Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+

Les mondialistes veulent étrangler les agriculteurs

Écrit par Yvette Poirier le lundi, 01 mai 2006. Publié dans Gouvernement mondial

Dans La Presse du 24 octobre 2005 nous lisons sous la plume de Philippe Mercure un article s’intitulant «Les agriculteurs manifestent contre la mondialisation». Voici des extraits de cet article:

«Les œufs, le lait et la volaille pourraient bientôt librement circuler entre les pays. Une situation qui inquiète les agriculteurs d’ici, qui sont descendus dans la rue par centaines hier à Montréal pour défendre leurs emplois et leurs fermes.

«A 19 ans, Pascal Hudon se prépare à prendre la relève de la ferme familiale de 35 vaches. Mais par les temps qui courent le jeune homme de La Pocatière regarde avec inquiétude du côté de… Hong Kong. En décembre prochain, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) y tiendra une réunion où il sera question d’ouvrir les frontières aux produits agricoles.

«‘Une ferme comme la nôtre ne peut pas vivre si la gestion de l’offre n’est pas là. Si ça débarque, je ne reprendrai pas la ferme. Je ne veux pas vivre dans la misère non plus’, a confié hier M. Hudon lors de la manifestation.

«La gestion de l’offre, c’est le mécanisme par lequel les producteurs de lait, de volaille et d’œufs du Canada ajustent leur production aux besoins des consommateurs. Les denrées produites ici sont donc mangées ici: il y a peu d’exportation et les produits étrangers sont taxés à la frontière.

«Les Etats-Unis, l’Europe et l’Australie, notamment, poussent pour éliminer ces barrières. Cela permettrait à la production étrangère, parfois fortement subventionnée par les gouvernements, de conquérir les marchés. Les manifestants craignent que de telles mesures sonnent la fin des petites fermes comme celle des Hudon…»

— Philippe Mercure

Ce ne sont pas seulement les petites fermes familiales qui disparaîtraient mais ce sont aussi les grosses fermes qui sont visées. Si les agriculteurs disparaissaient, les Canadiens n’auraient plus de produits agricoles à s’échanger entre eux. Nous serions obligés d’importer les produits alimentaires de l’étranger et le coût de la vie augmenterait considérablement. La famine s’installerait dans notre pays comme dans les pays du tiers monde.

On se demande si les maladies telles que «les vaches folles, la fièvre aphteuse, le sang contaminé» n’ont pas été provoquées» pour exterminer les animaux de la ferme en certains pays. Dans l’Ouest canadien, parce qu’ils ont trouvé un oiseau atteint de la grippe aviaire, ils tuent des oiseaux par milliers. Ils s’apprêtent à inspecter les poulaillers à la grandeur du Canada en cas où ils détecteraient une poule atteinte de la grippe aviaire. Si ce malheur arrive, ils commenceront à tuer les volailles. Est-ce que ce ne serait pas un prétexte pour éliminer rapidement les fermiers?

Les banquiers internationaux et la Franc-maçonnerie sont prêts à déclencher des guerres et à imposer toutes sortes de cruauté pour arriver au gouvernement mondial. Ce sont eux qui ont fait déclencher la première et la deuxième guerres. Par toutes sortes d’intrigues, les financiers veulent éliminer les frontières entre les pays, installer une économie mondiale et établir un libre-échange mondial. Ils ont les media d’information entre leurs mains pour jouer la comédie.

Nous ne voulons pas du gouvernement mondial. C’est la dictature bancaire, alliée à la Franc-maçonnerie, qui nous conduit au gouvernement mondial. Que chaque pays se libère de la dictature bancaire et crée son propre argent selon la capacité de production du pays et les besoins des consommateurs. L’application du Crédit Social permettrait à chaque pays d’être souverain financièrement et leur permettrait d’échapper à la mondialisation. Le Crédit Social corrigerait les abus du capitalisme et barrait la route au gouvernement mondial communiste qui voudra nous imposer une monnaie unique, la micro-puce sous la peau et une seule religion satanique. Comme la force des financiers réside dans l’ignorance du peuple, il faut renseigner la population par le journal Vers Demain. Abonnons à Vers Demain. Comptons sur la Providence pour la victoire finale.

Cet article a été publié par