Table of Contents Table of Contents
Previous Page  12 / 24 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 12 / 24 Next Page
Page Background

Page 12

Mars-Avril 2010

Journal Vers Demain, 1101 rue Principale, Rougemont, QC, Canada — J0L 1M0

Tél.: Montréal (514) 856-5714; Rougemont: (450) 469-2209; Fax (450) 469-2601;

www.versdemain.org

boules. Ces marques semblent avoir été portées

horizontalement au niveau de la taille, en oblique

descendante sur les jambes et en oblique ascen-

dante sur le tronc; de plus, elles semblent bien se

répartir en deux séries: une portée par un fouet

manié depuis le côté droit du condamné, l’autre

depuis le côté gauche. ...

Les pectoraux sont en saillie, contractés, tirés

vers le haut, le thorax est distendu, le creux épi-

gastrique est creusé, le bas abdomen est bombé,

refoulé par le diaphragme contracturé: cet hom-

me est mort asphyxié, incapable de vider ses pou-

mons distendus. ...

Les plaies des poignets

... Il y a une plaie d’environ 8 mm de diamètre

au niveau du carpe (poignet) gauche.

Les avant-bras montrent un écoulement de

sang prenant naissance, à gauche, dans cette

plaie du carpe (le poignet droit est caché par la

main gauche); cet écoulement va en direction du

coude et du bord cubital de l’avant-bras, en sui-

vant, bien sûr, la ligne de plus grande pente. Les

mains étaient donc plus haut que les coudes, pou-

ce en haut. En regardant attentivement, on voit

que l’écoulement se fait selon 2 directions, faisant

entre elles un angle d’environ 20 à 25 degrés.

L’angle de ces directions avec la verticale indique

que les avant-bras étaient orientés vers le haut et

qu’ils oscillaient entre 2 positions, l’une avec une

pente de 55° environ, l’autre de 75° environ.

... La double orientation des coulées sangui-

nes à 55 et 70° associée à cette plaie perforante

du carpe indique que le corps a été pendu par les

poignets, au moyen d’un instrument les perforant,

et que le corps pouvait se relever de plusieurs

centimètres. Si on fait le rapprochement entre la

plaie du carpe gauche et l’adduction forcée du

pouce droit, on peut conclure à une perforation

des carpes au niveau de l’espace de Destot.

Les plaies des pieds

Les deux membres inférieurs sont serrés, les

genoux se chevauchent un peu, l’empreinte de

la partie inférieure des jambes et celle des pieds

sont peu visibles.

... Sur toute la face postérieure des cuisses

et des jambes on retrouve les traces rosées déjà

vues sur le reste du corps.

... une tache ronde un peu plus bas que le mi-

lieu du pied ... une traînée épaisse qui relie ces

deux taches, une coulée de sang sur le bord ex-

terne du pied ...

La tache ronde du talon: elle apparaît en creux,

correspondant probablement à une plaie produite

par la marche pieds nus sur un sol raboteux.

Parmi les objets envisageables, un genre de pou-

tre ferait parfaitement l’affaire.

Les coups de fouets

De très nombreu-

ses taches rosées

sont réparties sur tout

le dos ...; ces blessu-

res existent aussi en-

dessous des plaques

excoriées des épau-

les. Sur presque toute

la surface du reste du

corps, on trouve des

marques d’environ 3

cm de longueur, for-

més de deux petites

plaies de 10 à 12 mm de diamètre, séparées de

1,3 cm environ, en forme d’haltères, groupées par

2 ou plus; Barbet en a compté entre 100 et 120,

Ricci environ 180; elles semblent disposées en

éventail et seraient souvent groupées par paires.

Ces blessures évoquent des coups portés

avec un fouet dont la ou les lanières auraient

été munie(s) à leur extrémité d’une ou plusieurs

La tache

ronde du mi-

lieu du pied:

elle est en re-

lief et corres-

pondrait à une

plaie située

en plein dans

le tarse ... en

avant du sca-

phoïde ..., en-

tre les 2° ...et

3° ... cunéifor-

mes. Il existe

des prolon-

gements san-

guins nettement individualisés en direction des

5 orteils. Ces écoulements se sont produits alors

que le talon était situé plus haut que les orteils.

L’endroit où a pénétré le clou est un espace

virtuel et inaccessible sur un pied en position nor-

male - ... par contre, si on met le pied en hyperex-

tension, ce qui est sa position “naturelle” de cru-

cifixion, cet espace apparaît et se laisse pénétrer

très facilement, sans causer de fracture aux os

du tarse, ainsi que l’a démontré le Docteur Pierre

MERAT; depuis, cet espace anatomique porte son

nom.

Les jambes serrées, genoux en légère flexion,

le gauche un peu plus haut que le droit, les pieds

en hyperextension se chevauchant, le gauche en

avant et un peu plus haut que le droit, la plaie de la

plante du pied droit indiquent avec une quasi cer-

titude que la mort est survenue chez cet homme

alors qu’il était cloué verticalement par les pieds

sur un plan dur, un seul clou ayant immobilisé les

deux pieds. Ensuite, lors de sa mise en linceul,

alors qu’il était décloué, le sang s’est écoulé d’une

façon assez importante par la plaie béante du

clou. ...

Nous sommes donc obligés de conclure sans

hésiter que nous sommes devant le linceul de Jé-

sus de Nazareth crucifié sous Ponce Pilate après

avoir été couronné d’épines, flagellé et avoir por-

té sa croix, et que ce corps a mystérieusement

quitté son linceul sans laisser aucune trace de sa

sortie et sans avoir connu la corruption.

Nous avons commencé - fort logiquement

- notre travail en examinant avec soin le Suaire

de Turin et nous y avons trouvé les traces des

supplices (coups, couronnement d’épines, chu-

tes, portement de croix, crucifixion) et de la mort

d’un homme du 1° siècle de notre ère; nous avons

vu que cet homme ne pouvait être que Jésus de

Nazareth. ...

Statue grandeur naturelle du Christ flagellé

qui avait été donnée

aux Pèlerins de saint Michel

Le portement de croix, les coups de fouets, le crucifiement

Les quatorze stations du douloureux Chemin de Croix de Jésus

(suite de la page 11