Table of Contents Table of Contents
Previous Page  10-11 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 10-11 / 48 Next Page
Page Background

u

trois congrégations vaticanes, ce qui l’appelle à de-

voir se rendre souvent à Rome.

Le Pape Paul VI et le cardinal Wojtyla

En 1976, le Cardinal Wojtyla fut nommé par Paul

VI pour diriger les exercices spirituels du Carême

pour les membres de la curie et de la maison du

Pape. Ce qui fit connaître aux Cardinaux de Rome, la

profondeur de sa spiritualité et la largeur de ses vues.

Le Cardinal Wyszynski avait l’assurance qu’avec

cet homme, sa succession serait entre bonne main.

Le cardinal Wojtyla deviendrait primat de Pologne.

Lorsque le Pape Paul VI est mort, le 26 août 1978,

le Collège des Cardinaux, dont le Cardinal Wojtyla

faisait bien entendu partie, se réunit en conclave au

Vatican pour élire le nouveau Pape. Le choix se porta

sur Mgr Albino Lucciani, patriarche de Venise. Il prit

le nom de Jean-Paul Ier.

Le 29 septembre 1978, consternation générale au

Vatican, le nouveau Pape venait de mourir subitement.

Le 1er octobre le Cardinal Wojtyla a célébré, en

l’église Sainte-Marie de Cracovie, une messe pour

le défunt. Le lendemain, il partit pour Rome. Tout le

monde avait la profonde impression qu’il ne revien-

drait pas en Pologne.

Les deux Cardinaux polonais, Stefan

Wyszynski et Karol Wojtyla, en 1974

Karol Wojtyla devient Pape

Le 16 octobre 1978, le conclave, au septième

tour du scrutin, élisait, comme successeur au trône

de Pierre, le Cardinal polonais, Karol Wojtyla. Sur les

cent huit Cardinaux-électeurs, quatre-vingt-dix-neuf

lui avaient accordé leurs voix. C’était le premier Pape

non italien depuis quatre cent cinquante ans. Un jeu-

ne Pape de cinquante-huit ans. Il devenait le berger

d’un troupeau de neuf cents millions de catholiques.

Le Cardinal, président du scrutin, lui posa la ques-

tion:

«Acceptez-vous, quel nom prenez-vous ?»

Il répondit: «

Oui, fidèle à ma foi en Notre-Sei-

Premières paroles de Jean-Paul II à la foule, le 16 octobre 1978:

«Loué soit Jésus-Christ. Très chers frères et sœurs,

nous sommes encore tout attristés par la mort de notre

très aimé Pape Jean-Paul 1er. Et voilà que les éminents

cardinaux ont appelé un nouvel évêque de Rome. Ils l’ont

appelé d’un pays lointain, lointain, mais toujours si pro-

che par la communion dans la foi et la Tradition chrétien-

ne. J’ai eu peur en recevant cette nomination, mais je l’ai

fait en esprit d’obéissance à Notre-Seigneur Jésus-Christ

et de confiance totale à sa Mère, la Très Sainte Vierge.

«Je ne sais si je peux bien m’expliquer dans votre...

dans notre langue italienne. Si je me trompe, vous me

corrigerez. Et voilà, je me présente à vous tous, pour

confesser notre foi commune, notre espérance, notre

confiance en la Mère du Christ et de l’Église, et aussi

pour recommencer de nouveau sur cette route de l’his-

toire et de l’Église, avec l’aide de Dieu, et avec l’aide des

hommes.

gneur Jésus-Christ, en me confiant à Marie, Mère du

Christ, et à l’Eglise, j’accepte, en dépit des grandes

difficultés que je rencontrerai.»

Il prit le nom de Jean-Paul II.

Tandis qu’il parlait, un tres-

saillement de joie parcourait le

conclave. L’un après l’autre, les

Cardinaux allèrent rendre hom-

mage au nouveau Pape en s’age-

nouillant devant lui.

Lorsque vint le tour du véné-

ré Cardinal Wyszynski, Jean-Paul

II se leva de son siège, il empê-

cha le Cardinal de s’agenouiller

et le prit par les épaules et le

releva. Le solide Cardinal, lutteur

contre le communisme, se tenait

dans les bras du Pape comme un

enfant. Jamais, dans l’histoire, la

Pologne avait été ainsi honorée.

Puis, Jean-Paul II revêtit la

soutane de Pape et se dirigea

vers le grand balcon de la basilique pour donner sa

bénédiction urbi et orbi — pour saluer le peuple de

Rome et le monde entier.

Lorsque la foule entendit le Pape polonais s’expri-

mer avec aisance en italien, il fut acclamé avec un

enthousiasme sans bornes.

En Pologne, la nation entière était au comble

de l’exaltation. Aux yeux des fervents catholiques,

c’était un don de Dieu et de la Vierge Marie, pour la

Pologne. Mais les membres du gouvernement com-

muniste étaient dans la consternation. «Wojtyla va

nous tirer les oreilles», dit l’un d’eux.

Le 22 octobre, lorsque le «choisi de Dieu» arriva

Place Saint-Pierre pour célébrer la messe de l’inau-

guration de son pontificat, il semblait pleinement

investi de la mission que Dieu lui

avait confiée. 200,000 personnes

se pressaient sur l’immense place.

Lorsque le cardinal Wyszynski

s’agenouilla pour lui rendre hom-

mage, le pape serra le vieux primat

dans ses bras. Le cardinal incar-

nait l’histoire héroïque de l’Eglise

polonaise, sa résistance contre les

envahisseurs, son farouche combat

contre l’athéisme.

Le thème principal du premier

sermon de S.S. le Pape Jean-Paul

II fut: «Le Christ». (Voir encadré en

haut de la page 4.) La voix forte et

profonde du Saint-Père frappait

comme le tonnerre dans les oreilles

de la foule. Le nouveau Pape était

déterminé à reconquérir le monde

au Christ !

Dès les cent premiers jours de son pontificat,

Jean-Paul II a indiqué clairement la voie dans laquelle

il comptait s’engager. Lors de ses audiences et réu-

nions, il présentait son programme concernant l’Egli-

se. Il se fit le champion du célibat des prêtres. Aux re-

ligieuses, il insista sur la nécessité de porter le voile,

un important signe qui rappelle la vocation. Aux Ca-

nadiens, il parla de la nécessité de la confession indi-

viduelle. Il rappela aux membres du secrétariat pour

l’union des chrétiens que le mouvement oecuméni-

que ne progresserait pas en faisant des compromis

avec la vérité. Il réaffirma le caractère indissoluble

Voici la liste des 14 encycliques écrites par Jean-Paul II:

1.

Redemptor Hominis

(Le Rédempteur de l’homme) 4 mars 1979

2.

Dives in Misericordia

(Riche en miséricorde) 30 novembre 1980

3.

Laborem Exercens

(sur le travail humain) 14 septembre 1981

4.

Slavorum Apostoli

(Les Apôtres des Slaves) 2 juin 1985

5.

Dominum et Vivificantem

(sur le Saint-Esprit) 18 mai 1986

6.

Redemptoris Mater

(La Mère du Rédempteur) 25 mars 1987

7.

Sollicitudo Rei Socialis

(L’intérêt de l’Église pour la

question sociale) 30 décembre 1987

8.

Redemptoris Missio

(La mission du Christ Rédempteur) 7 déc. 1990

9.

Centesimus Annus

(100e anniversaire de

Rerum Novarum

) 1 mai 1991

10.

Veritatis Splendor

(La splendeur de la vérité) 6 août 1993

11.

Evangelium Vitae

(L’Évangile de la vie) 25 mars 1995

12.

Ut Unum Sint

(sur l’engagement oecuménique) 25 mai 1995

13.

Fides et Ratio

(La foi et la raison) 14 septembre 1998

14.

Ecclesia De Eucharistia

(sur l’Eucharistie) 17 avril 2003

10

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2011

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2011

www.versdemain.org www.versdemain.org

11