Table of Contents Table of Contents
Previous Page  17 / 24 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 17 / 24 Next Page
Page Background

Page 17

Mars-Avril 2010

Journal Vers Demain, 1101 rue Principale, Rougemont, QC, Canada — J0L 1M0

Tél.: Montréal (514) 856-5714; Rougemont: (450) 469-2209; Fax (450) 469-2601;

www.versdemain.org

En Côte d’Ivoire

En arrivant en Côte d’Ivoire, M. Marcel Lefe-

bvre a eu des rencontres organisées par Mgr Da-

diet, à Abidjan. Et Son Excellence l’a amené dans

son diocèse Korhogo où il lui a organisé des ren-

contres fructueuses. De retour à Abidjan, M. Lefe-

bvre a été reçu par le Père Georges Marie Ango-

ran, curé de St-Joseph de Yopougon, une grosse

paroisse avec 4 vicaires. Ce Père est venu à no-

tre congrès, l’an dernier. M. Lefebvre et le Père

Georges Marie ont eu plusieurs assemblées et

des bonnes rencontres. Entre autres, ils ont ren-

contré l’évêque du Père Georges-Marie, qui a été

très enthousiasmé du Crédit Social. Cet évêque

encourage son bon curé, le Père Georges-Marie,

à faire le combat. Ce dernier a nommé un de ses

vicaires, responsable des jeunes, qui organisera

des cours réguliers de Crédit Social.

Jean-Louis Fahé Mazeleaux est un des res-

ponsables de la coordination nationale pour les

Pèlerins de saint Michel, en Côte d’Ivoire. Il nous

a envoyé un résumé du séjour de M. Marcel Lefe-

bvre, en Côte d’Ivoire. Le 17 décembre 2009, M.

Marcel Lefebvre a été accueilli «à l’aéroport inter-

national d’Abidjan par Mgr Marie Daniel Dadiet

en personne, preuve de l’importance que toute

la Côte D’Ivoire créditiste accorde à ce séjour.

Le même jour, dans l’après-midi, une importante

rencontre a eu lieu avec la Commission Nationale

Justice et Paix», nous a écrit M. Fahé.

L’Abbé Patrice, curé de la paroisse Saint-Fran-

çois d’Abobo, a accueilli M. Marcel Lefebvre. “De

là, écrit M. Fahé, M. Marcel Lefebvre a mené une

grande croisade qui l’a conduit dans le diocèse de

Yopougon où il a pu rencontrer Mgr Laurent Man-

djo et son Co-Adjuteur, Mgr Salomon Lezoutier.

Après cette rencontre très intéressante, le Pèlerin

a tenu plusieurs conférences dans les paroisses

de St-Sauveur Miséricordieux, de St-Marc et de

St-Joseph de Yopougon, siège de la Radio natio-

nale catholique. (À la suite de ces rencontres), il a

été décidé de mettre sur pied des groupes d’étu-

de qui seront suivis par la Coordination nationale

des Pèlerins de saint Michel.”

M. Marcel Lefebvre a rencontré un groupe

spécialisé dans le domaine économique. Ce grou-

pe a décidé d’approfondir le Crédit Social. Notre

missionnaire canadien a eu des rencontres fruc-

tueuses avec plusieurs petits groupes. Deux gran-

des réunions de tous ces petits groupes ont eu

lieu avec Justice et Paix de la paroisse de Saint-

François Xavier d’Abobo. Quatre grands groupes

d’étude sont organisés par la Coordination natio-

nale. Les responsables de la Coordination vont

dans différentes paroisses pour y former d’autres

cercles d’étude…

“Mais la cerise sur le gâteau, écrit M. Fahé,

est l’offre d’un de ses jeunes vicaires que l’Abbé

Patrice nous fait, en la personne du Rév. Père De-

nis Stéphane, dont la mission est spécifiquement

d’impliquer toute la jeunesse paroissiale dont il

est l’aumônier. Vous l’avez donc bien compris,

Louis FAHE et ses collaborateurs Aimée-Pascale

et Fabrice, de St François Xavier, ont décidé avec

l’appui et les bénédictions de leur Curé, de pren-

dre leur bâton de Pèlerins de SAINT MICHEL. —

Louis Fahé”.

Activités au Togo

Puis M. Marcel Lefebvre se rendait au Togo.

Il a eu une intéressante réunion de 125 person-

nes à l’Université catholique de Lomé où donne

des cours de morale, le Père Joseph qui est venu

à notre congrès l’an dernier. M. Lefebvre a tenu

aussi une excellente réunion au grand séminaire

de Lomé en présence de 300 personnes: les sémi-

naristes, des enseignants et différents employés

du séminaire. Les séminaristes ont une émission

de 1 heure 30, dans l’après midi, chaque semaine,

au poste de Radio-Maria. Ils ont invité M. Marcel

Lefebvre à une émission, il a parlé une heure.

Le dévoué Canadien a eu une réunion avec

un groupe de prière dans un foyer familial. Il ren-

contre des évêques et d’autres personnages im-

portants. Les évêques sont très enthousiastes. Le

13 janvier, M. Lefebvre a eu une grosse réunion

avec la paroisse de Saint-Kisito, organisée par

Réflexions de M. l’Abbé Patrice Savadogo

Le Père Patrice Savadogo est le curé de la pa-

roisse Saint-François Xavier d’Abobo. Voici ses pro-

pos qui nous remplissent d’espoir :

“L’implantation du Cré-

dit Social en Côte d’Ivoire

et le chemin que le Crédit

Social est en train de faire

en Côte d’Ivoire, a connu

deux étapes: la première a

été (survoltée) par le voya-

ge de M. Marcel Lefebvre et

la seconde étape a été as-

surée par le brève séjour de M. Renaud Laillier, en

Côte d’Ivoire.

“Je veux faire quelques mises en place, quelques

rappels qui nous permettraient de mieux compren-

dre le chemin du Crédit Social en Côte d’Ivoire.

Comme l’a dit le Père Georges, la première référen-

ce pour nous est une référence à une personne de

grâce, et cette personne de grâce n’est personne

d’autre que le Cardinal Bernard Agré. Un homme

de grâce qui fait une intervention à Rome. Son in-

tervention fait des vagues et atteint la berge du

Canada. Le Canada lui adresse une invitation et

on répond spontanément à l’invitation. Il se rend

à Rougemont, il découvre le Crédit Social et il in-

vite le Crédit Social à faire un voyage pour la Côte

d’Ivoire. Et aujourd’hui la Côte d’Ivoire est au ren-

dez-vous du Crédit Social à Rougemont.

Si nous disons merci à Son Éminence le Cardinal

Agré, nous devons dire aussi merci à ce valeureux

Pèlerin, le combattant infatigable qu’est Marcel Le-

febvre, un homme robuste, solide, convaincu qui,

non seulement dans le don de sa vie et dans la pas-

sion qui anime sa vie, nous a fait voir qu’on peut,

pour un idéal, engager une vie. Et lors de son pas-

sage en Côte d’Ivoire, au bout d’un trimestre, il a

fini par convaincre tous ceux qu’il a pu rencontrer.

La structure du Crédit Social

... Le deuxième petit pôle de communication du

Crédit Social, c’est le noyau d’Abobo. Abobo est

une commune de la banlieue d’Abidjan. La carac-

téristique de cette cité, Abobo, c’est la densité de

sa population. Je suis curé de la paroisse de Saint-

François Xavier d’Abobo. À partir de Saint-François

Xavier d’Abobo, Marcel Lefebvre a réussi à étendre

son message du Crédit Social dans toute la Com-

mune d’Abobo,

Mais, en son absence, M. Fahé qui est vraiment

un des plus conquis, des plus mordus dans le Cré-

dit Social, et Mlle Dou Aimée Pascale ont contri-

bué à une présentation du Crédit Social. Si vous

entendez M. Fayé parler du Crédit Social, vous allez

vous demander s’il a déjà été un élève de M. Pilote,

parce qu’il a étudié la brochure des «Dix leçons sur

le Crédit Social», il l’a mémorisée. Il vous en parle

sans un seul papier et d’une façon extraordinaire. Il

a eu l’occasion de présenter le Crédit Social à tous

les secteurs de la Pastorale d’Abobo. Et sur sa pré-

sentation du Crédit Social, tous les véhicules ont

fait un chargement de journaux, parce que nous

avons reçu un conteneur de circulaires et journaux

Vers Demain qui nous ont été acheminés par des

amis du Ghana.”

... Dans la même Parole de Dieu, je peux

vous apprendre que mon peuple périt faute de

connaissances. Et je crois que si vous vous lais-

sez suffisamment éclairés par la lumière de cette

connaissance qui, dans le fond n’est pas nouvel-

le, mais qui est une connaissance qui nous arrive

maintenant, cette lumière ouvrira de nouvelles

pistes et de nouveaux horizons.

...

«Soyez le sel de la terre et la lumière du

monde.» Au fond de la marmite c’est une pin-

cée de sel qui fait la saveur, on n’y met pas une

grosse poignée de sel. Nous n’avons donc pas

besoin d’attendre d’être les plus nombreux

pour que le Crédit Social atteigne ses objectifs.

Mais pour nous, ce qui compte, c’est cette réfé-

rence à cette invitation de Mme Gilberte Côté-

Mercier: «Ne changeons pas de vocation!». De-

meurons dans cette vocation, mais soyons le sel

et la lumière qui propagent le Crédit Social.”

M. l’Abbé Patrice Savadogo, curé

Nouvelle tournée en Afrique de Marcel Lefebvre

Côte d’Ivoire, Togo, Angola, R.D. Congo

l’Abbé Marie-François, le curé. Il est venu à notre

congrès de l’an dernier.

Le 14 janvier, notre ardent propagandiste a

rencontré l’Archevêque de Lomé, qu’il a rencon-

tré l’an passé, et qui avait reçu avec enthousiasme

le message sur le Crédit Social. Il a demandé à

M. Marcel Lefebvre et aux trois prêtres qui sont

venus à notre congrès, l’an dernier, d’assister à la

conférence des évêques du Togo, qui s’est tenue

le 20 janvier. M. Lefebvre a expliqué le Crédit So-

cial. L’Archevêque a demandé aux trois prêtres de

donner un compte-rendu de leur semaine d’étude

à Rougemont. Le 14 janvier, le conteneur de Vers

Demain, dans lequel il y avait 650,000 copies de

nos circulaires et 2,000 livres sur le Crédit Social,

arrivait à la paroisse du Curé Marie-François. M.

Lefebvre est au comble du bonheur, il a de pré-

cieuses munitions à distribuer. Lors de la réunion,

ils en ont remis aux évêques pour leur propre dio-

cèse. C’est le Père Éloi Yog Lambon, secrétaite gé-

néral de la Commission Justice et Paix, du Togo,

qui s’est occupé de faire les démarches pour re-

cevoir le conteneur avec la collaboration du Père

Joseph.

Après le Togo, l’Angola,

notre confrère cana-

dien s’est rendu à Luanda, où il était invité par Mgr

Damiao Franklin, Archevêque de la capitale qui

est venu à notre congrès l’an dernier. M. Lefebvre

a été dans ce pays du 21 au 28 janvier. Monsei-

gneur Franklin avait bien organisé les choses, des

assemblées dans les milieux très importants de la

société. M. Lefebvre était accompagné dans ses

allées et venues, tous les jours, d’un bon prêtre

qui parlait parfaitement le français, puis, il avait un

excellent traducteur pour toutes ses conférences.

Ce fut un très grand succès. Monseigneur Franklin

était très content et satisfait de la visite du Pèlerin

de saint Michel. La bonne semence germera.

Puis ce fut le Congo (RDC).

M. Marcel Lefeb-

vre est allé à Kinshasa, la capitale. Le Père Albert

KAUMBA, du diocèse d’Ottawa, lui-même Congo-

lais, accompagnait M. Marcel Lefebvre. Le Père

Albert connaît beaucoup de gens, il a organisé

beaucoup de réunions et des rencontres fructueu-

ses. Ils étaient reçus au presbytère de l’abbé Djim,

curé de la paroisse St-Michel. Ils ont rencontré le

groupe Saint-Michel, tous sont gagnés au Crédit

Social. Ils disent que les Pèlerins de saint Michel

et le groupe de saint Michel ne font qu’un. Le Père

Djim, est venu au congrès 2009, il a organisé d’ex-

cellentes assemblées avec ses paroissiens.

M. Lefebvre et le Père Albert ont eu une réu-

nion de 150 personnes, professeurs et élèves,

dans l’Institut secondaire Bx Isidore Bakanja,

Kinshasa. La directrice s’appelle Micheline et elle

a une grande dévotion à saint Michel Archange.

Elle était heureuse d’accueillir un Pèlerin de saint

Michel dans son école et elle a été ravie par le

Crédit Social. Toute l’assistance a été enthousias-

mée par le message du conférencier canadien et

par les explications du Père Albert.

Ils ont eu une réunion fructueuse avec tous

les professeurs de la paroisse Saint-Michel. Nos

zélés propagandistes ont eu une réunion le 6 fé-

vrier avec un groupe d’intellectuels. M. Lefebvre

nous dit: «Le feu se répand».

De Marcel Lefebvre de retour au Canada

Chers amis africains, bonjour. Je viens de

rentrer d’Afrique, d’une magnifique tournée de

deux mois et demi. J’ai oeuvré en Côte d’Ivoire,

au Togo, en Angola et en R.D.Congo. Je tiens à

remercier chaleureusement tous ceux qui ont

contribué à faire un grand succès de cette mission.

J’ai été très bien reçu dans plusieurs paroisses,

universités, séminaires, Conférences épiscopales,

parlementaires, Instituts d’Enseignement Supé-

rieur, groupe d’hommes d’affaires, etc. Tous ont

très bien accueilli notre message concernant les

pays africains très riches, mais scandaleusement

dépossédés par un système financier barbare, et

ils ont été intéressés surtour par la mise en appli-

cation de la Doctrine Sociale de l’Eglise.

De petits groupes se forment pour poursuivre

l’étude de ce sujet si important et urgent.

Encore une fois, merci, merci à tous et à tou-

tes. En grande union de prière et d’action pour le

règne du Christ et le salut des âmes.

Marcel Lefebvre