Table of Contents Table of Contents
Previous Page  12 / 24 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 12 / 24 Next Page
Page Background

Page 12

Août-Septembre 2010

Journal Vers Demain, 1101 rue Principale, Rougemont, QC, Canada — J0L 1M0

Tél.: Montréal (514) 856-5714; Rougemont: (450) 469-2209; Fax (450) 469-2601;

www.versdemain.org

C’est certainement, pour chacun de nous,

catholiques du Québec, une grande perte que

le départ de notre Cardinal Ouellet. Nous nous

sentions sous la protection d’un bon Père qui

savait défendre ses enfants contre les ruses du

démon si acharné contre notre Québec. Mais

Rome aussi est fortement attaquée et le Saint-

Père a besoin de solides protecteurs, comme

notre Cardinal, pour protéger la forteresse.

Merci, Eminence, nous nous consolons en pen-

sant que vous aurez quand même un regard

sur votre patrie et que vous continuerez à prier

pour nous. Aussi nous nous réjouissons et nous

vous félicitons pour le grand honneur qui vous

est fait. Nous ne pouvons faire mieux pour vous

le dire, que de répéter les bonnes paroles que

le Père Thomas Rosica, c.s.b. directeur de Sel

et Lumière, a prononcées en votre honneur et

publiées sur le blogue de son site: www.selet-

lumieretv.org/blogue/.

C’est si bien dit ! Pour le

bénéfice de nos lecteurs, voici de larges extraits

Th. T.

par Père Thomas Rosica, c.s.b

Le 30 juin, 2010, le pape Benoît XVI a nommé

le cardinal québécois Marc Ouellet comme Pré-

fet de la Congrégation des évêques et Président

de la Commission pontificale pour l’Amérique

latine. Depuis le 30 juin, il n’est plus archevêque

de la ville de Québec ni Primat du Canada mais

assumera ses nouvelles charges épiscopales au

sein de la Cure à Rome. Il s’établira à Rome à la

fin de cet été. Ayant passé la semaine dernière

à Rome pour assister a des rencontres avec des

départements de communications variés du Va-

tican, on peut dire que l’imminente nomination

de ce berger du Canada a une des fonctions les

plus estimées au Vatican a «défrayé la manchet-

te».

Au nom de Télévision Sel + Lumière et en

mon nom personnel, je ne peux qu’exprimer

sentiment de tristesse face à son départ du Ca-

nada. En même temps, nous sommes ravis que

l’Eglise universelle et le Vatican puissent expé-

rimenter le grand don que nous avons eu dans

notre milieu au cours des sept dernières années

en la personne du cardinal Marc Ouellet. (...)

Le jour de l’installation de Mgr Ouellet com-

me archevêque de Québec en novembre 2002

était une des grandes bénédictions de la Jour-

née Mondiale de la Jeunesse 2002. À partir du

moment de sa prise en charge de l’archidiocèse

de Québec en janvier 2003, nous sentions que

quelque chose avait changé… pour le Québec

et pour le Canada. Il a ébouriffé les plumages

qui devaient être ébouriffés, lancé de nombreux

défis à ceux qui s’étaient accoutumés au status

quo, ainsi qu’à nous tous. (...)

Les sept dernières années avec le cardinal

famille et une crise dans l’éducation, laissant

les citoyens désorientés, démotivés, et désta-

bilisés. Les ancres ont été déplacées ou per-

dues. Personne n’a abordé cette indifférence

au cours des dernières années avec autant de

courage et d’éloquence sur la place publique

que le cardinal Marc Ouellet. En constatant

que les «fondamentalistes laïcs» ont dominé

la vie au Québec depuis la Révolution tran-

quille, le Cardinal de Québec a fait valoir qu’il

s’agissait d’une rupture historique: «La société

québécoise s’est reposée pendant 400 ans sur

deux piliers: la culture française et la religion

catholique, qui forment la base lui permettant

d’intégrer d’autres éléments de son identité

pluraliste courante.»

C’était Mgr Maurice Couture, prédécesseur

immédiat du cardinal Ouellet, qui avait lancé

l’idée du Congrès eucharistique international au

Canada, peu après la Journée Mondiale de la

Jeunesse en 2002. Ce legs est passé au cardinal

Ouellet qui entreprit le projet et l’apporta à son

achèvement. Le Congrès eucharistique fut une

occasion privilégiée pour le Canada de réac-

tualiser le patrimoine historique et culturel de

la sainteté et de l’engagement social de l’Église

qui puise ses racines dans le mystère eucharis-

tique.

Jean-Paul II et le cardinal Marc Ouellet

En pensant au cardinal Ouellet, nombreux

parmi nous se souviendront de cette semaine

bénie en juin 2008, de l’instance ou nous avions

pu avoir un aperçu du roulement de la marée.

Plusieurs fois au cours de cette semaine ma-

gnifique, le cardinal Ouellet avait déclaré que

le Congrès a marqué un «tournant». Lors de

la veillée de prière du samedi animée avec ses

jeunes, le cardinal avait déclaré qu’il se sen-

tait «ressuscité de la mort». Ces mots siéent

bien pour décrire ce qui se prépare au Québec:

une résurrection en quelque sorte ! Le cardinal

Marc Ouellet était un instrument de la Résur-

rection à ce moment-ci de notre histoire.

Si l’Eucharistie est Don de Dieu pour la vie

du monde, alors le cardinal Marc Ouellet a vrai-

ment été un don de Dieu pour la vie de l’Église

au Canada, et particulièrement au Québec.

Merci beaucoup, cardinal Ouellet pour avoir

cheminé avec nous pendant ces sept dernières

années.

Deux expressions perdurent dans mon es-

prit ces jours-ci: «Je me souviens » (la devise

du Québec: Je me souviens) et (la prière des

disciples d’Emmaüs à leur Seigneur: «Restez

avec nous.»

Nous n’oublierons pas tout ce que vous

avez fait pour l’Église au Canada, et pour nous

à Télévision Sel et Lumière. Et alors que nous

soyons enclins du premier abord à réciter la

prière des deux disciples sur la route d’Em-

maüs, en vous priant de rester avec nous plus

longtemps, nous savons aussi qu’en acceptant

votre départ pour servir l’Eglise universelle de

cette manière, nous serons bénis bien plus que

nous puissions l’imaginer.

Nous nous souvenons de vous avec un cœur

comblé de gratitude et vous accompagnons

par notre affection et nos prières.

Au revoir Éminence !

Père Thomas Rosica, c.s.b.

+ Directeur de Sel et Lumière média

Le Cardinal Ouellet, instrument de résurrection pour l’Eglise du Québec

Le Cardinal au congrès eucharistique

de Québec, en 2008

Ouellet au Canada ont

marqué une profusion

de bénédictions et des

grâces en abondance.(...)

C’était un privilège ex-

traordinaire que d’avoir

travaillé en étroite col-

laboration avec lui, en

tant qu’attaché de presse

anglophone lors du Sy-

node des évêques sur

la Parole de Dieu dans la

vie et la mission de l’Égli-

se au Vatican en octobre

2008. C’est au cours de

cette assemblée univer-

selle que j’ai manifes-

tement découvert ses

qualités de dirigeant. Sa

capacité de synthétiser

les idées et les mots des

dirigeants ecclésiaux ve-

nus des quatre coins du

monde a été magistrale.

Le départ du cardinal sera une grande perte

pour l’Église canadienne, mais un grand don

pour l’Église universelle. Il apporte un intellect

théologique, pastoral, et spirituel remarquable

à sa nouvelle fonction au Vatican, une compré-

hension profonde de l’Église universelle, la ca-

pacité de saisir les enjeux complexes et de les

rendre compréhensibles aux autres, l’audace et

un courage évangéliques, une profonde spiri-

tualité et une foi inébranlable et un amour des

êtres humains, en particulier des jeunes. Il est

bien connu des évêques et des prêtres à travers

le monde entier.

Chaque prélat met ses propres dons au service

du monde. Le cardinal Ouellet se présente à la

Congrégation pour les Évêques avec un ensemble

de compétences biendistinctes. Tout d’abord, il est

professeur de théologie et a travaillé dans la forma-

tion des prêtres. Ensuite, il apporte son expérience

pastorale d’évêque d’un siège résidentiel. En sus,

il comprend les défis de la laïcité, du quiétisme, de

l’indifférence religieuse et de l’athéisme. Il connaît

également les aspirations profondes, les espoirs

et les douleurs des cœurs humains, en particulier

ceux des prêtres et des évêques. Il comprend les

tréfonds de la complexité des qualités requises

pour les pasteurs et les bergers d’aujourd’hui. (...)

Au milieu des grands progrès en matière so-

ciale, le Canada est encore fortement marqué

par une sécularisation profonde démontrée

par une forte indifférence religieuse. Le vérita-

ble problème au Québec a été le vide spirituel

créé par une rupture religieuse et culturelle,

une perte importante de la mémoire collecti-

ve, entraînant dans son sillage une crise de la

Pour aller au Ciel

Il faut observer le dimanche