le célibat, le mariage ou la

virginité consacrée.

Vivre la vertu de chasteté consiste à placer notre

désir pour le plaisir sexuel sous la direction de la rai-

son et de la foi. Pilier indispensable à une vie droite,

elle est l’une des pierres angulaires du temple de no-

tre corps. Elle conduit à l’intégration et à l’unité des

personnes, des couples et de la société.

La vertu de chasteté suppose l’intégration des for-

ces d’amour et de vie déposées en nous. Cette inté-

gration assure l’unité de la personne et s’oppose à

tout comportement qui viendrait l’altérer. Les person-

nes chastes ne tolèrent ni la double vie ni la duplicité

dans le «langage» du corps. Ne pas vivre chastement,

c’est vivre centré sur soi-même, aveugle aux besoins,

aux joies et aux beautés du monde qui nous entoure.

Vivre la chasteté n’est pas facile dans la culture

hypersexualisée du monde occidental contemporain.

Impossible de circuler dans un centre commercial,

d’allumer son ordinateur ou sa télé, de jeter un oeil

sur la publicité ou simplement de bouquiner dans une

librairie sans être bombardé par une imagerie sexuelle

de tout acabit. La pornographie, répandue comme

jamais, atteint des proportions presque endémiques...

C’est un défi pour tout le monde de mener une

vie chaste dans un tel contexte, que l’on soit céliba-

taire, marié ou consacré. La société qui nous entoure

promeut des idées biaisées au sujet du corps et des

relations entre les personnes. Si nous perdons notre

équilibre, ces conceptions destructrices de la sexualité

peuvent facilement s’imposer à nous. Pour demeurer

fidèles à nos promesses baptismales et résister aux

tentations, il nous faut des stratégies qui nous aident à

vivre dans la sainteté et la liberté.

La chasteté pour les célibataires

Pour les personnes qui ne sont pas mariées, la

chasteté suppose l’abstinence, car selon le plan

de Dieu, le sexe n’a sa place que dans le mariage.

Quand deux personnes se fréquentent, la chasteté

leur permet de se concentrer sur ce qui est vraiment

important au lieu de «s’utiliser» l’une l’autre. Ensem-

ble, elles peuvent découvrir ce que signifie l’amour

authentique et apprendre à exprimer leurs senti-

ments avec maturité. La chasteté met en évidence

l’amour mutuel des deux partenaires; elle leur fait

dire: «Je veux être patient et pur, je veux te respec-

ter»...

Quand un couple n’est pas chaste, le sens qu’il

donne à l’amour peut se réduire à la dimension phy-

sique de la relation, ce qui diminue l’aptitude des

partenaires à évoluer vers le mariage et peut com-

promettre leur relation.

Les personnes qui éprouvent de l’attraction pour

d’autres du même sexe sont également appelées à la

chasteté. Elles aussi peuvent grandir en sainteté chré-

tienne par la maîtrise de soi, la prière et la réception

des sacrements.

La chasteté pour les gens mariés

«Seuls l’homme et la femme chastes sont capa-

bles d’un véritable amour», écrivait le pape Jean-

Paul II. Cela signifie que les personnes mariées sont

aussi appelées à être chastes dans leur amour l’une

pour l’autre...

La chasteté aide l’homme et la femme à s’aimer

l’un l’autre comme personnes au lieu de se traiter en

objets de plaisir.

La chasteté consacrée et le célibat

Dieu appelle dans l’Église des femmes et des

hommes à une vie de chasteté consacrée en vue du

Royaume de Dieu. Ce charisme suppose qu’on renon-

ce au mariage et il vise à unir la personne plus direc-

tement à Dieu. Comme pour le Christ et sa Mère, la

virginité consacrée est un don de Dieu «pour ceux à

qui il a été donné» (Mt 19,11). De même, les prêtres

de l’Église latine font une promesse de célibat avant

d’être ordonnés diacres.

Même les personnes appelées à une vie de vir-

En janvier 2011, la Commission épiscopale pour la

doctrine de la Conférence des évêques catholiques du

Canada a produit une brochure de huit pages intitulée

Lettre pastorale aux jeunes sur la chasteté. Tout y est

très bien dit, en voici de larges extraits:

Vivre dans la chasteté est un cheminement qui exi-

ge à la fois conseils et encouragements. Afin d’aider

les jeunes catholiques sur ce chemin ambitieux, la

Commission épiscopale pour la doctrine de la Confé-

rence des évêques catholiques du Canada voudrait

leur témoigner sa solidarité par ces quelques mots

d’orientation et de soutien.

Introduction

La fascination pour le sexe est aussi ancienne que

l’humanité; … La sagesse et la parole de Dieu éclai-

rent notre route. L’enseignement de l’Écriture sainte

et celui de l’Église sont pour nous des guides sûrs qui

nous disent comment vivre notre sexualité dans la joie

et le respect du dessein d’amour de Dieu.

Notre foi prend joyeusement au sérieux le mys-

tère de l’Incarnation: le Fils de Dieu s’est fait chair pour

notre salut. Le corps de Jésus flagellé, crucifié et res-

suscité pour nous, nous dit que Dieu se sert du corps

humain pour rendre son amour présent dans notre

monde.

Le corps est notre voie d’accès au salut; notre

façon de nous en servir n’est donc pas sans consé-

quences. À la base, la Bible elle-même nous enseigne

comment vivre notre sexualité à la lumière de notre

dignité humaine, dignité qui nous vient de ce que

Dieu nous a créés à son image et à sa ressemblance

(voir Gn 1,27). Dès l’aube de la création, Dieu nous a

dotés de plus d’un langage. Outre la parole, il nous a

donné notre corps. Le corps s’exprime à travers des

gestes qui sont eux-mêmes un langage. Tout comme

les mots, notre langage corporel révèle ce que nous

sommes.

…Vivre authentiquement le langage sexuel de

nos corps est ce que l’Église appelle la «chasteté».

Aujourd’hui la chasteté est souvent confondue avec

le fait d’être vieux jeu, avec une peur de la passion ou

avec une inhibition sexuelle. Mais en réalité elle est

bien plus que la simple absence de rapports sexuels.

La chasteté est affaire de pureté du corps, oui, mais

tout autant de l’esprit.

Si nous ne travaillons pas à développer un coeur

ou un esprit pur, nos gestes le feront voir. Si nous

ne contrôlons pas nos désirs et nos passions, on ne

pourra nous faire confiance ni dans les petites choses

ni dans les grandes. Nous resterons esclaves de nos

passions et faibles de caractère. Si nous ne savons

pas dire « non », notre « oui » ne voudra rien dire. Mais

plus nous acceptons la chasteté, plus nous en faisons

notre style de vie, plus les gens autour de nous senti-

ront que l’Esprit Saint habite en nous.

Nos corps, temples de l’Esprit Saint

Saint Paul a écrit aux chrétiens de Corinthe: «Ne

le savez-vous pas? Votre corps est le temple de l’Es-

prit Saint, qui est en vous et que vous avez reçu de

Dieu; vous ne vous appartenez plus à vous-mêmes

car le Seigneur a payé le prix de votre rachat. Rendez

donc gloire à Dieu dans votre corps.» (1 Co 6,19-20)

Quand nous sommes devenus chrétiens, le jour

de notre baptême, le Saint-Esprit est effectivement

venu vivre dans notre corps. Voilà une vérité stupé-

fiante ! Notre corps est le temple du Saint-Esprit: quel-

le dignité que la nôtre ! Les gens devraient pouvoir

trouver Dieu par notre entremise ! Cette perspective

nous inspire-t-elle du respect pour notre corps?

La sexualité est un don de Dieu et un élément fon-

damental qui fait de nous des êtres humains. Chacune,

chacun de nous est appelé à reconnaître ce cadeau et

Celui qui nous l’a fait. En utilisant ce cadeau comme le

Le véritable chemin du bonheur proposé aux jeunes

par les évêques du Canada: la chasteté

u

34

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2011

www.versdemain.org