Table of Contents Table of Contents
Previous Page  7 / 24 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 7 / 24 Next Page
Page Background

Page

Journal Vers Demain, 1101 rue Principale, Rougemont, QC, Canada — J0L 1M0

Tél.: Montréal (514) 856-5714; Rougemont: (450) 469-2209; Fax (450) 469-2601;

www.versdemain.org

Août-Septembre 2010

(suite de la page 6)

l’emploi tout en augmentant la production.

On ne se nourrit pas avec de l’emploi, mais

avec des produits alimentaires. On ne s’habille

pas avec de l’emploi, mais avec des vêtements.

Le droit aux produits doit donc être réglé d’après

la présence des produits offerts aux besoins, et

non pas d’après la présence de l’homme dans

une entreprise de production.

Si le produit vient sans le besoin de labeur

humain, le droit au produit doit venir aussi sans

besoin d’emploi. Et si beaucoup de produits

viennent avec moins d’emploi, le droit à beau-

coup de produits doit aussi venir avec moins

d’emploi.

Maintenir la nécessité de l’emploi pour avoir

le droit de vivre, alors que les inventions, les

machines, les perfectionnements des procédés

de production, ont justement pour but d’épar-

gner du labeur humain, c’est faire du progrès

une punition, au lieu d’une libération.

Jamais les syndicats ouvriers, ou autres as-

sociations qui cherchent la sécurité économi-

que dans l’emploi et dans le salaire, ne réussi-

ront à obtenir cette sécurité économique dans

le monde industriel d’aujourd’hui. Ils peuvent

en obtenir un degré relatif pour des individus,

mais pas pour tous les individus.

Solution unique

Le Crédit Social offre la solution. Et nulle

autre solution adéquate n’a jamais été présen-

tée.

La fiscalité pour allocations d’assistance ad-

met, par son existence même, que la répartition

des droits aux produits est mal faite. Mais la fis-

calité ne corrige pas cette mauvaise répartition,

elle la laisse continuer, tout en essayant d’en at-

ténuer les effets.

Le Crédit Social, lui, corrige ce vice de ré-

partition. Il distribue un pouvoir d’achat global

correspondant à la production globale; et il as-

sure à chaque individu une part de ce pouvoir

d’achat, part au moins suffisante pour le néces-

saire.

Le Crédit Social supprime le désordre éco-

nomique, au lieu de s’escrimer sans cesse à es-

sayer d’en guérir les plaies.

Louis Even

( suite en page 18 )

Elle a mené le bon combat

Mme Mireille (Yvon) Cright, de Granby, est décédée

Nous prions, en union avec tous les parents et amis

de la belle famille Cright, pour le repos de l’âme de

cette si bonne Samaritaine que fut Mme Yvon Cright

pour les Pèlerins de saint Michel.

Elle est décédée à l’âge de 63 ans, dans la nuit du

22 au 23 mai, dimanche de la Pentecôte, et le jour où

les Pèlerins de saint Michel fêtait, à leur assemblée

du mois de mai, le centenaire de la naissance de leur

cofondatrice madame Gilberte Côté-Mercier.

Nous ne voulions pas la laisser partir, nous voulions

la garder encore avec nous, nous l’aimions tant,

cette chère madame Cright, elle était si aimable, si

distinguée, si charitable, d’une compagnie si agréable.

Nous avions mis en prière toute une armée de Pèlerins

de saint Michel à travers le monde. Mais Dieu aussi

aime les personnes aimables, il aimait sa Mireille

encore plus que nous et il avait hâte de l’avoir en sa

compagnie et de la rendre heureuse près de lui. C’est

la joie de la grande rencontre définitive et éternelle.

Une douce maman au foyer, au service de son

époux Yvon, de ses enfants: Geneviève, François,

Annie, Nicholas, Martin, Dominique, Marc-André.

L’enseignement dans nos écoles du Québec,

si catholiques autrefois, ayant été perverti par le

ministère de l’Education, qui a travaillé par étape,

sournoisement depuis 1964, à faire disparaître l’en-

seignement catholique dans les écoles publiques

et même privées, madame Cright s’est dépensée

héroïquement pour donner le bon enseignement

catholique à la maison à ses sept enfants. Cela lui a

valu, à elle et à sa famille, beaucoup de persécutions

de la part de certaines autorités et du voisinage. Oui,

héroïque maman !

Héroïque Pèlerine de saint Michel aussi, elle portait

le béret blanc avec fierté, malgré un climat anti-pèlerin

de saint Michel, dans les alentours, climat cultivé par

les journaux. défenseurs du système d’argent-dette

des banquiers internationaux, et au service du pouvoir

pour tuer la religion catholique dans le Québec. Ma-

dame Cright a mené vaillamment le combat.

Elle avait aussi la générosité et la charité d’inviter

à sa table les Pèlerins de passage à Granby. Elle a fait

elle-même de l’apostolat au porte en porte avec nos

Pèlerines et elle assistait à nos assemblées et congrès

avec son mari Yvon.

Merci, mon Dieu, d’avoir donné une telle maman

à sa famille et une telle combattante à notre Oeuvre.

Mais sa charité ne s’arrêtera pas là, nous savons qu’elle

continuera au Ciel à s’occuper de sa famille naturelle

et de sa famille des Pèlerins de saint Michel. Que notre

Sainte Mère la Vierge Marie la reçoive avec son grand

amour !

A

la chapelle de la Maison de l’Immaculée, di-

manche, le 27 juin, à l’occasion de l’assemblée

mensuelle des Pèlerins de saint Michel, la sainte

Messe a été célébrée par M. le curé Gérald Ouel-

lette pour le repos de l’âme de Mme Mireille An-

gers Cright.

Thérèse Tardif

Un fidèle créditiste rappelé par le Père

Fernand Crégheur, de Val d’Or

M. Fernand Crégheur,

de Val d’Or, est décédé

le 9 juin, à l’âge de 92 ans. Il y a à peine six mois,

le 29 décembre 2009, son épouse Monique l’a de-

vancé dans l’au-delà. Elle avait 87 ans.

M. Crégheur faisait partie de l’Oeuvre depuis

les tout débuts, il a connu le Crédit Social de no-

tre fondateur Louis Even lui-même. Depuis, M. et

Mme Grégheur ont aidé l’Oeuvre par leur contri-

bution de soutien de Vers Demain chaque année,

et ils ont fait de leur maison et leur table un «Bé-

thanie» pour recevoir les directeurs et les apôtres

de Vers Demain.

Celui qui a le plus bénéficié de leurs bienfaits

est notre fidèle Pèlerin à plein temps, Gérard Mi-

gneault, qui après s’être rétabli miraculeusement

d’une crise cardiaque mortelle, par l’intercession

de Jean-Paul II, est allé faire une grande tournée

d’assemblées en Abitibi, au mois d’avril, et il est

allé encore visiter M. Crégheur.

Madame Françoise McKenna,

de Sarnia, On-

tario, est décédée le 31 mai dernier, en la fête de

la Visitation de la Sainte Vierge à sa cousine Eli-

zabeth. Elle avait 94 ans. A onze ans, elle devait

mourir de la tuberculose. Elle fut guérie par la

sainte Vierge. Vers l’âge de 50 ans, elle était enco-

re au chevet de la mort, elle s’est recommandée à

la Maman Céleste de San Damiano, elle l’a guérie

de nouveau. Depuis elle est devenue une fervente

du très saint Rosaire.

Mme Mireille Beauchamp et sa soeur madame

St-Pierre, de Sarnia, ses amies, ont organisé une

soirée du rosaire, toutes les semaines, réunissant

plusieurs personnes pieuses. Madame McKenna

faisait partie du groupe et elle assistait assidûment

à ces soirées du Rosaire.

Elle avait fait elle aussi un Béthanie de son

foyer où nos grands apôtres de la route, tels que

Melvin Sickler, Pierre Marchildon et bien d’autres

pouvaient se retirer et se restaurer, après leurs

longues journées de visites aux familles dans les

environs de Sarnia.

Enfin, la Reine du Rosaire est venue la cueillir

en sa belle fête de la Visitation, fête de la charité

de Marie, sans doute pour la récompenser de ses

grandes charités envers les Pèlerins.

Thérèse Tardif

Mademoiselle Régina Riedo,

d’Estavayer le

Lac, Suisse, est décédée à l’âge de 83 ans. Elle

était la soeur de M. Joseph Riedo. Ils vivaient en-

semble et ils étaient tous les deux très généreux

envers l’Oeuvre de Vers Demain: hébergement,

repas, soutiens financiers. Ils ont connu l’Oeuvre

de Vers Demain en 1973. M. Riedo avait assisté

à une assemblée que j’avais tenue avec Yvette

Poirier à Fribourg. Cette assemblée avait été orga-

nisée par Mme Denyse Joye-Brunishold. Que de

bons souvenirs, nous conservons de ces réunions

en Suisse. Prions pour le repos de l’âme de cette

bonne amie. Et prions pour la santé de son frère

Joseph, à qui nous offrons nos plus profondes

sympathies.

Madame Liliane Comeau, de Richmond,

épou-

se de feu Ovila Comeau, est décédée à l’âge de

96 ans. Jusqu’en dernier, elle recevait nos Pèle-

rins pour les repas, elle était généreuse et soute-

nait l’oeuvre de ses dons. Son mari a été un grand

apôtre de Vers Demain jusqu’à sa mort. Dieu se

souvient de tous ces grands dévouements.

Une privilégiée de la Maman Céleste

Mme Françoise McKenna, de Sarnia, décédée

Nos profondes sympathies aux familles éprouvées

Grande Fête de saint Michel

Maison de l’Immaculée, Rougemont

Venez nombreux 26 septembre

Fête de saint Michel, notre Patron

10 heures a.m.: Ouverture. Chapelet

Rapports des apôtres revenant de mission

Midi: dîner dans le réfectoire de la Maison

de l’Immaculée, chacun apporte ses pro-

visions.

1.30 heure p.m. Procession en l’honneur

de saint Michel

2,30 hres à 4.30 conférences

3.30 hres p.m. Confessions

5.00 hres p.m. Sainte Messe à l’église St-

Michel de Rougemont

6.15 hres p.m. souper avec ses provisions

Aux réunions de Vers Demain, tous

se présentent modestement vêtus. Les

dames en robe non décolletée, à man-

ches dépassant le coude et à jupe cou-

vrant les genoux. Messieurs et dames

en shorts ne sont pas admis. Merci de

nous aider à lutter contre les modes

provocantes.

Argent-dieu