Table of Contents Table of Contents
Previous Page  14 / 24 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 14 / 24 Next Page
Page Background

Page 14

Janvier-Février 2010

Journal Vers Demain, 1101 Principale St., Rougemont, QC, Canada — J0L 1M0

Tél.: Montréal (514) 856-5714; Rougemont: (450) 469-2209; Fax (450) 469-2601;

www.versdemain.org

Le Cardinal Pompili

Règles de modestie données le 23 août 1928

par la Sacrée Congrégation du Concile et répé-

tées en 1938 par S.E. le Cardinal Pompili, Cardi-

nal Vicaire de Rome:

“On ne peut considérer comme étant dé-

cent un vêtement dont le décolletage dépasse

la largeur de deux doigts au-dessous de la

naissance du cou; un vêtement dont les man-

ches ne descendent pas au moins jusqu’aux

coudes, et qui descend à peine au-dessous

des genoux. Indécents sont également les

vêtements d’étoffes transparentes et les bas

de couleur chair qui donnent l’illusion que les

jambes ne sont pas couvertes.”

“Que si l’on demande en quoi consiste un

habit modeste et décent pour une chrétienne,

on comprendra que c’est celui qui couvre la

poitrine et les bras d’étoffes non transparen-

tes, qui descend au moins à mi-jambe et dont

la coupe d’une ampleur convenable protège la

pudeur en dissimulant les lignes du corps.

“Que sera-ce demain, si l’on songe à la vo-

gue croissante de ces vêtements si exigus ou

tels qu’ils semblent plutôt faits pour mettre en

relief ce qu’ils doivent voiler, comme l’observe

Pie XII ?

“Trop de jeunes filles acceptent facilement

les raccourcis indécents, parfois provocateurs,

les décolletés audacieux où elles ont l’impu-

dence de placer la croix de Notre-Seigneur,

maître de la pureté ! Trop d’entre elles s’ex-

hibent en shorts, encore timidement dans la

rue, mais avec un sans gêne au jeu ! Sou

vent

elles réduisent encore leur costume de plage.

Immodestes de leur nature même, ces vê-

tements doivent être bannis de nos mœurs,

même dans les sports.

“Notons de plus que le port du pantalon

sous le moindre prétexte, ou, ce qui est pire,

dans le but de s’exhiber en public, n’est pas

digne d’une vraie chrétienne.

“Ce qui nous paraît plus grave encore, non

certes comme provocatrices au mal, mais

plutôt comme habitude néfaste et pouvant

Jamais notre société n’a connu une si

grande décadence des mœurs et le taux

de criminalité augmente en proportion.

Ce grand malheur découle abondamment

des mauvaises modes. Les modes infer-

nales éveillent les instincts les plus bas et

contribuent à la destruction de la famille,

à l’avortement, à la criminalité… Tant

que ces modes vont persister, la société

ne s’améliorera pas. On s’achemine vers

une nudité complète. L’abrutissement n’a

plus de limites. Et nous voyons que ces

modes vont de pair avec les lois de nos

gouvernements approuvant le mariage

des gais. Les femmes prennent des allu-

res d’homme, et les hommes, des allures

de femme. Des garçons sont efféminés au

point qu’ils portent des boucles d’oreilles.

Ne voyons-nous pas que ces modes ont

été conçues pour jeter à terre notre civili-

sation chrétienne, et pour détruire la vraie

famille composée du père, de la mère et

des enfants?

Dans le Deutéronome, chapitre XXIII,

verset 5, nous lisons:

“Une femme ne portera pas un habit

d’homme et un homme ne mettra pas

un vêtement de femme; car quiconque

fait cela est en abomination à Yahvé, ton

Dieu.”

Vous trouverez ci-dessous diverses cita-

tions venant de l’Église et de saints qui ont

illustré l’Église par leurs grandes vertus. Cer-

taines d’entre elles sont tirées et traduites du

livre «Dressing with Dignity» de Colleen Ham-

mond.

Y.P.

————————

Dommages temporels pour la femme

Souvent, quand l’occasion se présentait, le

Souverain Pontife Pie XI condamnait très sé-

vèrement les indécences introduites, ici et là,

dans les habitudes des femmes et des jeunes

filles, même parmi les catholiques; non seule-

ment ces modes offensent gravement la dignité

et la grâce féminines, mais elles suscitent des

dommages temporels pour la femme et, ce qui

est pire, elles peuvent la conduire à la perdi-

tion éternelle et entraîner à sa suite les victimes

du scandale.

Âmes assujetties par les ténèbres

Voici des réflexions du Pape Pie XII sur la

gravité des mauvaises modes et la nécessité de

la décence chrétienne:

«C’est surtout par les péchés d’impureté

que les forces des ténèbres assujettissent les

âmes.” — “Aussi longtemps que la modestie

ne sera pas mise en pratique, la société conti-

nuera à dégrader.” — ”La société révèle ce

qu’elle est par les vêtements que l’on porte.”

— “Dire que cette mode est une question de

coutume’ est justement aussi faux que de dire

‘l’honnêteté est une question de coutume’.”

Le Pape Pie XII

Les mauvaises modes suscitent la corruption des mœurs

conduire très loin, c’est dans le cos-

tume des fillettes, la robe écourtée, la

nudité complète des bras et des jam-

bes, quand cela ne va pas jusqu’à celle

du torse. Sans le savoir, ces pauvres

enfants scandalisent ainsi, et souvent,

leurs petits frères.

“L’homme n’échappe pas au goût de

l’exhibition complète de sa chair: on va

le torse nu en public, on porte un pan-

talon ou un maillot collant trop abrégé.

On commet par là des infractions à la

vertu de modestie, quand on n’est pas

occasion de péché, en pensée ou en dé-

sir, pour le prochain.”

Scandale à éviter

“Un danger particulier pour la mora-

lité est signalé par les bains publics aux

plages. Ces bains mixes entre hommes

et femmes qui sont presque toujours

une occasion prochaine de péché et un

scandale, doivent être évités.” —

Cardi-

nal Plan y Daniel, Arch. de Toledo, Espa-

gne, en 1959.

La folie de la vanité

Paroles de saint Jean Chrysostome,

Archevêque de Constantinople., Doc-

teur de l’Église, un des quatre illustres

Pères de l’Église de d’Orient:

«Vous apportez vos filets partout et vous

les répandez en tous lieux. Vous prétendez

que vous n’avez jamais invité les autres à pé-

cher. En effet, vous ne le faites pas par vos pa-

roles mais vous le faites par votre habillement

et votre manière d’agir. Quand vous faites pé-

cher une autre personne dans son cœur, com-

ment pouvez-vous être innocent ? Dites-moi,

qui le monde condamne-t-il ? Qui les juges

punissent-ils ? Ceux qui boivent du poison ou

ceux qui le préparent et administrent la por-

tion fatale. Vous avez préparé la coupe abo-

minable, vous avez donné le poison mortel, et

vous êtes plus criminel que sont ceux qui em-

poisonnent le corps; vous ne tuez pas le corps

mais l’âme. Et ce n’est pas à des ennemis que

vous faites cela, et vous n’êtes pas non plus

animé par une nécessité imaginaire, ni provo-

qué par une injure, mais (vous agissez) par la

folie de la vanité et de l’orgueil.”

Paroles de Notre-Seigneur

“La vanité et l’extravagance dans le

monde doivent cesser.” “Faites habiller

ceux qui exhibent leurs corps. Faites régner

la modestie. Pénitence ! Prière ! Beaucoup

de prières sont nécessaires. —

Paroles de

Notre-Seigneur à Alexandrina qui a vécu de

1904 à 1955. — Alexandrina, par Francis Jo-

hnston, Imprimatur TAN, 1982, p. 101.

Sainte Maria Goretti, martyre de la pureté

Priez pour nous

“Une âme pure est comme une belle

perle; tant qu’elle est cachée dans un co-

quillage, au fond de la mer, personne ne

songe à l’admirer; mais si vous la mon-

trez au soleil, cette perle brille et attire

les regards. C’est ainsi que l’âme pure

qui est cachée aux yeux du monde brille-

ra un jour devant les anges, au soleil de

l’éternité.”

Saint Jean-Marie Vianney,

Curé d’Ars

Pensées du Curé d’Ars

«Un chrétien qui a la pureté de l’âme est sur la

terre comme un oiseau qu’on tient attaché par un

fil. Pauvre petit oiseau ! il n’attend que le moment

où on coupera le fil pour s’envoler (là-haut).»

* * *

«Les bons chrétiens sont comme des oiseaux

qui ont de grandes ailes et de petites pattes, et

qui ne se posent jamais, parce qu’ils ne pour-

raient plus s’élever et qu’ils seraient pris; aussi

font-ils leurs nids sur la pointe des rochers, sur le

toit des maisons, dans les lieux élevés. De même

le chrétien doit toujours être sur les hauteurs. Dès

que nous rabaissons nos pensées vers la terre,

nous sommes pris.»