Table of Contents Table of Contents
Previous Page  13 / 24 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 13 / 24 Next Page
Page Background

Page 13

Mars-Avril 2010

Journal Vers Demain, 1101 rue Principale, Rougemont, QC, Canada — J0L 1M0

Tél.: Montréal (514) 856-5714; Rougemont: (450) 469-2209; Fax (450) 469-2601;

www.versdemain.org

Ne prenons pas la place de Dieu pour décider

de l’heure

finale de nos mourants et handicapés

Voici des extraits de l’homélie du Cardinal

Marc Ouellet, donnée le 8 décembre 2009 à la ca-

thédrale Notre-Dame de Québec, à l’occasion de

la solennité de l’Immaculée Conception, Patronne

de l’archidiocèse:

À Bernadette qui lui demandait son identité

depuis le début des apparitions en 1857, la belle

Dame répondit en levant les yeux au ciel et en

croisant humblement les bras sur sa poitrine: «Je

suis l’Immaculée Conception». Trois ans plus tôt,

le dogme de l’Immaculée Conception de Marie

avait été solennellement proclamé à la basilique

Saint-Pierre de Rome.

Je rappelle cet événement providentiel au mo-

ment où notre société québécoise s’interroge sur

son identité culturelle et ses valeurs fondamenta-

les. Qui sommes-nous, Québécois et Québécoi-

ses, de souche ou d’immigration plus ou moins

récente? Nous répondons pour une part à cette

question en fêtant la Solennité de l’Immaculée

Conception, patronne principale de l’Archidiocè-

se de Québec.

Notre identité québécoise histori-

que et culturelle est profondément religieuse et

même catholique. Et nous devons en être fiers !

«Qui sommes-nous?», sinon des fils et des

Le Cardinal Marc Ouellet

L’Immaculée Conception, Patronne

de l’Archidiocèse de Québec

filles de cette Vierge immaculée, notre Mère qui

veille sur notre baptême depuis les origines de

Québec. Qui sommes-nous, sinon ces hommes et

ces femmes qui sont bénis par Dieu depuis la fon-

dation du monde pour être saints en sa présence

dans l’amour.

Qui sommes-nous, sinon des pécheurs, des

enfants d’Adam et Ève, les auteurs du premier

péché dont les conséquences affectent le genre

humain jusqu’à nous. Nous ne sommes pas très

fiers d’être pécheurs, mais c’est un avantage de le

savoir, et surtout de le reconnaître car la confes-

sion des fautes libère la conscience et laisse libre

cours au pardon et à la miséricorde.

La société québécoise ne reconnaît plus vo-

lontiers les valeurs de son identité religieuse. Elle

en garde une certaine conscience malheureuse

et confuse qui handicape son espérance et son

élan vers l’avenir. Parallèlement, le droit de vie et

de mort sur autrui étend son empire par delà les

enfants à naître et menace désormais par l’eutha-

nasie imminente la sécurité et la dignité de nos

malades les plus vulnérables.

Nous avons de la chance, frères et soeurs,

de savoir qui nous sommes : les créatures d’un

Dieu d’Amour, seul maître de la vie et de la mort,

et dont nous ne voulons à aucun prix prendre la

place pour décider de l’heure finale de nos mou-

rants et de nos frères et soeurs handicapés.

Remercions Dieu d’illuminer notre conscien-

ce par la lumière de sa Parole et de fortifier de

sa grâce notre volonté, afin que nous ayons le

courage d’aider notre société à redécouvrir son

identité la plus profonde qui est son alliance avec

Dieu. Plus notre identité baptismale se perd dans

la conscience populaire, plus nous devons la

cultiver et nous offrir comme missionnaires de

l’Amour divin qui donne la joie et la paix.

En levant les yeux vers Marie qui est toute

consacrée au Christ, en contemplant sa plénitude

de grâce qu’elle déverse sur l’Église et le monde,

n’avons-nous pas le sentiment d’être bénis et pri-

vilégiés? Ne sentons-nous pas en même temps

la responsabilité d’être davantage missionnaires

dans cette société? N’ayons pas peur, nous som-

mes pour cette société comme la boussole inté-

rieure qui garde le cap vers le nord magnétique

de la divine Eucharistie.

Que la Vierge Mère nous obtienne cette grâ-

ce, elle dont nous contemplons avec une foi vive

le Coeur Immaculé. Le saint curé d’Ars nourris-

sait à son égard une dévotion filiale, si bien qu’en

1836, en avance sur la proclamation du dogme de

l’Immaculée Conception, il avait déjà consacré sa

paroisse à Marie «conçue sans péché».

Chers frères et soeurs, que la Vierge Sainte,

notre Mère, nous accompagne en l’Année sacer-

dotale que nous célébrons, afin que nous puis-

sions être des guides solides et éclairés pour les

fidèles que le Seigneur confie à nos soins pasto-

raux. Qu’elle soutienne nos pas dans cette mis-

sion et nous obtienne d’être fidèle à ce que nous

sommes : des membres du Corps du Christ.

«Je suis l’Immaculée Conception». Que cet-

te révélation intime de Notre-Dame à l’Église et

à sainte Bernadette Soubirous nous soit faite

plus profondément et réjouisse notre coeur «à la

louange de sa gloire, de cette grâce dont il nous a

comblés en son Fils bien-aimé». Amen!

Cardinal Marc Ouellet

(photos:

www.ecdq.tv)

Pour l’occasion, tous les prêtres de l’archidiocèse étaient présents autour de leur archevêque, le cardinal Ouellet.