Table of Contents Table of Contents
Previous Page  15 / 24 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 15 / 24 Next Page
Page Background

Page 15

Journal Vers Demain, 1101 rue Principale, Rougemont, QC, Canada — J0L 1M0

Tél.: Montréal (514) 856-5714; Rougemont: (450) 469-2209; Fax (450) 469-2601;

www.versdemain.org

Août-Septembre 2010

(suite de la page 12)

te du désespoir. C’est précisément dans cette

terrible désolation existentielle, qui l’avait

privé de toute référence humaine et de tou-

tes les relations ecclésiales, que son âme eut

la grâce de ne pas tomber dans le désespoir,

mais de s’ouvrir plutôt à la joyeuse reconnais-

sance de l’amour de Dieu et de sa présence

miséricordieuse. Dieu se manifestait à Lui

comme le Tout”.

Cela lui suffisait à redimensionner le poids et

la souffrance de la privation de sa dignité per-

sonnelle et de la liberté: lorsqu’on est en com-

munion avec Dieu, qui est le Tout, pourquoi se

laisser angoisser par le reste?

Il méditait, au cours des terribles journées de

son incarcération, sur la question posée par ses

disciples à Jésus au cours de la tempête: “Maître,

tu ne te soucies pas de ce que nous périssons ?”

(Mc 4, 38), jusqu’à ce qu’une nuit, du fond du

coeur, une voix lui parlât: “Pourquoi te tourmen-

tes-tu ainsi ? Tu dois établir une distinction entre

Dieu et les oeuvres de Dieu, tout ce que tu as

accompli et désiré continuer à faire, les visites

pastorales, la formation des séminaristes, des re-

ligieux, des religieuses, des laïcs, des jeunes, la

construction d’écoles, de centres pour étudiants,

de missions pour l’évangélisation des non-chré-

tiens..., tout cela est une oeuvre excellente, ce

sont des oeuvres de Dieu, mais elles ne sont

pas Dieu ! Si Dieu veut que tu abandonnes tou-

tes ces oeuvres, en les mettant entre ses mains,

fais-le immédiatement, et aie confiance en lui.

Dieu le fera infiniment mieux que toi; il confiera

ses oeuvres à d’autres, beaucoup plus capables

que toi. Toi, tu as seulement choisi Dieu, pas ses

oeuvres !”. Il avait appris à faire la volonté de

Dieu. Cette lumière lui apporta une force nou-

velle, qui changea complètement sa façon de

penser et qui l’aida à surmonter des épreuves

physiquement presque impossibles. Nous avons

ici, en termes essentiels, la pleine et profonde vé-

rité d’un christianisme vécu saintement, de façon

exemplaire. Tel fut vraiment le grand secret du

Cardinal Van Thuân !

Mgr Van Thuan raconte

comment, au mo-

ment de son arrestation, il a été immédiatement

emmené sans que lui soit accordé le temps de

faire sa valise. Le lendemain toutefois, on lui per-

met d’écrire aux siens pour qu’ils lui envoient ses

effets personnels, notamment des articles de toi-

lette, de la dentifrice, etc. Feignant un mal d’es-

tomac, il leur demande du vin pour médicament.

Ses fidèles ont tout de suite compris

et lui font parvenir une petite bou-

teille de vin de messe, et des hosties

cachées dans une torche. [et je cite]

«Je ne pourrai jamais exprimer ma

grande joie, s’exclame-t-il, chaque

jour, avec 3 gouttes de vin et une

goutte d’eau dans la paume de la

main, je célèbre la messe. Voilà mon

autel, voilà ma cathédrale ! C’est le

vrai remède de l’âme et du corps.

Je sentais battre dans mon coeur

le Coeur même du Christ, je sentais

que ma vie était la sienne et que

sa vie était la mienne. Il vit en moi

et moi en lui, en une sorte de sym-

biose et de mutuelle immanence: il

vit de moi, il reste en moi.. Jésus

Eucharistie était toujours avec moi,

dans la poche de ma chemise.»

Et Mgr Van Thuan raconte

égale-

ment: «Chaque semaine avait lieu

une séance d’endoctrinement à

laquelle devait participer tout le

camp. Avec mes co-religionnaires,

nous profitions des pauses pour

glisser un sachet, dans lequel il

y avait des parcelles d’hosties, à

chacun des quatre autres groupes

de détenus: ils savaient tous que Jésus était

parmi eux.

La nuit, nous nous relayions pour l’adora-

tion. Jésus Eucharistie s’imposait de par sa

présence silencieuse: de nombreux chrétiens

recouvraient la ferveur de la foi. Leur témoi-

gnage de service et d’amour avait un impact

grandissant sur les autres prisonniers. Si irré-

sistible était l’amour de Jésus, que des boudd-

histes et d’autres non-chrétiens se convertis-

saient, cédant le pas à une transformation des

ténèbres de la prison en lumière pascale: et

pendant ce temps, la semence a germé silen-

cieusement sous terre, dans l’obscurité, du-

rant la tempête. La prison s’est transformée

en école de catéchisme. Les catholiques bap-

tisaient leurs compagnons, et en devenaient

les parrains».

Ainsi sut-il vivre dans la joie du Christ res-

suscité, dans le pardon, dans l’amour et dans

l’unité, même face à des difficultés presque

insupportables. Cette attitude fit également

changer ses geôliers, qui devinrent ses amis. Ils

l’aidèrent même, en cachette, à fabriquer une

croix à partir d’un morceau de bois et ensuite

à assembler une chaîne avec du fil électrique

de la prison; une croix qu’il porta toujours,

car elle lui rappelait l’amour et l’unité que Jé-

sus nous a laissés dans son testament. Cet-

te chaîne soutint toujours sa croix pectorale

d’Evêque, puis de Cardinal, cette vieille croix

de bois, recouverte d’un peu de métal. Croix

de témoignage héroïque, croix d’amour.

L

’amour donnait une profonde tonalité

eucharistique à sa spiritualité. Cet enseigne-

ment du Cardinal sur l’Eucharistie, peu avant

de mourir, en témoigne. On peut y saisir toute

la délicatesse et la sensibilité de son âme, la

simplicité complexe de son grand esprit: “Ce

dont nous avons besoin, Jésus nous le don-

ne dans l’Eucharistie: l’amour, l’art d’aimer:

aimer toujours, aimer avec le sourire, aimer

immédiatement et aimer ses ennemis, aimer

en pardonnant, en oubliant d’avoir pardonné.

Je pense que Jésus, dans l’Eucharistie, peut

nous enseigner sept aspects de cet amour.

Dans le cénacle, Jésus nous manifeste l’amour

sacrifié: “Ceci est mon corps, offert en sacri-

fice pour vous”. Après la Cène, lorsqu’il va

au Gethsémani, c’est un amour abandonné:

Jésus se sent abandonné par le Père, mais,

pourtant, il s’abandonne complètement et

totalement entre les mains du Père: “Non si-

cut ego volo sed sicut tu”. Sur la croix, Jésus

a manifesté l’amour consommé, car il nous a

aimés jusqu’au bout et il a dit: “Tout est ac-

compli”. Il ne reste rien qu’il n’ait fait pour

nous. Et, une fois ressuscité, lorsqu’il accom-

pagne les deux disciples à Emmaüs, parlant

avec eux en leur expliquant les Ecritures et

se révélant à eux comme Eucharistie dans la

fraction du pain, il s’agit d’un amour intime.

Dans la Messe, Jésus s’offre entre nos mains

chaque jour; son sacrifice pour nous et pour

tous est un amour immolé, un amour mangé,

comme disait le curé d’Ars. Dans le taberna-

cle, Jésus nous manifeste l’amour caché dans

le silence et dans la prière. Dans l’ostensoir,

Jésus nous montre l’amour rayonnant et nous

sommes tous un rayon de Jésus, nous devons

être une lumière comme il le désire”

Nous confions ces pensées à Marie, que le

Cardinal Van Thuân aimait avec tendresse et

priait avec ferveur: Elle saura les conserver dans

son coeur de Mère et les rendre fécondes de bien

et de grâce, au ciel et sur la terre.

par le Pape Benoît XVI

L’espoir l’a soutenu pendant 13 ans

Le 17 septembre 2007, le Pape a reçu ce matin

les officiels et collaborateurs du Conseil pontifi-

cal Iustitia et Pax, à l’occasion du V anniversaire

de la mort du Cardinal François-Xavier Nguyen

Van Thuan, dont la cause de béatification vient

d’être ouverte. Les membres de la Fondation

St.Mathieu et de l’Observatoire International Car-

dinal Van Thuan pour la diffusion de la doctrine

sociale de l’Eglise étaient également présents

.

Le Pape a tout d’abord tenu a rappeler “la

cordialité, la capacité de dialogue et de se faire

proche de tous” qui caractérisaient le défunt Car-

dinal vietnamien, qui fut Président de Justice et

Paix, et qui fut à l’origine du Compendium de la

doctrine sociale de l’Eglise (octobre 2004).

“Il s’est engagé avec ferveur pour la diffusion

de la doctrine sociale parmi les pauvres du mon-

de, il a donné un nouveau souffle à l’évangélisa-

tion de son continent, l’Asie, il avait la capacité

de coordonner les activités charitables et soute-

nait la promotion de l’homme dans les endroits

les plus retranchés de la terre”.

Benoît XVI a ensuite rappelé que le Cardinal

Van Thuan

“était un homme d’espérance, qui vivait d’es-

pérance et la partageait avec tous ceux qu’il ren-

contrait. C’est grâce à cette énergie spirituelle

qu’il a résisté à toutes les difficultés physiques

et morales. L’espoir l’a soutenu pendant

13 ans alors qu’il était Evêque isolé de

sa communauté diocésaine, l’espérance

lui a permis de voir dans l’absurdité des

évènements vécus un signe providentiel

de Dieu (il n’eut jamais droit à un procès

pendant sa longue détention)”

.

Le Cardinal Van Thuan aimait répéter

que le chrétien est l’homme de l’instant,

de maintenant, du présent qui doit ac-

cueillir et vivre avec le Christ. Son aban-

don total dans les mains de Dieu et la

simplicité évangélique que nous avons

tous pu admirer en lui vient de cette ca-

pacité de vivre l’instant présent”.

Le Saint-Père a conclu en se réjouis-

sant de la nouvelle du début du procès

de béatification “de ce singulier prophè-

te de l’espérance chrétienne”.

Parole de sa soeur, Elizabeth Nguyen:

«Les leçons de vie de Thuan se pour-

suivent à travers ses écrits. Grâce à ses

livres, publiés en une douzaine de lan-

gues, Thuan a touché de nombreux es-

prits et de coeurs. Le ‘Compendium de la

Doctrine Sociale de l’Église’, dont il avait

largement supervisé la préparation dès

le début de 1999, à la requête du Saint-

Père Jean-Paul II, fut publié en 2004, peu

après sa mort.»

Le 15 mai dernier, les Pèlerins de saint Michel avaient le grand hon-

neur d’être reçus à Rome par Son Eminence le Cardinal Peter Turk-

son, deuxième successeur du Cardinal Van Thuan, à la présidence du

Conseil Pontifical Justice et Paix, au Vatican. Son Eminence nous a re-

çus pendant une heure et trois quarts, et il a eu la bonté de se laisser

photographier avec notre délégation: Son Eminence au centre, à sa

gauche Thérèse Tardif, Marcelle Caya, Lucie Parenteau, et à sa droite:

Marcel Lefebvre et Alain Pilote, tous à plein temps dans l’oeuvre de

Vers Demain.

«Il a su vivre dans la joie du Christ, face à des difficultés insupportables»

«Lorsqu’on est en communion avec Dieu, qui est le Tout, pourquoi se laisser angoisser par le reste ?

»