Table of Contents Table of Contents
Previous Page  22 / 24 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 22 / 24 Next Page
Page Background

Page 22

Mai-Juin-Juillet 2010

Journal Vers Demain, 1101 rue Principale, Rougemont, QC, Canada — J0L 1M0

Tél.: Montréal (514) 856-5714; Rougemont: (450) 469-2209; Fax (450) 469-2601;

www.versdemain.org

Nous publions un article de Mme Gilberte

Côté-Mercier, de pieuse mémoire:

Changement de mœurs

Mes chères amies, mes sœurs les femmes et

jeunes filles de mon époque, je vous demande

de vous disposer à la charité avant de me lire,

de ne pas condamner mes paroles d’avance,

d’ouvrir généreusement votre cœur.

D’abord, regardons autour de nous en ce

jour d’été, regardons sur la rue et sur les pelou-

ses, sur les balcons, à la ville comme à la cam-

pagne, regardons les gens: Comment sont-ils

habillés ? C’est choquant pour le dictionnaire

de prononcer le mot «habillés», puisque ce

n’est plus de l’habillement, c’est du déshabille-

ment que pratiquent nos contemporains.

Quel changement avec les époques passées !

Mon père, qui est mort depuis longtemps,

n’avait jamais vu cela. S’il revenait aujourd’hui,

il ferait une grande colère, puis voyant son im-

puissance il pleurerait, j’en suis sûre, mon père

qui pourtant n’était pas un homme à pleurer

souvent. Il aurait peur de notre monde de dés-

habillés, il aurait honte aussi. Et votre père, vo-

tre grand-père qui sont morts, ne réagiraient-

ils pas comme mon père à moi ? Qu’est-ce que

vous en pensez, mon amie?

Aujourd’hui, on ne s’habille plus, on se

déshabille. Aujourd’hui, l’art de la mode ne

consiste plus à trouver la manière d’habiller les

femmes, la manière la plus élégante et la plus

convenable pour le temps; l’art de la mode est

devenu l’habileté à déshabiller complètement

et le plus vite possible les femmes et les hom-

mes sans trop heurter leur conception de la vie

sociale.

C’est un changement de but. La mode avait

pour but d’habiller. Elle a pour but maintenant

de déshabiller.

Et c’est un changement de mœurs, un

changement radical. Autrefois, les hommes et

les femmes se montraient en public le corps

couvert. Aujourd’hui, ils se montrent en public

le corps découvert. Cela fait toute la différen-

ce du monde dans les relations sociales, dans

les approches des individus et dans les consé-

quences morales de la vie tout entière.

Autrefois, on pouvait se regarder comme

des personnes raisonnables, où l’esprit domine

et où le corps présente une élégance discrète

soumise à la domination de l’esprit. Les ren-

contres d’affaires et d’amitié se faisaient sous

le signe de l’esprit. On se donnait la main, on

regardait un beau visage, des yeux intelligents,

un sourire chaste, parfois des larmes émouvan-

tes. Toute la tête était vraiment le chef du corps

et sujet d’intérêt et vous invitait à la considérer

comme le chef en voyant le corps comme le

serviteur docile.

Mais aujourd’hui, c’est changé. Quand on

rencontre une personne déshabillée, on ne

peut avoir qu’un regard fugitif pour son vi-

sage. C’est le reste qui nous fascine, nous ma-

gnétise. Et ceux qui disent le contraire sont des

menteurs. Pour vouloir faire les anges, ils font

les bêtes. On n’est pas à son aise pour regarder

une personne déshabillée, on est gêné quand

on est normal, ou bien on se laisse aller et on

se dégrade. L’esprit disparaît, submergé par la

chair. Les âmes droites sont souverainement

choquées de cette provocation effrontée que

sont les déshabillés. Elles sont choquées inté-

rieurement, même si elles n’osent pas le dire

tout haut.

Conséquences individuelles et sociales de

cela: les relations sociales sont devenues une

source de décadence au lieu d’être une source

de lumière. La pensée descend vers le bas. Le

sexe est devenu l’obsession de notre jeunesse

et des plus vieux. Ça sent la corruption. Et la

décomposition de la société en est le fruit. Tou-

te la vie individuelle et sociale est changée par-

ce que les femmes se déshabillent. Les mœurs

sont changées pour le pire.

Changement de mœurs, changement de

mode de vie, changement de conception de la

vie, changement de philosophie, changement

de morale, et comme conséquence, change-

ment même de nos relations avec Dieu.

Et ce changement radical s’est fait graduel-

lement, ou plutôt nous nous sommes laissés

faire en suivant le courant... de la mode. Nous

ne nous sommes pas arrêtés un instant à nous

demander pourquoi nos pères et nos mères

s’habillaient. Disons brièvement que nos an-

cêtres s’habillaient parce qu’ils savaient que,

depuis le péché d’Adam, le corps humain doit

être couvert afin de laisser à l’âme le loisir de

prendre toute la place qui lui revient dans

l’existence individuelle et sociale. C’est la mar-

que de l’homme civilisé que de s’habiller. Les

sauvages se présentent nus, mais les civilisés

s’habillent. Nous prétendons être des civilisés ?

Pourquoi alors nous déshabillons-nous en pu-

blic ?

Satan le veut

J’espère bien que le cynisme des créateurs

de modes et de leurs esclaves ne les conduira

pas jusqu’à leur faire dire que c’est Dieu qui le

veut. Non, ce n’est pas Dieu qui veut les modes

d’aujourd’hui, c’est le diable qui les veut. Les

francs-maçons ont dit: «Que ton règne arrive,

messire Satan !» Et le règne de Satan s’établit

en grande partie par les modes.

Lisez plutôt quelques documents, ma chère

amie. Au mois de mai 1928, la franc-maçon-

nerie a adressé aux loges du monde entier le

message suivant:

«La religion ne craint pas la pointe du

poignard; mais elle peut s’écrouler sous le

poids de la corruption. Ne nous lassons ja-

mais de corrompre, servons-nous, comme

prétexte, du sport, de l’hygiène, de la cure

climatique. Il faut, pour corrompre, que nos

garçons et nos filles pratiquent le nudisme

dans le vêtement. Pour éviter la réaction,

il faudra progresser méthodiquement. D’a-

bord jusqu’au milieu du bras. Ensuite jus-

qu’au genou. Puis bras et jambes complè-

tement découverts. Plus tard la partie su-

périeure de la poitrine, des épaules, etc.,

etc.»

Une revue américaine

«The French-woman»

publiait, il y a 50 ans:

«Nos enfants doivent réaliser l’idéal de

la nudité. De cette façon la mentalité de

l’enfant sera rapidement transformée. Afin

d’éviter l’opposition, le progrès doit être

méthodiquement gradué: premièrement, la

nudité des pieds et des jambes, ensuite la

manche retournée; plus tard, la partie supé-

rieure de la poitrine, puis le dos. En été, ils

se promèneront presque nus.»

Un manuel communiste, donnant les règles

de la révolution mondiale écrit:

«Corrompez la jeunesse, intéressez-la au

sexe.»

Les modes d’aujourd’hui ne réalisent-elles

pas merveilleusement ce programme de cor-

rompre la jeunesse?

C’est évident que les modes de demi-nu-

disme font partie d’une conspiration de Sa-

tan pour corrompre la terre. Les journaux, la

télévision rentrent dans la conspiration. Les

annonces sont une provocation incessante. Et

la propagande est sournoise, venimeuse. Le 3

août 1959, un journal de Québec publiait un

article, qui avait l’air d’une simple informa-

tion, mais qui était un subtil éloge du port des

shorts pour les hôtesses de l’air:

«Quand la ligne aérienne a annoncé le

On ne s’habille plus, on se déshabille

Pourquoi ? Parce que Satan le veut

Le vêtement n’est pas fait pour séduire mais pour ennoblir

par

Gilberte Côté-Mercier

(suite en page 23)

Abonnez-vous au Journal Vers Demain

www.versdemain.org info@versdemain.org

Journal Vers Demain

1101 Principale, Rougemont, QC,

Canada J0L 1M0

Tél.: 450 469-2209 - Fax 450 469-2601

Tél.: Montréal 514 856-5714

Canada:

Prix 5.00$, 1 an — 20.00 $,

4 ans. Pays étrangers: Prix $12, 1 an

Europe prix: Surface, 1 an 9 euros

2 ans 18 euros — 4 ans 36 euros

Avion, 1 an 12 euros - 4 ans 48 euros

France

:

Libellez vos chèques à l’ordre de:

Pèlerins de saint Michel

5 de la Forêt, 67160 Salmbach, France

C.C.P. Nantes 4 848 09 A

Tél/Fax 03.88.94.32.34

Belgique

:

Libellez et adressez

vos chèques à: Joséphine Kleynen

C.C.P. 000-1495593-47

215 rue de Mons, 1er étage

1070 Bruxelles, Belgique. Tél.02/522 29 84

Suisse

:

Libellez et adressez vos chèques

à: Thérèse Tardif C.C.P. 17-7243-7

Centre de traitement, 1631-Bulle, Suisse

Adressez vos lettres par courriel

info@versdemain.org

ou Fax 1-450 469 2601