Table of Contents Table of Contents
Previous Page  5 / 24 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 5 / 24 Next Page
Page Background

Page 5

Janvier-Février 2010

Journal Vers Demain, 1101 Principale St., Rougemont, QC, Canada — J0L 1M0

Tél.: Montréal (514) 856-5714; Rougemont: (450) 469-2209; Fax (450) 469-2601;

www.versdemain.org

Harper contre l’euthanasie

Mme Francine Lalonde, députée du Bloc

québécois, milite pour la «culture de la mort».

Pour la troisième fois, elle a présenté elle-même

au gouvernement fédéral d’Ottawa un projet

de loi pour l’euthanasie et l’aide au suicide. Le

Premier Ministre Harper s’y oppose. En février

2010, il y aura un vote au sujet de ce projet de

loi, à l’Assemblée nationale d’Ottawa.

Le Parti québécois et le Bloc québécois ne

font qu’un pour contribuer à la disparition de

la race canadienne, par leur zèle pour l’eutha-

nasie et l’aide au suicide. La mise au tombeau

des personnes âgées et des handicapés est

leur préoccupation. À la demande du Parti

québécois, le gouvernement libéral de Jean

Charest a accepté de lancer publiquement un

débat sur cette question, à travers la province

de Québec. Le Parti libéral s’est donc mis à la

remorque du Parti québécois pour préparer la

voie à ces lois d’extermination de vies humai-

nes.

Dans une conférence de Presse, Pauline

Marois, chef du Parti québécois, a exprimé

sa grande joie en annonçant cet évènement.

«Avant la consultation (devant le grand pu-

blic), a-t-elle dit, la commission de la santé et

des services sociaux de l’Assemblée nationale

écoutera l’opinion des experts en la matière,

afin de rédiger un document qui servira de

base à la consultation.» Nous savons que ces

consultations sont des séances de lavage de

cerveau pour orienter l’opinion publique et

faire accepter ce genre de criminalité.

Honte à Pauline Marois

Pauline Marois, traître à la nation catholique

canadienne-française, a contribué fortement

au laïcisme scolaire dans la province de Qué-

bec, en y organisant des séances de consulta-

tion du genre, contrôlées par des agnostiques.

Elle est allée elle-même demander un amen-

dement de la Charte canadienne des Droits et

Libertés qui respectait la liberté de conscience

des parents en matière de religion, en permet-

tant un système scolaire confessionnel dans

la province de Québec. L’amendement de la

Constitution a permis l’abolition définitive de

la religion dans les écoles publiques et privées

du Québec, devenues officiellement des écoles

athées.

Pauline Marois utilise les mêmes stratagè-

mes pour arriver à l’infâme loi sur l’euthanasie

et l’aide au suicide. Après avoir manipulé l’opi-

nion publique avec une soi-disant consulta-

tion sur ce projet de loi, Pauline Marois et ses

compères réclameront un amendement à la

Constitution canadienne pour décriminaliser

le suicide. «Après une consultation favorable,

Ottawa n’aura pas le choix de décriminaliser le

suicide», dit-elle, avec satisfaction.

Nous ne voulons pas de ces séances pu-

bliques de lavage de cerveaux, organisées

par les laïcistes qui ont la conscience dé-

formée et considèrent l’homicide comme

un bienfait pour la société. Nous voulons

des lois et des constitutions au fédéral et

au provincial conformes à la loi de Dieu qui

Le Bloc québécois et le Parti péquiste, ennemis de notre nation

Militent pour l’euthanasie et l’aide au suicide

————————

Honneur à la France qui a voté contre ces lois criminelles

dit: «Tu ne tueras point».

La lutte contre la vie est à l’échelle mon-

diale. En France, un projet de loi, semblable à

celui de Francine Lalonde, a été présenté par le

député socialiste Manuel Valls par des paroles

sournoises pour endormir les opposants.

Vote contre l’euthanasie, en France

L’Assemblée nationale de France a rejeté la

proposition de la loi sur l’euthanasie et l’aide

au suicide. 326 députés français ont voté

contre ce projet de loi.

Voici quelques informations tirées de jour-

naux de Paris:

“«Cette proposition de loi conduit à un

changement de repères dans notre société», a

pour sa part affirmé l’UMP Jean Leonetti qui a

mené la bataille contre ce texte.

“Plusieurs dizaines de militants de l’Alliance

pour les Droits de la Vie, étaient venus mani-

fester (le 3 décembre) aux abords de l’Assem-

blée nationale pour dénoncer cette proposi-

tion de loi qui, affirment-ils, «vise à ouvrir la

porte à l’euthanasie dans notre pays».”

“La loi du 22 avril 2005, dont l’initiateur fut

Jean Leonetti, prévoit notamment de rendre

possible l’arrêt d’un traitement «si ses résul-

tats escomptés sont inopportuns, c’est-à-dire

inutiles, disproportionnés ou se limitant à per-

mettre la survie artificielle du malade».

Ni acharnement thérapeutique

ni euthanasie

Voici ce qui est rapporté par Zénit:

“ROME, Mardi 24 novembre 2009 ZENIT.

org - L’Alliance pour les droits de la Vie salue le

rejet par l’Assemblée nationale de France de la

proposition de loi qui visait à légaliser l’eutha-

nasie sous certaines conditions.

“Pour Xavier Mirabel, président de l’Al-

liance pour les Droits de la Vie, «cette pro-

position, en jouant sur l’ambiguïté du mot

‘dignité’ contribuait à la confusion sur un

sujet difficile. Les Français ne veulent pas

d’acharnement thérapeutique. Quand ils

comprennent que refuser l’acharnement

thérapeutique n’implique pas d’accepter

l’euthanasie, la plupart de nos concitoyens

sont rassurés. C’est pourquoi nous deman-

dons que la loi Leonetti soit davantage

connue et complètement mise en œuvre,

ce qui passe par une promotion plus volon-

tariste des soins palliatifs».

“L’Alliance pour les Droits a développé de-

puis le 6 novembre une grande campagne

de mobilisation sur ce thème, sous titrée «Ni

acharnement thérapeutique, ni euthanasie».

500 000  dépliants ont été distribués dans la

rue, l’Appel lancé aux responsables de partis

politiques… a recueilli 43 000 signatures en

15 jours. 21 happenings en région et une ma-

nifestation scénographiée devant l’Assemblée

nationale le 19 novembre ont symbolisé ces

arguments. Le 19 novembre 2009, le délégué

général Tugdual Derville a débattu dans un

face à face avec Jean-Luc Roméro sur RFI.”

Cinquième commandement de Dieu

Nous citons ici des extraits du «Compendium

du Catéchisme de l’Église catholique»:

470. Qu’interdit le cinquième commande-

ment ?

Le cinquième commandement interdit

comme gravement contraire à la loi morale:

1. l’homicide direct et volontaire, ainsi que

la coopération à celui-ci;

2. l’avortement direct, recherché comme

fin et moyen, ainsi que la coopération à cet

acte, avec la peine d’excommunication, parce

que l’être humain, dès sa conception, doit

être défendu et protégé de manière absolue

dans son intégrité;

3. l’euthanasie directe, qui consiste à met-

tre fin, par un acte ou par l’omission d’une

action requise, à la vie de personnes handica-

pées, malades ou proches de la mort;

4. le suicide et la coopération volontaire

à celui-ci, parce qu’il est une offense grave

au juste amour de Dieu, de soi-même et du

prochain; quant à la responsabilité, elle peut

être aggravée en raison du scandale ou dimi-

nuée par des troubles psychiques particuliers

ou par de graves craintes.

471. Quelles procédures médicales sont auto-

risées quand la mort est considérée comme im-

minente ?

Les soins habituellement dus à une per-

sonne malade ne peuvent être légitimement

ininterrompus. Par contre, sont légitimes le

recours à des analgésiques n’ayant pas com-

me finalités la mort, ainsi que le renoncement

à «l’acharnement thérapeutique», c’est-à-

dire, à l’usage des procédés médicaux dispro-

portionnés et sans espoir raisonnable d’une

issue favorable.

“Tu ne tueras pas”

Les législateurs terrestres doivent établir

des lois selon les commandements établis par

le divin Législateur. Nous leur rappelons le

cinquième commandement de Dieu que nous

avons appris par cœur sur les bancs de l’éco-

le:

«Homicide point ne seras, de fait ni vo-

lontairement», exprimé dans le Deutéro-

nome par les paroles: «Tu ne commettras

pas de meurtre.»

Nous souhaitons qu’en février 2010,

l’Assemblée nationale d’Ottawa imitera

l’Assemblée nationale de France en votant

contre le projet de loi sur l’euthanasie et

l’aide au suicide. Toute la population doit

protester énergiquement contre ce massa-

cre des aînés et des handicapés, prôné par

le Bloc québécois et le Parti québécois. Des

législations légalisant l’euthanasie, le sui-

cide, en plus de l’avortement, conduiront

inévitablement le Canada vers un génoci-

de. Puisse, saint Joseph, patron du Canada,

nous délivrer de ces calamités !

Yvette Poirier