Table of Contents Table of Contents
Previous Page  18-19 / 33 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 18-19 / 33 Next Page
Page Background

Benoît XVI et Mater et Magistra

(Vatican Information

Service) — Benoît XVI a

reçu le 16 mai 2011 les

participants au Congrès

mondial organisé par le

Conseil pontifical Jus-

tice et Paix à l'occasion

du cinquantième anni-

versaire de l'encyclique

Mater et Magistra

de

Jean XXIII. Dans son dis-

cours, il a souligné que

«la vérité, l'amour, la jus-

tice, indiqués par l'ency-

clique

Mater et Magis­

tra

, avec le principe de

la destination universelle des biens, comme critères

fondamentaux pour dépasser les équilibres sociaux et

culturels, restent des piliers pour interpréter et trou-

ver aussi des solutions aux déséquilibres internes de

la mondialisation actuelle. Face à ces déséquilibres, il

faut récupérer une raison intégrale qui fasse renaître la

pensée et l'éthique... Il faut développer des synthèses

culturelles humanistes ouvertes à la transcendance à

travers une nouvelle évangélisation... Parmi les divers

déséquilibres globaux qui caractérisent notre époque,

la disparité, les différences de richesse, l'inégalité s'ac-

croissent créant des problèmes de justice et de distri-

bution équitable des ressources et des opportunités,

spécialement à l'égard des plus pauvres».

Le Saint-Père a ensuite rappelé que «les phé-

nomènes liés à la finance qui, après la phase la plus

aiguë de la crise, est revenue à une pratique frénéti-

que des contrats de crédit qui souvent consentent

une spéculation illimitée, n'en sont pas moins pré-

occupants... De la même façon, l'augmentation des

prix des ressources énergétiques de base...finissent

par avoir des conséquences négatives sur l'environ-

nement et sur l'homme lui-même.

«La question sociale actuelle est sans doute une

question de justice sociale mondiale... de distribution

équitable des ressources matérielles et immatériel-

les, de mondialisation de la démocratie substantielle,

sociale et participative». Quant à la justice, a-t-il pour-

suivi, «il n'est pas possible de la réaliser en s'appuyant

sur le seul consensus social, sans reconnaître que,

pour être durable, elle doit être enracinée dans le bien

humain universel».

Puis Benoît XVI a évoqué les moyens de diffusion

de la Doctrine sociale de l’Église et a conclu en rappe-

lant qu'il existe «d'importantes institutions au service

de la nouvelle évangélisation de la société, en plus des

associations de volontariat et des organisations non

gouvernementales chrétiennes ou d'inspiration chré-

tienne, les commissions Justice et Paix, les Bureaux

pour les problèmes sociaux et le travail, les centres et

les instituts de doctrine sociale».

pelle «la société». La vie en société permet certaine-

ment une production totale de biens et de services

beaucoup plus considérable qu’il ne serait possible,

même avec de plus grands efforts, sans la vie en

société.

C’est sur ce fait que la doctrine créditiste base

le titre de chaque citoyen à un dividende social, à

une part de l’enrichissement dû à la vie en société.

Le groupe et la personne

Dans

Mater et Magistra

, le Pape souligne suc-

cessivement les avantages de la «socialisation»

et ses dangers. La «socialisation» cesse d’être un

bienfait lorsque les sacrifices que lui consent la per-

sonne ne sont plus compensés par les avantages

qu’elle pouvait attendre de l’association.

Il y a alors frustration au lieu d’enrichissement.

C’est ce qu’on déplore aujourd’hui, lorsqu’on voit

l’économie nationale enrichir de plus en plus un pe-

tit nombre, aux dépens d’un grand nombre d’insa-

tisfaits.

Ce danger guette tout groupe organisé. Le grou-

pe ne doit pas dominer la personne. C’est le groupe

qui existe pour la personne, et non pas la personne

pour le groupe.

Dans leur Message de la Fête du Travail de 1962,

sur la «socialisation», les Évêques du Canada écri-

vaient:

«L’organisation est faite pour servir l’hom-

me, et non l’homme pour servir l’organisation.»

Douglas a exprimé la même chose maintes fois.

Dès le premier chapitre de son premier ouvrage,

Economic Democracy

, il écrivait:

«Les systèmes

sont faits pour les hommes, et non pas les hom-

mes pour les systèmes; et le bien de l’homme, qui

est son épanouissement personnel, est au-dessus

de tous les systèmes.»

Comme

Mater et Magistra

C’est 44 années avant

Mater et Magistra

de Jean

XXIII que Douglas concevait et présentait, en 1917,

des propositions concrètes pour que, à l’échelle de

la nation, la personne soit enrichie par l’association

au lieu d’être étouffée par elle.

Mater et Magistra

souhaite que le développe-

ment rapide des structures économiques contribue,

non pas à concentrer la richesse et la propriété en-

tre quelques mains, encore moins entre celles d’un

État totalitaire, mais à diffuser le plus largement pos-

sible la propriété privée.

«Propriété privée de biens

durables, écrit le Pape: une maison, une terre, un

outillage artisanal, l’équipement d’une ferme fami-

liale, quelques actions d’entreprises moyennes ou

grandes.»

Dès 1917, Douglas offrait une formule géniale,

par la reconnaissance à chaque personne d’une

part à l’exploitation du crédit réel national. Chaque

citoyen recevrait à sa naissance une action sociale,

inaliénable, non transférable, capable de lui procu-

rer de quoi subvenir au moins à ses besoins vitaux

essentiels. Et à mesure que le flot de production ré-

sulterait davantage du progrès et moins de l’effort

du producteur, la distribution de pouvoir d’achat se

ferait davantage par les dividendes et moins par les

salaires.

Un capitalisme ainsi corrigé, avec une part

grandissante de revenu lié à la personne elle-mê-

me, non pas à son emploi, ne laisserait personne

dans l’indigence, ni dans l’humiliation d’être assisté

par l’État après enquête et aux dépens des autres.

La production serait motivée par la demande effi-

cace de consommateurs munis de pouvoir d’achat.

Avec la disparition graduelle et sans doute rapide

du gaspillage effroyable de richesses naturelles,

de temps et d’activités humaines, gaspillage dû

au règlement fou qui exige l’emploi dans une pro-

duction quelconque, même inutile, même nuisible,

pour avoir droit à un revenu.

Il faut avoir fort mal lu l’encyclique

Mater et

Magistra

de Jean XXIII pour y voir la moindre ap-

probation du socialisme. C’est bien plutôt l’école

créditiste qui peut se trouver à l’aise, et très à

l’aise, en lisant ce que Jean XXIII dit de la «socia-

lisation», de la propriété privée, de la fonction de

l’Etat, des droits de la personne et des conditions

à établir pour sauvegarder la liberté et la dignité

de l’homme.

Louis Even

Abonnons à Vers Demain

“L’abonnement à Vers Demain, disait Gérard

Mercier d’heureuse mémoire, est la base de toutes

nos activités. Nos journaux sont nos véhicules

pour répandre la vérité en tout. Mettons le respect

humain de côté. Et n’ayons pas peur de solliciter les

gens par amour pour le bon Dieu. Ils dépensent tel-

lement pour les oeuvres du démon.

“Nous avons une oeuvre identique à celle de

saint Maximilien Kolbe. Le Père Kolbe savait péné-

trer ses collaborateurs de la mystique de l’abon-

nement, c’est-à-dire de les faire brûler du désir

continuel d’abonner des gens à son journal marial,

d’avoir l’abonnement toujours en tête. Ils montèrent

ainsi leur journal de combat pour Marie à un million.

“Pourquoi n’aurions nous pas ce même zèle dans

ces moments aussi importants, où le démon a mis

tout en oeuvre pour détruire nos richesses les plus

sacrées ?” —

Gérard Mercier

Invitation spéciale

Gens de Montréal et de Laval

Vous êtes invités à la réunion

Du 2e dimanche de chaque mois

11 septembre. 9 octobre. 13 novembre

1.30 hre p.m.: heure d’adoration

2.30 heures p.m.: Réunion

Église St-Bernardin

7979 8e Avenue, Ville Saint-Michel

Pour informations:

tél. 514-856-

5714

Abonnez-vous à Vers Demain

www.versdemain.org info@versdemain.org

Canada:

Prix 5.00$, 1 an — 20.00 $, 4 ans

1101 Principale, Rougemont, QC,

Canada J0L 1M0

Tél.: 450 469-2209 - Fax 450 469-2601

Tél.: Montréal 514 856-5714

Europe prix: Surface, 1 an 9 euros

2 ans 18 euros — 4 ans 36 euros

Avion, 1 an 12 euros - 4 ans 48 euros

France

:

Libellez vos chèques à l’ordre de:

Pèlerins de saint Michel

5 de la Forêt, 67160 Salmbach, France

C.C.P. Nantes 4 848 09 A

Tél/Fax 03.88.94.32.34

christianburgaud@orange,fr

Tél.: fixe 09 63 64 25 20

Portable: 06 81 74 36 49

Belgique

:

Libellez et adressez

vos chèques à: Joséphine Kleynen

C.C.P. 000-1495593-47

215 Chaussée de Mons, 1er étage

1070 Bruxelles, Belgique. Tél.02/522 29 84

IBAN : BE22000149559347 — BIG: BPOTBEB1

Suisse

:

Libellez et adressez vos chèques à:

Thérèse Tardif C.C.P. 17-7243-7

Centre de traitement, 1631-Bulle, Suisse

Adressez vos lettres par courriel

info@versdemain.org

ou Fax 1-450 469 2601

ou faites votre paiement en ligne

www.versdemain.org

18

VERS DEMAIN août-septembre 2011

VERS DEMAIN août-septembre 2011

www.versdemain.org www.versdemain.org

19