Table of Contents Table of Contents
Previous Page  10 / 22 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 10 / 22 Next Page
Page Background

Page 12

Oct.-Nov.-Déc. 2010

Journal Vers Demain, 1101 rue Principale, Rougemont, QC, Canada — J0L 1M0

Tél.: Montréal (514) 856-5714; Rougemont: (450) 469-2209; Fax (450) 469-2601;

www.versdemain.org

Une bonne partie de l’homélie de Mgr Ba-

sile Tapsoba, de Burkina Faso, à Saint-Césaire,

pendant la Messe:

... Grâce à la maîtrise consommée des pro-

fesseurs, des conférenciers et des animateurs,

le voile s’est levé et la lumière a laissé découvrir

chaque jour avec de plus en plus de netteté le

Crédit Social, pour le faire briller dans toute sa

splendeur, nous remplissant ainsi d’émerveille-

ment, de joie et de satisfaction.

Dans un même élan, levons tous très haut

nos esprits et nos cœurs en guise d’action de

grâce envers le Dieu tout-puissant, Maître de

l’histoire. Il a su conduire sains et saufs nos

pas jusqu’à l’Institut Louis Even, à Rougemont,

et ce matin à la paroisse Saint-Césaire. Que le

nom du Seigneur soit béni à jamais !

Initiateurs fidèles à l’Esprit-Saint

Devant le Seigneur nous voulons manifes-

ter notre piété filiale et notre reconnaissance

envers M. Clifford H. Douglas et M. Louis Even,

ces hommes de génie, ces bienfaiteurs de l’hu-

manité auxquels nous resterons redevables,

ces initiateurs fidèles et dociles à l’Esprit-Saint

et promoteurs entiers dans leur engagement

pour le Crédit Social. Qu’ils reposent en paix et

que leurs bonnes œuvres les accompagnent !

Puisse le Maître de la vigne et de la moisson les

accueillir au Ciel et leur accorder la récompen-

se promise au serviteur bon et fidèle. Et que

le Seigneur nous aide à promouvoir l’héritage

qu’ils nous ont légué.

Nous exprimons nos sentiments de pro-

fonde gratitude aux responsables, hommes et

femmes, et à tous les membres de la commu-

nauté des Pèlerins de saint Michel et du journal

Vers Demain. Mlle Thérèse Tardif, M. Marcel

Lefebvre, vous avez eu l’amabilité et la géné-

rosité de nous inviter à cette semaine d’étude,

suivie du congrès.

Quant au trésor que nous avons découvert

auprès de vous, il ne nous quittera plus jamais.

Il sera en chacun de nous comme une flamme

qui va nous guider. Nous communiquerons

cette flamme au plus grand nombre possible.

Si bien que par la grâce de Dieu, d’ici quelques

années, cette flamme fera des merveilles.

Nous qui avons été invités à cette semai-

ne d’étude et au congrès, que nous soyons

des familiers ou que nous découvrions pour

la première fois l’Institut Louis Even, nous ne

nierons pas l’importance de la responsabilité

et de l’engagement

que constitue notre pré-

sence ici en ce moment. Sans vouloir aller vite

en besogne parce que nous avons été dyna-

misés et dire: ‘vous allez voir ce que vous al-

lez voir’, pour après baisser les bras, devant

l’immensité de la tâche, nous nous retournons

résolument vers le Seigneur.

Nous nous tournons vers Lui en toute

confiance et nous comptons fermement sur

Lui. C’est Lui, en fait, qui agira en nous, à

travers nous et tout autour de nous. Le récit

de la pêche miraculeuse (Luke 5:1-11) vient

à point nommé pour nous redonner courage

et nous disposer à accepter le temps de Dieu.

Oui, Pierre avait passé toute la nuit à jeter le fi-

let sans prendre le moindre poisson. Et le Sei-

gneur arrive, il dispose, j’allais dire il monopo-

lise la barque de Pierre, s’y s’installe, et prend

son temps pour donner la bonne nouvelle. Ce

n’est qu’après qu’il a dit à Simon-Pierre: «Va au

large et jette le filet.» Et Pierre de dire: «Mais,

Seigneur, toute la nuit nous n’avons pas pris

le moindre poisson, mais à ta parole, j’y vais».

Et en jetant le filet, merveille! Miracle! Il est

obligé de faire appel à d’autres barques pour

qu’ils viennent, à cause de la quantité inesti-

mable de poissons qu’il venait de prendre.

L’aurore d’une ère nouvelle

Puisse l’Eucharistie de ce jour refaire nos

forces pour la journée qui commence et

resserrer les liens de fraternité, de solida-

rité et d’affection entre nous et envers tout

homme. Nous formons des vœux très ar-

dents pour la prospérité de l’Institut Louis

Even et pour que le Crédit Social continue

à faire son chemin, malgré les épreuves

auxquels il est confronté. Que le Crédit So-

cial soit compris, favorablement accueilli et

profondément enraciné dans les esprits et

dans les cœurs des générations présentes

et à venir dans tous les pays du monde,

afin que par l’intercession de la Vierge Ma-

rie et le secours de l’Archange saint Michel,

afin que se lève l’aurore d’une ère nouvelle

sur l’humanité, à la gloire de Dieu qui vit et

règne pour les siècles des siècles. Amen.”

Mgr Basile Tapsoba

Magnifique congrès avec nos distingués visiteurs

(

suite en page 13)

Reconnaissance à Clifford H. Douglas et à Louis Even

Mgr Basile Tapsoba

Un combat contre le monstre

Mgr Marcel Madila, Archevêque de Ka-

nanga, un philosophe:

“Tout ce qui s’est dit ici nous a profondé-

ment interpellés, ouvert les yeux sur un cer-

tain nombre de réalités. Moi, j’ai des ques-

tions à me poser. Je dois approfondir les le-

çons de M. Pilote. Les leçons ont été très bien

dispensées, mais comme étudiant c’est mieux

de continuer à se former par soi-même, à dé-

couvrir, à lire. … C’est un grand combat face

à ce monstre, ce système qu’on a décrit plu-

sieurs fois.”

Prière, action et jeûne

par

Mgr Anatole Milandou

Bref résumé du brillant discours de l’Archevê-

que du Congo-Brazzaville:

“Je recevais le journal et le lisais de temps

en temps mais sans l’approfondir. Je situais ces

gens de la droite. Je me disais: ‘Ce sont mes

amis’. En me retrouvant ici, cela a été une espè-

ce de formation permanente et de manière plus

approfondie, surtout sur la question de la Doc-

trine Sociale de l’Église. Nous avons vraiment

découvert beaucoup d’aspects auxquels nous ne

faisions pas attention. Je pense que ça nous in-

vite à approfondir cette Doctrine Sociale qui est

quand même la Doctrine du Magistère.

Quand on voit que ces systèmes de banques

envoient une multitude à la mort, il y a vraiment

de quoi nous saisir nous, l’épiscopat de l’Afri-

que, et à réfléchir sur cette question de manière

sérieuse. Non, nous ne connaissons pas très bien

la Doctrine Sociale de l’Église et nous devons la

connaître. Ils nous ont souvent répété ici: le peu-

ple meurt faute de science.

Je comprends qu’ici on lie l’action à la priè-

re, parce que Jésus a dit que ces sortes d’es-

prit ne se chassent que par la prière et le jeû-

ne. Donc vraiment j’ai compris cette liaison:

prière, action parce que le renard change de

poils, mais ne change pas de mœurs. Donc,

nous devons vraiment faire attention, c’est

un système de monstres que nous avons en

face de nous. Nous devons le combattre avec

les forces spirituelles.

Je remercie vraiment tous les membres de

cette œuvre: femmes et hommes. Je vous en-

courage à continuer. En Afrique, on dit: ‘Ce n’est

que sur l’arbre qui porte des fruits qu’on lance

des pierres’. Si un arbre n’a pas de fruits, on n’a

pas intérêt à cet arbre, mais si un arbre produit

des fruits, on lui lance des pierres. Si aujourd’hui

vous rencontrez des difficultés, ce n’est pas une

occasion de vous décourager, au contraire, il

faut toujours partir de l’avant. Il faut continuer

à prier et à former nos chrétiens. Nous ouvrirons

nos portes pour vous accueillir.

Ce que nous venons d’apprendre du Crédit

Social est une flèche de plus à notre arc...

Donc tous nos hommages aux Pèlerins

de saint Michel pour ce qu’ils font ici et dé-

Mgr l’Archevêque Anatole Milandou

“Il n’est pas un commandement de Dieu

que la danse ne fasse transgresser.”

— Saint

Jean Marie Vianney, le curé D’Ars