Table of Contents Table of Contents
Previous Page  32-33 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 32-33 / 48 Next Page
Page Background

ROME, Mardi 16 septembre 2008

(ZENIT.org)

— Dans son discours aux évêques de France réu-

nis à Lourdes, le pape a rappelé l’importance de

défendre «même à contre-courant» le principe de

l’indissolubilité du mariage, qui fait la force et la

grandeur du sacrement.

«L’Église ne s’est pas

donné cette mission: elle

l’a reçue» de son Fonda-

teur, Jésus Christ», a-t-il

affirmé.

«Vraies bourrasques»

Dans son discours

aux évêques, le pape a

accordé une attention

particulière aux «vraies

bourrasques» auxquel-

les la famille, cellule fon-

damentale de la société,

doit faire face.

«Nous savons que le

couple et la famille af-

frontent aujourd’hui de

vraies bourrasques», a-

t-il dit.

«Les

paroles

de

l’évangéliste à propos

de la barque dans la

tempête au milieu du

lac peuvent s’appliquer à la famille: «Les vagues

se jetaient sur la barque, si bien que déjà elle se

remplissait» (Mc 4, 37), a-t-il déclaré.

«Depuis plusieurs décennies, des lois ont rela-

tivisé en différents pays sa nature de cellule pri-

mordiale de la société. Souvent, elles cherchent

plus à s’adapter aux mœurs et aux revendica-

tions de personnes ou de groupes particuliers...»,

a expliqué le pape.

Enfants donnés par Dieu

«L’union stable d’un homme et d’une femme,

ordonnée à la construction d’un bonheur terres-

tre grâce à la naissance d’enfants donnés par

Dieu, n’est plus, dans l’esprit de certains, le mo-

dèle auquel l’engagement conjugal se réfère»,

a-t-il ajouté.

L’indissolubilité du mariage

proclamée par S.S. Benoît XVI

«Cependant l’expérience enseigne que la fa-

mille est le socle sur lequel repose toute la socié-

té. De plus, le chrétien sait que la famille est aussi

la cellule vivante de l’Église. Plus la famille sera

imprégnée de l’esprit et des valeurs de l’Évangile,

plus l’Église elle-même

en sera enrichie et répon-

dra mieux à sa vocation»,

a-t-il poursuivi.

Puis le pape a expliqué

pourquoi l’Eglise défend

aussi fermement le prin-

cipe de l’indissolubilité du

mariage.

«Vous avez raison

de maintenir, même à

contre-courant, les prin-

cipes qui font la force

et la grandeur du Sacre-

ment de Mariage, a-t-il

dit aux évêques. L’Église

veut rester indéfectible-

ment fidèle au mandat

que lui a confié son Fon-

dateur, notre Maître et

Seigneur Jésus-Christ.

Elle ne cesse de répéter

avec Lui: ‘Ce que Dieu a

uni, que l’homme ne le

sépare pas !’ (Mt 19, 6)».

«L’Église ne s’est pas donné cette mission: elle

l’a reçue», a expliqué Benoît XVI.

Puis, c’est avec une compassion particulière

dans la voix que le pape a souligné la complexité

et la délicatesse de tant de situations familiales.

«Certes, personne ne peut nier l’existence

d’épreuves, parfois très douloureuses, que tra-

versent certains foyers. Il faudra accompagner

ces foyers en difficulté, les aider à comprendre la

grandeur du mariage, et les encourager à ne pas

relativiser la volonté de Dieu et les lois de vie qu’Il

nous a données», a-t-il dit.

«On ne peut donc admettre les initiatives qui

visent à bénir des unions illégitimes. L’Exhorta-

tion apostolique Familiaris consortio a indiqué le

chemin ouvert par une pensée respectueuse de la

vérité et de la charité», a conclu Benoît XVI.

Les catholiques doivent se distinguer par la

pureté des moeurs et la modestie chrétienne.

Saint Dominique Savio, élève du grand éduca-

teur saint Jean Bosco, est fêté dans l’Église, le 9

mars, mois du chaste époux de la Vierge Marie.

Mort à l’âge de 15 ans, Domi-

nique Savio est un modèle de

pureté. Sa devise était: «La

mort plutôt que le péché».

Le 9 décembre qui suivit son

décès, Dominique apparut à

Don Bosco. En voici une des-

cription tirée de la traduction

française du livre «Saint Do-

minique Savio», écrit en ita-

lien par le Père Paul Aronica

et traduit en français par H.

Bouquier. S.D.B.:

«Vêtu d’une longue robe

blanche étincelante de bi-

joux et serrée à la taille par

une ceinture écarlate, Domi-

nique avançait, entouré de

splendeur. Le prêtre (deman-

da) à Dominique: “Pourquoi

portes-tu cette robe blanche,

et que veut dire cette ceinture rouge?” Domi-

nique ne répondit pas. Les nombreuses âmes

bienheureuses qui l’accompagnaient entonnè-

rent de magnifiques chants: «Ils ont lavé leurs

robes dans le sang de l’Agneau. Ce sont des

vierges !» Don Bosco comprit aussitôt. La robe

blanche symbolisait la pureté de Dominique, et

la ceinture écarlate, le combat si dur qu’il avait

soutenu pour la conserver.

»

Saint Jean Bosco

Saint Jean Bosco inculquait à ses élèves l’hor-

reur du péché et l’amour de la pureté. Dominique

Savio a été une de ses nombreuses conquêtes.

Prêtre selon le cœur Dieu et éducateur par excel-

lence, Don Bosco disait à ses religieux de la Com-

pagnie des Salésiens: «Tolérez tout de la part de

l’enfant et du jeune homme, pour rien au monde

ne tolérez l’impureté». Par son système d’éduca-

tion, dit préventif, Don Bosco mettait les enfants

et les adolescents dans l’impossibilité de com-

mettre le mal. Il barrait la route aux influences

perverses afin de permettre aux enfants de vivre

«purs et saints sous le regard de Dieu». “Pour être

des saints, vous les jeunes, soyez purs !”, disait-il

aux enfants. Voici l’essentiel des procédés péda-

gogiques de Don Bosco en matière de pureté,

lesquels se ramènent aux quatre propositions

suivantes, citées dans le livre mentionné précé-

demment:

«1° Mettre les jeunes gens, par une assistan-

ce active et intelligente, dans

l’impossibilité matérielle de

commettre l’impureté;

2° Emousser le plus pos-

sible en eux la curiosité sur

les sujets scabreux et dans

ce dessein les laisser dans

l’ignorance aussi longtemps

que possible. Ignoti nulla

cupido;

3° Leur faire prendre

longtemps à l’avance des ha-

bitudes de discipline person-

nelle: contrôle des sens, des

yeux particulièrement; esprit

de renoncement et de morti-

fication; discipline de la vo-

lonté; maîtrise des réflexes

du corps; toutes choses en

un mot en quoi consiste la

vertu de pureté;

4° Les amener à s’appuyer à plein sur le di-

vin, par le moyen de la prière et les sacrements

de Pénitence et de l’Eucharistie.»

Les éducateurs modernes devraient utiliser

cette méthode préventive de Don Bosco auprès

des jeunes, au lieu d’éveiller la curiosité des jeu-

nes par des descriptions sur la pratique du vice.

Le système préventif de Don Bosco reposait sur

cette consigne: Voulez-vous garder la pureté?

Fuyez, fuyez, fuyez, fuyez ! Il faut donc prêcher

aux jeunes la fuite des occasions de péché: les

mauvaises modes, la télévision, les expertises

sur l’internet, les mauvais livres, les compagnons

dangereux, etc.

Ces bonnes vieilles méthodes dont avaient re-

cours nos grands-parents, nos ancêtres et même

nos parents, sont encore d’actualité et le seront

toujours. Les enfants et les adolescents du XXI°

siècle portent en eux les traces du péché originel

comme les générations précédentes.

Remercions le bon Dieu d’avoir mis sur notre

chemin l’Oeuvre de Vers Demain qui nous a in-

culqué la foi catholique, la grandeur de la pureté

et de la modestie chrétienne.

Yvette Poirier

Saint Dominique Savio, modèle de pureté

32

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2011

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2011

www.versdemain.org www.versdemain.org

33