Table of Contents Table of Contents
Previous Page  15 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 15 / 32 Next Page
Page Background www.versdemain.org

15

Edition gratuite de VERS DEMAIN

La première partie de ce document «Qui sont les

vrais maîtres du monde?» est tirée des Cahiers du

Crédit Social de janvier 1939:

Le système bancaire actuel est pur banditisme,

quiconque s’est donné la peine d’étudier la question,

(la création de crédit-monnaie-dette par les banques

et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange

par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un

banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce

racket au profit d’une petite clique d’individus sur

le dos du public, les banques restent dans les limi-

tes de leur charte, c’est la «patente» accordée par le

gouvernement souverain à une machine qui saigne

et tue l’humanité.

Dès les premiers siècles de notre ère, on trouve

des parasites, tenant des comptoirs pour prêter l’ar-

gent et, par l’usure, mettre le grappin sur toute la

circulation monétaire des pays où ils opèrent. Ils ne

s’installent pas n’importe où. On les chercherait en

vain dans les pays où il n’y a rien à rafler, pas plus

que vous ne voyez le banquier accompagner le pre-

mier groupe de colons qui s’enfonce dans les bois

du nord québécois. Par exemple, lorsque l’empire

romain est prospère; ils reçoivent les hommages

et le fruit du travail des producteurs des plaines de

Lombardie. L’Angleterre sort plus tard de la barba-

rie et ses marins rapportent de leurs expéditions

les richesses du monde. Nos prêteurs d’argent ont

le flair juste et ils colonisent à leur façon une rue

de Londres restée célèbre dans le domaine de la

finance internationale sous le nom de Rue des Lom-

bards (Lombard Street).

Les détenteurs de l’or apprirent vite à commer-

cialiser la crédulité du public ignorant et à prêter

ce qu’ils ne possédaient pas. L’or restait dans les

voûtes; les reçus de ceux qui confiaient leur or aux

banquiers ou les promesses de payer en or des ban-

quiers circulèrent au même titre que l’or lui-même et

rapportaient les mêmes profits.

La légalisation du banditisme

Mais c’est en 1694 que les banquiers ont obtenu

légalement le droit de fabriquer la monnaie et de

prêter à intérêt cette monnaie au gouvernement

souverain, tout comme aux particuliers. Cette

année-là, le roi Guillaume III d’Angleterre a besoin

d’argent pour faire la guerre. II existe à Londres,

depuis la révolution de 1688, une compagnie d’hom-

par

Louis Even

Qui sont les vrais Maîtres du Monde ?

Le monstre du système bancaire

s’empare de toutes les richesses

u